ENVOI D'UNE BRIGADE US EN TUNISIE SOUS PRÉTEXTE D'UNE MENACE RUSSE. MOSCOU RÉPOND

 

Un soldat américain à la base aérienne d'Al-Asad en Irak (archive photo)

Les USA envoient des troupes en Tunisie sous le prétexte d’une menace russe, Moscou répond

© CC BY 2.0 / The U.S. Army/Spc. Gary Silverman / Medical evacuation security

INTERNATIONAL

URL courte

25677

S'abonner

Les déclarations de Washington sur une prétendue menace militaire russe ne sont qu’un prétexte pour envoyer des troupes en Afrique et au Moyen-Orient, a déclaré à Sputnik Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Les États-Unis formulent de nouvelles accusations contre Moscou uniquement pour renforcer leur présence militaire au Moyen-Orient et en Afrique, a déclaré jeudi 4 juin à Sputnik la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

«Nous avons remarqué que Washington ne cesse de diffuser des informations sur des actions russes à caractère militaire, lesquelles représenteraient une menace pour la sécurité de l’Afrique du Nord. Les États-Unis le font depuis longtemps de manière sporadique. On assiste actuellement à une nouvelle flambée, sans en voir d’exemples, de faits ou d’informations concrètes. Les Américains ne prennent pas la peine de fournir des faits», a indiqué Mme Zakharova.

 

 

Armée nationale libyenne (ANL)

© AP PHOTO / ESAM OMRAN AL-FETORI

Les forces du maréchal Haftar engrangent un nouveau succès en Libye

Selon elle, «les déclarations sur une prétendue expansion russe ne sont qu’un prétexte primitif pour augmenter le groupement militaire américain dans la région».

 

«Malheureusement, on assiste à une guerre de l’information, ce sont de fausses informations», a-t-elle ajouté.

Nouvelles accusations de Washington

Le commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) a annoncé ce jeudi 4 juin qu’une autre brigade d’assistance à la sécurité (SFAB) pourrait être envoyée en Tunisie. Il l’a expliqué par sa préoccupation concernant la sécurité régionale en Afrique du Nord tout en accusant Moscou d’«attiser le conflit libyen».

Les États-Unis avaient déjà accusé la Russie de s’ingérer dans les affaires de la Libye en soutenant les forces de Khalifa Haftar. Moscou rejette ces accusations et soutient qu’elle souhaite que la paix soit rétablie en Libye.

Situation en Libye

La Libye est plongée dans un chaos gouvernemental depuis le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011. Le pays est divisé entre plusieurs entités rivales.

Soutenu par l’Onu et l’UE, le Gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj est présent à Tripoli, alors qu’un parlement élu par le peuple est appuyé par l’Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar dans l’est du pays, qui tente d’entrer dans la capitale depuis 2019.

https://fr.sputniknews.com/international/202006041043898329-les-usa-envoient-des-troupes-en-tunisie-sous-le-pretexte-dune-menace-russe-moscou-repond/


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Tourtaux
Jacques Tourtaux
Que vient faire la Russie en Libye, en soutien au salopard Haftar si ce n'est pour des visées pétrolières?

Momo David
Ça sera comme les pays du Golfe . Ils vont mettre des bases militaires soit disant pour les protéger ,les menaces terroristes d'aech .

Jacques Tourtaux
Je pense que Poutine cherche à coloniser l'Afrique pour remplacer le colonialisme occidental par un colonialisme russe. Les peuples africains aspirent à autre chose qu'à un changement de colonialisme, quelle que soit sa forme. Les peuples africains ont des droits légitimes notamment celui de disposer d'eux-mêmes et surtout de ne pas dépendre d'Etats impérialistes.

Momo David
Jacques Tourtaux pour savoir même le président turc Ardegan il a fait pas mal de déplacement en nord d'Afrique même au moyens orient il veux récupérer les terres qu'ils ont été "un jour " dépend au l'empire ottoman alors il ya une guerre froide entre la Russie et la Turquie veulent un nouveau découpage des terrains déjà la syrie une guerre de diplomatie entre la Russie et la Turquie

Jacques Tourtaux
Erdogan dont l'hégémonie n'a pas de limites est un dangereux caméléon qui trahit constamment ses alliés du moment et Poutine, très intéressé par les ventes d'armes russes très sophistiquées à la Turquie et par le partage des gâteaux syrien et irakien notamment, se fait piéger à chaque fois par Erdogan.

Ajouter un commentaire