SYRIE : LE "SULTAN" SERA "LIQUIDE"

tourtaux-jacques Par Le 06/10/2021 0

Dans SYRIE

A quoi riment les rumeurs américaines d'un Erdogan, "malade" qu'il faut "remplacer"?

Wednesday, 06 October 2021 1:30 PM  [ Last Update: Wednesday, 06 October 2021 1:32 PM ]

 30 

L’autoroute M4 commence de la ville de Lattaquié, au large de la Méditerranée, pour entrer dans la partie occidentale d’Idlib. (Photo d'archives)

C'est de loin le premier coup de massue que le Sultan reçoit en pleine figure depuis qu'il est appelé à rendre à César ce qui revient à César mais qu'il refuse obstinément de le faire. Et pourtant là où les forces de Tigre, Suhait Hassan font leur apparition, cela veut dire que la Russie ira jusqu'au bout. Après avoir massé chars, blindés, DCA, drones non loin des positions de l'armée syriennes à Idlib, puis envoyer ses drones à l'aide des avions espions US tenter frapper Hmeimim, et recevoir en échange des tapis de bombes visant les repaires de ses mercenaires, voici un raid qui a visé dans la nuit de mardi à mercredi l'armée turque. Certes le Sultan avait tout fait pour éviter à ses forces ce genre d'aléas allant même jusqu'à faire la paix entre les terroristes de HTS, ceux d'origine chinoise venus de Xinjiang ou encore ces daechiste d'origine soudanaise qui refont de plus en plus surface à Idlib ces derniers temps quitte à créer un nouveau QG regroupant tous les 'crabes" que compte le grand panier qu'Idlib.

Mais de toute évidence ce genre de tactique ne fonctionne plus et après Deraa, Assad et ses alliés ont hâte de priver le camp d'en face de la méga carte d'Idlib pour se tourner ensuite vers la Syrie orientale où Américains et Cie continuent à voler en toute impunité le pétrole, même par le Hezbollah a fait à l'aide des pétroliers iraniens en sorte que les USA se voient dans l'obligation de se désavouer, de pousser les sbires golfiens à s'ouvrir à Damas, quitte à même décider d'une levée partielle des sanctions.  Selon le site web militaire SouhFront , "des individus à l’identité inconnue ont attaqué un convoi militaire turc dans la province syrienne d’Idlib dans le nord-ouest".Un convoi militaire turc, bourré d’armes et de munitions, à destination des terroristes du sud d'Idlib qui vient ainsi  d'être pris pour cible par un groupe qui revendique aussitôt le coup comme pour effacer les traces du renseignement syrien et  ceux des pays alliés largement actifs ces jours ci à Idlib. 

Idlib: l'ultimatum d'Assad

Idlib: l'ultimatum d'Assad

Les coups écrasants des combattants russes ont arrêté les convois militaires turcs à Idlib.

À la suite de cette puissante explosion, plusieurs véhicules des forces armées turques ont été complètement calcinés. Au moins quatre soldats turcs ont été tués et trois autres blessés. Ce lourd bilan s'ajoute dont à la mort de deux soldats turcs tués  le 11 septembre dernier dans une attaque perpétrée à Idlib qui a fait trois blessés. Est-ce un signal d'alerte? la réponse est oui, surtout après l'échec du sommet Poutine-Erdogan à Sotchi. Mais que compte faire Erdogan? Est-il capable de se maintenir dans cette province où il avait surtout pour mission d'agir en synchronie avec Israël chaque fois que ce dernier lançait des frappes contre le territoire syrien? Certes ses conseillers affirment à qui veut bien entendre que la Turquie a autant droit que "la Russie et les USA de rester en Syrie" mais ce genre de discours a l'air daté depuis que les Etats Unis en sont à "dealer "avec Assad, à lui rendre même Al Tanf et la Syrie Est, en échange à ce qu'Assad laisse passer du gaz au Sud du Liban pour que  le Hezbollah ne continue à monter dans les sondages d'opinion. 

La décision russo-syrienne de mettre en œuvre l'accord de Sotchi et d'évacuer les terroristes des deux côtés de l'autoroute M4, place Erdogan devant trois options : la première option consiste à se rendre à Canssa comme en mars 20230 à accepter de coopérer avec la Russie pour mettre en œuvre l'accord de Sotchi en nettoyant la route Alep-Lattaquié et les villes de Jéricho et Jisr al-Choghour de la présence des groupes terroristes.

Syrie :

Syrie 

Mais Erdogan pourrait tout autant refuser de coopérer avec la Russie pour ne pas être accusé de trahison par des groupes terroristes, notamment les Frères musulmans, auxquels appartient son Parti la Justice et le développement, terroristes qui ont fait pendant toutes ces années un juteux fond de commerce pour lui, permettant à la Turquie de servir les intérêts de l'OTAN de la Libye au Caucase sud en passant par le Sahel.  La troisième option semble de loin être le plus facile : faire profile bas , continuer à faire des patrouille sporadiques avec les Russes tout en appuyant en coulisse les  groupes terroristes face à l'attaque de l'armée syrienne, soutenue par ses alliés de la Résistance, et l'aviation russe, un peu comme il l'a fait lors de la précédente opération militaire qui a conduit à la libération de la route Alep-Damas et de la ville de Saraqib, ainsi que de nombreux districts dans la banlieue sud d'Idlib. Or aucune de ces trois options ne signifiera la victoire du Sultan, au contraire, ce serait la fin de l'aventure syrienne. 

Pour l'heure Ankara commence à prendre des mesures pour apporter des changements sur le terrain dans la province, dans l'espoir d'empêcher une action militaire trop violente, mais l'incident de ce mardi risque d'alourdir sensiblement le coût d'un maintient de la présence turque à Idlib. L'armée syrienne s'apprête, sous couverture aérienne russe, à mener à bien cette opération tant attendue, afin d'ouvrir la route Alep-Lattaquié (M4), et de pénétrer plus que jamais dans la province contrôlée par le groupe terroriste Hayat Tahrir al- Cham (Front al-Nosra), qui comprend plusieurs camps de factions terroristes étrangers.

Turquie-Russie : une querelle de trop

Turquie-Russie : une querelle de trop

Le 17 septembre 2018, un accord a été conclu dans la ville russe de Sotchi en vue de créer des zones de désescalade entre Damas et les groupes terroristes soutenus par Ankara et opérant à Idlib. À ce jour, on attend toujours l’application de cet accord.

Si les attaques contre l'armée turque deviennent fréquentes, il serait difficile d'acheminer des chars, des véhicules blindés et de l'artillerie lourde aux sbires du Sultan  et a établir comme il semble en caresser l'idée un nouveau point militaire dans la zone de Jabal al-Zawiya, à proximité des lignes de contact avec les sites de déploiement de l'armée syrienne. Dans cette perspective, même l'éternelle tactique turque d'engager sur le terrain des mesures de transformation de la nature des groupes armés puis de les déployer dans leurs positions dans le nord de la Syrie, et ouvrir par là la voie à de nouvelles fusions entre ces groupes et Hayat Tahrir al-Cham, et tout ceci dans le but de redorer le blason de ce groupe terroriste et de son chef Abou Mohammad al-Jolani ne fonctionnera pas.

« La menace terroriste plane toujours sur Idlib et s'intensifie même dans certaines régions », a déclaré le lundi 4 octobre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'issue d'un tête-à-tête à Moscou avec son homologue égyptien, Sameh Choukry. « La menace terroriste sévit toujours dans la zone de désescalade d'Idlib et s'intensifie même dans certaines régions. Aujourd'hui, nous avons exprimé notre inquiétude face à cette situation », a-t-il déclaré en réponse à une récente sortie de l'entourage d'Erdogan. 

« En ce qui concerne la déclaration du porte-parole de la présidentiel turc Ibrahim Kalin, je préfère citer la déclaration du président Erdogan qui a déclaré publiquement plus d'une fois que la Syrie est un État indépendant et que la Turquie respectera pleinement sa souveraineté et son intégrité territoriale. C'est pourquoi, dans le cadre du règlement final, nous partirons du fait que la Turquie s'en tiendra à cette position » a déclaré Lavrov, en allusion aux propos tenus par Kalin selon lesquels la Turquie avait le droit d'être présente en Syrie, au même titre que la Russie et les États Unis.

Israël: ce que propose l'Iran à Poutine!

Israël: ce que propose l'Iran à Poutine!

Un remake de la Syrie dans le Caucase sud pour mettre au pas US/OTAN et acolyte en Asie 

Lavrov a cité la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui réitère la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Syrie. « En vertu de cette résolution, seules les forces armées qui ont été invitées par le gouvernement légitime de la Syrie, membre des Nations unies, ont le droit d'être présentes dans ce pays », a-t-il conclu.

Tout porte à croire que le jeu syrien touche à sa fin pour le Sultan  d'autant que tout dialogue avec la Syrie, Assad l'a conditionné à un retrait des  troupes turques du nord du pays. L'AKP est dans l'impasse et avec elle, la politique étrangère de la Turquie. Or c'est le genre de situation qui pousse en général Erdogan à commettre des folies.... Le front caucasien qu'il cherche désespéramment à ouvrir contre l'Iran pourrait en être la manifestation... Mais la Résistance permettra-t-il au pompier pyromane à embraser pour la seconde fois en un an le Caucase sud? Peu probable. Et Comment? les jours à venir nous le diront...

http://french.presstv.ir/Detail/2021/10/06/667946/Syrie-convoi-militaire-turc-vise-a-Idlib--

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire