LE PRESIDENT ASSAD EXCLUT TOUT CHANGEMENT POLITIQUE AVANT UNE ISSUE MILITAIRE

  • Par
  • Le 02/11/2016
  • Commentaires (0)
  • Dans SYRIE

 

Assad exclut tout changement politique avant une issue militaire en Syrie

Dans une interview publiée par le New York Times mardi, le président Bachar el-Assad exclut tout changement politique avant une issue militaire au conflit et affirme qu'il compte rester au pouvoir au moins jusqu'à la fin de son troisième mandat de sept en 2021.

Assad exclut tout changement politique avant une issue militaire en Syrie

Assad «irradiait de confiance et d'amitié» durant l'interview avec des membres de la presse britannique et américaine. Au cours de l'entretien, il a accusé les USA d'être la force motrice dans le conflit et de soutenir activement les terroristes de «Daech» et d'autres groupes extrémistes.

«Je suis juste un gros titre - le méchant président, le bad guy, qui tue les gentils», a affirmé Assad aux journalistes. «Vous connaissez ce narratif. La vraie raison est de renverser le gouvernement. Ce gouvernement ne rencontre pas les critères des Etats-Unis».

Toutefois, le président a assuré qu'il souhaitait toujours entamer un dialogue même avec les USA. «Mais cela ne signifie pas abandonner notre souveraineté et transformer la Syrie en pays de marionnettes».

«Vous savez quel est l'objectif de ces médias? Ils veulent renverser un État qui n'est pas conforme aux critères des États-Unis», a-t-il ajouté.

Bachar Assad a, de même, souligné que l'armée syrienne allait finalement nettoyer tout le pays de la présence des terroristes.

En dépit d'énormes pressions internationales, Bachar el-Assad est convaincu qu'un soutien local fort va lui permettre de rester au pouvoir.

Le président syrien a regretté que personne ne parle des crimes de guerre des terroristes qui ont tué des milliers de civils.

«Supposez que leurs allégations soient vraies, qu'un président tue son propre peuple et que les États-Unis aident les Syriens! Alors, si c'est vrai, on doit se demander qui m'a soutenu pendant ces cinq dernières années. Comment je peux rester le président de la Syrie sans soutien de mon peuple? Ce n'est pas une histoire réelle, ça ?»

Il a ajouté qu'une grande partie de ce soutien provenait de personnes qui sont contre ses politiques et le parti Baath mais qui craignent que les alternatives soient un pouvoir extrémiste ou l'effondrement de l'Etat. «Ils ont appris le valeur de l'Etat», en conclut le président.

Source : sites web et rédaction

02-11-2016 | 10:10

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20714&cid=309#.WBniYvnhA2w


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire