SYRIE : LE "TUEUR" DES F-35 ADIR ARRIVE!

Quelle composante de la DCA made in Iran sera envoyée en Syrie pour barricader le ciel syrien contre Israël?

Thu Jul 9, 2020 12:57PM

Un F-16 israélien abattu en Syrie en 2016.(Archives)

Un F-16 israélien abattu en Syrie en 2016.(Archives)

Mercredi 8 juillet, les sources iraniennes ont fait état de la signature d'un nouvel accord militaire et sécuritaire entre l'Iran et la Syrie qui n'a cessé depuis de provoquer moult analyses. L'une des clauses de cet accord vise à "renforcer la DCA syrienne", qui a tenu bon face à des centaines de frappes israéliennes mais qui au regard d'une complexification des méthodes employées par l'agresseur, demande à être optimisée. Alors que l'Amérique de Trump fait tout pour proroger l'embargo sur la vente d'arme à l'Iran à son expiration en octobre, la Syrie devient par son alliance indéfectible avec l'Iran et l'axe de la Résistance, le théâtre d'un réel face-à-face : arme de la Résistance contre arme de l'Empire. Une chose est sûre : les éléments de la DCA made in Iran qui iront renforcer le ciel de l'est, voire du centre et de l'ouest syrien ont déjà fait leur preuve, l'US Air Force s'étant heurtée à leur pleine puissance, en été 2019 quand un Global Hawk US s'est aventuré dans le ciel iranien.

Khordad-3 monté sur un destroyer iranien

Khordad-3 monté sur un destroyer iranien

La Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique a publié des images montrant l’installation du système de défense antiaérienne Khordad-3 sur un navire.

Israël use d'attaque électromagnétique, de leurre électronique, de missiles de croisières sans pour autant oser s'infiltrer réellement dans le ciel syrien. Souvent, Israël a été tenté par une infiltration tout en ayant leurré au préalable les radars de la DCA syrienne. Une fois la DCA made in Iran sur place, saura-il refaire le coup? Khordad-3 est l'une des pièces de la DCA made in Iran qui pourrait prendre de court Tel-Aviv. Le défi est de taille. Khordad-3 est une DCA propre à opérer dans un champ de guerre électronique puisqu'il a de quoi déjouer les missiles de croisière ou drones et avions agissant à distance. Mais comment? 

Le système de défense aérienne Khordad-3 développé par l'Iran a réussi à détecter et à abattre le drone de reconnaissance américain, RQ-4 Global Hawk, en juin 2019.©Reuters

"Il est doté d'un système électro-optique, ce qui en a renforcé la capacité non seulement pour déjouer des attaques électroniques, mais aussi pour mieux intercepter des appareils furtifs ennemis. On sait à quel point Israël a abusé de l’usage des armes de précision à distance pour réduire à néant la DCA syrienne et dans ses toutes dernières agressions, même Pantsir, TOR et Buk qui composent le gros de la DCA syrienne ont été pris pour cible des assauts électromagnétique, dit un expert. 

L'Iran sort ses cyber-destroyers!

L'Iran sort ses cyber-destroyers!

Le champ d’action de la marine iranienne en matière de guerre électronique s’élargit.

"En effet, des avions de guerre électroniques ou des drones sont engagés à créer de fausses cibles sur le radar de la DCA et quand le système de défense commence à tirer, des chasseurs, dotés des armes de précision de distance le localisent et l'interceptent avant de le détruire. Or pour faire face à cette tactique, le système Khordad-3 utilise simultanément deux systèmes, radar et dispositif électro-optique. En principe, il est très difficile voire impossible de perturber les systèmes électro-optiques d'où la vertu de Khordad-3. 

Les systèmes électro-optiques sont non détectables, au contraire des radars, ce qui les rend moins vulnérables aux ondes électromagnétique. Leur combinaison avec un système radar permettra à la DCA de continuer à opérer même en dépit d'une forte attaque électromagnétique. 

Lire plus: Un an après la destruction du MQ-4C US par l'Iran, MQ-4C "iranien" refait surface....

Les systèmes de défense Raad-2, le système d'artillerie Seraj et le système de défense Herz-9 sont des exemples d'équipement des systèmes de défense iraniens à se classer dans cette catégorie. Il s'agit donc d'autant de prototypes qui pourraient intéresser l'armée syrienne. Mais Khordad-3 est aussi doté d’antenne réseau à commande de phase. Il est donc en mesure de détecter et d’intercepter d’une manière passive ses cibles. C'est presque une forme de furtivité. Cela signifie que ce système peut détecter des cibles puis verrouiller des images dessus sans émettre d'ondes électromagnétiques et échapper de la sorte à l'interception enemie. Et à l'inverse, cette fonctionnalité signifie que l'ennemi est surveillé et même frappé sans en être alerté au préalable. Être passif rend également presque impossible toute tentative de brouillage. 

Un chasseur comme un F-16 utilise divers systèmes pour dévier le missile qui est tiré en sa direction, mais il est presque impuissant face aux missiles qui sont tirés sur lui à l'aide d'une DCA dotée de systèmes électro-optiques. Surtout si comme c'est le cas de Khordad-3, le système est également équipé de caméras thermique et de vision nocturne. Ce qui rend la DCA capable de poursuivre sa mission même dans la nuit et même dans des conditions météorologiques défavorables. Alors le pari est lancé : Khordad-3 contre les missiles de croisière israéliens, les drones voire même des avions furtifs. Les bluffeurs israéliens évoquent de plus en plus des missions des "F-35" au-dessus de la Syrie. 

Guerre électronique: le CGRI répond

Guerre électronique: le CGRI répond

Le CGRI a dévoilé ce samedi deux nouveaux acquis scientifiques pour la promotion des systèmes de défense électronique du pays.

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/09/629247/Guerre-lectronique--la-suprmatie-iranienne


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire