TRUMP - NETANYAHOU : UN NOUVEAU PAS VERS LA GUERRE

Par Le 17/03/2017 0

Dans USA

 

Trump - Netanyahou:

Un nouveau pas vers la guerre

A l'invitation du Président des États Unis, le premier Ministre israélien Netanyahou a été reçu à Washington le 15 février. C'est la deuxième rencontre, après celle de la première Ministre britannique, de Trump avec le représentant d'un État étranger aux USA. C'est dire son 'importance.

 

La politique des USA avec à sa tête Trump est tout sauf incohérente. Elle procède d'une logique marquée par la volonté d'adapter la stratégie des USA aux changements profonds et rapides des rapports de forces et des contradictions qui en résultent au sein de l'impérialisme.

 

Ces changements ont pour dynamique la montée en puissance d’États impérialistes nouveaux qui jusqu'alors étaient en situation de faiblesse ou de domination. Aujourd'hui, la Chine, la Russie, l'Inde ainsi que des puissances régionales entendent participer activement à un nouveau partage du Monde et ils se trouvent confrontés aux puissances impérialistes anciennes qui entendent maintenir leur domination et s'organisent dans ce sens. Cette dynamique des affrontements au sein de l'impérialisme mondial est porteuse de guerre. Ces guerres de plus en plus nombreuses entraînent une décomposition et une recomposition d’États et leurs mises sous tutelle par les forces dominantes du moment. Elles entraînent des souffrances terribles pour les populations. Les dépenses militaires explosent et rendent le Monde encore moins sûr, c'est le constat que fait le journal “Le Monde” dans son édition du 21 février. De ce point de vue la légende d'un retrait relatif américain de l'OTAN est une sinistre plaisanterie. A la dernière assemblée sur la sécurité en Europe, son secrétaire général a noté avec satisfaction l'accord de nombreux États européens pour porter à 2% de leur PIB leur effort militaire et la poursuite et l'accélération de l'intégration des forces de l'OTAN, de même que son organisation et son renforcement en Europe du sud pour parer aux menaces venues de l'Orient. Trump n'a pas parlé en vain!

 

Tout cela ne nous éloigne pas de la rencontre de Washington, au contraire. Si Trump a pu dire sans détour que la solution à deux États en Palestine était une page à tourner, il l'a fait en cohérence avec la démarche d'ensemble de la politique américaine. En effet, affirmer qu'une solution à un État est la seule possible signifie clairement qu'il donne le feu vert à Israël pour devenir sous la forme d'un État juif le centre d'une alliance anti-iranienne avec une partie des pays arabes et en particulier avec le Qatar et l'Arabie Saoudite. L'objectif est clair: limiter ou empêcher l'Iran de jouer avec la Russie le rôle majeur qu'ils sont en train d'acquérir dans la région. Dans ces conditions et profitant de la faiblesse des politiques arabes dans le soutien au peuple palestinien, les USA, s'appuyant sur un l’état militarisé et colonial qu'est Israël, entendent régler d'abord les rapports de force au sein du monde arabe en faveur d'un bloc allié des USA, laissant au second plan la question de la Palestine. Dans cette doctrine nouvelle, l'idée d'un État palestinien cohabitant avec Israël qui est le fondement des résolutions de l'ONU depuis 1947 est jetée aux orties. L'avenir des palestiniens serait ainsi soit de vivre dans des “réserves” contrôlées par Israël où ils constitueraient une main d’œuvre captive, soit de se fondre dans une fédération avec la Jordanie dont on connaît les excellentes relations avec les USA et Israël!

 

Il est clair que cette orientation est porteuse de nouveaux affrontements au Proche- et Moyen-Orient. Ce que préparent les USA, c'est un nouveau tremplin pour la guerre et un embrasement généralisé dont ils espèrent sortir vainqueur.

 

Au regard des enjeux, la réaction française a été bien timide. Si la France rappelle son attachement au concept de deux États souverains, elle ne met pas ses actes en accord avec ses principes. Son soutien à Israël est sans faille, et l’état français combat avec acharnement les campagnes de boycott contre cet Etat. A aucun moment elle ne bouge pour prendre l'initiative de sanctions contre la colonisation des terres palestiniennes. De fait, la France reste un soutien à Israël.

 

Face aux menaces portées par la politique des USA, il faut faire monter l'exigence de sanctions économiques et politiques contre Israël, développer l'action pour une rupture des relations diplomatiques avec cet État raciste et colonial. Il faut réaffirmer et concrétiser le soutien à la lutte du peuple palestinien pour sa liberté dans un État reconnu et viable.

http://www.sitecommunistes.org/ch496trumpnetanyahou.htm


 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire