TURQUIE

LE PARTI COMMUNISTE DE TURQUIE (TKP) : LE SOCIALISME EST IMPÉRATIF POUR NOTRE SANTE !

TKP: LE SOCIALISME EST IMPÉRATIF POUR NOTRE SANTÉ!

 Solidarité Internationale PCF TurquieTKPCorona-virus 0

19 MARS 2020

TKP: Le socialisme est impératif pour notre santé!TKP: Le socialisme est impératif pour notre santé!

Le ministre turc de la Santé, Fahrettin Koca, a annoncé lundi soir que le nombre de cas confirmés de coronavirus en Turquie était passé à 47 en six jours après le premier cas confirmé.

Soulignant l’incapacité du monde capitaliste à trouver des solutions à la pandémie, le Parti communiste de Turquie a publié une déclaration en 12 points concernant l’épidémie mondiale de coronavirus, montrant comment le socialisme fournirait des pratiques favorables aux populations. La déclaration vise à comparer la façon dont le socialisme réagirait à une telle pandémie avec la situation incompétente des États aujourd'hui.

La déclaration complète est la suivante:

"Le monde capitaliste et la Turquie glissent dans un chaos désespéré contre la nouvelle épidémie de coronavirus. Nous ne sommes pas condamnés à cette situation. Dans la Turquie socialiste, l'épidémie serait facilement maîtrisée et empêchée de se transformer en désastre social pour les travailleurs.

Mais comment? De cette façon;

1. Tous les hôpitaux et institutions privés seraient nationalisés.

Aujourd'hui, l'État fonctionne avec une la moitié des forces disponibles car la plupart des établissements médicaux sont privés. Même les hôpitaux publics ont été restructurés pour des profits orientés vers le marché. La première tâche consisterait à les nationaliser et à les réorganiser sur la base de principes favorables au peuple pour servir à la lutte contre l'épidémie.

2. Les banques, les installations industrielles et le secteur des services seraient également nationalisés.

Ces pratiques de nationalisation renforceraient largement le pouvoir de l'État dans la lutte contre l'épidémie. Aujourd'hui, le gouvernement capitaliste est en train de couper les dépenses publiques pour transférer les ressources à la crise des patrons. Dans les circonstances actuelles, cependant, toutes les ressources auraient dû être utilisées pour développer et protéger la santé publique.

3. Les pratiques de nationalisation permettraient une planification centrale.

La planification centrale signifie la volonté politique des travailleurs. C'est le seul moyen de faire face à un problème social de manière rationnelle en utilisant tous les moyens disponibles. En plus de la production, les villes, les espaces publics et les transports seraient à l'agenda de la planification.

4. Des instituts seraient créés immédiatement pour la vaccination, le traitement et les critères de diagnostic contre le coronavirus.

La Turquie ne peut ni produire de vaccins ni de médicaments pour le traitement. Il est douteux de savoir dans quelle mesure les critères de diagnostic fonctionnent correctement et, jusqu'à présent, il n'a pas été possible d'obtenir des informations fiables. L'une des premières affaires de la Turquie socialiste serait de rassembler les scientifiques pour se concentrer sur cette tâche dans des instituts où des développements rapides seraient fournis.

5. Les services de santé seraient entièrement gratuits.

Tout le monde aurait des services de santé gratuits. Chacun serait inconditionnellement soumis à la sécurité sociale. Des masques et des désinfectants contre l'épidémie seront fournis gratuitement. L'accès aux services de santé serait assuré non seulement dans les établissements médicaux mais aussi dans les quartiers, les écoles et les lieux de travail.

6. La religion et les affaires d'État seront séparées.

Dans la Turquie socialiste, la Direction des affaires religieuses (Diyanet) n'aurait aucun effet sur les processus décisionnels. Les personnes revenant du pèlerinage de la Omra seraient mises en quarantaine sainement, les étudiants ne seraient pas évacués de leurs dortoirs à minuit.

7. L'application de la quarantaine ne serait pas arbitraire mais une tâche sociale obligatoire.

La mise en œuvre de la quarantaine, la méthode la plus efficace contre l'épidémie, ne serait pas arbitraire pour la population, ce serait une pratique obligatoire et précise en tant que tâche sociale.

8. Les médias seraient réorganisés de manière à diffuser les vérités au public.

Les médias ne seraient pas une trompette du pouvoir au pouvoir, ils seraient réorganisés pour permettre au peuple d'accéder à de vraies informations. Par conséquent, les gens pouvaient accéder à des informations fiables sur la prévalence de l'épidémie.

9. Le pillage des marchés et le stockage ne seraient pas autorisés.

Les gens ont vidé les étagères pour stocker de la nourriture et du matériel de santé car ils ne font pas confiance à l'État contre l'épidémie. Dans la Turquie socialiste, cependant, les parts de chacun seraient garanties et livrées même dans des conditions difficiles. Le stockage ne serait pas autorisé.

10. Les crises économiques n'émergeraient pas.

Il n'y aurait pas de faillite car les entreprises nationalisées ne rechercheraient pas de profit. Il n'y aurait pas de licenciements en raison de faillites et de l'avidité des patrons pour le profit.

11. L'égoïsme serait condamné, l'esprit de partage et de solidarité prévaudrait.

Les personnes conscientes de la société socialiste se soucieraient initialement des individus ayant besoin de protection et se mobiliseraient entièrement pour répondre à leurs besoins dans de tels états d'urgence. Les mesures l'emporteraient rapidement dans la société consciente et l'éclipse actuelle de raison ne serait pas vécue.

12. Une société socialiste serait porteuse d'espoir.

Il serait possible de parler d'une société confiante et froide d'esprit qui fait confiance à la science et à l'avenir contre de tels défis au lieu d'un état mental de panique, d'impuissance et de désespoir dirigé par le coronavirus.

Encore une fois, nous pouvons voir l'importance de tous ces faits en ces jours de flambée actuelle. Nous croyons que l'humanité triomphera de nos jours. L'humanité se démarquera avec et seulement avec ces valeurs.

Le Parti communiste de Turquie appelle à un tel ordre social."

http://solidarite-internationale-pcf.fr/2020/03/tkp-le-socialisme-est-imperatif-pour-notre-sante.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail


 

ERDOGAN A PROPOSE A POUTINE D'EXPLOITER DES CHAMPS PÉTROLIFÈRES EN SYRIE

Erdogan dit avoir proposé à Poutine d’exploiter des champs pétrolifères en Syrie

 Depuis 6 heures  10 mars 2020

erdogan_poutine1

erdogan_poutine1

 Monde islamique - Moyent-Orient - Syrie - Turquie

 

Rédaction du site

Évoquant sa rencontre avec Vladimir Poutine, le Président turc a déclaré avoir proposé à son homologue russe d’exploiter en commun des gisements pétrolifères syriens dans les régions de Deir Ezzor et Qamichli.

«J’ai proposé à Vladimir Poutine de contribuer, financièrement parlant, à la restauration de la Syrie en y exploitant du pétrole [à Deir Ezzor et Qamichli, ndlr], quant à nous, nous sommes prêts à nous engager dans des travaux contractuels dans cette affaire », cité par le quotidien turc Sabah.

Le Président turc a également admis qu’Ankara pourrait faire une proposition similaire à Washington.
«Si des mesures sont prises dans ce sens, je peux faire une proposition pertinente à Donald Trump. Grâce à cela, nous aurons l’occasion d’aider à reconstruire et à rebâtir la Syrie, au lieu de permettre aux terroristes d’utiliser ces ressources», a-t-il ajouté.

Selon Recep Tayyip Erdogan, le pétrole que les terroristes exploitent n’est pas de bonne qualité alors que, s’il est raffiné comme il faut, il pourrait servir à la reconstruction de la Syrie.

Moscou a toujours affiché des positions de soutien ferme à la souveraineté de la Syrie, critiquant ouvertement la décision américaine d’occuper les zones pétrolifères syriennes à l’est de l’Euphrate en vue de les exploiter à l’insu du gouvernement syrien.

Source: Avec Sputnik

http://french.almanar.com.lb/1672871


 

LE PRESIDENT TURC ERDOGAN ORDONNE AUX GARDE-COTES D’EMPÊCHER LES MIGRANTS DE TRAVERSER LA MER ÉGÉE

Erdogan ordonne aux garde-côtes de stopper les migrants en mer Egée

 Depuis 8 heures  7 mars 2020

Erdogan ordonne aux garde-côtes de stopper les migrants en mer Egée

Erdogan ordonne aux garde-côtes de stopper les migrants en mer Egée
Erdogan ordonne aux garde-côtes de stopper les migrants en mer Egée

 Monde islamique - Turquie

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a donné l’ordre aux garde-côtes d’empêcher les migrants de traverser la mer Egée, a annoncé le service des garde-côtes sur Twitter.

« Sur ordre du président (…) aucune autorisation ne sera donnée aux migrants de traverser la mer Egée en raison des dangers que cela comporte », a twitté ce service.

« L’approche consistant à ne pas intervenir pour empêcher les migrants de quitter la Turquie reste valable, sauf pour ce qui concerne les départs par la mer, en raison des dangers », a-t-il ajouté.

Le service des garde-côtes a déclaré avoir sauvé jeudi 97 migrants en danger, accusant les  Grecs d’avoir « dégonflé leurs trois bateaux et les avoir laissé dériver, à moitié en train de couler ».

Ankara et Athènes échangent continuellement des accusations concernant les migrants, les Turcs parlant de la brutalité des Grecs à l’encontre des migrants, les Grecs accusant la Turquie de les pousser et même de les aider à l’émigration vers la Grèce.

Des milliers de migrants tentent de passer la frontière terrestre entre la Turquie et la Grèce depuis que le président turc a annoncé le 29 février qu’il cessait de respecter l’accord de 2016 qui prévoyait que les migrants restent en Turquie, en échange d’une aide financière européenne à la Turquie.

Officiellement, Ankara proteste contre l’insuffisance de cette aide pour faire face au coût des quatre millions de migrants et de réfugiés, principalement Syriens, qu’elle accueille depuis des années.

Les Européens, qui avaient proposé un milliard d’euros supplémentaire d’aide qu’Ankara a refusé, y voient un chantage politique pour obtenir un soutien occidental aux opérations militaires turques en Syrie.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/1669417


 

BAGARRE GÉNÉRALE AU PARLEMENT TURC ENTRE PRO ERDOGAN ET OPPOSANTS A L'ENVOI DE SOLDATS TURCS FAIRE LA GUERRE EN SYRIE OU LEUR PRESENCE EST ILLÉGITIME

Bagarre générale au parlement turc à cause de l’opération militaire en Syrie – vidéo

 Depuis 4 heures  5 mars 2020

bagarre_turquie

bagarre_turquie

 Monde islamique - Turquie

 

Une séance houleuse au parlement turc sur l’implication militaire de la Turquie dans le nord-ouest de la Syrie s’est soldée le 4 mars par une bagarre entre les élus de partis opposés.

Une vidéo enregistrée lors de la séance montre des dizaines de législateurs du parti du Président Erdogan et du principal parti d’opposition en pleine altercation, certains d’entre eux en venant jusqu’aux mains avant que d’autres n’essaient de s’interposer.

Plusieurs personnes se sont retrouvées par terre, rapporte la télévision turque Habertürk. La séance a dû être interrompue.
Des insultes réciproques

L’affrontement commence lorsqu’Engin Ozkoc, du Parti républicain du peuple (opposition), prend la parole. Lors d’une conférence de presse tenue peu avant, M.Ozkoc a qualifié M. Erdogan d’«indigne, ignoble, bas et perfide».

Il a également accusé le Président d’avoir envoyé des Turcs à la guerre tandis que la progéniture d’Erdogan a évité le service militaire, précise Associated Press.

Précédemment, à l’occasion d’un discours prononcé devant des membres de son parti, Recep Tayyip Erdogan avait lui-même accusé l’opposition d’être «indigne, ignoble, bas et perfide» pour avoir remis en question l’implication militaire de la Turquie dans le gouvernorat d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie.

La Turquie à Idleb

Les tensions sont vives après la mort de plus de 50 soldats turcs dans le gouvernorat syrien d’Idleb au cours du mois dernier, dont 33 ont été tués lors d’une attaque menée contre les positions des terroristes le 27 février.

Les djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (anciennement connu sous le nom de Front al-Nosra) ont alors lancé une attaque contre les positions des forces gouvernementales syriennes. Damas a riposté, tuant 36 soldats turcs qui, comme l’a précisé la Défense russe, n’auraient pas dû s’y trouver. La Russie a pris des mesures pour instaurer un cessez-le-feu côté syrien et a assuré l’évacuation des morts et des blessés.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/1666491


 

LE "PEARL HARBOR" TURC TOURNE COURT !

Idlib: la DCA syro-russe abattra les F-16 turcs dans le ciel turc!

Mon Mar 2, 2020 7:17AM

TOS-1 flamethrower. (Illustraion)

00:0000:47HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

TOS-1 flamethrower. (Illustraion)

Ce fut à l'israélienne : deux F-16C des forces aériennes turques ont abattu à quelques heurs d'intervalle et à partir du ciel du sud de la Turquie deux Su-24 MK2 de l'armée de l'air syrienne au -dessus de la zone libérée du sud d'Idlib, confirmant l'hypothèse de ceux des analystes qui soupçonnent Erdogan d'avoir à Idlib pour seule mission celle de retarder la libération de Deir ez-Zor sur la rive est de l'Euphrate, encore occupé par les USA et Israël.

Des sources militaires affirment d'ailleurs qu'un brouillage électromagnétique très intense est à signaler entre la Turquie et la Syrie, signe qu'au contraire du récit médiatique en cours, ni Israël ni non plus l'armada otano-américaine en pleine activité dans l'est de la Méditerranée ne sont resté les bras croisés et qu'ils apportent à Erdogan de l'assistance mais seulement du mieux qu'ils peuvent. Quelques heures avant cette deuxième folie, Erdogan en avait commise une première : s'en prendre directement au QG du commandement militaire iranien au sud d'Idlib, y provoquant la mort, selon un dernier bilan du Hezbollah, de 9 combattants de la Résistance. 

Idlib: l’ultimatum du CGRI au Sultan!

Idlib: l’ultimatum du CGRI au Sultan!

Force Qods à la Turquie : "les militaires turcs sont à notre portée, cessez de jouer avec le feu"

Dans son ultimatum la Force Qods du CGRI a très clairement mis en garde le "Sultan" de revenir sur terre et de ne pas mettre à l'épreuve les puissances balistiques iraniennes puisqu'après tout, vouloir servir Israël sur le sol syrien, quitte à  s'obstiner dans une insane erreur qui est celle d'occuper les terres des autres à coup de baïonnette, est un dangereux tournant que ni l'Iran ni la Russie en dépit de leur partenariat économique avec Ankara ne toléreront guère. 

Dimanche dans la soirée, le ministère russe de la Défense a emboîté le pas au CGRI. Il a déclaré qu’après l’annonce de la fermeture de l’espace aérien d’Idlib par le gouvernement syrien, Moscou "ne pourrait plus garantir la sécurité des avions turcs dans le ciel du nord de la Syrie". Cela veut dire que désormais en plus des drones d'attaque Anka S turcs dont 6 ont été intercepté et abattus dimanche soir au dessus de Saraqib et ce, sous le feu particulièrement intense de la DCA syrienne, les hélicoptères et les avions de combat de la Turquie y passeront aussi, puisque les amis US/OTAN d'Erdogan l'ont poussé vers le précipice sans lui fournir ni des Patriot ni des missiles de longue portée. Cela veut dire aussi que les appareils turcs seront visés dans le ciel turc! C'est largement préventif, quand on sait que dans son extrême folie, Erdogan pourrait même être tentée d'envoyer ses F-16 kamikaze s'abattre sur les positions syriennes, russes et de la Résistance.

Erdogan fera la peau de l'armée turque?!

Erdogan fera la peau de l'armée turque?!

L'armée turque sera-t-elle sacrifiée sur l'autel des intérêts de l'OTAN et des USA?

Le site militaire Avia.pro commente ce tournant: "les chasseurs F-16 turcs n'ont pas de missiles à longue portée et que par conséquent, ils peuvent être facilement détruits par les systèmes de défense aérienne syriens. Jusqu'ici, la DCA syrienne a évité de s'en prendre à l'aviation turque au-dessus du territoire turc, ce qui n'est de vigueur puis le ciel du nord est "zone militaire fermée" et que l'espace aérien turc est parfaitement à la porté des S-200 syriens". Ainsi l'idée d'un Pearl Harbor à la Turque pour briser la puissante DCA syrienne qui couvre le sud turc et le nord irakien est tuée dans l'oeuf.

Pour le reste, SANA rapporte l'arrivée d'un méga convoi militaire syrien dans la nuit de dimanche à lundi à l'est et au sud d'Idlib, convoi visiblement chargé de ce qu'ont déchargé récemment deux navires de guerre russe à Tartous : de nouvelles pièces de la DCA. SANA dit : "ce sont des armements modernes et en conformité avec les évolutions en cours sur le front d'Idlib. L'armée syrienne cherche à changer rapidement et de façon irréversible la donne en sa faveur et ce, après que sa DCA soit entrée pleinement en fonction. C'est une phase destinée à contrer la chasse turque (otano-américaine aussi, NDLR). 

Selon un certain nombre de sources d’informations russes, ces derniers jours, la Russie a transféré plusieurs systèmes de lance-flammes lourds en Syrie qui capables de provoquer la destruction à grande échelle d’effectifs, de véhicules blindés et de fortifications sur de vastes zones.

Avia.pro affirme que jusqu'à 10 systèmes TOS-1A (système de lance-roquettes multiple lourd) ont été transférés en Syrie, la superficie totale couverte par une salve de roquettes pouvant atteindre les 40 kilomètres. Ce système, surnommé la «machine à grésiller» militaire, devrait sérieusement surprendre les troupes turques et otaniennes.

Un petit aperçu en a été donné dimanche à travers une frappe par le biais de missiles tactiques Toshka et visant un gros convoi d'armes turc, composé de 30 à 40 véhicules. Sur la vidéo les hélicoptères turcs évacuent des morts et des blessés, une cinquantaine en tout. 

Last Defender@LastDef

 

Turkish helicopters moving in to evacuate the dead and injured

Embedded video

16

Twitter Ads info and privacy

See Last Defender's other Tweets

"Et encore  l'armée syrienne s'est gardé d'abattre des hélicoptères militaires turcs en pleine opération d'évacuation! Elle aurait pu le faire puisque la zone est militairement fermée", constate une source militaire.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/02/619937/Idlib-Syrie-Russie-Turquie


 

LIBYE : LA TURQUIE A SAIGNE

Les USA veulent débarquer en Libye

Sun Feb 23, 2020 6:17PM

Des soldats turcs. (Photo d'archives)

Des soldats turcs. (Photo d'archives)

Seize militaires de l’armée turque ont été tués jusqu’ici par les forces armées libyennes, a déclaré un haut commandant de l’Armée nationale libyenne (ANL).

Cité par l’édition arabophone de Russia Today, Khaled al-Mahjoub a menacé le président turc, Recep Tayyip Erdogan, de tuer un nombre plus élevé de ses militaires.

Samedi 22 février, Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie combattait l’ANL, dirigée par le maréchal Haftar, en Libye. Il a reconnu qu’un certain nombre de soldats turcs avaient été tués dans ce pays.

Libye: un navire turc frappé

Libye: un navire turc frappé

Une frégate turque transportant de l’armement a été la cible d’une attaque ce mardi dans le port de Tripoli en Libye.

Par ailleurs, Fathi Bashagha, ministre de l’Intérieur du gouvernement d’union nationale (GNA), a déclaré qu’il n’existait aucun obstacle pour l’implantation d’une base militaire américaine en Libye.

Cité par Bloomberg, Fathi Bashagha a souligné que les Russes étaient présents en Libye pour assurer leurs propres intérêts dans ce pays ainsi qu’en Afrique et non pas pour prêter main-forte à Khalifa Haftar.

D’autre part, le GNA a suspendu, mardi dernier, sa participation aux négociations militaires de Genève, suite à l’attaque des miliciens de Haftar contre le port commercial de Tripoli. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/23/619356/Libye-GNA-ANL-Haftar-Russie-Etats-Unis-Turquie


ERDOGAN ANNONCE LA MORT DE SOLDATS TURCS EN LIBYE

Tripoli

Erdogan annonce la mort de militaires turcs en Libye

© AFP 2019 MAHMUD TURKIA

INTERNATIONAL

URL courte

308715

S'abonner

Le Président turc a fait état de pertes dans les rangs de ses militaires déployés en Libye, évoquant également de nombreuses victimes au sein de l'armée de Haftar auxquel ils s’opposent.

Recep Tayyip Erdogan a annoncé samedi 22 février la mort de «plusieurs» militaires turcs en Libye, se gardant pour autant de préciser leur nombre, relate l'agence de presse officielle turque Anadolu.

 

Ville de Tobrouk, Libye

© CC0 / MAHER27777

La Turquie a transféré en Libye des «milliers de mercenaires», dénonce un ministre d’Haftar - exclusif

En janvier, la Turquie a commencé à déployer ses troupes en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli face aux forces de l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar.

 

«Plusieurs de nos héros sont tombés en Libye, mais les pertes dans les rangs de Haftar ont atteint près d'une centaine de mercenaires», a déclaré Erdogan s'exprimant à Izmir samedi 22 février.

La chaîne Sky News Arabia qui cite des sources au sein de l’armée de Haftar évoque pour sa part 16 morts parmi les militaires turcs et plus de 100 parmi les mercenaires pro-Ankara dépêchés depuis la Syrie. Ils auraient été tués dans des combats dans les environs de Tripoli.

La Libye dans le chaos

La Libye a basculé dans le chaos après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

La confrontation oppose deux blocs principaux: le gouvernement d'entente nationale, reconnu par l'Onu, dirigé par Fayez el-Sarraj, et l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, qui a lancé ses forces sur Tripoli au printemps dernier.

Lors de leur première réunion début février, les belligérants libyens ont admis la nécessité de transformer la trêve en un cessez-le-feu permanent sans toutefois parvenir à un accord. Pour l'Onu, l'obtention d'un tel cessez-le-feu n'est toutefois pas une «précondition» au lancement du dialogue politique interlibyen le 26 février à Genève.

https://fr.sputniknews.com/international/202002231043115373-erdogan-annonce-la-mort-de-militaires-turcs-en-libye/


 

LA TURQUIE TRANSFÉRE DU MATERIEL MILITAIRE VERS LA FRONTIÈRE SYRIENNE… AVEC LA COMPLICITÉ DE POUTINE DONT LA BOSSE DU COMMERCE SE DÉPLOIE TOUS AZIMUTS

 la zone de désescalade d’Idlib

La Turquie transfère du matériel militaire vers la frontière syrienne

© Sputnik . Mikhail Voskresenski

INTERNATIONAL

URL courte

8720

Plusieurs véhicules blindés turcs ont atteint la zone frontalière entre la Turquie et la province syrienne d’Idlib, où un cessez-le-feu unilatéral concernant l’armée syrienne vient d’être proclamé.

L’armée turque poursuit le transfert de son matériel militaire vers sa frontière avec la Syrie, relate vendredi 30 août l’agence officielle turque Anadolu.

 

Char de l'armée syrienne

© SPUTNIK . BASSEM HADDAD

L’armée russe met en place un cessez-le-feu unilatéral à Idlib

Selon cette source, une colonne de chars et de véhicules blindés provenant de différentes unités militaires du pays ont atteint la région d’Antakya située dans une zone frontalière entre le gouvernorat syrien d’Idlib et la province turque de Hatay. La colonne est partie en direction des unités militaires déployées à la frontière syrienne, tout en respectant les mesures de sécurité.

 

L'armée russe a annoncé vendredi qu'un cessez-le-feu unilatéral, concernant uniquement l'armée syrienne, entrera en vigueur samedi 31 août dans la région d'Idlib, dans le nord-ouest du pays, en proie aux combats.

L'ensemble de ce secteur est censé être protégé par un accord sur une «zone démilitarisée», dévoilé en septembre 2018 par la Turquie et la Russie. Le Président Recep Tayyip Erdogan a de nouveau dénoncé une offensive «inacceptable» dans cette zone, prévenant que des centaines de milliers de déplacés syriens se rapprochaient de la frontière turque.

https://fr.sputniknews.com/international/201908301042014246-la-turquie-transfere-du-materiel-militaire-vers-la-frontiere-syrienne/


 

TURQUIE : LES S-400 RUSSES SERONT OPÉRATIONNELS DES AVRIL 2020. CE N'EST PAS UNE BONNE NOUVELLE... SURTOUT POUR LA SYRIE

Turquie: les S-400 russes seront opérationnels dès avril 2020

folder_openAsie access_timedepuis 2 jours

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

La Turquie pourra commencer à utiliser les systèmes anti-aériens russes S-400, dont la livraison a démarré mi-juillet, dès avril 2020, a déclaré vendredi le président Recep Tayyip Erdogan.

«Au printemps prochain, si Dieu le veut en avril 2020, nous serons en mesure de commencer à utiliser activement les (S-400)», a déclaré le chef de l'Etat turc lors d'un discours télévisé.

Ankara a acheté les systèmes russes malgré les protestations de Washington, qui estime notamment que les S-400 ne sont pas compatibles avec les dispositifs de l'Otan, dont la Turquie est membre.

Les Etats-Unis ont par ailleurs annoncé la semaine dernière l'exclusion de la Turquie du programme d'avions furtifs F-35, estimant que celui-ci ne peut coexister avec les S-400. Washington juge que l'achat de ces systèmes de défense russes par Ankara met en danger les secrets technologiques du F-35, dont la Turquie veut aussi se doter.

«Vous ne nous donnez pas les F-35 ? Très bien, excusez-moi, mais dans ce cas nous prendrons des mesures à ce sujet et nous tournerons vers d'autres», a affirmé M. Erdogan, soulignant qu'aucune «menace ou sanction» n'empêchera la Turquie «d'assurer sa sécurité».

https://french.alahednews.com.lb/32095/341


 

LE CAMELEON ERDOGAN ANNONCE QUE LA TURQUIE PRODUIRA CONJOINTEMEMENT DES SYSTEMES S-500 AVEC LA RUSSIE

La Turquie annonce qu’elle produira des systèmes S-500 avec la Russie

 Depuis 12 heures  19 mai 2019

s-500

 Monde islamique - Turquie

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé samedi que la Turquie et la Russie produiraient conjointement des systèmes S-500 de défense antiaérienne et antibalistique, après la controverse sur l’achat par Ankara de systèmes russes S-400.

L’accord portant sur l’achat par la Turquie de systèmes S-400 a mis à rude épreuve les relations déjà tendues avec les Etats-Unis.

Washington a averti à plusieurs reprises Ankara des risques de sanctions qui découleraient de cet achat.

« Il n’est absolument pas question que (la Turquie) recule sur l’achat des S-400. C’est une affaire conclue », a déclaré M. Erdogan à Istanbul.

« Il y aura une production conjointe de S-500 après les S-400 », a affirmé le président turc devant un auditoire de jeunes qui l’interrogeaient.

Washington estime que l’accord avec Moscou conclu par la Turquie, qui est membre de l’Otan, est une menace pour la défense occidentale. Les Etats-Unis ont sommé Ankara de choisir entre le système de défense russe et les avions de chasse américains F-35, dont la Turquie souhaite également acquérir 100 exemplaires.

Les Etats-Unis ont suspendu début avril les livraisons d’équipements au sol liés à l’utilisation du F-35, un appareil conçu pour communiquer en temps réel avec les systèmes militaires de l’Otan, dont ceux de défense antiaérienne et antimissiles.

Mais M. Erdogan a persisté dans sa volonté d’acquérir le système russe S-400.

Les Etats-Unis craignent que la technologie dont sont dotées les systèmes S-400 ne serve à collecter des données technologiques sur les avions militaires de l’Otan et que la Russie puisse y accéder.

Selon M. Erdogan, des études techniques menées par la Turquie montrent que les S-400 et les F-35 sont compatibles.

Le président turc a affirmé que « tôt ou tard » la Turquie recevrait les F-35.

Il a aussi répété que les S-400 devaient lui être livrés en juillet. « Mais cela pourrait être avancé », a-t-il ajouté.

Les relations entre les alliés de l’Otan, la Turquie et les Etats-Unis se sont tendues sur de multiples questions.

Parmi elles, le soutien américain aux Unités de protection du peuple (YPG), un groupe armé kurde en Syrie, considéré comme terroriste par Ankara, ainsi que le refus des Etats-Unis d’extrader un prédicateur musulman, Fethullah Gulen, accusé de la tentative de coup d’Etat contre M. Erdogan en 2016.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/1368083