LA RUSSIE ACCUSE LES USA DE REFUSER DE DISCUTER SERIEUSEMENT SUR ALEP

Par Le 06/12/2016 0

Dans SYRIE

La Russie accuse les Etats-Unis de refuser de parler «sérieusement» d’Alep

La Russie a accusé mardi les Etats-Unis d'avoir annulé des discussions sur Alep prévues à Genève et de refuser un dialogue «sérieux», notamment concernant le sort des «rebelles» syriens, afin de leur permettre de «gagner du temps».

La Russie accuse les Etats-Unis de refuser de parler «sérieusement» d'Alep

«Nous avons compris qu'il est impossible de discuter sérieusement avec nos partenaires américains», a affirmé Lavrov lors d'une conférence de presse avec le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland.

Le chef de la diplomatie russe a accusé Washington d'avoir annulé de fait des discussions sur la Syrie entre experts russes et américains prévues, selon lui, mercredi à Genève.

Lors de leur rencontre à Rome vendredi, Sergueï Lavrov et le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'étaient mis d'accord pour une rencontre à Genève sur la Syrie, a expliqué le ministre.

«M. Kerry m'a demandé de soutenir un document qui correspondait à la vision de la Russie», a-t-il déclaré.

«Mais hier (lundi), nous avons soudain reçu un message selon lequel ils ne peuvent malheureusement plus nous rencontrer demain parce qu'ils ont changé d'avis et ont retiré leur document», a-t-il regretté.

«Et maintenant, ils ont un nouveau document, qui remet tout à zéro», a-t-il dénoncé.

Au lendemain du veto russe sur une résolution de l'Onu visant à instaurer entre autres une trêve de sept jours à Alep, où l'armée syrienne mène depuis 22 jours une vaste offensive, Sergueï Lavrov accuse les Américains de chercher à «gagner du temps» pour que les «rebelles» (extrémistes) «reprennent leur souffle».

«Il est triste que les pays occidentaux qui se soucient quotidiennement des droits de l'Homme et de la situation humanitaire à Alep et en Syrie en général, continuent à soutenir les radicaux et les extrémistes», a-t-il déclaré.

Le ministre russe a estimé que les extrémistes devaient quitter Alep, sous peine de mourir. «Dans tous les cas, si quelqu'un refuse de partir volontairement, il sera détruit. Il n'y a pas d'autres options», a-t-il affirmé.

Il a aussi accusé les extrémistes d'avoir «planifié avec la bienveillance de (pays) étrangers» le bombardement contre un hôpital de campagne russe qui a causé la mort de deux médecins russes et blessés plusieurs infirmiers russes et civils syriens.

Source : agences et rédaction

06-12-2016 | 14:11

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21165&cid=309#.WEbfYvnhA2w


 

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire