VENEZUELA

LE VENEZUELA VA PRODUIRE LE VACCIN « ABDALA » CONTRE LE COVID-19 EN ALLIANCE AVEC CUBA

9 Avril 2021

Le Venezuela va produire le vaccin "Abdala" contre le Covid-19 en alliance avec Cuba
Avr 08, 2021 - 16:50:02 | Posté par : Magdalena Valdez 

Photo : @ViceVenezuela
Yvke Mundial / Magdalena Valdez
La vice-présidente exécutive de la République, Delcy Rodríguez Gómez, a informé ce jeudi depuis l'usine Espromed Bio que le Venezuela a toutes les conditions pour commencer la production du vaccin Abdala contre le Covid-19 en parfaite alliance avec Cuba. 

Mme Rodriguez a souligné l'effort de Cuba en tant qu'allié stratégique pour la production de masse des vaccins nécessaires dans le pays. "Nous devons nous unir, concentrer nos efforts. Une poignée de pays riches ont accumulé tous les vaccins, laissant les populations sans possibilité de se faire vacciner", a-t-il déclaré.

Elle a souligné que si le blocus imposé au Venezuela empêche l'État d'acquérir les échantillons nécessaires pour faire face à la situation sanitaire actuelle, les scientifiques d'Espromed BIO se consacrent à la production de vaccins afin de garantir une réponse immédiate aux patients touchés par le virus.

Pour sa part, le ministre du Pouvoir populaire pour la santé, Carlos Alvarado, a assuré que le gouvernement travaille à trouver des alternatives pour l'accès aux vaccins. Il a ratifié que le travail conjoint du Venezuela et de Cuba a aidé à l'orientation pour faire des ajustements dans l'usine et commencer la fabrication de vaccins.

De même, l'ambassadeur de Cuba au Venezuela, Dagoberto Rodriguez, a souligné les efforts de coopération avec son pays, qui, selon lui, ont permis aux scientifiques des deux nations de travailler ensemble à la production de médicaments pour arrêter la propagation du virus Covid-19.

source : http://www.radiomundial.com.ve/article/venezuela-producir%C3%A1-vacunas-abdala-contra-la-covid-19-en-alianza-con-cuba

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

LE VENEZUELA S’INQUIETE DE L’IMPACT DE LA CRISE MONDIALE SUR LES FEMMES

9 Avril 2021

Caracas, 8 avril (RHC) La ministre de la Femme et de l’Égalité des genres du Venezuela, Carolys Pérez, a exprimé aujourd’hui la préoccupation de ce pays face à l’impact de la crise mondiale et de la pandémie de Covid-19 sur le bien-être des femmes et des filles.

Prenant la parole à la réunion spéciale de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP), la ministre a mis en garde contre le fait que les femmes souffrent le plus des multiples problèmes économiques et sociaux actuels.

La pandémie de Covid-19 et les décisions politiques prises dans une optique capitaliste et néolibérale sont venues exacerber les crises systémiques auxquelles l’humanité est confrontée, avec des préjudices significatifs pour les femmes, les adolescentes et les filles dans leur exercice des droits à la santé et à l’éducation, a-t-elle déclaré.

À cet égard, la Ministre vénézuélienne de la condition féminine et de l’égalité des sexes a appelé les autorités des pays de l’ALBA-TCP dans ce domaine à promouvoir l’unité des femmes en tant que modèles de comportement pour une société plus juste et sans exclusion.

Carolys Pérez a souligné l’importance du bloc régional en tant que plate-forme pour promouvoir l’intégration de l’Amérique latine et des Caraïbes dans une perspective de solidarité, de coopération et de complémentarité.

Elle a également réitéré son rejet de l’imposition de mesures coercitives unilatérales par le Gouvernement des États-Unis contre des pays comme le Venezuela, Cuba et le Nicaragua, qui ont décidé de 'progresser à contre-courant vers un autre monde meilleur', a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que ces actes d’asphyxie économique constituaient un acte de violence contre les femmes et une violation flagrante des droits de l’homme.

Au cours de l’ouverture du débat à la réunion des hauts responsables chargés des questions relatives aux femmes et à l’égalité des sexes, le Secrétaire exécutif de l’ALBA-TCP, Sacha Llorenti, a souligné les progrès réalisés dans ce domaine par le mécanisme d’intégration.

Llorenti a également adressé des salutations à Cuba à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Vilma Espín, héroïne de la Révolution cubaine et leader dans la défense des droits de la femme dans la nation caribéenne.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/253369-le-venezuela-sinquiete-de-limpact-de-la-crise-mondiale-sur-les-femmes

Tag(s) : #Venezuela

SANS LES SANCTIONS ECONOMIQUES, LE VENEZUELA AURAIT PU ACHETER LES VACCINS DONT IL A BESOIN

Sans les sanctions, le Venezuela «aurait acheté les vaccins dont il a besoin»

Sans les sanctions, le Venezuela «aurait acheté les vaccins dont il a besoin»

folder_openAmériques access_timedepuis 5 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Le ministre des Affaires étrangères vénézuélien Jorge Arreaza a affirmé mercredi 7 avril que sans les sanctions économiques imposées contre le Venezuela, le pays aurait déjà acheté les vaccins anti-Covid dont il a besoin. «Si les fonds vénézuéliens (à l'étranger) n'étaient pas bloqués, nous aurions acheté il y a trois mois les 30 millions de vaccins dont le pays a besoin», a affirmé Jorge Arreaza dans un entretien à l'AFP à Caracas.

«Quand un Vénézuélien souffre, que sa famille souffre parce qu'un être cher meurt parce qu'on n'a pas pu lui faire son vaccin... En un an, non seulement on aurait les 30 millions de vaccins, mais on aurait déjà aussi vacciné la moitié de la population» (30 millions d'habitants), a-t-il ajouté. «Comme les fonds sont bloqués, on en est là! Il arrive un peu de vaccins russes et chinois mais nous essayons à travers le mécanisme Covax d'arriver à des accords avec ceux qui séquestrent nos fonds pour qu'ils les libèrent. Nous demandons aussi à la Banque d'Angleterre de libérer nos fonds de notre or et ils ne le font pas», assure le ministre. «On avance (avec le dispositif Covax) et on espère qu'ils vont libérer les fonds. On espère que les fonds arrivent à l'OPS (Organisation panaméricaine de santé) et au mécanisme Covax, pour qu'ils nous donnent nos vaccins», a précisé le ministre.

Le pays a enregistré 165.000 cas dont plus de 20.000 en mars, pour un peu moins de 1.700 décès depuis le début de la pandémie, selon les chiffres officiels. Des ONG estiment que ces chiffres sont largement sous-évalués. Le Venezuela a lancé en février mars une campagne de vaccination avec les vaccins russe Spoutnik V et chinois Sinopharm. A ce jour, le pays a reçu 250.000 doses de Spoutnik V sur les 10 millions convenues avec Moscou.

Le Venezuela et sa compagnie pétrolière PDVSA font l'objet de sanctions économiques internationales notamment de la part des Etats-Unis qui veulent évincer du pouvoir Nicolas Maduro. Fin mars, le président Maduro avait proposé du «pétrole contre des vaccins», une formule faisant écho au programme «Pétrole contre nourriture» mis en place par l'Onu pour venir en aide aux populations irakiennes malgré les sanctions économiques édictées après l'invasion du Koweït par l'Irak en 1990.

https://french.alahednews.com.lb/39523/347

LE VENEZUELA SE REARME

Le Venezuela crée une unité militaire à la frontière colombienne

Wednesday, 07 April 2021 6:03 PM  [ Last Update: Thursday, 08 April 2021 3:11 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino Lopez, s'adresse aux médias au palais Miraflores, à Caracas, Venezuela, le 5 avril 2021. ©REUTERS

Le Venezuela a créé une unité militaire spéciale pour une zone à sa frontière avec la Colombie qui a été le centre d'affrontements entre les troupes et les groupes armés illégaux depuis le mois dernier, a déclaré lundi 5 avril le ministre de la Défense, cité par Reuters. 

Le général Vladimir Padrino a déclaré qu'une unité temporaire appelée « Zone de défense opérationnelle intégrée », ou ZODI, opérerait dans plusieurs municipalités de l'État d'Apure, où les affrontements ont eu lieu.

Lire aussi: La Résistance vénézuélienne met au pas l'Empire...

« Nous n'allons permettre à aucun type de force, qu'elle soit conventionnelle, irrégulière, criminelle, trafiquant de drogue, etc., de venir sur le territoire vénézuélien pour commettre des crimes », a déclaré Padrino à l’antenne de la télévision vénézuélienne. 

Venezuela: l'armée en état d’alerte

Les forces de l’armée vénézuélienne sont en état d’alerte le long de la frontière séparant le Venezuela de la Colombie.

PressTV / French / 4 avr.

L’armée vénézuélienne maintient une unité ZODI permanente pour chacun de ses 23 États ainsi que pour la capitale, Caracas.

Padrino a déclaré que huit soldats avaient été tués dans les combats, tandis que 34 soldats avaient été blessés, neuf membres des groupes armés avaient été tués et 33 personnes étaient poursuivies par la justice militaire.

Lire aussi: Après le deal Iran-Chine, place au deal Russie-Venezuela?

Le ministère colombien des Affaires étrangères a demandé lundi le respect des droits de la population civile vivant à Apure et dans l’État colombien voisin d’Arauca.

« Le conflit armé dans la zone frontalière d'Arauca et d'Apure affecte gravement la vie de la population civile et a contraint les familles à abandonner leurs maisons et leurs biens », a tweeté le ministère.

Venezuela/USA: le clash, imminent ?

Une source 

PressTV / French / 5 avr.

Les critiques auprès de l'opposition affirment que les combattants comprennent des dissidents des FARC qui rejettent un accord de paix de 2016 avec le gouvernement colombien.

Le ministre colombien de la Défense, Diego Molano, a déclaré au journal El Tiempo au cours du week-end que le gouvernement de Maduro s'était empêtré dans des combats entre différents groupes d'anciens guérilleros des FARC et se livrait à un trafic de drogue avec certains.

Le Venezuela nie pourtant tout lien avec des guérilleros colombiens ou des groupes de trafiquants de drogue.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/07/648979/Venezuela-Colombie-Maduro-guerre-ZODI

LE VENEZUELA DEMANDE LE SOUTIEN DE L’ONU POUR DEMINER LA FRONTIERE AVEC LA COLOMBIE

6 Avril 2021

 

Caracas, 6 avril (RHC) Le Gouvernement vénézuélien a annoncé qu’il demanderait à l’Organisation des Nations Unies (ONU) un soutien technique pour nettoyer les zones minées à la frontière avec la Colombie.

Ces engins, qui ont fait 104 victimes rien qu’entre janvier et mars derniers, ont été posés par des groupes armés irréguliers de la nation voisine.

Le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères Jorge Arreaza demandera officiellement l’assistance technique du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, pour désamorcer les mines antipersonnel installées par des groupes irréguliers colombiens dans la zone frontalière.

Selon l’organisation Sures, après l’Afghanistan, la Colombie est le pays qui compte le plus de victimes de mines dans le monde. Et il a rappelé que ces armes ont été interdites en 1997.

Le ministre vénézuélien de la Défense, le général Vladimir Padrino López, a rappelé lors d’une conférence de presse lundi dernier que des structures armées irrégulières en provenance de Colombie ont posé des mines sur un territoire vénézuélien déclaré déminé en 2013.

"Nous appuyons l’initiative du Gouvernement national, par l’intermédiaire du chef de la diplomatie, Jorge Arreaza, de demander la coopération des Nations Unies pour enquêter sur ce qui s’est passé et de recevoir un appui pour détecter les mines" a déclaré de son côté la secrétaire générale du parti Patrie pour Tous (PPT), Ilenia Medina, lors d’une conférence de presse.

 

(Source/Telesur)

Édité par Reynaldo Henquen

source:https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/253128-le-venezuela-demande-le-soutien-de-lonu-pour-deminer-la-frontiere-avec-la-colombie

Tag(s) : #Venezuela

L’ARMEE DU VENEZUELA EN ALERTE A LA FRONTIERE COLOMBIENNE

4 Avril 2021

 

Les forces armées vénézuéliennes restent en alerte à la frontière avec la Colombie
Caracas, 4 avril (Prensa Latina) Le Commandement stratégique opérationnel des Forces armées nationales bolivariennes (Ceofanb) reste aujourd'hui en état d'alerte élevée à la frontière entre la Colombie et le Venezuela, théâtre depuis plusieurs jours d'affrontements armés.

Après les combats de ces derniers jours entre les FANB et les groupes irréguliers colombiens, le commandement militaire a indiqué qu'il gardait le contrôle des villes de La Victoria et de Ripial, principaux lieux des hostilités.

Les groupes armés, qui fuient lâchement la justice vénézuélienne dans leur tentative de terroriser le peuple, n'iront pas loin, nous les capturerons tous", indique un message du commandement stratégique sur le réseau social Twitter.

La veille, au moins 30 organisations sociales du Venezuela ont dénoncé les actions de ces forces qui menacent la paix et la tranquillité de ses habitants.

Dans une déclaration officielle publiée, ils ont déclaré : "Nous exprimons notre préoccupation face aux actions entreprises par des groupes armés (...) qui ont menacé et violé les droits de l'homme de ses habitants (...) Des actions qui ont également conduit à la mort de membres de la FANB".

Le document indique que la situation est aggravée par le refus du pouvoir exécutif colombien de respecter les accords de paix conclus avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie.

Les événements de ces derniers jours impliquent une radicalisation des actions des groupes armés qui vivent dans les zones frontalières de ce pays, passant à l'occupation du territoire vénézuélien à des fins criminelles et exerçant la violence contre la population civile, comme ils l'ont fait historiquement", souligne le texte.

Les affrontements qui ont débuté le 21 mars ont fait au moins six morts parmi les soldats vénézuéliens, tandis que le haut commandement a fait état de la mort de neuf irréguliers et de l'arrestation de 32 autres, à la suite de l'opération Bouclier bolivarien 2021 dans cette région frontalière avec la Colombie.

ale/ycv
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=440229&SEO=fuerza-armada-venezolana-permanece-alerta-en-frontera-con-colombia

Tag(s) : #Venezuela#FANB

LE VENEZUELA CONDAMNE LES ACTIONS DE TERRORISME PSYCHOLOGIQUE A SON ENCONTRE

4 Avril 2021

 

Caracas, 3 avril (RHC) Le ministre vénézuélien de la Défense, le général Vladimir Padrino, a condamné ce vendredi les actions de terrorisme psychologique et la manipulation des médias visant à soutenir les opérations des commandos irréguliers de Colombie.

«Ce conflit, où la République fait un usage légitime de ses armes pour expulser des groupes qui convoitent notre territoire à des fins bâtardes, est accompagné d'autres armes qui visent des objectifs divers», a tweeté le général Vladimir Padrino.

Dans ce sens, le ministre vénézuélien de la Défense  a signalé que ces manœuvres ont pour but de  défendre des intérêts économiques d'une «classe politique narcotrafiquante, d’éveiller l'incertitude dans la population vénézuélienne, de construire une matrice d'opinion internationale et de saper le moral des Forces Armées Nationales Bolivariennes» (FANB).

Pour ce faire, ils utilisent «le terrorisme psychologique, les réseaux sociaux, les opérateurs médiatiques du mensonge et les médias grand public», a dénoncé le ministre.

Depuis le dimanche 21 mars, le commandement stratégique opérationnel des Forces Armées Nationales Bolivariennes mène des actions contre des commandos paramilitaires colombiens dans le sud de l'État d'Apure, en particulier aux environs de la ville de La Victoria.

Le ministère de la Défense a informé dans un communiqué que les actions défensives déployées dans la démarcation de la frontière avaient  laissé jusqu’à jeudi un bilan de 9 terroristes neutralisés, 32 arrêtés et 9 camps détruits.

Les autorités vénézuéliennes ont montré comment les irréguliers ont semé la terreur parmi les habitants de la région par le biais de diverses plateformes, afin de forcer la mobilisation des personnes utilisées comme boucliers humains pour fuir vers la Colombie.

Ils ont également intimidé les civils pour qu'ils demandent l'intervention des organisations internationales, dans un discours visant à créer des excuses pour une éventuelle invasion armée du pays sud-américain, a dénoncé le haut commandement militaire.

Source: Prensa Latina

Édité par Francisco Rodríguez Aranega

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/252829-le-venezuela-condamne-les-actions-de-terrorisme-psychologique-a-son-encontre

Tag(s) : #Venezuela

VENEZUELA : BIDEN CAPITULE...

La Résistance vénézuélienne met au pas l'Empire...

Thursday, 01 April 2021 1:52 PM  [ Last Update: Thursday, 01 April 2021 1:50 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un système de missiles S-300 de fabrication russe est photographié lors d'un défilé au Venezuela, le 18 février 2019. (Archives)

Décidément, l’administration Biden est sur le point de lâcher du lest sur tous les fronts : face à Ansarallah, elle annonce la dessaisisse de deux pétroliers, une première depuis 2015 ; face à l’Iran, elle annonce une prolongation de la dérogation des sanctions anti Iran qui paralyse l’Irak et the last but not the least, c’est une levée partielle des sanctions contre le Venezuela qui est annoncée : et pourtant pas plus tard que la semaine dernière une première guerre de l’ère de Biden a eu lieu depuis la Colombie voisine, offensive qui a lamentablement échoué face à une armée vénézuélienne particulièrement prompte à contrer toute agression. Le Pentagone a-t-il capitulé ?

1ère défaite militaire de Biden?

Alors même que le monde entier se focalise sur le canal de Suez, suivant les aléas de la politique US en mer de Chine ou encore en mer Noire, les USA de Bi...

Certains observateurs y voient évidemment le premier aveu d’impuissance militaire US. Mais d’autres y décèlent la réaction craintive de Washington au troc trop curieux que Maduro le malin a proposé à la Russie : "Sputnik V contre pétrole ». Au fait le Venezuela a emboîté le pas à la Résistance et comment ? Alors que l’Iran vend son pétrole sanctionné et donc à l’abri des aléas du marché à la Chine sur fond d’attaque au missile d’Ansarallah contre Aramco, le Venezuela dont le ministre du Pétrole est un Libanais d’origine reproduit le même coup avec la Russie. Le résultat ? La Chine et la Russie restent loin des aléas d’une marche trop volatile qui affecte le dollar... le lâchage du président Biden à qui on prêtait le parrainage de la troisième Guerre mondiale à venir n’en est que plus risible. Ça lui servira de leçon pour ne pas s’en prendre aux raffineries ou aux gardes-frontières. L’administration Trump a imposé les sanctions à l’entreprise le 19 janvier, juste un jour avant l’investiture du président Joe Biden.

Des

Après le deal Iran-Chine, place au deal Russie-Venezuela ?

Le Trésor de Biden a également levé mercredi les sanctions contre le Serigraphiclab di Bazzoni Alessandro italien, qui faisait également partie des entités désignées par l’administration Trump le 19 janvier.

La série de sanctions liées au Venezuela le 19 janvier visait un total de trois personnes, 14 entités et six navires pour « leurs liens avec un réseau tentant d’échapper aux sanctions américaines sur le secteur pétrolier du Venezuela », a déclaré à l’époque le département du Trésor.

Venezuela: l'avertissement russe!

Venezuela : l’avertissement russe !

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré mardi que Moscou examinerait la demande d’aide de Caracas pour enquêter sur une incursion navale si elle recevait une telle demande.

Le Venezuela en guise de réponse a condamné les sanctions, les qualifiant de « nouvelles agressions désespérées contre le peuple vénézuélien par le gouvernement sortant de Donald Trump ».

« Cuba est notre partenaire clé et notre allié fiable dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes. Nous apprécions la nature stratégique de l’interaction interétatique russo-cubaine fondée sur les principes de l’amitié et du respect mutuel et non soumis à la situation extérieure actuelle », c’est ce qu’a réaffirmé le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov lors d’une réunion de la commission intergouvernementale de la coopération commerciale, économique, scientifique et technique à La Havane.

Caraïbes: coup de missile Iran/Russie?

Caraïbes : coup de missile Iran/Russie ?

Un bouclier de missiles irano-russe est-il sur le point de se former aux Caraïbes, aux portes des USA ?

Il a évoqué le contexte politique favorable des relations bilatérales qui crée les conditions nécessaires au développement progressif du commerce, de l’investissement, scientifique, technique, culturel et la coopération humanitaire.

« Nous avons l’intention de préserver et de multiplier les réalisations existantes sur l’ensemble des relations russo-cubaines : du politique au militaro-technique », a déclaré Borisov.

La commission intergouvernementale, a-t-il ajouté, joue un rôle particulier dans ces questions, qui sert de mécanisme efficace pour le renforcement complet des relations bilatérales sur une base mutuellement avantageuse. Le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov a conduit le mardi 30 mars une délégation à Caracas en signe de renforcement des relations bilatérales. La Russie est l’un des principaux alliés du Venezuela et un opposant virulent aux sanctions américaines qui visent le gouvernement du président Nicolas Maduro depuis 2017. Les deux parties ont signé 12 accords portant sur la coopération énergétique, financière, des transports, militaire, agricole et pharmaceutique, entre autres domaines, sous les auspices d’un comité mixte de haut niveau qui se réunira à nouveau à Moscou au second semestre 2021, a déclaré le ministre vénézuélien du Pétrole et coprésident du comité, Tareck El Aissami.

« La visite “a résolu presque toutes les questions en suspens et nos relations commerciales et économiques ont été renouvelées », s’est félicité Borisov, sans détailler les questions en suspens. « Nous avons montré notre capacité à contrer les sanctions et le Venezuela a une situation sociale stable.

“Le commerce bilatéral a augmenté de 4 % et nous travaillons à le développer davantage”, a-t-il conclu.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/01/648517/Russie-Venezuela-USA-Sanctions-Cuba-Partenaire

LE VENEZUELA DEJOUE DE NOUVELLES MENACES CONTRE SA SOUVERAINETE

31 Mars 2021

 

Wiliam Urquijo Pascual

Caracas, 29 mars (Prensa Latina) Le Venezuela déjoue aujourd’hui de nouvelles menaces à sa souveraineté, cette fois en combat frontal contre des groupes armés provenant de Colombie et présents dans la région frontalière, en particulier dans l’état d’Apure.

Depuis le dimanche 21 mars, le Commandement stratégique opérationnel des Forces armées nationales bolivariennes (FANB) mène des actions contre des groupes paramilitaires colombiens au sud de la frontière, plus particulièrement dans les environs de la localité de La Victoria.

À ce jour, les opérations ont permis de neutraliser six irréguliers, 27 suspects ont été remis à la justice et 12 autres ont été arrêtés vendredi, en plus de la saisie d’armes, de drogues et de matériel informatique contenant des informations sur les activités de ces groupes paramilitaires, a informé le ministre de la Défense, Vladimir Godfather.

Il a accusé le Gouvernement colombien et la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis de parrainer et soutenir ces groupes violents par des moyens logistiques et matériels.

À cet égard, il a affirmé que les incursions de ces paramilitaires sur le territoire vénézuélien doivent être considérées comme une agression parrainée par le président colombien Ivan Duque, avec les conseils du Commandement Sud de l’armée des États-Unis.

Des analystes estiment que les nouveaux événements à la frontière colombo-vénézuélienne s’inscrivent dans les options de changement de régime dans la nation sud-américaine, en réponse au déclin du prétendu gouvernement parallèle de l’opposant Juan Guaidó.

Un autre point concerne la mission parallèle impulsée par le Groupe de Lima au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, qui tente de lier, par des preuves forgées, l’État vénézuélien à de prétendus crimes contre l’humanité, selon un rapport de l’Institut Samuel Robinson.

'Ces agressions cherchent à préparer le terrain psychologique de l’opinion publique mondiale et des institutions de l’ONU dans l’intérêt de promouvoir une opération de R2P (Responsabilité de Protéger), proposée par Guaidó', souligne l’article du centre d’études.

Selon la source spécialisée, la crise à la frontière est censé servir le répertoire des options de changement de régime contre le Venezuela, y compris les 'variantes 'humanitaires' suite au déplacement de personnel civil à la suite des affrontements.

Dans ce contexte, diverses instances comme la Croix-Rouge et plusieurs organisations non gouvernementales se sont déployées dans la municipalité colombienne d’Arauquita -frontalière avec Apure- dans une tentative de positionner la situation d’urgence dans les titres des grands médias internationaux.

Cependant, le haut commandement militaire du Venezuela a montré des preuves de la manière dont ces groupes ont terrorisé les habitants de la région à travers diverses plateformes, dans le but de forcer des mobilisations de personnes qu´ils utilisent comme bouclier humain pour fuir vers la Colombie.

Dès le jeudi 25 mars, les paramilitaires ont commencé à diffuser des enregistrements sur les réseaux sociaux pour effrayer la population de La Victoria et créer une matrice d’opinion selon laquelle les forces armées vénézuéliennes pratiquaient des faux positifs (assassinats de civils ensuite présentés comme des combattants).

De même, ils effrayaient la population pour qu’elle sollicite l’intervention des organismes internationaux, dans un discours visant à créer des excuses pour une éventuelle invasion armée du pays sud-américain.

Les événements d’Apure ont eu lieu un mois après l’annonce par le président colombien Iván Duque de la création d’un commando d’élite pour combattre les groupes irréguliers.

Le président vénézuélien Nicolás Maduro a pour sa part dénoncé la veille l’escalade des agressions contre le Venezuela à la frontière avec la Colombie visant à créer un scénario de confrontation entre les deux nations sud-américaines.

Il a affirmé que les services de renseignement et l’armée de Colombie organisent des actions avec certains de ces groupes irréguliers et leur assignent des missions à exécuter sur le territoire vénézuélien, et ce en coordination avec le Commandement Sud des États-Unis.

À cet égard, le chef de l’État a confirmé l’ordre de tolérance zéro à l’égard de ces bandes criminelles et a appelé à l’appui total de la population frontalière pour défendre la paix et la souveraineté dans une union civique et militaire.

peo/mem/Wup

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=885910:le-venezuela-dejoue-de-nouvelles-menaces-contre-sa-souverainete&opcion=pl-ver-noticia&catid=29&Itemid=101

Tag(s) : #Venezuela

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO PROPOSE DU "PETROLE CONTRE DES VACCINS"

Maduro propose du «pétrole contre des vaccins» pour le Venezuela

Maduro propose du «pétrole contre des vaccins» pour le Venezuela

folder_openAmériques access_timedepuis 15 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a proposé du «pétrole contre des vaccins» alors que son pays, qui fait l'objet de sanctions économiques touchant notamment le secteur pétrolier, fait face à une deuxième vague de coronavirus.

«Le Venezuela a des pétroliers, a des clients prêts à nous acheter du pétrole. Il consacrerait une partie de sa production pour obtenir les vaccins dont il besoin. Du pétrole contre des vaccins !», a lancé M. Maduro, lors d'une intervention à la télévision publique.

«Nous sommes prêts. Pétrole contre vaccins ! Mais nous n'allons les mendier à personne», a-t-il ajouté, dans une claire allusion à une initiative du principal opposant Juan Guaido qui a promis de libérer des fonds vénézuéliens aux Etats-Unis pour acheter des vaccins.

Le Venezuela et sa compagnie pétrolière PDVSA font l'objet de sanctions économiques internationales notamment de la part des Etats-Unis qui veulent évincer du pouvoir Nicolas Maduro.

Ancien géant pétrolier, le Venezuela produisait 520 000 barils/jour en février 2021 (chiffres Opep), loin des 3 millions de barils qu'il produisait en 2013. La chute de la production est antérieure aux sanctions mais le pays a désormais de grandes difficultés pour le commercialiser en raison de celles-ci.

Dette envers l'OMS

La formule «pétrole contre vaccins» fait écho au programme «Pétrole contre nourriture» mis en place par l'ONU pour venir en aide aux populations irakiennes malgré les sanctions économiques édictées après l'invasion du Koweït par l'Irak en 1990.

Le Venezuela a lancé en février une campagne de vaccination contre la Covid avec les vaccins russe Spoutnik V et chinois Sinopharm et doit en outre recevoir 60 000 vaccins cubains.

Il avait auparavant réservé entre 1,4 et 2,4 millions de doses de ce vaccin à travers le dispositif Covax de l'Organisation mondiale de la Santé pour les pays les plus démunis. Aucun de ces vaccins n'est arrivé en raison d'un problème de dettes du Venezuela envers l'OMS, et le président Maduro tente depuis des semaines de débloquer des fonds gelés pour régler le litige.

Le Venezuela a fait part le 15 mars de sa décision de refuser l'AstraZeneca, en raison d'éventuels effets secondaires, mais demande à recevoir des vaccins d'un autre fabricant.

Le pays de 30 millions d'habitants a enregistré 154 165 cas pour 1 532 décès selon le bilan officiel du 25 mars, des chiffres mis en doute par l'opposition alors que les hôpitaux et cliniques sont saturés selon des témoins. Les autorités s'inquiètent désormais de l'augmentation récente du nombre de cas et notamment de l'apparition du variant brésilien du virus.

https://french.alahednews.com.lb/39364/347