VENEZUELA

Dans VENEZUELA

CUBA ET LE VENEZUELA NE CAPITULERONT JAMAIS FACE AUX USA

Par Le 02/08/2021

26 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-25 19:24:43

      

Caracas 25 juillet (RHC) Le président Nicolás Maduro a assuré aujourd’hui que Cuba et le Venezuela ne capituleront ni se mettront jamais à genoux devant l’empire américain.

Au cours de son activité présidentielle habituelle du dimanche, le président a réitéré ce qu’il avait déclaré la veille dans une interview accordée à la chaîne de télévision multinationale Telesur, au cours de laquelle il a donné son avis sur ce qui s’était passé à Cuba au cours des dernières semaines et sur les effets du blocus sur la nation caribéenne.

Il a assuré qu’après le 11 juillet, deux processus intéressants avaient été lancés : l’épanouissement de la solidarité envers l’île et un processus d’autoréflexion de la société cubaine.

'Le peuple cubain a fait l’objet d’une expérience de torture sociale, collective, économique, sans précédent', a déclaré, tout en traçant un parallèle entre les émeutes rapportées à Cuba et des faits de violence politique enregistrés dans l’histoire récente de la nation sud-américaine.

Dans son interview à Telesur, Maduro a souligné le soutien mondial majoritaire en faveur de la souveraineté et de l’autodétermination de la nation caribéenne; 'Cuba compte sur le soutien du monde, elle a suscité avec plus de passion la solidarité', a affirmé le chef d’état.

'Le peuple cubain a la force et la morale de se relever de toute agression', a déclaré Maduro en réaffirmant son engagement à renforcer les relations bilatérales de coopération en matière de santé et d’alimentation.

Dans ses déclarations à Telesur, à l’occasion du seizième anniversaire de la chaîne multinationale basée à Caracas, le président vénézuélien a souligné l’importance de consolider les processus d’intégration en Amérique latine et dans les Caraïbes.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264996-cuba-et-le-venezuela-ne-capituleront-jamais-face-aux-etats-unis

Tag(s) : #Cuba#Venezuela#Maduro

 

 

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LA VIE ET L’ŒUVRE DU COMMANDANTE CHAVEZ 67 ANS APRES SA NAISSANCE

Par Le 30/07/2021

29 Juillet 2021

La vie et l'œuvre du Commandante Chávez 67 ans après sa naissance
Écrit par Enio Melean le 28/07/2021. Posted in News

Ce mercredi 28 juillet marque le 67e anniversaire de la naissance du commandant Hugo Chávez Frías, leader historique de la Révolution bolivarienne, qu'il a promue depuis son triomphe aux élections présidentielles du 6 décembre 1998 jusqu'à son départ physique en 2013, laissant un vaste héritage d'inclusion sociale dans le pays et une nouvelle conception géopolitique des relations internationales, axée sur l'intégration régionale, l'orientation anti-impérialiste et la construction d'un monde multipolaire et pluricentrique.

"El Arañero de Sabaneta" est né à Barinas en 1954, deuxième des six enfants de Hugo de los Reyes Chávez et Elena Frías, tous deux instituteurs.

Chávez a fréquenté l'école primaire et secondaire de sa ville natale et l'université à l'Académie militaire vénézuélienne de Caracas, d'où il est sorti avec le grade de sous-lieutenant en 1975. Fait curieux, il s'est rendu dans la capitale non pas avec l'idée de devenir soldat, mais pour devenir joueur de baseball professionnel, mais la Maison des rêves bleus a redirigé sa passion juvénile vers une autre destination. Il s'est également inscrit en sciences et arts militaires, génie, avec une spécialisation en génie terrestre.

Avec deux autres capitaines de l'armée, le soldat agité crée en décembre 1982 le Movimiento Bolivariano Revolucionario-200 (MBR200), d'orientation nationaliste et gauchiste, inspiré par les idées du maître Simón Rodríguez, du libérateur Simón Bolívar et du général Ezequiel Zamora.

Dans les forces armées vénézuéliennes, Chávez a occupé plusieurs postes, le dernier étant celui de commandant du bataillon de parachutistes, le colonel Antonio Nicolás Briceño (1991-1992).

Rébellion militaire

Le 4 février 1992, en tant que commandant militaire, Hugo Chávez a pris la tête d'une insurrection armée contre le gouvernement de Carlos Andrés Pérez et son train de mesures néolibérales parrainées par le Fonds monétaire international (FMI), qui, trois ans plus tôt, avait provoqué l'explosion sociale connue sous le nom d'El Caracazo, brutalement réprimée par les forces de sécurité et devenue l'une des pages les plus tragiques de l'histoire récente du pays.

Avec son célèbre "Pour l'instant", il reconnaît qu'il n'a pas réussi sa tentative de rébellion militaire, et est arrêté, jugé et condamné à deux ans de prison à Yare (1992-1994). Son exploit a eu un fort impact sur la conscience populaire et a ouvert la voie à l'espoir de temps meilleurs.

En 1994, l'administration en place accepte de classer les poursuites engagées contre Chávez et, dès sa libération, il quitte l'armée et se lance avec une ferme détermination dans la lutte politique ; il fonde le Mouvement de la cinquième république (MVR) et commence à parcourir le pays en socialisant ses propositions.

Son programme de campagne a convaincu l'électorat lors des élections de 1998 et, avec 56,2 % des voix, il a remporté la présidence. Il a immédiatement favorisé l'élection d'une Assemblée constituante chargée de rédiger un nouveau texte constitutionnel, approuvé par un référendum sans précédent en décembre 1999, et, en juillet 2000, il a ratifié sa faveur dans les urnes pour la période 2000-2006.

Coup d'Etat

Deux ans plus tard, le 11 avril 2002, le premier coup d'État médias-entreprises contre Chávez a lieu, le représentant maximal de l'association patronale Fedecámaras usurpe brièvement le pouvoir. Le président légitime, enlevé pendant deux jours sur l'île de La Orchila, a été sauvé par les Forces armées nationales bolivariennes (FANB) et le peuple, rétablissant le fil démocratique.

L'opposition de droite, avec des financements et des directives étrangères, a organisé une "grève générale" avec des actions de sabotage pétrolier, qui a attaqué et causé des pertes incalculables à l'économie nationale entre décembre 2002 et février 2003.

En août 2004, le président Chávez s'est courageusement et démocratiquement engagé à se soumettre à un référendum révocatoire sur son mandat, chiffre inclus dans la Constitution bolivarienne à son initiative. Il est sorti renforcé de cette compétition avec 59 % des voix en faveur de la poursuite de son mandat.

Fin 2006, les Vénézuéliens ont réélu Chávez, qui est devenu président pour la troisième fois pour la période 2007-2013, en remportant 63 % des voix. Au cours de cette période, il a avancé la proposition d'approfondir le soi-disant socialisme du XXIe siècle, en décidant d'un processus de nationalisation de nombreuses entreprises de services stratégiques.

Le 7 octobre 2012, les résultats des élections ont une nouvelle fois confirmé Hugo Chávez comme président constitutionnel, avec 55,25 % des suffrages exprimés.

Gestion interne

En politique intérieure, l'administration du leader révolutionnaire avait une forte orientation sociale, créant une série de programmes ou de "missions" visant à régler la dette avec les secteurs historiquement exclus, en vue d'atteindre le plus grand bonheur possible pour le peuple, suivant l'idéologie du Libérateur Simón Bolívar, sa principale référence idéologique.

Des missions comme celle de Robinson, inspirées par le maître Simón Rodríguez et développées avec le soutien de Cuba, ont contribué à ce que le Venezuela soit déclaré territoire sans analphabétisme par l'UNESCO en 2005. Il convient également de citer la mission Sucre, qui a municipalisé l'accès à l'enseignement universitaire, Barrio Adentro, qui a apporté des soins de santé primaires aux communautés, et la Gran Misión Vivienda Venezuela, qui garantit le droit constitutionnel à un toit.

Chávez a également démantelé la fausse nationalisation de l'industrie pétrolière de la Quatrième République et a repris le contrôle de la principale ressource d'exportation aux mains des transnationales impériales en créant des coentreprises détenant une participation majoritaire dans l'entreprise publique PDVSA.

Politique internationale

En ce qui concerne sa vision des relations internationales, le président Chávez a promu dans ses discours légendaires l'orientation d'un monde multipolaire et pluricentrique ; l'intégration de l'Amérique latine et des Caraïbes, conformément à l'héritage bolivarien de la construction de la Patria Grande ; le renforcement de la position du Venezuela dans l'économie internationale en tant que puissance énergétique, une plus grande interaction entre les différents processus d'intégration et des alliances stratégiques avec des pays politiquement proches tels que Cuba, l'Iran, la Chine et la Russie.

Le commandant révolutionnaire a adopté une position critique à l'égard du rôle des Nations unies (ONU), qui a été fermement établi lors de la réunion de l'Assemblée générale tenue le 20 septembre 2006 : "Aujourd'hui, c'est pleinement confirmé et je crois que presque personne ici dans cette salle ne pourrait se lever pour le défendre, pour défendre le système des Nations unies, acceptons-le honnêtement, le système des Nations unies né après la Seconde Guerre mondiale s'est effondré, il s'est effondré, il est inutile (...) Ils ont transformé cette assemblée en un organe simplement délibératif, sans aucune sorte de pouvoir d'impact de la moindre façon sur la terrible réalité que le monde vit".

Chávez a inlassablement encouragé la formation de nouvelles plateformes intégrationnistes et de coopération régionale, telles que l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique - Accord commercial entre les peuples (ALBA-TCP) en 2004, Petrocaribe en 2005, l'Union des nations sud-américaines (Unasur) en 2008 et la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac) en 2010.
 

source : http://www.mppre.gob.ve/2021/07/28/vida-obra-comandante-chavez-67-anos-natalicio/

Tag(s) : #Chavez#Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET L’IRAN RENFORCENT LEUR ALLIANCE STRATEGIQUE ET GEOPOLITIQUE

Par Le 17/07/2021

16 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-16 10:56:05

 

 

Caracas, 16 Juillet (RHC) Le Vice –Président de la Planification Sectorielle du Venezuela Ricardo Menéndez a assuré que les relations de son pays avec l’Iran ont un caractère stratégique et géopolitique et sont bien consolidées, a annoncé une note officielle publiée aujourd’hui.

Mercredi, lors de la réunion du secrétariat technique de la commission mixte Iran- Venezuela, une analyse détaillée de diverses questions bilatérales en termes de coopération a été faite.

Selon un rapport, Menendez a déclaré que parmi les accords plus importants examinés lors de la réunion se trouve la gestion du problème de santé qui les a permis de faire face à la pandémie. Les questions du secteur énergétique et électrique ont été également  abordées

Les deux nations ont durement travaillé afin d’assurer leur souveraineté, a précisé Le Vice–Président de la Planification et a informé que la question économique –financière et les sujets à aborder lors des futures rencontres ont été ajouté à l’ordre du jour des réunions.

Le Vice-Ministre de la Défense, chargé d’Affaires Internationales de la République Islamique d’Iran et Co-Président  de la Commission Mixte, Mohammad Ahadi, a pour sa part souligné, que les dirigeants de deux pays ont la volonté de maintenir une coopération continue et stable.

« Nos deux pays sont loin du point de vue géographique  mais nos cœurs sont proches » et cela facilite l’avancée de nos relations et de notre coopération, a déclaré le dirigeant  iranien.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/264043-le-venezuela-et-liran-renforcent-leur-alliance-strategique-et-geopolitique

 

Tag(s) : #Venezuela#Iran

Dans VENEZUELA

COVAX CONFIRME AVOIR LES FONDS DU VENEZUELA POUR LES VACCINS ANTI-COVID-19

Par Le 10/07/2021

9 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-08 18:47:52

      

Caracas, 8 juil (RHC) La Fondation GAVI, qui administre conjointement avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le programme de distribution mondiale de vaccins anti-Covid-19 (Covax), a confirmé  avoir reçu les fonds du Venezuela qui étaient bloqués.

Selon des articles de presse, un porte-parole de la fondation a annoncé que les obligations financières ont été réglées et qu’elle espère pouvoir distribuer les doses dès que celles demandées par le gouvernement vénézuélien seront disponibles.

L’exécutif bolivarien a récemment dénoncé le fait qu’en raison des sanctions commerciales et financières des États-Unis contre le pays, son paiement à Covax avait été bloqué, empêchant l’arrivée de 11 millions de vaccins du programme humanitaire déjà négociés depuis avril.

L’ambassadeur vénézuélien aux Nations unies à Genève, Hector Constant, a porté la question devant le Conseil des droits de l’homme cette semaine et l’a présentée comme un exemple du crime contre l’humanité que représentent les actions punitives de Washington contre le Venezuela.

Dimanche dernier, le président Nicolas Maduro a appelé publiquement ce programme de l’OMS à livrer les vaccins ou à rendre l’argent. Il a ajouté que  Covax avait échoué  au Venezuela

'Assez de moqueries contre le peuple vénézuélien de la part du système Covax, quelqu’un a mis la main dedans pour que les vaccins ne viennent pas au Venezuela', a alors indiqué le président.

Covax, qui s’adresse principalement aux pays en développement, a jusqu’à présent distribué plus de 88 millions de doses de vaccins à 131 pays, mais dans le cas de cette nation sud-américaine, ses engagements n’ont pas été respectés et le Gouvernement bolivarien l’a dénoncé.

Toujours au Venezuela, L’Assemblée Nationale de ce pays a approuvé aujourd’hui à l’unanimité le projet de réforme de la Loi contre la Corruption.

Le Président de la Commission permanente du Contrôleur du Parlement, Alexis Rodriguez, en exposant l’initiative législative, a expliqué de manière détaillée les raisons essentielles de la réforme partielle du décret avec rang, valeur et force de loi, afin d’adapter cet instrument juridique à la réalité vénézuélienne et de faire face aux nouvelles pratiques criminelles.

Notre pays, a-t-il dit, est constamment assiégé par l’impact de ce fléau dans lequel les puissances du monde financent la corruption et, dans de nombreux cas, des nations qui encouragent de telles pratiques,  donnent refuge aux responsables de ce type de délit.

C’est pourquoi, a-t-il souligné, élargir le concept de Patrimoine Public et inclure le principe de coresponsabilité pour les fonctionnaires qui gardent des biens publics, est essentiel à la lumière des temps nouveaux.

Il a en outre demandé que les conseils communaux soient soumis à la loi et que l’obligation soit ajoutée en tant que politique publique de formation pour prévenir les actes de corruption, soulignant la nécessité de promouvoir l’éducation pour les prévenir.

'Il est proposé d’établir que les ouvriers au service de l’État, les membres des unités de gestion financière telles que les conseils communaux, ainsi que les membres des organisations syndicales et des caisses d’épargne déposent également la déclaration sous serment du patrimoine', on a expliqué au cours de l’argumentation sur la réforme.

Il a précisé que la République bolivarienne du Venezuela n’est pas un simple qualificatif, mais qu’elle porte toute la charge historique du Libérateur Simón Bolívar en ce qui concerne la liberté, l’indépendance et le respect du trésor public.

La loi contre la corruption prévoit d’élargir la notion de patrimoine public, d’inclure le principe de coresponsabilité des fonctionnaires qui gèrent ce patrimoine et de mettre en œuvre des politiques éducatives pour la formation des fonctionnaires.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/263289-covax-confirme-avoir-les-fonds-du-venezuela-pour-les-vaccins-anti-covid-19

Tag(s) : #Venezuela#Covax

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LES USA MAINTIENNENT INCHANGES LES PLANS DE DONALD TRUMP POUR RENVERSER LE GOUVERNEMENT DU PRESIDENT MADURO

Par Le 08/07/2021

8 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-07 18:38:02

 

 

Washington, 7 juillet (RHC) Les États-Unis maintiennent inchangés les plans de l’ancien président Donald Trump pour renverser le gouvernement du président vénézuélien, Nicolas Maduro, a assuré aujourd’hui un expert.

Marcos Salgado, analyste associé au Centre latino-américain d’analyse stratégique (CLAE, stratégie.la), a assuré que la Maison Blanche 'affine son plan contre le Venezuela'.

À court terme, a-t-il indiqué, les élections de novembre prochain ont lieu et, à long terme, la question est de savoir si Washington renoncera un jour à un plan qui, même si les administrations de la Maison-Blanche changent, reste le même.

L’expert a cité des accords récents entre les gouvernements des États-Unis et du Canada, ainsi que l’Union européenne, pour formaliser leur nouvelle stratégie contre les autorités de Caracas.

Il a précisé que dans la nouvelle manœuvre, reprise dans la déclaration conjointe avec l’Union européenne et le Canada, l’objectif du renversement est remplacé par une tactique à caractère électoral et conçue à plus long terme.

Il a souligné que le fait qu’il n’y ait pas de tentative de coup d’Etat, ou d’invasion, à court terme, est un progrès.

Cependant, a-t-il ajouté, la nouvelle stratégie ne reconnaît toujours pas les institutions vénézuéliennes et les sanctions, l’appropriation des avoirs, le gel des fonds et la propriété de la compagnie pétrolière Citgo, restent les mêmes.

Cela, a-t-il ajouté, rend assez difficile la poursuite d’une négociation entre le gouvernement et l’opposition, qui pour l’instant n’a pas d’image publique, ni calendrier, ni objectifs définis, bien que la déclaration des États-Unis, du Canada et de l’UE laissent ouverte la possibilité d’assouplir les sanctions.

Selon Salgado, la question à long terme est de savoir si les États-Unis renonceront à leur plan de renversement du gouvernement vénézuélien.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/263169-les-etats-unis-maintiennent-les-memes-plans-contre-le-venezuela

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA QUALIFIE DE FALLACIEUX LE RAPPORT DU HAUT COMMISSAIRE DE L'ONU

Par Le 07/07/2021

6 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-05 17:01:49

 

 

Caracas, 5 juillet (RHC) Le Ministère vénézuélien des affaires étrangères a qualifié aujourd’hui de fallacieux et tendancieux le rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

Dans un communiqué publié ce lundi, le ministère vénézuélien des Affaires Étrangères a indiqué que cette résolution a été impulsée par un minuscule groupe de gouvernements de pays où la situation interne est grave en matière de violation des droits de l’homme qui ont comploté pour satisfaire la politique de changement de régime menée par les États-Unis.

Malgré cela, selon le texte, cette nation sud-américaine se distingue dans son système constitutionnel harmonieux et est le bouclier protecteur de son peuple contre le blocus imposé et dirigé depuis Washington, qui constitue un grave crime contre l’humanité, a-t-il réaffirmé. 'Il est particulièrement préoccupant que ce rapport repose sur des informations fournies par des particuliers dont les motivations sont inconnues et qui n’ont pas été dûment vérifiées avec les autorités de l’État concerné, malgré les nombreuses facilités offertes pour l’exercice de ses fonctions sur le territoire national', souligne-t-il.

Le ministère vénézuélien des Affaires Étrangères rappelle en outre que ce rapport a été rédigé sur la base de prétendues allégations de violation des droits de l’homme non vérifiées et construites pour alimenter artificiellement un dossier devant la Cour pénale internationale, dans le but politique de déstabiliser les institutions démocratiques du pays.

Par ailleurs, le ministère vénézuélien des Affaires Étrangères  souligne que le rapport omet de dire comment, lors de chacune des 26 visites effectuées dans les centres de détention et les locaux des services de renseignement, le Haut-Commissariat s’est entretenu avec des centaines de personnes privées de liberté, conformément à leurs propres lignes d’action.

Selon les conclusions remises à l’État vénézuélien, les personnes interrogées ont confirmé le plein respect de leur intégrité personnelle dans les établissements où elles sont détenues.

Le ministère vénézuélien des Affaires Étrangères a précisé que le Gouvernement bolivarien et les autorités compétentes avaient demandé à la représentante de cet organisme des Nations Unies de partager avec les autorités nationales des informations sur les cas présumés de violations afin de mener les enquêtes.

Le texte a noté, enfin, qu’en dépit de tout ce qui a été dit par la Haut-Commissaire, la volonté de maintenir des voies de communication et de dialogue est réaffirmée pour renforcer davantage la coopération voulue avec ce bureau.

Tout cela, a-t-il ajouté, sur la base du strict respect des principes d’objectivité, de non-sélectivité et d’impartialité, de non politisation, du respect de la souveraineté et du dialogue constructif sans agenda géopolitique au service de pouvoirs hégémoniques contraires au droit international.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/262903-le-venezuela-qualifie-de-fallacieux-le-rapport-de-haut-commissaire-de-lonu

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT VENEZUELIEN MADURO SOMME COVAX : SOIT ILS NOUS ENVOIENT LES VACCINS, SOIT ILS NOUS RENDENT L’ARGENT

Par Le 06/07/2021

6 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-05 18:03:35

 

 

Caracas, 5 juillet (RHC) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a dénoncé le fait que le pays a effectué tous les paiements en suspens sans recevoir du mécanisme Covax des vaccins pour la  campagne contre le Covid-19.

"Le système Covax a échoué au Venezuela. Nous lui avons répondu (...), en faisant de la magie pour débloquer des ressources qu’on nous avaient bloqués", a déclaré Maduro, assurant que son gouvernement a complété les 120 millions de dollars de paiement requis par le mécanisme de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour que les pays en développement aient accès aux vaccins.

"J’ai donné des instructions précises à la vice-présidente exécutive et à la commission présidentielle contre le Covid, Delcy Rodriguez, d’agir cette semaine et de donner déjà un ultimatum au système Covax : soit on nous envoie les vaccins, soit on nous rend l’argent ! Et nous, si nous sommes remboursés, nous saurons où aller pour acheter parce que nous avons déjà discuté avec des institutions mondiales, multilatérales, pour le faire", a-t-il ajouté à la télévision.

Le mois dernier, au milieu d’une polémique qui dure depuis des mois, Maduro avait demandé à son homologue étasunien, Joe Biden, de débloquer 10 millions de dollars destinés à régler la dette du Venezuela.

Ces fonds ont été gelés par une banque suisse pour une "enquête".

Le Venezuela a été frappé par des sanctions financières dirigées par Washington, qui entravent son accès au système financier international.

Ciro Ugarte, Directeur des urgences sanitaires de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), organisme régional de l’OMS, avait fait référence à ce problème, tout en affirmant que le processus d’envoi de vaccins au Venezuela était "en cours".

Source AFP

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/262915-maduro-somme-covax-soit-ils-nous-envoient-les-vaccins-soit-ils-nous-rendent-largent

 

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA PLAIDE POUR UNE RELATION DE RESPECT ET DE COOPERATION AVEC LES USA

Par Le 05/07/2021

5 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-04 18:40:10

 

 

Caracas, 4 juillet (RHC) Le Gouvernement vénézuélien a plaidé aujourd’hui pour une relation de respect, de coopération et de compréhension avec les États-Unis, en saluant la célébration de la Journée de l’indépendance du pays nord-américain.

Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires Étrangères, l’exécutif bolivarien a réaffirmé les liens profonds d’amitié et de solidarité qui existent entre les peuples américain et vénézuélien depuis le début des luttes pour la fondation et l’émancipation des deux nations.

Le Venezuela a exprimé son soutien aux efforts du peuple des États-Unis en faveur d’une société plus juste, débarrassée des chaînes du racisme, de l’inégalité et du soi-disant exceptionnalisme d’une élite dont l’ambition a causé de grands dommages à l’intérieur et à l’extérieur de son territoire', souligne le texte.

De même, le Gouvernement vénézuélien a souhaité la chute définitive des barrières anachroniques qui empêchent une relation de respect, de coopération et de compréhension avec les dirigeants des États-Unis.

Enfin, la nation sud-américaine a réaffirmé son engagement à progresser dans la construction de son propre destin, malgré les agressions, 'avec la ferme conviction qu’un jour régnera la diplomatie de paix et le respect du droit international', a-t-il conclu.

Le Venezuela a rompu ses relations diplomatiques avec les États-Unis le 23 janvier 2019, rejetant le soutien apporté par l’administration de Donald Trump à l’autoproclamation de Juan Guaidó, alors député, en tant que président chargé du pays.

Le soutien de Washington à l’acte d’usurpation s’est accompagné d’une recrudescence des mesures coercitives unilatérales et d’autres agressions à caractère politique, visant à provoquer l’isolement du gouvernement légitime de Nicolas Maduro, dans le cadre de la stratégie de changement de régime.

Par ailleurs, dans un twit le Président du Venezuela, Nicolás Mauro, a affirmé que les réserves de pétrole du pays sont la principale raison des agressions politiques et économiques des États-Unis et de leurs alliés.

A travers le réseau social Twitter, le président a dénoncé les prétentions du gouvernement américain de contrôler les richesses de la nation sud-américaine et du reste des pays de cette zone géographique.

« Le Venezuela possède la plus grande réserve de pétrole au monde, et l'impérialisme et ses gouvernements satellites le savent très bien. C'est la raison de la guerre politique, commerciale et diplomatique, des sanctions. Ils cherchent à contrôler les richesses de la région », a écrit le chef de l'Etat.

À cet égard, le Ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza a récemment assuré que les États-Unis cherchaient à s’emparer des réserves pétrolières vénézuéliennes par l'application de mesures coercitives unilatérales.

S'exprimant alors du débat « Énergie, que nous réserve l'avenir », organisé dans le cadre  du Forum diplomatique à Antalya, en Turquie, Arreaza a rappelé que la nation sud-américaine possède les plus grandes réserves véritables de pétrole, ainsi que de gaz, de charbon et autres, le monde capitaliste, il a besoin de ces ressources », a-t-il souligné.

Concernant la possibilité de lever les sanctions adoptées par Washington, le Ministre a souligné qu'au cours des 20 dernières années la Révolution Bolivarienne a survécu aux  plusieurs administrations nord-américaines, ayant des tactiques différentes, mais leurs objectifs stratégiques restent les mêmes.

Le Ministre des Affaires étrangères a souligné que les portes  de son pays sont grandes ouvertes si les États-Unis veulent investir dans le secteur pétrolier, mais sur la base d'une relation de respect mutuel et à condition que les agressions contre le pays sud-américain cessent.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/262778-le-venezuela-plaide-pour-une-relation-de-respect-et-de-cooperation-avec-les-etats-unis

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO SOULIGNE LE ROLE DE LA CHINE DANS L’EQUILIBRE MONDIAL

Par Le 30/06/2021

30 Juin 2021

 

Édité par Reynaldo Henquen
2021-06-29 17:14:43

 

 

Caracas, 29 juin (RHC) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a souligné aujourd’hui le rôle décisif de la Chine dans le maintien de l’équilibre mondial, en exerçant son leadership et sa solidarité en tant que puissance de paix.

Au cours des commémorations du centenaire de la fondation du Parti communiste chinois et des 47 ans de l’établissement des relations diplomatiques bilatérales, le Président vénézuélien a réaffirmé l’appui du Gouvernement bolivarien aux autorités et au peuple de la nation asiatique.

'Le seul péché de la Chine a été de devenir, par le travail et l’effort, une grande puissance de paix', a souligné le chef de l’Etat en dénonçant les agressions et les conspirations lancées contre ce pays depuis des centres hégémoniques de pouvoir.

'Ils prétendent justifier des actions militaires dans les eaux territoriales chinoises (...), le monde entier doit dire que nous ne sommes pas d’accord avec une nouvelle guerre froide, nous ne sommes pas d’accord avec l’établissement de blocs de pays pour s’en prendre à la Chine', a souligné le chef d’état vénézuélien.

Maduro a également exalté le leadership du Parti communiste et du président Xi Jinping dans la construction d’une société socialiste développée économiquement, scientifiquement et technologiquement.

Le Président vénézuélien a réitéré sa gratitude au Gouvernement chinois pour sa position politique contre les agressions des États-Unis contre la nation sud-américaine et son soutien décisif dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 par la fourniture de vaccins, de fournitures et d’équipements sanitaires.

À cet égard, l’ambassadeur chinois à Caracas, Li Baorong, a réaffirmé la volonté de son pays de renforcer les actions de solidarité et de coopération avec l’État vénézuélien, en appui à sa recherche de la voie du développement avec ses propres particularités, et contre toute manifestation d’ingérence dans les affaires intérieures.

'La Chine est prête à unir ses efforts avec le Venezuela pour approfondir le partenariat stratégique intégral, élargir la coopération dans le cadre de l’initiative de la Bande et de la Route', a ajouté le diplomate en soulignant le développement constant des relations bilatérales.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/262249-le-president-du-venezuela-souligne-le-role-de-la-chine-dans-lequilibre-mondial

 

Tag(s) : #Venezuela#Chine

Dans VENEZUELA

LA CHINE ET LE VENEZUELA CELEBRENT 47 ANS DE RELATIONS FRATERNELLES, DE COOPERATION ET DE SOLIDARITE

Par Le 29/06/2021

29 Juin 2021

 

La Chine et le Venezuela célèbrent 47 ans de relations fraternelles, de coopération et de solidarité
Écrit par Joselyn Ariza le 28/06/2021. Posted in News

La République populaire de Chine et la République bolivarienne du Venezuela ont établi des liens diplomatiques il y a 47 ans, et avec le début de la révolution bolivarienne, sous le commandement du commandant Hugo Chavez, les liens de fraternité et de coopération se sont encore renforcés.

Aujourd'hui, sous la direction du président Nicolás Maduro, les relations entre les deux nations suivent un chemin imparable vers la construction définitive d'un monde multipolaire.

Depuis le 28 juin 1974, les liens d'amitié sino-Vénézuéliens sont fondés sur les principes du respect mutuel, de l'égalité et des avantages réciproques dans une perspective d'avenir.

À ce jour, un nombre important de projets ont été réalisés dans les domaines de l'énergie, de l'industrie, des travaux publics, du logement, de l'agriculture, de la science et de la technologie, des transports, de la culture, du commerce, de la sécurité et de la défense.

À cet égard, il est important de rappeler le commandant Chávez qui, lors d'une conférence de presse offerte le 6 décembre 2011, a précisé la voie du travail avec le géant asiatique, un objectif qu'il projetait jusqu'en 2030.

"Avec la Chine, les relations sont merveilleuses, je l'ai dit et je le répète, de tous les points de vue, d'ici du cœur, de la fraternité, de la compréhension mutuelle, des relations politiques du plus haut niveau. Nous avons consolidé une alliance stratégique dans le domaine politique et économique (...) Maintenant vient un plan pour les relations Chine-Venezuela pour les 20 prochaines années, de 2011 à 2030", Hugo Rafael Chávez Frías.

Cette alliance stratégique a été établie par les présidents Chávez et Jiang Zemin en 2001, avec la création de la Commission mixte de haut niveau Venezuela-Chine, en tant que mécanisme de dialogue politique et de coopération bilatérale, allant des accords pétroliers et énergétiques à l'aérospatiale.

Pour le président Nicolás Maduro, les relations avec la Chine sont passées d'une simple coopération à un partenariat de haut niveau pour le développement économique du pays.

Relations de solidarité
Les relations entre la Chine et le Venezuela ont vu leur horizon s'élever, notamment dans le domaine de la santé, après la déclaration de la pandémie de coronavirus à l'échelle mondiale en 2020, avec la mise en place d'un pont aérien permanent entre les deux nations.

Avec l'émergence de cette pandémie, la Chine s'est mise au service du peuple vénézuélien pour combattre les effets du COVID-19, en envoyant des cargaisons de médicaments, de tests rapides, de matériel de biosécurité et de masques, en plus des vaccins fabriqués par la société Sinopharm.

Cette aide est possible grâce aux accords conclus, et c'est précisément cette action de solidarité qui démontre au monde la force des liens de fraternité entre les deux peuples.

Vice-présidence

source : http://www.mppre.gob.ve/2021/06/28/china-venezuela-celebran-relaciones-hermandad-cooperacion-solidaridad/

Tag(s) : #Chine#Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LA VACCINATION AVEC ABDALA A COMMENCE

Par Le 28/06/2021

28 Juin 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-06-28 06:30:05

 

Cuba s'est engagé à livrer au Venezuela 12 millions de doses du vaccin Abdala d'ici le mois d'octobre. Photo: Prensa Latina

La Havane, 28 juin, (RHC)- Les autorités sanitaires vénézuéliennes ont entamé cette fin de semaine l’immunisation contre le Covid-19 avec le vaccin cubain Abdala, dans le lotissement Simon Bolivar de Caracas.

Pedro Almenarez, représentant du groupe de l'industrie pharmaceutique cubaine, a expliqué sur Venezolana de Televisión que le vaccin Abdala a démontré, dans les études cliniques récemment conclues, une efficacité de 92,28 %, ce qui le place au quatrième rang mondial.

Il a expliqué que trois doses doivent être appliquées: aux jours 1, 14 et 28, et que l'immunité maximale est atteinte après 42 jours, comme pour les autres produits biologiques sur le marché.

En ce qui concerne les effets indésirables, il a déclaré que jusqu'à présent, plus de 80% des personnes vaccinées avec Abdala n'ont pas eu besoin de recourir à des médicaments ou à une quelconque thérapie car les effets sont légers.

Abdala est l'un des cinq candidats vaccins créés par les scientifiques cubains.

Cuba s’est engagée à livrer aux autorités vénézuéliennes 12 millions de doses d’ici le mois d’octobre.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262072-la-vaccination-avec-abdala-a-commence-au-venezuela

 

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA APPELLE A UNE NOUVELLE PHASE DE COOPERATION AVEC LA COLOMBIE

Par Le 28/06/2022

28 Juin 2022

Le Venezuela appelle à une nouvelle phase de coopération avec la Colombie
Écrit par Stefany Arias le 27/06/2022 . 
Dans un appel à la société colombienne et vénézuélienne, le président vénézuélien Nicolas Maduro a demandé un soutien pour la consolidation d'une nouvelle étape de "relations de paix, de fraternité et de coopération" entre Caracas et Bogota.

"J'espère que les sociétés colombienne et vénézuélienne dans leur ensemble seront en harmonie dans la recherche d'une nouvelle étape dans les relations entre nos pays et nos peuples, une nouvelle étape dans la recherche de la paix", a-t-il déclaré lors de la remise du prix national du journalisme "Simón Bolívar" 2022.

Depuis le palais de Miraflores à Caracas, il a déclaré qu'"une nouvelle étape de relations semble s'ouvrir à l'horizon" avec le prochain gouvernement de Colombie, dirigé par Gustavo Petro et Francia Márquez, respectivement président et vice-présidente.

Dans ce sens, il a souligné que la relance des liens politiques et diplomatiques vise à jeter les bases d'une coopération économique, commerciale, culturelle et humaine, ainsi que la pacification des 2 200 kilomètres de frontière commune.

Le 22 juin, les deux autorités ont engagé un dialogue qui a réaffirmé la disposition commune à "rétablir la normalité à la frontière", ce qui a constitué le premier rapprochement de haut niveau entre le Venezuela et la Colombie depuis la rupture des relations diplomatiques en 2019.

Préoccupation concernant la situation en Équateur

Avec les mots "nous aimons l'Équateur, nous sommes très préoccupés par le peuple", le chef de l'État a exprimé sa préoccupation face à la violence générée dans le cadre de la grève nationale, qui fête ce lundi son 15e jour.

"Nous sommes très préoccupés par l'Équateur. La violence, plus de six morts ; le peuple équatorien qui se bat ; combien de temps un peuple comme le peuple équatorien sera-t-il torturé ?", a demandé M. Maduro.

Samedi 26 juin, la Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur faisait état de huit disparus, 145 blessés, 127 arrestations et 11 actes de répression.

Presse présidentielle 
source : https://mppre.gob.ve/2022/06/27/venezuela-aboga-por-una-nueva-etapa-de-cooperacion-con-colombia/

Tag(s) : #Venezuela#Colombie

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE EQUATORIEN

Par Le 27/06/2022

26 Juin 2022

Solidarité avec le peuple équatorien : arrêt de la répression et du paquet néolibéral
25 juin, 2022
Tribune populaire
Évaluez ce document

25-06-2022 (COMMUNIQUE) - Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa solidarité avec la classe ouvrière, les peuples indigènes, la paysannerie et les autres secteurs populaires de l'Équateur, dans leur lutte combative contre les mesures néolibérales du gouvernement capitaliste de Guillermo Lasso.

La grève nationale et les mobilisations massives initiées le 13 juin 2022, à l'appel de la Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur (CONAI), reflètent l'indignation et la répudiation du peuple équatorien face à une politique systématique de réduction des dépenses sociales, de privatisations, de flexibilisation du travail et d'augmentation des prix, qui accélère la détérioration des conditions de vie de la population.

Nous condamnons fermement la répression et la criminalisation des manifestations légitimes par le gouvernement équatorien, nous exigeons la libération immédiate des personnes arrêtées et la justice pour les manifestants tués par la répression brutale des forces publiques.

La pandémie de COVID-19 et maintenant les effets de la guerre des puissances capitalistes en Ukraine, ont déclenché une offensive féroce du capital mondial contre les droits de la classe ouvrière et des secteurs populaires. Les gouvernements capitalistes prennent des mesures pour faire payer aux travailleurs la facture coûteuse de la pandémie et de la guerre capitaliste. Cependant, ces tentatives se heurtent à de vigoureux soulèvements populaires, comme celui que mène actuellement le peuple équatorien.

Il est temps d'approfondir les luttes ouvrières et populaires contre les mesures anti-peuple et anti-ouvrières des gouvernements capitalistes de la région.

Il est temps de proposer la conquête du pouvoir politique par une alliance de forces dirigée par la classe ouvrière de la ville et de la campagne, la paysannerie et les peuples autochtones, pour garantir une solution révolutionnaire à la crise capitaliste.

Que les capitalistes paient pour la crise !

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/25/solidaridad-con-el-pueblo-ecuatoriano-cese-la-represion-y-el-paquetazo-neoliberal/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#Equateur#PCV

Dans VENEZUELA

LE PC DU VENEZUELA PARTICIPE A UN SEMINAIRE INTERNATIONAL SUR LES MEDIAS ORGANISE PAR LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS

Par Le 27/06/2022

27 Juin 2022

Le PCV participe à un séminaire international sur les médias organisé par le parti communiste chinois
23 juin, 2022
La Tribune du Peuple
Évaluez ce document

23-06-2022 (TP Newsroom) - Le Parti communiste vénézuélien (PCV) a participé les 20 et 22 juin à un séminaire sur les médias destiné aux partis politiques d'Amérique latine et des Caraïbes, organisé par le Département de politique internationale du Parti communiste chinois (PCC).

La délégation du Coq Rouge était composée des camarades Janohi Rosas, Secrétaire National d'Organisation du PCV et Neirlay Andrade, membre de la Commission Auxiliaire de Communication Politique du PCV.


L'événement a réuni des représentants des secteurs de la communication et de la propagande de près de 30 organisations politiques d'Amérique latine et des Caraïbes, ainsi que des directeurs de journaux et de médias numériques de la région.

Le séminaire a été accueilli et présidé par le camarade Fu Jie, vice-directeur du bureau de l'Amérique latine et des Caraïbes du département de politique internationale du PCC, qui a souligné la nécessité d'établir des liens de coopération entre les parties afin d'œuvrer pour un développement international plus équitable et un avenir de paix, de justice et de démocratie.

Le directeur de Xinhua, Wen Jian, a présenté un document axé sur les méthodes et les pratiques de l'agence de presse chinoise à l'ère de la convergence des médias, marquée par la numérisation, l'utilisation massive de la téléphonie, la prolifération des réseaux sociaux et, plus récemment, l'essor de l'intelligence artificielle.

Wen Jian a expliqué que dans ce scénario, le public est devenu plus exigeant et que la concurrence est ouverte pour attirer son attention.

Le journaliste a également évoqué les changements organisationnels promus par l'agence Xinhua qui ont eu un impact sur son processus de production de contenus dans le but de fidéliser les lecteurs de son portail d'information.

D'autre part, le directeur adjoint du magazine Mundo Contemporáneo, Yang Wangiang, a présenté les caractéristiques de cette publication de l'espace international du PCC et a annoncé qu'ils travaillent sur une édition espagnole.

Mundo Contemporáneo présente des analyses de la situation internationale et sa section d'opinion accueille des auteurs invités d'autres organisations politiques et des spécialistes.

Dans son intervention, le PCV a présenté les plus récentes initiatives de communication développées à travers les canaux numériques et les réseaux sociaux, qui complètent le travail réalisé par Tribuna Popular, un organe du Comité central.

La délégation du PCV a expliqué que la mise en œuvre de ces initiatives "est devenue une tâche de premier ordre, étant donné que nous, communistes vénézuéliens, sommes actuellement la cible d'une campagne de diffamation et d'un blocus médiatique qui s'est intensifié au fur et à mesure que le gouvernement national a pris un virage dans sa politique contraire aux intérêts de la Libération Nationale et laissant de côté les accords signés avec le PCV pour rechercher une solution révolutionnaire à la crise du capitalisme au Venezuela".

"Dans ce contexte, le Comité central du PCV a formulé une orientation de confrontation, de démarcation et de regroupement des forces populaires révolutionnaires cohérente avec la lutte anticapitaliste. Une telle approche a exigé, entre autres, la création d'une stratégie de communication politique qui tire parti des outils de l'écosystème numérique pour pouvoir diffuser nos positions et nos propositions à l'opinion publique", ont-ils détaillé dans le droit de parole.

Le PCV a exprimé sa volonté d'établir des accords de coopération en matière de recherche pour analyser conjointement les défis des organisations marxistes-léninistes à la lumière des transformations de la communication politique contemporaine.

Elle a également proposé l'établissement d'un canal de communication pour l'échange d'informations, d'articles et de matériel d'intérêt, en plus de renforcer les liens avec les correspondants des médias chinois à Caracas et ainsi pouvoir travailler sur un plan de publications conjointes à paraître dans les médias et les canaux de communication numérique des deux organisations.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/23/pcv-participo-en-seminario-internacional-de-medios-de-comunicacion-organizado-por-el-partido-comunista-de-china/

Tag(s) : #Venezuela#Chine#Communiste#PCV#PCC

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA REJETTE LA CAMPAGNE DIFFAMATOIRE MENEE CONTRE LUI SUR UNE CHAINE DE TELEVISION PUBLIQUE

Par Le 19/06/2022

19 Juin 2022

Le PCV rejette la campagne diffamatoire menée contre lui sur une chaîne de télévision publique
17 juin, 2022
Tribune populaire

Caracas, 16/06/2022 (Redacción TP) - Un nouvel épisode de la campagne de diffamation orchestrée contre le Parti communiste du Venezuela (PCV) a eu lieu le 9 juin, lorsque le chef des patrons du métro de Caracas, Edison Alvarado, a accusé le PCV, sans aucune preuve, de recevoir des financements du fugitif de la justice vénézuélienne Rafael Ramírez, lors d'une émission diffusée sur la chaîne de télévision publique Venezolana de Televisión (VTV).

Le secrétaire général du PCV, Oscar Figuera, a rejeté l'incident sur son compte Twitter et l'a décrit comme faisant partie de la "campagne d'infamie et de mensonges" contre El Gallo Rojo.


"C'est maintenant le tour du syndicaliste patronal du Métro (car il n'est pas le patron de la classe ouvrière), Edison Alvarado, qui avec un cynisme débridé a assuré sur VTV que le PCV reçoit des fonds de Rafael Ramírez", a déclaré Figuera.

Le député communiste a averti que "s'ils essaient de faire taire la voix critique du PCV avec une telle bassesse, ils doivent savoir que les communistes vénézuéliens ne reculeront pas dans notre lutte pour la défense des droits des travailleurs".


M. Figuera a également demandé à l'État de canaliser le droit de réponse inscrit dans la Constitution vénézuélienne en vigueur et a annoncé que le PCV envisageait d'engager une action en justice contre cet acte de diffamation.


La Jeunesse communiste du Venezuela (JCV) a également réagi à l'attaque médiatique et a déclaré : "En tant que jeunes communistes, nous réaffirmons notre engagement à lutter aux côtés du PCV ; nous exigeons que la chaîne VTV cesse sa programmation anticommuniste".

"Cynisme, infamie et diffamation sont le cocktail avec lequel les néolibéraux et leurs briseurs de grève serviles tentent d'isoler les communistes vénézuéliens ; preuve évidente de la décadence du gouvernement et de ses acolytes face à la solidité des dénonciations et des luttes du PCV", a indiqué l'organisation de jeunes communistes vénézuéliens.


Pour sa part, le secrétaire général de la Central Unitaria de Trabajadores de Venezuela (CUTV) et dirigeant du Frente Nacional de Lucha de la Clase Trabajadora (FNLCT), Pedro Eusse, a déclaré : "Le syndicaliste du métro de Caracas est répréhensible et la chaîne gouvernementale qui se prête à faire des déclarations irresponsables devant ses caméras sans aucun soutien est répréhensible".


La censure et la diffamation à l'encontre du militantisme du Parti communiste vénézuélien sont devenues une caractéristique régulière de la programmation de la télévision publique par le biais d'émissions présentées par des dirigeants du Parti socialiste uni du Venezuela, ainsi que d'interviews de porte-parole d'organisations cooptées par le gouvernement national. Pendant ce temps, le silence médiatique règne sur les meurtres de militants communistes, les poursuites judiciaires à l'encontre des travailleurs et les protestations actuelles contre la fraude salariale.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/17/pcv-rechaza-campana-difamatoria-en-su-contra-a-traves-del-canal-de-television-del-estado/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

UNE CAMPAGNE D’AGRESSION CONTRE LA GAUCHE ET LES COMMUNISTES EST EN COURS AU VENEZUELA

Par Le 16/06/2022

15 Juin 2022

Perfecto Abreu Nieves : "Une campagne d'agression contre la gauche et les communistes est en cours au Venezuela".
7 juin, 2022
Tribuna Popular
1 Vote

Caracas, 06/06/2022 (Redacción TP) - "En ce moment, en plus de la crise structurelle du capitalisme rentier dans le pays et du tournant politique néolibéral en direction du gouvernement, une campagne d'agression contre le Parti communiste du Venezuela (PCV) et la gauche est également en cours", a dénoncé Perfecto Abreu Nieves, président de cette organisation lors de sa participation à l'émission 10 minutes avec le Coq Rouge.

"Il ne fait aucun doute qu'après la 15e conférence nationale du PCV, où nous avons décidé de nous dissocier des politiques économiques du gouvernement, les attaques virulentes contre notre parti se sont intensifiées, et ceux qui mènent aujourd'hui ces attaques étaient nos alliés du Gran Polo Patriotico", a-t-il expliqué.

"Nous avons décidé de rompre cette alliance parce qu'il n'y avait pas de leadership collectif qui se construisait là. L'élite qui a hégémonisé la direction du Parti socialiste uni du Venezuela et le gouvernement, a progressivement marginalisé le projet d'indépendance et de souveraineté pour développer une politique de capitulation ; elle a conclu des accords avec la direction de l'opposition qui a tenté de briser les institutions démocratiques, de déstabiliser le pays et a appelé à des sanctions et à l'invasion du Venezuela", a poursuivi le dirigeant communiste.


"Nous avons décidé de suivre une politique de démarcation et de regroupement des forces pour la construction d'un grand bloc ouvrier, paysan, communal et populaire qui puisse faire face à la cession de nos ressources et de la valeur de notre force de travail aux transnationales", a indiqué Abreu Nieves.

"C'est pourquoi le gouvernement a proposé la liquidation du PCV. Parce qu'en neuf décennies, le PCV a démontré historiquement qu'il a toujours été aux côtés de la classe ouvrière et du peuple vénézuélien dans la lutte pour leurs droits démocratiques", a-t-il ajouté.

"Le PCV a été le premier parti à s'opposer au pacte de Punto Fijo signé par Rómulo Betancourt comme la première trahison du mouvement civico-militaire qui a renversé la dictature de Marcos Pérez Jiménez. AD, COPEI et les partis qui en sont issus, comme Primero Justicia et d'autres, ces mêmes forces qui se sont opposées au processus bolivarien, applaudissent aujourd'hui les politiques économiques du gouvernement de Maduro", a déclaré Abreu Nieves en examinant la trajectoire de son parti.

"Ils veulent faire disparaître l'icône que représente le PCV pour les causes des travailleurs et la véritable confrontation avec l'impérialisme. Aujourd'hui, nous sommes la seule opposition révolutionnaire qui existe en tant que parti et nous avons donc la tâche, dans ce prochain congrès, de reprendre la défense du PCV et les luttes pour les droits des travailleurs et des secteurs populaires", a-t-il souligné.

"Nous avons une tâche titanesque pour organiser le parti pour ce nouveau scénario, pour créer une grande force avec la classe ouvrière et la paysannerie pour affronter les politiques néolibérales", a conclu le président du PCV.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/07/video-perfecto-abreu-nieves-esta-en-marcha-una-campana-de-agresion-contra-la-izquierda-y-los-comunistas-en-venezuela/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LE SOMMET DES AMERIQUES, INSTRUMENT EXPRIMANT LA DOCTRINE MONROE POUR LE CONTINENT

Par Le 08/06/2022

7 Juin 2022

le sommet des Ameriques, instrument exprimant la doctrine Monroe pour le continent

7 juin, 2022
Tribune populaire
 

Le Bureau Politique du Comité Central du Parti Communiste du Venezuela (PCV), à l'occasion du IXème Sommet des Amériques, exprime :

L'impérialisme américain, propice depuis 1994 au "Sommet des Amériques" par le biais de l'Organisation des États américains (OEA), dans le but de renforcer la Doctrine Monroe (pierre angulaire du panaméricanisme, créée et promue pour contrer la doctrine de l'unité de l'Amérique latine et des Caraïbes proposée par le Libérateur Simon Bolivar), caractérisée par une politique hégémonique et interventionniste, marquée par des invasions, des agressions, des coups d'État et le terrorisme contre nos peuples dans le but d'imposer sa domination, de renforcer la dépendance et la subordination de ces pays. Ce scénario visait à créer les conditions politiques, économiques, sociales, juridiques et militaires nécessaires à la mise en œuvre de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), dont l'objectif est la cession totale des ressources naturelles et stratégiques au grand capital transnational ; l'exemption d'impôts pour les grandes entreprises afin de consolider leur pouvoir économique et d'augmenter les sorties de capitaux pour de nouveaux investissements par le biais de zones économiques spéciales, en éliminant ou en assouplissant les droits de nos travailleurs.

En 2005, lors du sommet de Mar del Plata, en Argentine, les ambitions de l'impérialisme américain ont subi un revers majeur lorsqu'il a tenté d'approuver la ZLEA dans un scénario latino-américain avec une majorité de gouvernements progressistes, avec la participation exceptionnelle du Venezuela, sous la direction du président de l'époque, Hugo Chávez Frías. À partir de ce moment, des propositions anti-impérialistes ont émergé, basées sur l'idéologie bolivarienne de l'unité, pour la création de nouveaux instruments d'intégration tels que l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Accord commercial entre les peuples (ALBA-TCP), l'Union des nations sud-américaines (UNASUR), la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), entre autres, le tout sans la présence des États-Unis d'Amérique.

Le IXe Sommet des Amériques, qui se tiendra aux États-Unis, réitère la politique d'ingérence, d'interventionnisme et d'exclusion de l'impérialisme américain en empêchant la participation de gouvernements de la région tels que Cuba, le Nicaragua et le Venezuela. Depuis le Parti communiste du Venezuela (PCV), nous condamnons fermement cette nouvelle agression contre nos peuples qui viole le principe de NON-INTERVENTION dans les affaires intérieures des pays. Nous saluons les nations qui, en solidarité avec les pays exclus, ont exprimé leur volonté de ne pas participer au "Sommet des Amériques".

Nous exigeons que les gouvernements d'Amérique latine et des Caraïbes, et en particulier le gouvernement vénézuélien, adoptent une position de dignité et de fermeté en dénonçant le "Sommet des Amériques" comme un espace de contrôle hégémonique de l'impérialisme qui est utilisé à des fins de domination régionale et mondiale. Ne pas jouer leurs jeux et renforcer les organisations multilatérales, proprement latino-américaines et caribéennes, à partir desquelles établir des relations souveraines d'égal à égal avec l'impérialisme dans des scénarios mutuellement convenus.

Nous appelons les travailleurs, les paysans, les femmes, les jeunes et le peuple en général à renforcer l'organisation populaire qui permettra de consolider la pensée et l'action anti-impérialistes, en défense de la souveraineté de nos nations et du respect de l'autodétermination de nos peuples.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/07/la-cumbre-de-las-americas-un-instrumento-que-expresa-la-doctrina-monroe-para-el-continente/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

L'ARMEE VENEZUELIENNE DEMANTELE 257 CAMPS DE GROUPES IRREGULIERS

Par Le 05/06/2022

5 Juin 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-06-03 14:27:50

      

La Habana, 3 juin (RHC)  Les Forces Armées Nationales Bolivariennes (FANB) ont démantelé cette année un total de 257 camps appartenant à des groupes irréguliers venus de Colombie, a rapporté  le haut commandement militaire du Venezuela.

Lors d'une évaluation de l'opération Bouclier bolivarien 2022, présidée par le président Nicolás Maduro, le commandant stratégique opérationnel des FANB, Domingo Hernández, a déclaré que parmi les sites découverts, 202 étaient destinés à la fabrication d'explosifs, 32 à la logistique et 23 à la fabrication de stupéfiants.

Dans le cadre du déploiement défensif dans les États limitrophes de la Colombie, notamment Apure, Táchira et Zulia, les militaires ont désactivé 1 360 engins explosifs improvisés et 1 397 bidons enterrés par des gangs irréguliers pour couvrir leurs voies de passage en territoire vénézuélien.

À Apure et Táchira, la saisie de matériel militaire s'est élevée à 3 400 articles, dont des uniformes de l'armée colombienne et du matériel de campagne.

Lors de la réunion avec le haut commandement militaire, le président Nicolás Maduro a ordonné un renforcement des opérations militaires et policières afin de démanteler complètement les groupes dits "Tancol", c'est-à-dire les terroristes armés et les trafiquants de drogue venus de Colombie.

Maduro a souligné l'importance d'exercer une pression permanente pour garantir l'extermination des restes de ces structures paramilitaires, et a appelé au renforcement de l'union civile-militaire-policière pour faire face à toute tentative d'agression contre la stabilité nationale.

Le Président vénézuélien a demandé aux  Forces Armées Nationales Bolivariennes de rester en état d'alerte face aux conspirations visant à empêcher la reprise économique, à attaquer les raffineries et les services publics, et à mener des attaques contre les établissements policiers et militaires du pays.

Maduro a également ordonné aux forces armées de lancer des opérations défensives vers l'est du Venezuela, afin d'éradiquer toute activité irrégulière dans les États d'Anzoátegui, Sucre, Delta Amacuro et Monagas.

Le Venezuela et le responsable des Nations Unies coordonnent leurs actions en matière de droits de l'homme

 

La Habana, 3 juin (RHC)  Le Procureur Général du Venezuela, Tarek William Saab, et une équipe du bureau du haut-commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme, Michelle Bachelet, ont tenu une réunion  pour coordonner des actions communes.

Par le biais de son compte Twitter, le chef du Ministère Public Vénézuélien a qualifié la réunion de positive, visant à progresser sur les questions de protection et de défense des droits de l'homme.

À la mi-mars, le président Nicolás Maduro a ratifié l'engagement du gouvernement vénézuélien à renforcer le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, 16 ans après sa création.

"A l'occasion du 16ème anniversaire du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, nous réitérons la nécessité d'unir les volontés politiques pour lutter pour les intérêts des peuples. Comptez sur le Venezuela pour renforcer l’organisation  dans la défense des valeurs les plus précieuses de l'humanité", a déclaré Maduro sur son compte Twitter.

Le dirigeant vénézuélien a récemment dénoncé la politisation du système international des droits de l'homme en faveur des intérêts hégémoniques des États-Unis et de leurs alliés occidentaux.

Le président vénézuélien a également souligné l'esprit constructif et de collaboration qui régit les relations avec le bureau de la Haute Commissaire des Nations unies, Michelle Bachelet, dont le bureau a une équipe en permanence dans le pays sud-américain.

À plusieurs reprises, Michelle Bachelet a exprimé la volonté du président bolivarien de renforcer les relations de coopération avec son bureau dans le but d'accroître l'assistance technique afin de  garantir la justice et la paix au peuple vénézuélien.

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/289659-larmee-venezuelienne-demantele-257-camps-de-groupes-irreguliers

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA SOLIDAIRE AVEC LE PEUPLE SOUDANAIS ET LE PARTI COMMUNISTE SOUDANAIS

Par Le 26/05/2022

25 Mai 2022

Parti communiste du Venezuela : Solidarité avec le peuple soudanais et le Parti communiste soudanais
25.05.22 3:48 PM
Solidarité avec le peuple soudanais et le Parti communiste soudanais

 

Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa ferme condamnation des récentes attaques et persécutions contre les dirigeants du Parti communiste soudanais par la junte militaire qui gouverne le pays. 

Le 19 mai dernier, la junte a arrêté les camarades Muhammad Mukhtar Alkhateeb, secrétaire général du Comité central du Parti, et Salih Mahmoud, membre du Bureau politique, qui ont ensuite été libérés grâce à la pression populaire exercée sur le gouvernement putschiste. Le 22 mai, le camarade Amal Alzain, également membre du BP du Parti communiste soudanais, a été arrêté après avoir quitté une conférence de presse convoquée par le Parti.  

Au nom du PCV, nous exprimons notre solidarité avec le Parti communiste du Soudan et tout le peuple soudanais dans leur lutte contre la violente dictature militaire établie après le coup d'état d'octobre 2021. Nous exigeons la libération immédiate du camarade Amal Alzain et de tous les prisonniers politiques au Soudan.  

Arrêtez les attaques contre le Parti communiste soudanais et la répression contre les mobilisations populaires massives qui exigent la fin de la dictature militaire et le retour des libertés démocratiques.

 

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Solidarity-with-the-Sudanese-people-and-the-Sudanese-Communist-Party/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#Soudan#PCV

Dans VENEZUELA

CUTV (FSM) : LES SYNDICATS NE DOIVENT PAS PERMETTRE L'INTERVENTION DU GOUVERNEMENT DANS LEURS ELECTIONS

Par Le 24/05/2022

23 Mai 2022

 

CUTV : Les syndicats ne doivent pas permettre l'intervention du gouvernement dans leurs élections
20 mai, 2022
Tribune populaire

Caracas,19/5/2022 "Le Conseil national électoral (CNE) a finalement décidé de permettre la tenue d'élections syndicales et professionnelles, mais son intervention ne devrait pas être autorisée par les organisations", a déclaré Pedro Eusse, secrétaire général de la Central Unitaria de Trabajadores de Venezuela (CUTV). "Depuis le mouvement syndical conscient de la classe, nous exhortons les organisations syndicales à établir dans leurs statuts que les processus électoraux doivent se dérouler sans l'intervention de l'organe du pouvoir électoral. Le CNE du Venezuela est un instrument de l'élite néolibérale au pouvoir", a-t-il souligné. "Il est aberrant que l'État bourgeois exerce un contrôle sur la vie interne des syndicats", a déclaré le dirigeant après avoir pris connaissance du contenu de la Gazette électorale publiée par le CNE. Comme on le sait, le Conseil national électoral (CNE) a signalé ce 13 mai qu'il a été convenu de lever la suspension des déchéances en matière syndicale, syndicale et électorale qui étaient suspendues depuis août 2020. Eusse a déclaré : "C'est faire preuve d'un grand cynisme que de suspendre les élections syndicales en invoquant la pandémie, dans un pays où, au cours des deux dernières années, deux élections nationales ont été organisées, dont une "méga-élection". "L'abus de pouvoir de l'État pour empêcher les syndicats qui ne sont pas contrôlés par la direction du parti au pouvoir et la CBST disgraciée de représenter légitimement les travailleurs est très clair. Mais d'un autre côté, les syndicalistes des patrons, serviles au néolibéralisme, sont autorisés à signer des "conventions collectives" pirates et frauduleuses par défaut et dans le dos des travailleurs, sapant les acquis historiques de la classe ouvrière vénézuélienne", a-t-il dénoncé.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/05/20/cutv-sindicatos-no-deben-permitir-que-gobierno-intervenga-en-sus-elecciones/

Tag(s) : #CUTV#syndicat#Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA SE FELICITE DE LA POSITION DU MEXIQUE SUR LE SOMMET DES AMERIQUES

Par Le 19/05/2022

18 Mai 2022

Le Venezuela se félicite de la position du Mexique sur le Sommet des Amériques

Caracas, 18 mai (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Carlos Faría, a salué aujourd'hui la position prise par le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, contre l'organisation d'un Sommet des Amériques excluant.
18 mai 2022
CDT12:15 (GMT) -0400
Par le biais de son compte Twitter, le chef d'État a souligné les appels insistants lancés au gouvernement américain pour qu'il organise une réunion régionale sans exclure aucun pays pour des raisons politiques.

"Le Venezuela salue et apprécie la position courageuse du président López Obrador, qui plaide pour une Amérique diverse et inclusive. Son appel à un Sommet des Amériques sans exclusions résonne dans notre Amérique", a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Le président mexicain a réaffirmé mercredi que le Sommet des Amériques - prévu du 6 au 10 juin à Los Angeles - pourrait contribuer à initier une nouvelle politique entre les États-Unis et l'Amérique latine.

Lors de sa conférence de presse quotidienne du matin, M. López Obrador a souligné que ce moment ne devait pas être caractérisé par l'hégémonie, la prédominance de l'ingérence et des impositions, mais par des relations d'amitié, de coopération et d'unité entre les peuples.

Depuis la publication de l'invitation à la réunion régionale, le président mexicain a été le premier dignitaire à rejeter l'exclusion délibérée de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua.

Xiomara Castro (Honduras) et Luis Arce (Bolivie), membres de la Communauté des Caraïbes, de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité commercial des peuples et de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes, ont également remis en question cette décision.

mgt/wup

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/05/18/venezuela-saluda-postura-de-mexico-ante-cumbre-de-las-americas

Tag(s) : #Venezuela#Mexique

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA CONFIRME LA REPRISE DES OPERATIONS PETROLIERES AMERICAINES

Par Le 18/05/2022

17 Mai 2022

Le Venezuela confirme la reprise des opérations pétrolières américaines

Caracas, 17 mai (Prensa Latina) La vice-présidente exécutive du Venezuela, Delcy Rodríguez, a confirmé aujourd'hui que le gouvernement des États-Unis a autorisé les compagnies pétrolières nationales et européennes à reprendre leurs activités dans le pays.
17 mai 2022
CDT16:47 (GMT) -0400
Sur son compte Twitter, la haute fonctionnaire a déclaré que le Venezuela espère que ces décisions de Washington "seront le début du chemin vers la levée absolue des sanctions illégales qui affectent tout notre peuple".

Elle a également souligné que le gouvernement bolivarien, attaché à ses profondes valeurs démocratiques, continuera à promouvoir sans relâche un dialogue fructueux au niveau national et international.

Elle a toutefois souligné que le pays s'oriente vers le développement économique, résultat de la résistance et de la persévérance du peuple vénézuélien au milieu du blocus américain.

"Le monde sait que le Venezuela a fait ses premiers pas sur la voie de la reprise économique grâce à ses propres efforts, en dénonçant et en surmontant les sanctions illégitimes et le blocus inhumain. Notre peuple est fier du travail et des réalisations de ces derniers temps", a-t-elle écrit dans un autre message sur le site de microblogging.

Des rapports officiels ont annoncé mardi une baisse du prix du baril de pétrole West Texas Intermediate (WTI), la référence sur le marché américain, après l'annonce d'un éventuel assouplissement des sanctions contre le Venezuela.

Selon la presse américaine, les traders ont vu dans ce geste un moyen de faire revenir éventuellement certains barils vénézuéliens sur le marché, ce qui a fait chuter le prix.

car/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/05/17/venezuela-confirma-reinicio-de-operaciones-petroleras-de-eeuu

Tag(s) : #Venezuela#Blocus

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : SOLIDARITE AVEC CUBA

Par Le 07/05/2022

7 Mai 2022

Solidarité avec Cuba
7 mai, 2022
Tribune populaire

Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa solidarité avec le peuple cubain, son gouvernement et le Parti communiste de Cuba (PCC) après l'explosion qui s'est produite à l'hôtel Saratoga de La Havane-Cuba, où 22 personnes sont mortes et près de 70 ont été blessées.

Nous transmettons nos condoléances aux familles des défunts et tout notre soutien au peuple cubain en ces moments difficiles. Nous sommes sûrs qu'ils surmonteront cette triste circonstance avec la même force morale et la même mystique révolutionnaire qui ont caractérisé leurs luttes pendant plus de 60 ans depuis le triomphe de la Révolution cubaine.

De même, nous voulons condamner les tentatives de la contre-révolution et des appareils de propagande de l'impérialisme de profiter de ces événements regrettables pour poursuivre leurs campagnes d'anxiété et de mensonges visant à nuire à l'image et à l'économie de Cuba.

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV)

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/05/07/solidaridad-con-cuba/

Tag(s) : #Venezuela#Cuba#PCV#LaHavane

 

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO SOULIGNE L'AMITIE INDEFECTIBLE ENTRE CUBA ET LE VENEZUELA

Par Le 07/05/2022

6 Mai 2022

Maduro a souligné l'amitié indéfectible entre Cuba et le Venezuela

Caracas, 6 mai (Prensa Latina) Le président Nicolás Maduro a souligné aujourd'hui l'amitié indéfectible entre Cuba et le Venezuela à l'occasion de la visite du ministre des Affaires étrangères de l'île, Bruno Rodríguez, dans le pays.

6 mai 2022
CDT12:35 (GMT) -0400
"L'union entre Cuba et le Venezuela est synonyme de fraternité, d'amitié et de coopération, ce qui garantit le soutien, les bénéfices partagés et les droits sociaux de nos peuples. Ensemble, nous continuerons à avancer et à surmonter", a écrit le président dans un message sur le réseau social Twitter.

Le chef de l'État a joint à son tweet une vidéo de la réception et de la rencontre avec le haut fonctionnaire cubain, qui est arrivé dans le pays la nuit dernière pour une visite officielle. Pour sa part, Mme Rodríguez a également souligné les liens avec le Venezuela et a qualifié sa rencontre avec M. Maduro d'amicale.

Comme il l'a rapporté sur son compte Twitter, l'échange a permis de dialoguer sur les questions de l'agenda bilatéral et les affaires régionales.

"Grande satisfaction de retourner dans la patrie du héros de l'indépendance Simón Bolívar et du leader Hugo Chávez", a écrit le chef de la diplomatie cubaine.

Le 30 octobre 2000, les dirigeants révolutionnaires Fidel Castro (1926-2016) et Hugo Chávez (1954-2013) ont signé l'accord de coopération global entre le Venezuela et Cuba, expression de la volonté des deux nations de développer des liens en faveur du bien-être de leurs peuples.

En vertu de ces accords, les gouvernements de La Havane et de Caracas complètent leurs capacités respectives dans les domaines de l'alimentation, de l'éducation, de la santé, de la science et de la technologie, face à l'impact des agressions et des mesures coercitives unilatérales des États-Unis.

mem/ycv


source : https://www.prensa-latina.cu/2022/05/06/maduro-resalto-la-iquebrantable-amistad-entre-cuba-y-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

DU VENEZUELA, UN MESSAGE DE SOLIDARITE AUX MERES DE LA PLAZA DE MAYO

Par Le 02/05/2022

1 Mai 2022

Du Venezuela, un message de solidarité aux Mères de la Plaza de Mayo
Édité par Lorena Viñas Rodríguez
2022-05-01 05:40:31

      

Le vice-président vénézuélien a envoyé un message aux mères de la Plaza de Mayo. Photo : Prensa Latina

Caracas, 1er mai (RHC) La vice-présidente exécutive vénézuélienne Delcy Rodríguez a envoyé un message de solidarité aux mères et grands-mères de la Plaza de Mayo, en Argentine.

La veille, la responsable a écrit sur Twitter : "Notre accolade et notre solidarité à la grande mère Hebe Bonafini et à toutes les femmes qui composent l'Association des Mères de la Place de Mai, à l'occasion du 45e anniversaire de leur lutte pour les droits de l'homme depuis le 30 avril 1977, lorsqu'elles ont pris la Place de Mai pour exiger le retour en vie de leurs fils et filles à la dictature".

L'association a été créée en Argentine il y a 45 ans pour exiger le retour des personnes disparues pendant la dictature militaire de Jorge Rafael Videla, alors chef de la "junte militaire" qui a gouverné la nation argentine entre 1976 et 1983.

Au cours de cette période, plus de 30 000 disparitions forcées auraient eu lieu, dont la plupart n'ont toujours pas été élucidées.

Ce samedi, elles ont été honorées lors d'une cérémonie émouvante à l'Espacio Memoria y Derechos Humanos dans l'enceinte de l'ancien ESMA, avec la participation de représentants du gouvernement.

Malgré les cannes et les fauteuils roulants, nous, les "locas", sommes toujours debout", a déclaré l'une des militantes, Taty Almeida, 91 ans, lors de la cérémonie au cours de laquelle un hommage particulier a été rendu au musicien Miguel Angel Estrella, récemment décédé, qui luttait sans relâche pour les droits de l'homme.

"Nous n'étions pas des héroïnes ou quelque chose comme ça. Nous avons fait ce que toute mère fait pour son enfant" et elle a dit qu'"ils nous ont traités de fous et oui, nous étions fous de douleur, de rage et d'impuissance. Ils nous ont pris ce qu'une femme peut avoir de plus précieux, et nous l'avons transformé en amour, pas en haine, et en une lutte pacifique". (Source : Prensa Latina)

source : https://www.radiohc.cu/noticias/internacionales/293455-desde-venezuela-mensaje-de-solidaridad-a-madres-de-plaza-de-mayo

Tag(s) : #Venezuela#argentine

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA MONTRE DE NOUVEAUX SIGNES DE REPRISE ECONOMIQUE

Par Le 20/04/2022

19 Avril 2022

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2022-04-19 13:23:09

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 19 avril, (RHC)- Le Venezuela montre aujourd'hui de nouveaux signes de reprise économique.

La vice-présidente exécutive vénézuélienne, Delcy Rodriguez, a fait état à Caracas d'une augmentation de 28 000 nouveaux contribuables légaux qui ont rempli leurs obligations fiscales à la fin du premier trimestre 2022.

Delcy Rodriguez a déclaré que le Service national intégré des douanes et de l'administration fiscale (SENIAT) a enregistré une collecte équivalente  à la fin du mois de mars de cinq milliards 458 millions de bolivars (plus d'un milliard 200 millions de dollars), ce qui signifie une augmentation de 353% par rapport à la même période de l'année dernière.

Les importations ont également connu une augmentation significative de 84 %, passant de 679 millions 225 mille dollars au cours des trois premiers mois de 2021, à 1 milliard 249 millions de dollars en 2022, a indiqué la vice-présidente.

De même, le Venezuela a exporté un total de 147 millions de dollars au cours du premier trimestre de l'année, ce qui représente une croissance de 182 points de pourcentage par rapport à la période précédente.

Delcy Rodriguez a souligné que le pays progresse dans la rupture du cycle pervers provoqué par les mesures coercitives unilatérales mises en œuvre par les États-Unis.

Dans un récent rapport, la banque d'investissement suisse Crédit Suisse a ajusté ses projections concernant l'économie du Venezuela pour 2022, estimant la croissance du PIB à 20 %.

Le cabinet de services financiers a corrigé sa précédente estimation d'une expansion du PIB de quatre pour cent pour l'année en cours, ajoutant que cet indicateur pourrait être d'environ huit points de pourcentage en 2023, selon des informations largement diffusées dans la presse locale.

"Si nous sommes exacts, ces chiffres pourraient être parmi les niveaux de croissance les plus forts du monde", a déclaré la source.

La banque a ajouté que l'inflation sera supérieure à 70% d'ici 2022, modifiant ainsi la prévision précédente d'environ 150 points de pourcentage.

Source: Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/292373-le-venezuela-montre-de-nouveaux-signes-de-reprise-economique

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO VA AGRANDIR L’ECOLE LATINO-AMERICAINE DE MEDECINE AU VENEZUELA

Par Le 16/04/2022

16 Avril 2022

Maduro va agrandir l'école latino-américaine de médecine au Venezuela

Caracas, 15 avril (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a appelé aujourd'hui à l'expansion et au renforcement de l'école latino-américaine de médecine Salvador Allende, à l'occasion du 15e anniversaire de sa fondation dans cette capitale.
15 avril 2022
CDT15:27 (GMT) -0400
Par le biais de son compte Twitter, le chef de l'État a souligné le caractère humaniste de ce projet de formation de professionnels de la santé, né de la coopération Cuba-Venezuela et de la vision stratégique des leaders révolutionnaires Fidel Castro (1926-2016) et Hugo Chávez (1954-2013).

Le 15 avril 2007, le centre d'enseignement supérieur a ouvert ses portes à Caracas, résultat des politiques d'intégration promues entre les gouvernements vénézuélien et cubain dans divers domaines.

"Avec une vision humaniste et libératrice, les commandants Chávez et Fidel ont créé l'école latino-américaine de médecine Dr. Salvador Allende il y a 15 ans. Alma Mater qui forme des médecins pour la nouvelle humanité. Nous allons vers son expansion et son renforcement", a déclaré M. Maduro sur la plateforme de communication.

Dans de récentes déclarations, le président vénézuélien a ordonné la conception d'un plan de développement pour l'ELAM Salvador Allende afin d'accroître la formation des médecins latino-américains, avec pour objectif initial de former 1 000 jeunes Colombiens "afin qu'ils puissent pratiquer la médecine pour le peuple colombien".

oda/wup

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/04/15/maduro-por-expandir-escuela-latinoamericana-de-medicina-de-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LIBEREZ NOTRE COMPATRIOTE JARU RODRIGUEZ, EN PRISON EN ARGENTINE

Par Le 03/04/2022

3 Avril 2022

29 mars, 2022
Tribune populaire
1 Vote

République bolivarienne du Venezuela

Le pouvoir du peuple

Mardi 29 mars 2022.

Les organisations mentionnées ci-dessous, à savoir

1.- Consejo de Mujeres Combatientes por el Socialismo Epifania Sánchez - La Negra Aurora.

2.- Plate-forme de la lutte paysanne.

3.- Colectivo Control Obrero Alcasa (collectif de contrôle des travailleurs d'Alcasa).

4.- Conseil communal Vista Caribe de l'État de La Guaira.

5.- EPS Agropecuaria 13 de Abril, Cumanacoa, État de Sucre.

6.- Comité pour la liberté des travailleurs emprisonnés.

7.- Collectif radiophonique "Alí Primera".

8.- Escuela de Formación de Cuadros El Tonel de Diógenes, Edo.

9.- Radio communautaire El Clarín de Peña, Yaritagua, État de Yaracuy.

10.- Federación Nacional de Defensa de los Derechos Humanos de Venezuela (Fédération nationale de défense des droits de l'homme du Venezuela).

Parti communiste du Venezuela.

12.- Federación Comunal de Combatientes Revolucionarios de Venezuela (Fédération communale des combattants révolutionnaires du Venezuela).

13.- Comuneros Corriente Autogestionaria de Venezuela (Courant d'autogestion communale du Venezuela).

14.- Fundación Capitán de Navío Manuel Ponte Rodríguez (Fondation du capitaine Manuel Ponte Rodríguez).

15.- Coordinadora Simón Bolívar.

Fondation Américo Silva.

17.- Grupo Inicial.

18.- Periódico Digital Querella (journal numérique Querella).

19.- Cantaura Vive.

Plataforma Ciudadana en Defensa de la Constitución (Plate-forme des citoyens pour la défense de la Constitution). 21.

21.- Consejo Campesino Renacer, municipio Bruzual del Edo. Yaracuy.

22.- Toromaina, Association culturelle de Caricuao.

23.- Colectivo del Poder Popular, Gual y España.

24.- Cooperativa Semilla de Libertad del Edo. Yaracuy.

25.- Corriente Comunal del Edo. La Guaria.

26.- Corriente Pedagógica Comunera Corazón de mi Patria Trujillo (Cœur de ma patrie Trujillo).

27.- Cátedra Che Guevara - Venezuela.

Collectif Cimarrones con Consciencia Revolucionaria (Marrons avec conscience révolutionnaire).

29.- Frente de Combatientes Revolucionarios Bolívar-Chávez-Magoya (Front des combattants révolutionnaires Bolívar-Chávez-Magoya).

30.- A.C. Movimiento Sucre.

Collectif Mario Petit.

32.- Comité de Búsqueda y Liberación de Carlos Lanz (Comité de recherche et de libération de Carlos Lanz).

33.- EPS CRV Jiret 2005 del Edo. Yaracuy.

34.- Asociación Revolucionaria de Combatientes Guerrilleros (Association révolutionnaire des combattants de la guérilla).

Marcha Campesina Admirable (Marche paysanne admirable).

36.- Consejo de Trabajadores Agroalimentarios (Conseil des travailleurs de l'agroalimentaire).

37 - Asociación Cultural CreArte, Chivacoa del Edo. Yaracuy.

38.- Comité pour la défense des droits du peuple souverain - Camarade Carlos Lanz Rodríguez.

39.- Radio Comunitaria La Alameda.

40.- Fundación Comunitaria Cacique Paramacay del Edo. Yaracuy.

41.- Comité de Familiares y Amigos por la Libertad de Aryenis y Alfredo (Comité de parents et d'amis pour la liberté d'Aryenis et d'Alfredo).

42.- Surgentes. Collectif des droits de l'homme.

43.- Fundación Otra Voz del Edo. Anzoátegui (Fondation Autre Voix de l'État d'Anzoátegui).

44.- Movimiento Pedagógico Revolucionario Comunitario (Mouvement pédagogique communautaire révolutionnaire).

45.- Consejo Campesino El Pollo Medina, Cocorote Edo. Yaracuy.

46.- Collectif de travail révolutionnaire MINKA.

47.- Foro Itinerante de Participación Popular (Forum itinérant de participation populaire).

48.- Foro Social de los Derechos Humanos del Edo Monagas.

Causa Campesina.

Fondation Peña Viva de l'État de Yaracuy. 51.

51.- Collectif Luis Tascón.

CONSIDÉRANT :

1.- Que le jeudi 10 mars 2022, à l'occasion de la manifestation menée par de multiples organisations sociales, populaires et révolutionnaires argentines devant le Congrès national, contre l'accord entre le gouvernement argentin et le Fonds monétaire international, le camarade JARU ALEXANDER RODRÍGUEZ CARRERO a été arrêté et soumis à un procès pénal.

Que Jaru Alexander Rodríguez Carrero est un militant de la lutte pour la libération sociale des secteurs opprimés et exploités de la société argentine et que, par conséquent, il assume, promeut et pratique l'internationalisme révolutionnaire. Dans ce contexte, et en tant que migrant vénézuélien, il participe activement à des organisations et des programmes sociaux en faveur des migrants, ainsi que des secteurs populaires en situation de pauvreté.

Que sa détention et sa poursuite pénale par l'État argentin constituent un arbitraire flagrant et, par conséquent, la perpétration d'une injustice, étant donné la transgression évidente du principe de la présomption d'innocence, qui est aggravée par toute la campagne de criminalisation, de xénophobie et de stigmatisation dont il a été victime.

Que la situation à laquelle est confronté le compatriote Jaru Rodríguez n'est pas un incident isolé dans Notre Amérique, puisque des réalités similaires sont vécues sur l'ensemble du continent, à savoir la répression, la persécution, l'assassinat et la disparition forcée de militants révolutionnaires qui luttent pour la défense des intérêts et des droits des larges majorités populaires.

5. qu'à ce stade du développement historique du Capital, les classes dirigeantes promeuvent, par les faits et par la force, un processus de régression civilisationnelle, par lequel elles entendent éliminer toutes les conquêtes sociales, juridiques, institutionnelles et politiques que l'humanité a obtenues jusqu'à présent par ses luttes révolutionnaires, raison pour laquelle il est obligatoire pour toutes les organisations populaires et révolutionnaires, dans la perspective de combattre cette offensive du Capital, de redoubler leur travail en termes d'articulation internationale en vue de formuler une stratégie continentale commune.

D'ACCORD :

PREMIEREMENT : exprimer notre solidarité révolutionnaire active et militante avec le combattant populaire et internationaliste Jaru Alexander Rodriguez Carrero.

DEUXIÈMEMENT : Organiser de toute urgence une manifestation de protestation devant l'ambassade d'Argentine en République bolivarienne du Venezuela, afin de dénoncer la détention arbitraire et injuste du compatriote susmentionné et d'exiger sa libération immédiate.

TROISIÈMEMENT : Exhorter le gouvernement constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela, par l'intermédiaire de son ministère des Affaires étrangères, à agir immédiatement pour assurer et garantir les droits de l'homme de son compatriote Jaru Alexander Rodríguez Carrero et sa libération immédiate.

QUATRIÈMEMENT : Coordonner la préparation et l'exécution d'un Tuitazo international pour exiger la libération du camarade Jaru Rodriguez, détenu arbitrairement et injustement en Argentine.

CINQUIÈMEMENT : Promouvoir l'élaboration et la signature d'une Déclaration internationale entre toutes les organisations populaires et révolutionnaires de Notre Amérique engagées dans la lutte anti-impérialiste, dans la construction du socialisme, dans la libération des militants révolutionnaires kidnappés par le Capital, en bref, dans l'émancipation sociale des peuples et des nations opprimés et exploités par le Capital. Cette déclaration s'inscrit dans le cadre du renforcement et du développement du processus populaire d'articulation internationale en cours, dans ce contexte, dénonce la détention arbitraire du combattant populaire et révolutionnaire Jaru Alexander Rodriguez Carrero et exige sa libération immédiate.

SIXIÈMEMENT : Promouvoir la convocation et la réalisation d'une rencontre internationale entre les organisations populaires et révolutionnaires de Notre Amérique, pour traiter de la formulation et de la mise en œuvre d'une stratégie de contre-offensive révolutionnaire contre le Capital et ses gouvernements, dans le cadre de l'internationalisation de la lutte contre le Capital, ennemi commun de toutes les nations et de tous les peuples du monde.

LIBÉREZ LE COMPATRIOTE JARU RODRIGUEZ

FACE À L'OFFENSIVE DU CAPITAL, PROMOUVONS LA CONTRE-OFFENSIVE RÉVOLUTIONNAIRE.

AVANÇONS DANS L'INTERNATIONALISATION DE LA LUTTE RÉVOLUTIONNAIRE.

VIVE L'INTERNATIONALISME RÉVOLUTIONNAIRE.

Tout ceci est communiqué et exécuté, le 29ème jour de mars 2022.

 

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/03/29/liberen-al-compatriota-jaru-rodriguez-preso-en-la-argentina/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV#argentine

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LA JEUNESSE COMMUNISTE ELIT UNE NOUVELLE SECRETAIRE GENERALE, LESBINAR FERNANDEZ.

Par Le 02/04/2022

1 Avril 2022

La Jeunesse communiste du Venezuela élit une nouvelle secrétaire générale
31 mars 2022
Tribune populaire

Lesbimar Fernandez est nommé secrétaire générale de la Jeunesse communiste du Venezuela.


La 8e session plénière du Conseil central de la jeunesse communiste du Venezuela a nommé la camarade Lesbimar Fernandez comme nouvelle secrétaire générale de l'organisation de jeunesse. Fernandez, qui était jusqu'à présent la Secrétaire Nationale de l'Organisation, est membre de la JCV depuis 16 ans.  La jeune communiste a commencé son activité politique dans l'organisation des pionniers de l'État de Falcón. À l'âge de 12 ans, elle a rejoint les rangs de la JCV ; depuis lors, elle s'est engagée dans le travail communautaire. Elle a été secrétaire politique régionale pendant cinq ans. Elle est membre du Conseil central depuis le 12e Congrès national de la JCV et est membre du Comité exécutif national depuis 2016.

La session plénière du 26 mars a également renouvelé les responsables des principaux secrétariats de l'organisation avec la nomination de Junior Sumosa comme responsable national de l'organisation et des finances ; José Daniel Ramos au secrétariat des relations internationales et Akardy Salas à celui de la solidarité internationale ; Josué Medina comme secrétaire des jeunes travailleurs ; Eliezer Ponce au secrétariat du mouvement étudiant et Gerardo Reyes dirigera le secrétariat des jeunes paysans. La responsabilité des réseaux sociaux et des médias numériques sera assumée par le camarade Rafael Colmenares ; et la responsabilité de l'organisation des pionniers par la camarade Izamara Clark.

Le VIIIe Plénum a également discuté de la situation politique nationale et internationale aiguë, en mettant l'accent sur les conditions actuelles de la jeunesse étudiante et ouvrière vénézuélienne, aggravées par la crise capitaliste, les mesures unilatérales de l'impérialisme et le programme d'ajustement néolibéral promu par le gouvernement national.

"Nous sommes clairs sur le rôle que nous devons assumer dans les prochaines années, nous continuerons à travailler pour répondre aux exigences du moment historique de notre pays", a déclaré la nouvelle secrétaire générale, Lesbimar Fernandez. "Les décisions qui ont été prises par le Conseil Central de la JCV ont pour but de renforcer notre présence organique dans tout le pays ; de pouvoir développer l'offensive qui nous permet de nous positionner dans le feu des masses comme le point de référence qui mène la lutte des jeunes d'aujourd'hui", a-t-elle ajouté.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/03/31/la-jcv-elige-nueva-secretaria-general/

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LES USA BATTUS A PLATE COUTURE

Par Le 01/04/2022

La société PDVSA du Venezuela cherche des pétroliers pour augmenter ses exportations

Friday, 01 April 2022 2:43 PM  [ Last Update: Friday, 01 April 2022 4:00 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La société PDVSA du Venezuela cherche des pétroliers en prévision de l'assouplissement des sanctions américaines.

Au bout de plusieurs années de sanctions pétrolières contre le Venezuela, les Américains finissent par quémander du pétrole à Maduro quitte à lui faire des concessions inimaginables il y a encore quelques semaines. Aussi, malgré de nombreuses sanctions américaines contre le Venezuela ces dernières années, l’administration Biden a proposé à Caracas la levée des sanctions sur ses exportations de pétrole sur fond de tension en Ukraine. Le New York Times avait précédemment rapporté que, dans le cadre d’un effort euro-américain visant à isoler la Russie, une délégation de hauts responsables de l’administration Biden s’était rendue au Venezuela samedi 5 mars pour exhorter Nicolas Maduro à s’éloigner de Moscou. Le journal a écrit qu’un groupe de politiciens républicains et démocrates ont évoqué le Venezuela comme une alternative potentielle à la Russie, alors que les États-Unis et leurs alliés envisagent des sanctions sur les exportations russes de pétrole et de gaz.

La société énergétique publique vénézuélienne PDVSA est en pourparlers pour acheter et louer plusieurs pétroliers dans le cadre d’une éventuelle expansion des exportations, signe que le pays s’attend à ce que les sanctions américaines contre son secteur pétrolier soient assouplies.

L’opération militaire russe en Ukraine a déclenché une chasse mondiale pour de nouveaux approvisionnements en pétrole, en particulier le pétrole lourd produit par le Venezuela. Une réunion de haut niveau entre des responsables américains et vénézuéliens à Caracas ce mois-ci a ouvert la porte à des pourparlers sur les sanctions imposées à PDVSA en 2019, qui ont ensuite été renforcées par l’ancien président américain Donald Trump dans le cadre de sa campagne de « pression maximale » pour renverser le président légitime du Venezuela, Nicolas Maduro.

Méga jeu Iran/Russie/Venezuela!

Méga jeu Iran/Russie/Venezuela !

Les dirigeants de la branche maritime de PDVSA, PDV Marina, et de la division Commerce et approvisionnement de la société ont récemment rencontré plusieurs entreprises proposant des pétroliers. Tous étaient prêts à prendre des produits bruts ou raffinés vénézuéliens comme mode de paiement pour les navires, selon le document et des sources qui ont parlé sous couvert d’anonymat.

« La flotte de pétroliers de PDVSA est trop petite pour toute augmentation de la production de pétrole destinée au raffinage national ou à l’exportation », a déclaré l’une des sources.

La flotte de PDVSA possède environ 30 pétroliers qui ont été contraints de rester dans les eaux vénézuéliennes en raison des sanctions et du manque de réparations nécessaires.

Venezuela: la vengeance pétrolière!

Venezuela : la vengeance pétrolière !

Les exportations de pétrole brut et de pétrole du pays ont chuté sous les sanctions américaines, à environ 650 000 barils par jour (bpj) l’année dernière, contre plus de 1,5 million de bpj en 2018.

Les sanctions américaines ont empêché PDVSA de renouveler l’assurance et la classification de ses navires, la conduisant à s’appuyer, en grande partie, sur un groupe de pétroliers tiers qui embarquent souvent le brut dans les ports vénézuéliens, ont montré des sources et des documents de la société d’État.

Dans l’une des propositions vues par Reuters, une société dont le nom a été supprimé du document, proposait cinq pétroliers Aframax, chacun ayant la capacité de transporter jusqu’à 700 000 barils de pétrole, dans le cadre d’un contrat de location avec option d’achat.

Cette société a également proposé de brouiller la propriété de PDVSA sur les nouveaux pétroliers via une chaîne d’intermédiaires, ce qui réduirait le risque de rétention ou de saisie par les États-Unis si les sanctions restaient en vigueur.

Iran/Venezuela: le suicide à l’Américaine!

Iran/Venezuela: le suicide à l’Américaine!

La guerre en Ukraine fait grimper les prix du pétrole.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/04/01/679531/Venezuela-les-exportations-de-p%C3%A9trole-en-hausse

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : DE NOUVELLES PREUVES RELIENT JUAN GUAIDO AUX CARTELS DE LA DROGUE

Par Le 19/03/2022

19 mars 2022

De nouvelles preuves relient Juan Guaido aux cartels de la drogue

Romain MIGUS

Le président de l’Assemblée nationale de la République bolivarienne du Venezuela, Jorge Rodriguez, vient de révéler une série de preuves reliant un narcotrafiquant international au Gang de Guaido, ce réseau politico-criminel dont les liens avec le trafic de drogue ont déjà été documenté de nombreuses fois.

En effet, il a été prouvé que lors de son déplacement en Colombie le 21 février 2019, afin de superviser la tentative d’agression contre le Venezuela qui aura lieu deux jours plus tard, Juan Guaido n’avait pu quitter le territoire vénézuélien qu’avec l’aide du cartel narcoparamilitaire colombiens Los Rastrojos. De nombreuses photos le montrant bras dessus bras dessous avec les dirigeants de cette organisation criminelle.

Un an plus tard de nouvelles accusations rattrapaient Juan Guaido. Les mercenaires qui déferleront sur le Venezuela lors de l’opération Gédéon le 3 mai 2020 avaient établi leur base dans une hacienda appartenant à Hermagoras Gonzalez, alias Doble Rueda, le capo du Cartel de la Guaira. Les révélations du commandant militaire de l’opération, Cliver Alcala -beau-frère de Gonzalez-mais surtout de Jordan Goudreau, le directeur de Silvercorp, l’entreprise de mercenariat US aux commandes, montrera que le Gang de Guaido bénéficiait du soutien de ce narcotrafiquant colombien.

De nouvelles accusations pèsent désormais sur cette organisation criminelle dont Juan Guaido est un des leaders. Le 17 mars 2022, Biaggio Garofalo, un narco trafiquant italo-vénézuélien a été arrêté dans la ville de Carthagène en Colombie.

En 2015, afin de le juger pour trafic de drogue, le Royaume d’Espagne avait sollicité son extradition à Interpol. Garofalo était suspecté d’avoir envoyé un chargement de 350 kilos de cocaïne en Espagne à travers son entreprise Top Tropical Fruit Corp. En abril 2015, les autorités vénézuéliennes capturent Garofalo, etle 21 octobre de la même année, le Tribunal Suprême de Justice du Venezuela ordonne à la justice d’enquêter sur les accusations portées par l’Espagne. L’extradition de Garofalo est rendu impossible par l’article 69 de la Constitution vénézuélienne qui interdit l’extradition des ressortissants nationaux. C’est donc le parquet vénézuélien qui doit mener les investigations correspondants et prononcer les condamnations. Cependant, l’enquête sera torpillé par la procureure Luisa Ortega Diaz, une magistrate corrompue qui soutiendra l’opposition radicale lorsque les vents de la justice commenceront à la rattraper. Luisa Ortega Diaz et son mari German Ferrer font aujourd’hui l’objet d’une enquête pour corruption, non seulement au Venezuela mais aussi aux États-Unis. Grâce aux réseaux de corruption mis en place par Ortega Diaz, Garofalo sera libéré.

En janvier 2016, alors que l’opposition vénézuélienne vient de remporter les élections législatives, le parti Voluntad Popular désigne le narcotrafiquant Biaggio Garofalo en charge de la coordination du parti dans la ville d’Anaco, dans l’État d’Anzoátegui. La personne responsable de cette nomination est un jeune député récemment élu, et secrétaire d’organisation de Voluntad Popular : Juan Guaido.

Depuis lors, des liens profonds unissent les deux hommes, ainsi que le député de Voluntad Popular pour l’État d’Anzoátegui, Marco Antonio Quiñones. Au sein du Gang de Guaido, Quiñones était le « représentant interinstitutionnel », chargé entre autres des relations avec les autorités diplomatiques états-uniennes au sein du gouvernement imaginaire de Juan Guaido. Dans les nombreuses photos dévoilées par Jorge Rodriguez, apparait aussi Golfredo Morett, le beau-frère de Juan Guaido en compagnie de Garofalo. Une véritable réunion de famille.

Jorge Rodriguez a dévoilé des vidéos de Juan Guaido lors d’une fête au domicile du narcotrafiquant le 19 janvier 2019, quatre jours avant le lancement de l’opération de changement de régime dit de la présidence intérimaire.

Ces nouvelles accusations montrent une fois de plus le caractère criminel de l’opposition radicale vénézuélienne. Lorsqu’on lui demande si cette nouvelle affaire va affecter la reprise du dialogue entre le gouvernement bolivarien et la frange radicale de l’opposition, Jorge Rodriguez répond : « nous ne dialoguons pas avec des narcotrafiquants, nous les mettons en prison. (…) Nous reprendrons un dialogue élargi avec les autres secteurs de l’opposition et de la société civile ».

L’étau de la justice et de la vérité semble se refermer sur l’organisation criminelle que l’occident, ses médias et ses ONG souhaitaient porter au pouvoir pour selon leurs mots « rétablir la démocratie au Venezuela ». Une page se tourne.

Romain MIGUS

»» Les 2 Rives

URL de cet article 37870

 

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET LA RUSSIE PASSENT EN REVUE LEURS RELATIONS BILATERALES

Par Le 11/03/2022

11 Mars 2022

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2022-03-10 17:34:01

 


 

L'entretien a eu lieu dans le cadre du second Forum diplomatique d'Antalya.

La Havane, 10 mars, (RHC)- La vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez, s’est entretenue ce jeudi à Antalya avec Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères.

La réunion a été confirmée par l'ambassadeur russe au Venezuela, Sergueï Melik-Bagdasarov: «En ce moment, la réunion de haut niveau se tient à Antalya. Ensemble, nous allons de l'avant», a écrit le diplomate russe sur ses réseaux sociaux.

Les dirigeants politiques se sont salués en espagnol, après quoi  Sergueï Lavrov a déclaré qu'il avait l'intention de discuter des relations bilatérales ainsi que de l'agenda international.

«Le Venezuela a confirmé le principe d’égalité souveraine des États comme le chemin pour préserver les équilibres en faveur de la paix» a tweeté Delcy Rodriguez.

La réunion, qui a duré 30 minutes, s'est déroulée dans un contexte de négociations entre Caracas et Washington au sujet de «la sécurité énergétique des États» selon la Maison Blanche

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a déclaré lundi que son pays et les États-Unis avaient convenu de travailler à la détermination de formats de coopération mutuellement avantageux.

La vice-présidente vénézuélienne s’est également entretenue avec le chef de la diplomatie de la Turquie.

Un communiqué de la vice-présidence souligne que cette rencontre a fourni l’occasion de «consolider les alliances stratégiques entre la Turquie et le Venezuela».

Les deux parties ont signé une quarantaine d’accords de coopération dans les domaines de l’agriculture, du pétrole, de la santé et de l’éducation entre autres.

Sources Russia Today, Sputnik news et TeleSur

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/288807-le-venezuela-et-la-russie-passent-en-revue-leurs-relations-bilaterales

Tag(s) : #Venezuela#Russie

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : VENGEANCE PETROLIERE !

Par Le 10/03/2022

Pétrole: le non de Caracas aux Yankee

Thursday, 10 March 2022 3:32 PM  [ Last Update: Thursday, 10 March 2022 5:14 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue vénézuélien Nicolás Maduro, le 5 décembre 2018, à Moscou. ©Reuters

Avec l’intensification de la crise ukrainienne, Washington a cherché en utilisant le levier pétrolier à pousser le gouvernement vénézuélien à s’aligner avec les politiques américaines, ce qui a été rejeté par Caracas.

Les États-Unis ont tenté, en effet, de persuader le Venezuela d'augmenter sa production de pétrole et de contrer la Russie, mais le président vénézuélien Nicolas Maduro s'est rangé du côté de son allié traditionnel, Vladimir Poutine, et a pris position en distinguant le commerce du pétrole des positions politiques.

« Le Venezuela et d'autres pays américains ont été surpris par la politique de Washington envers Caracas », écrit le journal Rai al-Youm. « Dès le début de l'opération militaire russe contre l'Ukraine, des responsables américains de la Maison Blanche et du Département d'État ont organisé des rencontres avec les responsables vénézuéliens. Ce que les Américains ont tenté de justifier en évoquant la différence de la vision de l'administration de Biden de celle de Donald Trump, qui menaçait le Venezuela de guerre et cherchait à évincer Maduro du pouvoir. »

Lire aussi : Par crainte des sanctions russes, les Yankee débarquent au Venezuela quémander du pétrole!

Iran/Venezuela: le suicide à l’Américaine!

Iran/Venezuela: le suicide à l’Américaine!

La guerre en Ukraine fait grimper les prix du pétrole. 

Selon le rapport : « Les entreprises américaines avaient augmenté leurs importations de pétrole russe après l'embargo pétrolier contre le Venezuela. Le Venezuela insiste actuellement que l'augmentation de l’exportation de son pétrole vers les États-Unis se fera en coordination avec l'Opep et sans céder aux exigences américaines. »

Lire aussi : Le monde attend le pétrole iranien et vénézuélien

Malgré les contacts avec le gouvernement américain, le Venezuela en publiant des déclarations lève tout doute quant à sa position sur l'opération militaire russe contre l'Ukraine. D’autre part, lors d'une conversation téléphonique avec Poutine, le président vénézuélien Nicolas Maduro a réitéré sa position et le droit de la Russie à défendre sa sécurité contre l'élargissement de l'OTAN.

Selon le communiqué du Kremlin, Nicolas Maduro a fermement soutenu les grandes démarches de la Russie, condamné les activités déstabilisatrices des États-Unis et de l'OTAN et souligné l'importance de lutter contre la campagne de mensonges et de tromperie menée par l'Occident. 

« Trop de sanctions tuent la sanction! »

« Trop de sanctions tuent la sanction! »

Poutine pourra-t-il démilitariser l’Ukraine, et les finances mondiales avec ?

À cet égard, le représentant vénézuélien au Conseil des droits de l'homme à Genève a récemment condamné les sanctions contre la Russie. Le Venezuela a soutenu les opérations militaires russes à l’instar d'autres pays d'Amérique latine, dont Cuba, le Nicaragua, El Salvador et la Bolivie.

Lire aussi : Les sanctions US contre la Russie n'attisent aucun appétit en Iran, l'Iran penserait déjà à SWIFT russe

Selon le rapport, dans le cadre d’un soutien politique total à Moscou dans la crise ukrainienne, Caracas ne s’est pas opposé à la décision de la Russie qui avait menacé de déployer ses forces armées en Amérique latine et dans des pays comme le Venezuela et Cuba.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/03/10/678332/Les-USA-interesses-par-le-petrole-venezuelien

Dans VENEZUELA

LA JEUNESSE COMMUNISTE DU VENEZUELA DEMANDE LA LIBERATION DES JEUNES COMMUNISTES UKRAINIENS

Par Le 10/03/2022

9 Mars 2022

La Jeunesse Communiste du Venezuela demande la libération des jeunes communistes ukrainiens
7 mars, 2022
La Tribune du Peuple
2 Votes

Caracas, 07/03/2022 - La Jeunesse Communiste du Venezuela (JCV) a exigé du gouvernement de l'Ukraine, dirigé par Volodimir Zelensky, la libération immédiate et le respect des droits de l'homme des militants communistes ukrainiens Mikhail Kononovich et son frère Aleksander Kononovich, détenus et faussement accusés d'être des espions de la Russie et du Belarus.

Mikhail Kononovich est le premier secrétaire de l'Union de la jeunesse communiste léniniste d'Ukraine.

La jeunesse communiste vénézuélienne se joint à l'appel de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique. Après la dénonciation, WFDY a lancé une campagne pour la libération des frères Kononovich, qui risquent d'être exécutés.


Le texte suivant est un communiqué de la JCV :

Le Comité exécutif national (NEC) de la Jeunesse communiste du Venezuela (JCV) exprime sa forte condamnation de l'arrestation du premier secrétaire de l'Union de la jeunesse communiste léniniste d'Ukraine, Mikhail Kononovich et de son frère Aleksander Kononovich, par le gouvernement fasciste ukrainien sous de fausses accusations d'être des espions russes et biélorusses.

L'enlèvement des camarades Mikhail et Aleksander est une attaque de plus de l'intolérance anticommuniste et antidémocratique qui caractérise le régime établi en Ukraine depuis le coup d'État de 2014.

Nous exigeons du JCV le respect des droits de l'homme de nos camarades Mikhail Kononovich et Aleksander Kononovich, et nous demandons leur libération immédiate. Nous avertissons que toute aggravation contre l'intégrité physique des frères Kononovich est la responsabilité du gouvernement ukrainien.

Non aux guerres des puissances impérialistes et capitalistes !

Non aux régimes fascistes et anticommunistes !

Source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/03/07/jcv-exige-liberacion-de-jovenes-comunistas-ucranianos/

Tag(s) : #JCV#Communiste#Venezuela#Ukraine

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA RECOIT UN NOUVEAU LOT DE MEDICAMENTS EN PROVENANCE DE CHINE

Par Le 07/03/2022

6 Mars 2022

Le Venezuela reçoit un nouveau lot de médicaments en provenance de Chine

Caracas, 6 mars (Prensa Latina) Le Venezuela a reçu un nouveau lot de médicaments et de fournitures envoyés par la Chine dans le cadre du pont humanitaire entre les deux nations, ont annoncé aujourd'hui des sources officielles.

6 mars 2022
CST09:05 (GMT) -0500
Un total de 69 tonnes de médicaments est arrivé la veille à l'aéroport international Simón Bolívar de Maiquetía en provenance de ce pays asiatique, à bord d'un vol du Consorcio Venezolano de Industrias Aeronáuticas y Servicios Aéreos S.A. (Consortium vénézuélien des industries aéronautiques et des services aériens S.A.).

L'envoi contient du matériel médico-chirurgical, des équipements médicaux et dentaires, des accessoires, des pièces de rechange pour la réparation d'équipements médicaux et du matériel pour combattre le Covid-19, selon le rapport.

Ces actions s'inscrivent dans le cadre des efforts du gouvernement bolivarien pour garantir la santé du peuple vénézuélien malgré les mesures coercitives unilatérales prises par les États-Unis contre le pays.

Il s'agit du 42e vol qui arrive dans le pays dans le cadre du pont aérien Chine-Venezuela.

Les deux nations entretiennent des relations étroites dans les domaines de la santé et de l'économie, et le soutien de la Chine a été essentiel pour faire face à Covid-19 et aux limitations imposées par le blocus américain, selon les autorités vénézuéliennes.

Au cours des deux dernières années, la Chine a envoyé plusieurs cargaisons de médicaments, de vaccins et de fournitures au Venezuela.

jha/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/03/06/venezuela-recibe-nuevo-lote-de-medicamentos-procedentes-de-china

Tag(s) : #Venezuela#Chine

Dans VENEZUELA

PAR CRAINTE DE SANCTIONS RUSSES, LES USA DEBARQUENT AU VENEZUELA QUEMANDER DU PETROLE !

Par Le 06/03/2022

Par crainte des sanctions russes , les Yankee débarquent au Venezuela quémander du pétrole!

Sunday, 06 March 2022 2:16 PM  [ Last Update: Sunday, 06 March 2022 2:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Poutine et Maduro (Archives)

Et si la Russie privait les USA de son pétrole, Biden pourrait-il se faire à un baril à 200 dollars? Le Venezuela qui a apporté son entier soutien à l'opération russe en Ukraine, va-t-il se laisser berner par Washingtonn un pays exangue à l'issu des années de sanctions impitoyables US? une chose est sur les Américains paniqués à l'idée de voir les Iskandar ou les Kinzhal  russe faire leur apparition aux Caraïbes tendent à prendre le taureaux par les cornes après avoir été renvoyer par Cuba qui semble bien décidé de laisser les Russes d'organiser les exercices militaires sur leur territoire. Ainsi, Washington envoie une délégation de haut niveau au Venezuela dans l’espoir de faire d'une pierre deux coups:  primo, semer la discorde entre la Russie et son partenaire latino-américain, le Venezuela,  secundo, chercher à remplacer le pétrole russe par celui du Venezuela, ce qui en ce début de la guerre lancé par le rouble contre le dollar, pourrait, espère Washington resserrer l'étau autour du Kremlin.  Au fait, les Yankee n'ont guère apprécié le calme olympien de la Russie après l'annonce des trains de sanctions successifs contre différents secteurs de l'économie russe d'où cette tentation de se concentrer sur le secteur petrolière de  la Russie dont ils sont entièrement dépendant, une tentation qui va d'ailleurs dans l'ordre des choses, l'objectif de la guerre ukrainienne étant de pousser l'Europe à renoncer au gaz russe. Mais que répondra le Venezuela? 

 

Venezuela: Surprise pétrolière iranienne?

Venezuela: Surprise pétrolière iranienne?

Selon des agences, une délégation de hauts politiciens américains s’est rendue samedi au Venezuela pour rencontrer le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et "discuter avec  les responsables vénézuéliens" pour exhortent le président Maudro à prendre ses distances avec Moscou et à rejoindre la campagne mondiale visant à "isoler la Russie" et le gouvernement de Moscou. Selon le New York Times, ce voyage s’est effectué au plus haut niveau et les responsables américains, cherchant ni plus ni moins à séparer la Russie de ses alliés sud-américains d'une part et à barricader en quelque sorte l'accès l'accès "militaire russe" aux Caraïbes. Et pourtant, ce voyage intervient alors même que les États-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec le gouvernement vénézuélien en 2019. L’administration de l’époque avait même décidé de fermer son ambassade en poste à Caracas après avoir accusé Maduro de fraude électorale. Puis Trump a ordonné un embargo total sur le pétrole vénézuélien, conduisant le Venezueal détenteur des réserves les plus grandes du monde à devenir un importateur de pétrole. Trump n'a pas hésité non plus à reconnaitre le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido. Selon des responsables américains, qui se sont exprimés sous couvert d'anonymat, l'opération militaire de la Russie en Ukraine a poussé les Autorités américaines à se concentrer  sur les relations entre la Russie et ses alliés latino-américains et à faire des tentatives d’isoler Poutine dans le monde.

Lire aussi:  Attaque terroriste contre la plus grande raffinerie du Venezuela

Le New York Times rapporte d’ailleurs qu'un groupe de politiciens républicains et démocrates voient le Venezuela comme une alternative potentielle à la Russie dans les exportations du pétrole et du gaz.

Venezuela : le

Venezuela : 

En pleine crise ukrainienne, la Russie a décidé de renforcer son poids en Amérique Latine, le Venezuela entre autres.

Dans ce même ordre d’idée, des républicains qui ont de bonnes relations avec Caracas, ont passé à l’action pour reprendre les négociations avec le gouvernement vénézuélien dans l’espoir de donner un coup d’envoi à la reprise des exportations du pétrole vénézuélien. Washington a tenté de négocier avec le gouvernement Maduro pour importer de nouveau du pétrole du Venezuela. Avant les sanctions américaines, le Venezuela expédiait la majeure partie de son pétrole sur la côte du Golfe des États-Unis, dont les raffineries ont été construites spécifiquement pour traiter du pétrole lourd du Venezuela. Mais que fera le Venezuela? Le vote hostile de Caracas à la résolution anti Russie annonce la couleur. 

Mardi dernier, le président vénézuélien Nicolas Maduro a exprimé son « fort soutien » à son homologue russe Vladimir Poutine, lors d’un appel téléphonique : « Nicolas Maduro a exprimé son fort soutien envers les actions clefs de la Russie, condamnant l’activité déstabilisatrice des États-Unis et de l’OTAN, et soulignant l’importance de lutter contre la campagne de mensonges et de désinformation lancée par les pays occidentaux », selon le communiqué, qui souligne que l’appel a eu lieu à « l’initiative de la partie vénézuélienne ». Le président Poutine a, quant à lui, « partagé sa vision de la situation concernant l’Ukraine, soulignant que les objectifs de l’opération militaire spéciale étaient de protéger la population civile du Donbass (territoires séparatistes prorusses dans l’Est de l’Ukraine, NDLR), la reconnaissance par Kiev de la DNR et LNR (Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, autoproclamées, NDLR), ainsi que la souveraineté russe sur la Crimée, la démilitarisation et dénazification de l’État ukrainien et l’assurance de son statut neutre et non-nucléaire », selon le texte.

Une base russe au Venezuela?

Une base russe au Venezuela?

Une base militaire russe au Venezuela où est présent le CGRI iranien?

Mais la visite d'une délégation de haut rang US au Venezuela pourrait-il servir d'occasion au pays pour règler ses comptes aux Yankees? Pourquoi pas. Après tout le Venezuela pourrait annoncer aux Américains ses intentions d'aller plus en avant dans ses liens et coopérations militaires avec Moscou ou alors faire ce que l'Iran l'a fait, exiger une levée totale des sanctions avant de répondre aux doléances US. 

http://french.presstv.ir/Detail/2022/03/06/678064/Les-USA-tentent-de-separer-Moscou-et-Caracas

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT VENEZUELIEN SALUE L’HERITAGE REVOLUTIONNAIRE D’HUGO CHAVEZ

Par Le 06/03/2022

5 Mars 2022

Le président vénézuélien salue l'héritage révolutionnaire d'Hugo Chávez

Le leader de la révolution bolivarienne, Hugo Chávez


Caracas, 5 mars (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolás Maduro a salué aujourd'hui l'héritage du leader de la révolution bolivarienne, Hugo Chávez (1954-2013), à l'occasion du neuvième anniversaire de sa mort.

5 mars 2022
CST10:43 (GMT) -0500
Hugo Chávez vit dans la mémoire du peuple vénézuélien

Le président de Cuba se souvient de l'héritage d'Hugo Chávez

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le chef de l'État a déclaré que Chávez est et sera toujours synonyme d'amour profond, d'espoir, de loyauté et de victoire.

"Neuf ans après son passage dans l'éternité, nous l'honorons par des actions quotidiennes qui protègent le peuple vénézuélien. Vive l'héritage du commandant !" a souligné le président sur la plateforme de médias sociaux.


De hautes autorités militaires, politiques et gouvernementales vénézuéliennes ont rappelé le rôle décisif d'Hugo Chávez dans la construction d'un projet de société populaire, démocratique et émancipateur.

Dans une déclaration, le ministre de la défense, Vladimir Padrino, a souligné le rôle de premier plan joué par Chávez dans la conduite d'un processus de libération sans précédent dans l'histoire du pays, car "il a réussi à cultiver chez les Vénézuéliens le sens le plus large et le plus authentique de l'humanisme, de la solidarité, de la justice sociale, de la dignité nationale et de la paix".

Il a également souligné que la profondeur de la pensée libertaire de Chávez a conduit à la refondation des Forces armées nationales bolivariennes, "désormais éminemment populaires et radicalement anti-impérialistes", a déclaré le haut responsable militaire.

Le ministère des Affaires étrangères a également indiqué que l'héritage du leader révolutionnaire est plus vivant que jamais au Venezuela et dans les pays et peuples frères, comme une source d'inspiration pour continuer à défendre l'intégration et la paix.

Chávez est né le 28 juillet 1954 à Sabaneta, dans l'État de Barinas. Dès son plus jeune âge, il embrasse une carrière militaire et adhère aux idées libertaires de Simón Bolívar.

Le 4 février 1992, à la tête d'un groupe de militaires regroupés au sein du Mouvement révolutionnaire bolivarien 200, il prend les armes contre la politique des gouvernements néolibéraux au pouvoir.

L'insurrection a été un échec militaire, mais elle a jeté les bases de l'émergence et de la consolidation ultérieures d'une alternative politique qui a conduit au triomphe électoral de Chávez en décembre 1998, pour entamer le profond processus de transformations sociales proposé par la révolution bolivarienne.

À la tête du gouvernement révolutionnaire, il a axé sa politique sur des projets sociaux en faveur du peuple vénézuélien et, pendant son mandat présidentiel, les industries fondamentales et stratégiques pour le développement du pays ont été nationalisées.

Il a également encouragé l'intégration latino-américaine par la création et la promotion de mécanismes de transformation multilatéraux pour la complémentarité et la justice sociale.

rgh/wup
source : https://www.prensa-latina.cu/2022/03/05/presidente-de-venezuela-enaltece-legado-revolucionario-de-hugo-chavez

Tag(s) : #Venezuela#Chavez

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA SUR LA GUERRE EN UKRAINE

Par Le 04/03/2022

3 Mars 2022

3 mars, 2022
La Tribune du Peuple


Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa préoccupation face à l'escalade du conflit militaire entre la Russie et l'Ukraine, qui est stimulé et utilisé par les puissances capitalistes occidentales afin de justifier les plans de déploiement et d'expansion des forces de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) dans la région et d'approfondir l'application des sanctions économiques contre la Russie, dans le cadre de la concurrence mondiale féroce entre les puissances impérialistes et capitalistes pour le contrôle des marchés, des ressources naturelles, des routes commerciales et des avancées scientifiques et techniques.

Tant l'expansion agressive de l'OTAN vers l'Europe de l'Est - après le triomphe de la contre-révolution en Union soviétique - que la volonté croissante de la Russie capitaliste de reprendre le contrôle de son ancienne zone d'influence, sont des expressions politiques de cette concurrence et de ce différend croissants entre les différentes capitales et bourgeoisies nationales représentées par leurs États-nations respectifs : la Russie d'une part et l'Ukraine et les pays de l'OTAN, dirigés par les États-Unis, d'autre part.

Après la chute du mur de Berlin à la fin de 1989, la Russie s'est retirée de tous les pays du Pacte de Varsovie sur la promesse faite par les États-Unis que l'OTAN ne s'étendrait pas en Europe de l'Est. Dix ans plus tard, au mépris de ces accords et du droit international, l'OTAN a attaqué et démembré la Yougoslavie et bombardé plusieurs pays du Moyen-Orient avec la complicité du "monde occidental civilisé".

La guerre en Ukraine a été fondamentalement provoquée par ces conflits entre les grandes sociétés monopolistes capitalistes et la politique belliciste et d'ingérence des États-Unis, de l'UE et de l'OTAN pour imposer les intérêts de leurs monopoles dans cette région. En 2014, ils sont intervenus en faveur du coup d'État contre le gouvernement ukrainien et, depuis lors, ils ont contribué à renforcer un régime ouvertement anti-russe aux penchants nazis-fascistes, qui est le seul responsable de la guerre civile qui a depuis coûté la vie à 14 000 Ukrainiens, de la persécution des organisations communistes et ouvrières, ainsi que des crimes systématiques contre les populations de Lougansk et de Donetsk.

Ces régions russophones de l'est de l'Ukraine ont résisté au coup d'État des forces fascistes et ont subi des attaques massives d'artillerie et d'avions sous le regard complice de l'OTAN et le silence de la soi-disant "communauté internationale".

L'avancée des capitalistes occidentaux sur l'Ukraine par l'imposition d'un gouvernement réactionnaire, antidémocratique et fasciste - sur le modèle de ceux de la Pologne, de la Lituanie et de l'Estonie - a représenté un revers majeur pour les intérêts capitalistes de la Russie et ses projets de construction d'un marché commun des pays d'Eurasie, où l'Ukraine jouerait un rôle important en raison de sa situation géographique et de son statut de principale route commerciale pour l'exportation du gaz russe vers le reste de l'Europe.

Comprenant l'importance de prendre le contrôle total de l'Ukraine, les forces impérialistes américaines et européennes ont incité et soutenu le non-respect des accords de Minsk par le régime ukrainien, préparant ainsi les conditions de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN et le déploiement ultérieur de bases militaires et d'armées sur son territoire.

Comme on pouvait s'y attendre, les capitalistes russes et leur État-nation n'attendraient pas sans rien faire la réalisation des plans de contrôle de l'Ukraine de leurs rivaux occidentaux et, sur la base de la reconnaissance de l'indépendance des régions de Donetsk et de Lougansk, ont déployé une offensive militaire contre le gouvernement ukrainien qui poursuit des objectifs allant au-delà de la protection de la vie des citoyens de ces territoires.

Les tensions croissantes, générées par la compétition entre les puissances impérialistes et capitalistes, placent l'humanité dans le danger imminent de nouvelles guerres dévastatrices où ce seront les travailleurs qui sacrifieront leur vie au nom des intérêts des autres. Il est une fois de plus clair que la lutte pour la paix est un slogan vide si elle n'est pas comprise comme étant liée à la nécessité pour la classe ouvrière mondiale d'avoir une stratégie indépendante des intérêts et des plans de la bourgeoisie dans leurs pays respectifs.

Le PCV condamne fermement les plans d'agression et d'ingérence des États-Unis, de l'UE et de l'OTAN en Europe de l'Est et plus particulièrement en Ukraine. En outre, nous rejetons l'hypocrisie de la soi-disant "communauté internationale", qui s'indigne de l'offensive militaire russe en Ukraine, mais qui a gardé le silence pendant huit ans de bombardements et de massacres systématiques contre la population de la région du Donbass, de la même manière qu'elle ferme les yeux quand Israël et l'Arabie saoudite bombardent les peuples de Palestine, du Yémen et de Syrie.

Nous réitérons notre solidarité avec les populations de Lougansk et de Donetsk, victimes de l'agression systématique du gouvernement nazi-fasciste, ainsi qu'avec tous les travailleurs d'Ukraine, le Parti communiste d'Ukraine et toutes les forces qui résistent.

Le PCV, conformément à ses principes, condamne toute forme de guerre qui vise les intérêts du grand capital. Nous appelons les forces anti-impérialistes et révolutionnaires, le mouvement ouvrier mondial et les organisations pacifistes à renforcer la solidarité et l'unité mondiale afin d'arrêter la folie guerrière à laquelle les puissances impérialistes et capitalistes tentent de nous conduire dans leur compétition acharnée.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/03/03/el-pcv-sobre-la-guerra-de-las-potencias-imperialistas-y-capitalistas-en-ucrania/

Tag(s) : #PCV#Ukraine#Communiste

Dans VENEZUELA

UNE CARGAISON DE PLUS DE 16 TONNES DE FOURNITURES MEDICALES, EN PROVENANCE DE CHINE EST ARRIVEE AU VENEZUELA

Par Le 03/03/2022

3 Mars 2022

Une cargaison de médicaments en provenance de Chine arrive au Venezuela
Venezuela, Chine, fournitures, médicales
Caracas, Mar 2 (Prensa Latina) Une cargaison de plus de 16 tonnes de fournitures médicales en provenance de la République populaire de Chine est arrivée au Venezuela aujourd'hui, selon l'annonce faite par la ministre de la Santé, Magaly Gutiérrez.

2 mars 2022
CST08:39 (GMT) -0500
La haute fonctionnaire a souligné la solidarité du pays asiatique et son soutien à la lutte contre le Covid-19, ainsi que les liens d'amitié indéfectibles qui unissent les deux nations.

Elle a également souligné l'engagement du président Nicolás Maduro et de l'exécutif bolivarien en faveur de la santé de la population, notamment dans la lutte contre la pandémie.

"Notre appel sera toujours de prendre soin de nous-mêmes, nous avons également reçu du matériel médical et chirurgical qui aidera nos compatriotes du secteur de la santé et tout notre personnel médical à continuer à prendre soin d'eux-mêmes", a-t-elle déclaré.
Le Venezuela et la Chine entretiennent des relations étroites dans les domaines de la santé et de l'économie, et le soutien de cette nation a été essentiel pour faire face à la Covid-19 et aux limitations imposées par le blocus américain, selon les autorités vénézuéliennes.

Au cours des deux dernières années, la Chine a envoyé plusieurs cargaisons de médicaments, de vaccins et de fournitures à ce pays d'Amérique du Sud.

mem/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/03/02/arriba-a-venezuela-cargamento-de-medicinas-procedente-de-china

Tag(s) : #Chine#Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA CONDAMNE LE BLOCUS DE RT ET SPOUTNIK DANS L'UE

Par Le 01/03/2022

1 Mars 2022

Le Venezuela répudie le blocus de RT et Spoutnik dans l'UE
Écrit par Stefany Arias le 28/02/2022. Publié dans Newsnews

La mesure annoncée par l'Union européenne (UE) pour bloquer les médias russes Sputnik et RT est typique d'un régime totalitaire, a déclaré le ministre vénézuélien de la Communication, Freddy Ñáñez, dans des déclarations offertes à l'Agence Sputnik.

"C'est certainement un signe d'arrogance et en même temps de désespoir. La vérité est que cette mesure, typique d'un régime totalitaire, était prévisible. La censure que l'UE impose à la Russie en général, et au conflit en Ukraine en particulier, n'est pas nouvelle ", a ajouté le ministre.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a promis d'opposer son veto à Sputnik et à RT sur le territoire de l'UE pour "propagation de mensonges afin de justifier la guerre", faisant référence à l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine.

Ñáñez a déclaré que l'attitude agressive de l'UE contre la Russie est toujours présente et augmente en temps de crise.

"Cela ne fait que s'intensifier dans ces moments critiques où la [stratégie] des médias joue un rôle décisif: celui d' [influencer] la perception de la réalité", a-t-il déclaré.

Stigmatisation et diabolisation

Le ministre vénézuélien a rappelé qu'en 2014, lorsque le coup d'État a eu lieu en Ukraine, une campagne de stigmatisation a commencé contre la Russie et son président Vladimir Poutine.

Cela, a-t-il noté, a permis à l'UE de légitimer le coup d'État et de détourner l'attention des crimes contre l'humanité que les troupes ukrainiennes commettaient dans la région du Donbass, à l'est du pays.

"Ces huit années de stigmatisation ont créé les conditions subjectives de cette nouvelle phase de manipulation et de fausse représentation du rôle de la Russie face aux provocations de l'OTAN [Organisation du Traité de l'Atlantique Nord], avec les États-Unis en première ligne", a-t-il déclaré.

Les combats entre 2014 et 2022 ont fait plus de 14 000 morts dans la région du Donbass, selon les Nations Unies.

Les républiques de Lougansk et de Donetsk, reconnues par la Russie comme indépendantes dans le Donbass, ont demandé le soutien de Moscou pour faire face aux agressions ukrainiennes, et Poutine a lancé une opération militaire spéciale, qui vise également à "dénazifier" la région.

Comme cela s'est produit en Irak, en Afghanistan ou en Libye, les médias occidentaux tentent dans la crise ukrainienne de "diaboliser, falsifier la réalité et préparer l'opinion publique à justifier leurs agressions", a déclaré le ministre vénézuélien.

"Passage de la campagne de stigmatisation à l'annulation de deux chaînes d'information qu'elles ne peuvent pas contrôler et ne réalisent pas quelque chose: aujourd'hui, le modèle de consommation culturelle et informatif dominant sont les réseaux sociaux, où nous sommes tous producteurs de contenus, et pour la plupart qui essaient de manipuler les algorithmes, il sera très difficile de ne pas révéler au public les faits réels", a-t-il déclaré.

Ñáñez a qualifié de "ridicule" le fait que l'UE ait l'intention d'agir de manière coercitive contre deux médias russes ayant des centaines de chaînes de médias en sa possession, "comme si elle risquait l'histoire qu'ils imposent depuis un siècle: "La Russie est le pays crapuleux".

Cependant, il a averti que la mesure peut être très pernicieuse et suppose une criminalisation du journalisme, de la liberté d'opinion et de pensée des citoyens.

Le ministre vénézuélien a souligné l'importance que les efforts de "dénazification" de l'Ukraine s'accompagnent d'un changement de la ligne éditoriale des grandes entreprises, qui tentent de façonner une pensée unique.

Faire taire les nouvelles

"L'UE montre sa véritable humeur: ils se disent défenseurs de la démocratie et des libertés, mais ils n'hésitent pas à faire taire les nouvelles qui ne favorisent pas leur ligne éditoriale ou à interdire l'opinion qui leur est inconfortable", a déclaré Ñáñez.

À cet égard, le ministre vénézuélien a exprimé sa solidarité avec les travailleurs de Sputnik et de RT.

Face à la menace de l'UE, la rédactrice en chef des médias russes concernés, Margarita Simonyan, a répondu que RT et Sputnik savaient et étaient prêts à faire leur travail dans des conditions interdites.

En outre, Ñáñez a souligné que les principes de la propagande nazie étaient appliqués à la Russie.

"Contre la Russie, les principes 11 de [Joseph] Goebbels ont été appliqués, nous devons donc prendre conscience de la nécessité de dénazifier [de dire avec le président russe Vladimir Poutine] la ligne éditoriale des grandes entreprises qui composent une seule pensée", a déclaré le responsable vénézuélien.

Les principes de Goebbels, qui était à la tête du ministère de l'Illumination publique et de la Propagande du régime d'Adolf Hitler, comprenaient la construction d'un appareil médiatique centralisé.

Grâce à ces méthodes de propagande, tous les médias, artistiques et littéraires, entre autres expressions, qui ne véhiculaient pas le message hégémonique conçu par les nazis ont été interdits.

De même, le plan de Goebbels comprenait, entre autres, les soi-disant principes d'exagération et de défiguration, la définition d'un seul ennemi, l'orchestration (réduire la propagande à un petit nombre d'idées et les répéter inlassablement) et le silence (faire taire les nouvelles qui favorisent l'adversaire).

Ñáñez a souligné que cela se produit à un moment où l'Occident connaît une "crise de valeurs civilisatrices et ne se soucie même plus de la dissimuler."

Le ministre de la Communication du Venezuela a fait ces déclarations après que l'Union européenne a annoncé la décision de bloquer Sputnik et RT au public communautaire, les accusant de diffuser de la propagande russe.

source : https://mppre.gob.ve/2022/02/28/venezuela-repudia-el-bloqueo-de-rt-y-sputnik-en-la-ue/

Tag(s) : #Venezuela

 

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA, PRET A FAIRE FACE A DES AGRESSIONS EXTERIEURES.

Par Le 26/02/2022

25 Février 2022

 

Édité par Reynaldo Henquen
2022-02-24 14:46:29

      

 

Caracas, 24 février (RHC) Le vice-président de la Sécurité Remigio Ceballos a averti que le Venezuela est aujourd’hui prêt à faire face à de probables actions violentes de l’extérieur.

Nous avons vu plus de 20 actions violentes contre l’État vénézuélien, elles sont bien détaillées. Nous pourrions dire qu’une telle action pourrait se produire cette année contre notre pays, a dénoncé le ministre des Affaires intérieures, de la Justice et de la Paix.

À cet égard, il a souligné que les Forces armées nationales bolivariennes (FANB)  sont  armées pour défendre la souveraineté, «ferme, en union civique et militaire policière pour assurer le bien-être du peuple, réaliser le développement intégral de la nation, avancer vers une nouvelle ère et pouvoir consolider la paix".

Ceballos a noté que le Gouvernement de la Colombie encourage les actes de violence contre le Venezuela, alors qu’il est incapable de contrôler le problème des drogues et les massacres qui  ont lieu fréquemment sur son territoire.

Le vice-président a rappelé que lorsqu’il y a des déclarations politiques contre l’Etat vénézuélien "soudain il y a des actions violentes, comme ce qui s’est passé avec les guarimbas et les protestations de 2017 .

Les FANB sont toujours concentrées à Apure, a-t-il souligné, faisant allusion aux opérations menées par le Commandement Stratégique Opérationnel dans la zone frontalière pour neutraliser les groupes Terroristes Armés Narcotrafiquants de Colombie qui attaquent ce pays.

La veille, c’était le troisième anniversaire de la bataille des Ponts, qui s’est déroulée le 23 février 2019, lorsque le peuple et les forces de sécurité vénézuéliennes ont fait échouer une tentative d’invasion depuis la Colombie.

Après le récit d’une prétendue crise humanitaire, on tentait de fomenter des affrontements internes qui aboutiraient à une guerre civile, pour justifier l’invasion militaire, ce qui est typique du Manuel de guerre non conventionnelle des États-Unis, appliqué dans d’autres nations comme l’Irak, la Libye et la Syrie.

Au cours des commémorations, les principaux dirigeants de cette nation ont réaffirmé leur volonté de défendre le Venezuela contre toute agression, extérieure ou intérieure.

 

Source Prensa latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/287327-le-venezuela-pret-a-faire-face-a-des-agressions-exterieures

 

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LES USA UTILISENT L'EUROPE POUR SOUMETTRE LA RUSSIE

Par Le 25/02/2022

24 Février 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-02-24 14:42:37

      

Caracas, 25 février (RHC) Un député vénézuélien assure que le gouvernement américain utilise l’Europe pour atteindre son objectif de soumettre la Russie et de freiner sa croissance économique.

" Les intérêts économiques et hégémoniques des  Étatss-Unis dans la région l’emportent sur la paix et la sécurité en Europe. Ils utilisent le territoire européen et l’Europe elle-même pour atteindre l’objectif de soumettre la Russie", a déclaré le député Julio Chávez du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), dans une interview accordée ce mercredi à l’agence de presse russe Sputnik.

Le parlementaire a confirmé que l’intervention de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dans le conflit Russie-Ukraine est la preuve que les sanctions et le blocus imposés contre Moscou n’ont pas porté leurs fruits et, au contraire, ils ont contribué au renforcement du leadership du pays eurasien en Europe.

Selon le législateur vénézuélien, la Maison-Blanche cherche à imposer l’hégémonie états-unienne en recourant aux moyens militaires, mais "la Russie a résisté et s’est levée avec beaucoup de dignité et de force" et rivalise avec le pouvoir affaibli de l’empire américain pour exercer plus d’influence dans la région eurasienne.

Le Kremlin reconnaît que les républiques autoproclamées du Donbass et de Lougansk ne partagent pas l’idée d’adhérer à l’OTAN et qu’elles sont des peuples qui aspirent à vivre en paix et qui remercient la Russie pour le respect, pour le principe d’autodétermination de leur souveraineté et leur indépendance, a ajouté.

Chávez estime que la position du président russe Vladimir Poutine change la donne, "parce qu’il s’agit de républiques indépendantes qui sont soumises et agressées par l’OTAN".

À cet égard, il a estimé que le règlement du conflit devait être fondé sur le respect des accords de Minsk, des décisions du Conseil de sécurité des Nations unies et du droit international qui a été violé à plusieurs reprises par les États-Unis, l’Union européenne (UE) et l’Ukraine.

Les déclarations du fonctionnaire vénézuélien ont eu lieu après que le président Poutine a annoncé lundi qu’il reconnaissait l’indépendance et la souveraineté des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. La décision de Poutine est intervenue à un moment où l’Occident craint une invasion russe de l’Ukraine et ne cesse de donner des dates pour une éventuelle attaque de la Russie sur son voisin à l’est. Moscou a rejeté ces mensonges et accuse les pays occidentaux, avec les États-Unis en tête, d’essayer de créer des provocations.

 

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/287326-venezuela-les-usa-utilisent-leurope-pour-soumettre-la-russie

Tag(s) : #Venezuela#Russie

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA FAVORABLE A LA PROMOTION DE DIFFERENTES SOURCES D'ENERGIE

Par Le 23/02/2022

23 Février 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-02-22 11:51:36

      

Caracas, 22 février (RHC) Le ministre des Affaires Étrangères Félix Plasencia a souligné aujourd’hui la volonté du Venezuela de promouvoir la complémentarité entre les différentes sources d’énergie comme facteur stratégique pour répondre à la demande mondiale et renforcer l’économie des pays producteurs. Prenant la parole à la réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz au Qatar, le chef de la diplomatie vénézuélienne a réaffirmé sa volonté de renforcer cette organisation multilatérale en vue de relever les défis du marché gazier actuel.

Pour le ministre des Affaires étrangères, le gaz naturel assure une transition énergétique plus propre et représente une garantie pour le développement des peuples à long et moyen terme, en plus de jouer un rôle clé dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable, a décrit le ministère des Affaires Étrangères du Venezuela dans un communiqué de presse.

En ce sens, Plasencia a affirmé que la volonté politique est vitale dans la prise de décisions visant à une meilleure gestion du marché gazier et à une juste valorisation de la ressource.

Dans le cadre de son programme au Qatar, le chef de la diplomatie vénézuélienne a rencontré le ministre iranien du pétrole, Javad Owji, le ministre nigérian des ressources pétrolières, Timipre Sylva, et le responsable égyptien de l’énergie, Mohamed Shaker.

Le chef de la diplomatie vénézuélienne a également rencontré le ministre de l’Économie de la Fédération de la Malaisie, Dato' Sri Mustapa Mohamed, et le ministre de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie de la Guinée équatoriale, Gabriel Obiang.

 

Source prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/287048-le-venezuela-en-faveur-de-la-promotion-de-differentes-sources-denergie

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LES ETATS-UNIS ACCUSES D'ARMER DES GROUPES TERRORISTES

Par Le 11/02/2022

11 Février 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-02-10 12:44:00

 

Caracas, 10 février (RHC) Le vice-président sectoriel de la Sécurité Citoyenne et de la Paix du Venezuela, Remigio Ceballos, a accusé aujourd’hui les États-Unis, la Colombie et les pays européens d’armer des groupes criminels pour valider la théorie de l’État fragile.

Lors d’un bilan de l’opération policière Gran Cacique Indio Guaicaipuro II, menée dans l’État d’Aragua et au cours de laquelle cinq criminels ont été abattus après avoir affronté les autorités, Ceballos a dénoncé que Washington et ses alliés sont derrière ces actions déstabilisatrices.

Lors d’une conférence de presse, il a ajouté que 13 personnes, dont 9 hommes et 4 femmes, avaient été arrêtées et avaient extorqué de l’argent à des hommes d’affaires de la région.

Il a précisé que des armes de guerre de calibre 9 mm, sept chargeurs de fusil, mille trois cents cartouches, neuf camions citernes, des véhicules de transport, des motos, des radios, des tablettes, des téléphones portables, des produits chimiques, des gilets pare-balles et des livres de comptabilité avaient été saisis.

Il a indiqué que les téléphones portables ont été achetés en Colombie, au Pérou, au Chili et en Équateur.

Ils cherchent El Conejo, un des meneurs de ces gangs.

Il a réaffirmé que le territoire du Tejerías avait été libéré et que ce type d’opération serait transféré dans d’autres États pour mettre fin à la criminalité organisée.

Par ailleurs, il a félicité les forces de sécurité pour le travail accompli, «pour leurs  efforts, leur courage, leur dévouement constant et leur sacrifice pour protéger et défendre le peuple vénézuélien».

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/285721-les-etats-unis-accuses-darmer-des-groupes-criminels-au-venezuela

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REJETTE LES DECLARATIONS DE SOUTIEN DE LA COLOMBIE AU PUTSCHISTE GUAIDO

Par Le 07/02/2022

6 Février 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-02-06 11:11:45

      

Caracas, 6 février (RHC) Le gouvernement de Caracas a condamné le soutien de la Colombie de Duque à l’opposant vénézuélien Juan Guaidó, "responsable du pillage des biens des Vénézuéliens".

"La République bolivarienne du Venezuela rejette les affirmations du compte officiel du ministère colombien des affaires étrangères, selon lesquelles elle soutiendrait ceux qui se sont livrés au pillage des biens de tous les Vénézuéliens" a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Félix Plasencia, sur Twitter.

Ainsi, le chef de la Diplomatie vénézuélienne a répondu à une publication du ministère vénézuélien des Affaires Étrangères le même réseau social, où Bogota a rejeté toute action du gouvernement légitime de Nicolás Maduro en exprimant son soutien à l’opposition vénézuélienne, notamment à Guaidó.

Plasencia a décrit la solidarité automatique avec ces "criminels" comme un signe sans équivoque de la nature criminelle du "narco-gouvernement colombien" et de sa connivence pour s’approprier l’entreprise Monómeros, appartenant à l’Etat vénézuélien, aux côtés du cartel du chef de l’opposition autoproclamé.

En outre, il a souligné que l’hostilité du gouvernement du président Ivan Duque" et son insistance sur le maintien de cette impasse, ne cherche qu’à masquer le désastre et l’absence de gouvernance de l’Etat colombien "échoué".

À cet égard, il a rappelé que l’extermination, les exécutions extrajudiciaires et les massacres de dirigeants sociaux sont une réalité incontestable et troublante en Colombie, et a appelé la communauté internationale à agir pour arrêter la "marée noire" des Colombiens.

Les relations entre Bogota et Caracas se sont considérablement détériorées ces dernières années, après que la Colombie a soutenu les États-Unis dans leur décision de reconnaître Guaidó qui, en janvier 2019, s’est autoproclamé "président par intérim" du Venezuela.

 

Source Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/285231-le-venezuela-rejette-les-declarations-de-soutien-de-la-colombie-a-guaido

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

APPEL AU VENEZUELA POUR COMMEMORER LE SOULEVEMENT MILITAIRE DIRIGE PAR HUGO CHAVEZ

Par Le 03/02/2022

3 Février 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-02-03 10:08:36

      

Caracas, 3 février (RHC) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a appelé aujourd’hui le peuple à commémorer demain l’anniversaire du soulèvement militaire mené par Hugo Chávez.

«Allons dans la rue, célébrons haut et fort le jour de la rébellion permanente», a souligné le président sur le réseau social Twitter.

Le 4 février marque le 30e anniversaire de l’action civique et militaire qui a jeté les bases de la Révolution bolivarienne, lorsque Chavez et un groupe de militaires ont tenté de renverser le gouvernement néolibéral de Carlos Andrés Pérez.

La veille, le ministre de la Défense, Vladimir Padrino, a souligné l’importance historique de ce fait et l’héritage de ceux qui ont pris les armes pour sauver la patrie.

Pour sa part, le ministre de la Culture, Ernesto Villegas, a souligné que ce fait n’était pas une tentative de coup d’État, mais un acte de courage et de dévouement pour la défense de la nation.

La date est également considérée comme la Journée de la dignité nationale.

Aujourd’hui, le Parti socialiste uni du Venezuela, des organisations politiques et sociales organisent des activités dans tout le pays pour commémorer l’anniversaire.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/284953-appel-au-venezuela-pour-commemorer-le-soulevement-dirige-par-chavez

Tag(s) : #Venezuela#Chavez

Dans VENEZUELA

PERFECTO ABREU NIEVES NOMME PRESIDENT DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA

Par Le 02/02/2022

1 Février 2022

Perfecto Abreu Nieves nommé président du PCV
31 janvier 2022
Tribuna Popular

31-01-2022. La XXVe session plénière du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV), qui s'est tenue les 28 et 29 janvier 2022, a désigné le dirigeant Perfecto Abreu Nieves comme président de l'organisation marxiste-léniniste.

Abreu Nieves a une trajectoire exceptionnelle de plus d'un demi-siècle de militantisme politique révolutionnaire dans les rangs du parti du Coq Rouge. Il a commencé sa lutte révolutionnaire en 1962, lorsqu'il a été arrêté par les forces répressives de l'État qui recherchaient son père, le légendaire leader paysan Nicomedes Abreu.


Perfecto Abreu Nieves, président du parti communiste du Venezuela

A l'âge de 15 ans, cette arrestation marque son initiation à l'étude du marxisme-léninisme, car en prison il rencontre des prisonniers politiques du PCV. Il parvient à s'en sortir à la fin de l'année 1962 et rejoint la lutte armée dans des tâches de logistique et d'approvisionnement. Il est à nouveau capturé et emprisonné à La Pica, mais son affaire est classée sans suite en 1964. Dans les années 1970, il s'est rendu en Bulgarie et, à son retour, il est devenu un fonctionnaire du parti.

Perfecto Abreu Nieves a milité avec des leaders de l'envergure de Jesús Faría, Gustavo Machado, Eduardo Gallegos Mancera, Pedro Ortega Díaz, Alonso Ojeda Olaechea, Trino Melean, Hemmy Croes, Jerónimo Carrera, Héctor Mujica, Roberto Hernández, Olga Luzardo, Cruz Villegas, Ramón Amaro, Pedro Abarca, Alcides Rodríguez et Gustavo Villaparedes.

Jusqu'à cette session plénière, le dirigeant occupait le poste de secrétaire national à l'organisation, une responsabilité qui sera assumée par Janohi Rosas, membre du comité central du PCV depuis une décennie et récemment élu au bureau politique.


Janohi Rosas, secrétaire d'organisation nationale du PCV
Janohi Rosas est un jeune journaliste, diffuseur et professeur d'université, militant à plein temps de la Jeunesse et du Parti communiste du Venezuela. Elle est secrétaire générale de la Jeunesse communiste du Venezuela depuis 2018 et, auparavant, elle était secrétaire d'organisation de la VYCV (2009-2018).

16ème Congrès national du PCVP

Le XXVe Plénum avait à son ordre du jour de discussion la préparation du 16e Congrès du PCV, qui se tiendra en 2022 à un moment politique caractérisé par la ligne de confrontation, de démarcation et de regroupement des forces ouvrières, paysannes, communales et populaires que le PCV avance.

Le renforcement de l'Alternative populaire révolutionnaire comme option pour le pouvoir face au nouveau pacte des élites entre le gouvernement de Nicolás Maduro et la droite faisait partie des questions abordées par la plus haute instance dirigeante des communistes.

L'ordre du jour comprenait également un examen des événements les plus récents de la politique nationale, notamment le référendum de rappel présidentiel, en particulier les manœuvres du gouvernement pour faire échouer l'initiative visant à activer ce droit constitutionnel.

Enfin, la session plénière a peaufiné les détails de la campagne nationale de collecte de signatures pour la présentation à l'Assemblée nationale de deux projets de loi pour l'indexation des salaires et la récupération des prestations sociales.

Une autre des initiatives envisagées était la promotion d'une campagne visant à demander justice pour les militants communistes assassinés au cours des cinq dernières années, dont les cas restent dans une totale impunité.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/01/31/perfecto-abreu-nieves-es-nombrado-presidente-del-pcv/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : CE GOUVERNEMENT N'EST PAS SOCIALISTE

Par Le 02/02/2022

2 Février 2022

Parti Communiste du Venezuela : Ce gouvernement n'est pas socialiste et dans notre pays le socialisme n'a jamais été atteint.
2/2/22 5:34 PM
"Ce gouvernement n'est pas socialiste et dans notre pays, le socialisme n'a jamais été atteint". Entretien avec Pedro Eusse, membre du Bureau politique du CC-PCV

 

Au sein de la politique vénézuélienne, les partis, notamment ceux de gauche qui critiquent le système de gouvernement actuel, doivent relever de nombreux défis.

Parmi ces partis se trouve le Parti Communiste avec sa voix critique et qui fait face actuellement aux contradictions d'un pays qui peut être lu à partir de diverses réalités.

Pour analyser le contexte du parti, Contrapunto a interviewé Pedro Eusse, membre du Bureau politique du Comité central du PCV et secrétaire national du Mouvement ouvrier et syndical.

Les défis du parti communiste

Interrogé sur les défis du PCV pour 2022 et la situation actuelle au Venezuela, Eusse a assuré que de nombreuses contradictions doivent être discutées lors du prochain XVIe Congrès du parti.

"C'est l'année du XVIe Congrès du PCV, que nous tiendrons au milieu d'un aiguisement croissant des contradictions de classe dans le monde et au Venezuela, qui proviennent généralement d'une crise profonde du capitalisme mondial dans sa phase impérialiste, aggravée par la pandémie prolongée et les prétentions du capital monopoliste transnational à imposer un ordre mondial absolument sous sa domination, ce qui conduit à l'aiguisement des contradictions intercapitalistes et interimpérialistes", a-t-il souligné.

Le PCV face à la crise

De même, le secrétaire national du Mouvement ouvrier et syndical a déclaré que le principal défi de son parti, de sa direction et de son militantisme, est de faire face à la crise dans laquelle le Venezuela est plongé.

"Au Venezuela, nous, les communistes, avons le grand défi d'affronter la grave crise nationale, de renforcer le PCV en tant qu'instrument révolutionnaire de la classe ouvrière et des travailleurs, de surmonter les faiblesses idéopolitiques et organisationnelles, d'avancer efficacement dans la construction d'une alternative révolutionnaire populaire capable de faire face à l'offensive de l'impérialisme américain et de ses laquais. L'impérialisme américain et ses laquais de l'opposition d'extrême droite, ainsi que la direction du gouvernement PSUV qui impose des politiques contraires aux intérêts de la classe ouvrière et des masses populaires, des politiques qui ne servent que le capital et les élites de la bureaucratie corrompue et qui sont mises en œuvre par le biais d'un nouveau pacte oligarchique".

 

Capacité politique

Pedro Eusse a souligné que l'un des défis les plus importants auxquels le PCV et son militantisme sont confrontés est d'avoir la capacité politique, organique et logistique d'agir avec une indépendance de classe absolue face aux pouvoirs économiques et politiques.

De même, il considère qu'il est vital "de mener les batailles nécessaires, sur n'importe quel terrain", pour défendre ce qu'il considère être les intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs de la ville et de la campagne, en accumulant des forces pour conquérir une solution révolutionnaire à la crise.

Selon lui, ce sont des moments dans lesquels le Parti communiste doit exiger une grande force organique et un militantisme de lui-même avec une solide formation théorique et politique, avec une claire conscience de classe, patriotique et internationaliste, avec une discipline consciente et de fer, étroitement liée aux travailleurs, aux campesinos et aux masses populaires en général ; en condition d'agir comme une authentique avant-garde révolutionnaire de la classe ouvrière et des travailleurs. 

Où est le socialisme dans ce gouvernement ?

"Nulle part, parce que ce gouvernement n'est pas socialiste et que dans notre pays le socialisme n'a jamais été atteint, sa construction n'a même pas commencé. Il est vrai que dans la propagande officielle, les clichés du "socialisme", de la "révolution" du "gouvernement des travailleurs" sont utilisés, mais en réalité, les politiques économiques et du travail, en particulier depuis 2018, ont une orientation clairement néolibérale, c'est-à-dire qu'elles imposent la tyrannie du "libre marché" et créent les conditions d'un profit capitaliste maximal, tendant à réduire le rôle régulateur de l'État dans l'économie, tout en sacrifiant les travailleurs avec la destruction des salaires, le démantèlement des conventions collectives et l'extrême précarité de l'emploi, imposant une dérégulation et une flexibilisation sauvage du travail. "

"De cette façon, le gouvernement présidé par Nicolás Maduro administre la crise et les criminelles "sanctions" impérialistes, en présentant aux capitalistes étrangers et à la bourgeoisie parasitaire locale (appelée à tort "bourgeoisie révolutionnaire") des "avantages comparatifs" tels que l'exonération d'impôts et la main-d'œuvre la moins chère du continent et peut-être du monde. À cette fin, ils ont élaboré la loi erronément appelée "loi anti-blocage" et la loi des zones économiques spéciales, entre autres instruments juridiques qui fournissent des facilités et des privilèges aux capitaux étrangers".

Un socialisme inachevé

Il assure que le socialisme n'a pas été réalisé depuis l'arrivée au pouvoir de feu Hugo Chávez. "Bien que faisant honneur à la vérité, la prédication d'un faux socialisme n'a pas commencé avec ce gouvernement, mais plutôt avec le président Chávez, lorsqu'il a avancé la thèse fallacieuse du "socialisme du XXIe siècle" qui renferme une conception réformiste (non révolutionnaire) et qui n'est pas basée sur la lutte des classes, typique de la théorie marxiste, mais sur la conciliation des classes, typique de la social-démocratie bourgeoise".

 

De même, il a souligné ce que signifiait pour lui un processus de réformes progressives : "Pendant le mandat de Chávez, avec ses limites, le peuple vénézuélien a connu un processus de réformes progressives, de redistribution des revenus et de renforcement de la souveraineté nationale ; tandis qu'avec le gouvernement actuel, au milieu d'accords de haut niveau avec l'opposition de droite, presque toutes les avancées progressistes ont été démantelées et un processus de réformes néolibérales régressives a été mis en œuvre, avec des reprivatisations, des dérégulations, la surexploitation, l'autoritarisme de l'État, la violence contre les travailleurs, les campesinos et les militants révolutionnaires, l'antidémocratie, un élitisme accru et une corruption effrénée".

Idéologie et véritable conception révolutionnaire

"Le PCV apporte, fondamentalement, sa conception révolutionnaire du monde, l'application d'une théorie scientifique au service de la classe ouvrière et des travailleurs, pour la connaissance intégrale et dialectique de la réalité et pour nous guider vers une véritable transformation révolutionnaire de la société, le marxisme-léninisme ; une théorie du socialisme scientifique qui s'oppose aux thèses idéalistes et trompeuses prônées par le réformisme pseudo-progressiste, ce prétendu "socialisme" dépourvu de support scientifique, qui désarme la classe ouvrière pour qu'elle ne puisse pas remplir son rôle révolutionnaire, la subordonnant aux élites qui administrent les intérêts de la bourgeoisie depuis les postes d'État", a affirmé Eusse.

Selon lui, à partir de l'application des principes du socialisme scientifique, il sera possible d'esquisser une stratégie de développement planifié des forces productives avec la souveraineté nationale et le progrès social, donnant des réponses aux besoins de l'industrialisation à grande échelle sous la direction de la classe ouvrière, en alliance avec la paysannerie et le mouvement communal et populaire, utilisant nos ressources naturelles et tout le potentiel productif non pas pour l'exploitation des élites capitalistes étrangères et nationales, mais pour la satisfaction des besoins matériels et immatériels de notre peuple.

"Le Venezuela dans une dérive néolibérale".

De l'avis du communiste, le Venezuela subit une "dérive néolibérale". Celle-ci se conjugue avec la crise profonde du capitalisme dépendant et l'effondrement du rentierisme pétrolier, sous l'encerclement et le siège brutal de l'impérialisme américain.

" Le peuple travailleur vénézuélien se trouve au milieu d'un feu croisé : d'une part, la crise structurelle du mode d'accumulation du rentiérisme dépendant, d'autre part les agressions impérialistes qui nous frappent de plein fouet, d'autre part un gouvernement engagé dans la bourgeoisie et les nouveaux riches, qui ne voit d'autre issue que de livrer le pays au capital étranger et de soumettre les travailleurs à de cruels sacrifices et, d'autre part, la pandémie qui fait rage au milieu de l'hyperinflation et de l'effondrement presque total des services de santé publique. "

" Une stratégie d'industrialisation souveraine n'a jamais été assumée, ni à l'époque du "Puntofijismo" ni au cours des deux décennies du soi-disant processus bolivarien, malgré les tentatives initiales. Les revenus du pétrole, dans une large mesure et par différents moyens, sont allés dans les coffres du grand capital international et sur les comptes des mafias importatrices", a-t-il souligné.

A cela s'ajoute le pillage criminel et dépravé commis par les Etats-Unis et leurs partenaires, employant des mercenaires locaux qui agissent en toute impunité. En conséquence de tout ce qui précède, la classe ouvrière vénézuélienne vit actuellement la pire situation économique et sociale qu'elle ait connue depuis de nombreuses années. Pendant ce temps, le caractère despotique, anti-démocratique, anti-ouvrier et anti-communiste de l'élite dirigeante s'accentue, et le pire est que, comble du cynisme, ils le font au nom du "socialisme".

Que faut-il faire pour remettre le pays sur les rails ?

Pour Eusse, un véritable gouvernement révolutionnaire est nécessaire. "Nous avons besoin d'un véritable gouvernement révolutionnaire. Un gouvernement exercé par les bases ouvrières, paysannes, communales et populaires. Pour le conquérir, nous avons besoin d'une corrélation de forces favorables à la classe ouvrière et aux travailleurs de la ville et de la campagne".

En conséquence, il assure qu'il est nécessaire d'organiser et d'unifier les luttes des travailleurs, des paysans, des communautés organisées et du peuple en général, pour rétablir et défendre nos droits, mais dans la perspective de prendre le pouvoir politique avec un programme au service des travailleurs, qui propose de sauver les conquêtes obtenues pendant la période du président Chávez, mais qui transcende les limites réformistes du processus bolivarien et avance vers le triomphe d'une authentique Révolution socialiste.

"Mais dans l'immédiat, comme approche tactique, nous appelons la classe ouvrière et le peuple en général à se lever dans la lutte pour le sauvetage du salaire, des pensions et des prestations sociales, en promouvant par initiative législative populaire et avec la mobilisation ouvrière et populaire, deux projets de loi : la loi d'échelle mobile des salaires indexée sur le panier familial de base et la loi de sauvetage et de revalorisation des prestations sociales".

De même, il souligne qu'il est nécessaire de renforcer la lutte contre la criminalisation et la judiciarisation des luttes ouvrières et populaires pour obtenir dans l'immédiat la pleine liberté de dizaines de travailleurs, y compris des dirigeants ouvriers combatifs, qui restent injustement emprisonnés et poursuivis ; ainsi que pour obtenir justice dans les cas de disparitions et d'assassinats de combattants populaires et de militants révolutionnaires (dont trois communistes).

"Tout cela, dans la dynamique d'un processus soutenu d'accumulation de forces quantitatives et qualitatives, en faveur du prolétariat et du peuple travailleur vénézuélien", a-t-il conclu.

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-This-government-is-not-socialist-and-in-our-country-Socialism-has-never-been-achieved/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : CE GOUVERNEMENT N'EST PAS SOCIALISTE

Par Le 02/02/2022

2 Février 2022

Parti Communiste du Venezuela : Ce gouvernement n'est pas socialiste et dans notre pays le socialisme n'a jamais été atteint.
2/2/22 5:34 PM
"Ce gouvernement n'est pas socialiste et dans notre pays, le socialisme n'a jamais été atteint". Entretien avec Pedro Eusse, membre du Bureau politique du CC-PCV

 

Au sein de la politique vénézuélienne, les partis, notamment ceux de gauche qui critiquent le système de gouvernement actuel, doivent relever de nombreux défis.

Parmi ces partis se trouve le Parti Communiste avec sa voix critique et qui fait face actuellement aux contradictions d'un pays qui peut être lu à partir de diverses réalités.

Pour analyser le contexte du parti, Contrapunto a interviewé Pedro Eusse, membre du Bureau politique du Comité central du PCV et secrétaire national du Mouvement ouvrier et syndical.

Les défis du parti communiste

Interrogé sur les défis du PCV pour 2022 et la situation actuelle au Venezuela, Eusse a assuré que de nombreuses contradictions doivent être discutées lors du prochain XVIe Congrès du parti.

"C'est l'année du XVIe Congrès du PCV, que nous tiendrons au milieu d'un aiguisement croissant des contradictions de classe dans le monde et au Venezuela, qui proviennent généralement d'une crise profonde du capitalisme mondial dans sa phase impérialiste, aggravée par la pandémie prolongée et les prétentions du capital monopoliste transnational à imposer un ordre mondial absolument sous sa domination, ce qui conduit à l'aiguisement des contradictions intercapitalistes et interimpérialistes", a-t-il souligné.

Le PCV face à la crise

De même, le secrétaire national du Mouvement ouvrier et syndical a déclaré que le principal défi de son parti, de sa direction et de son militantisme, est de faire face à la crise dans laquelle le Venezuela est plongé.

"Au Venezuela, nous, les communistes, avons le grand défi d'affronter la grave crise nationale, de renforcer le PCV en tant qu'instrument révolutionnaire de la classe ouvrière et des travailleurs, de surmonter les faiblesses idéopolitiques et organisationnelles, d'avancer efficacement dans la construction d'une alternative révolutionnaire populaire capable de faire face à l'offensive de l'impérialisme américain et de ses laquais. L'impérialisme américain et ses laquais de l'opposition d'extrême droite, ainsi que la direction du gouvernement PSUV qui impose des politiques contraires aux intérêts de la classe ouvrière et des masses populaires, des politiques qui ne servent que le capital et les élites de la bureaucratie corrompue et qui sont mises en œuvre par le biais d'un nouveau pacte oligarchique".

 

Capacité politique

Pedro Eusse a souligné que l'un des défis les plus importants auxquels le PCV et son militantisme sont confrontés est d'avoir la capacité politique, organique et logistique d'agir avec une indépendance de classe absolue face aux pouvoirs économiques et politiques.

De même, il considère qu'il est vital "de mener les batailles nécessaires, sur n'importe quel terrain", pour défendre ce qu'il considère être les intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs de la ville et de la campagne, en accumulant des forces pour conquérir une solution révolutionnaire à la crise.

Selon lui, ce sont des moments dans lesquels le Parti communiste doit exiger une grande force organique et un militantisme de lui-même avec une solide formation théorique et politique, avec une claire conscience de classe, patriotique et internationaliste, avec une discipline consciente et de fer, étroitement liée aux travailleurs, aux campesinos et aux masses populaires en général ; en condition d'agir comme une authentique avant-garde révolutionnaire de la classe ouvrière et des travailleurs. 

Où est le socialisme dans ce gouvernement ?

"Nulle part, parce que ce gouvernement n'est pas socialiste et que dans notre pays le socialisme n'a jamais été atteint, sa construction n'a même pas commencé. Il est vrai que dans la propagande officielle, les clichés du "socialisme", de la "révolution" du "gouvernement des travailleurs" sont utilisés, mais en réalité, les politiques économiques et du travail, en particulier depuis 2018, ont une orientation clairement néolibérale, c'est-à-dire qu'elles imposent la tyrannie du "libre marché" et créent les conditions d'un profit capitaliste maximal, tendant à réduire le rôle régulateur de l'État dans l'économie, tout en sacrifiant les travailleurs avec la destruction des salaires, le démantèlement des conventions collectives et l'extrême précarité de l'emploi, imposant une dérégulation et une flexibilisation sauvage du travail. "

"De cette façon, le gouvernement présidé par Nicolás Maduro administre la crise et les criminelles "sanctions" impérialistes, en présentant aux capitalistes étrangers et à la bourgeoisie parasitaire locale (appelée à tort "bourgeoisie révolutionnaire") des "avantages comparatifs" tels que l'exonération d'impôts et la main-d'œuvre la moins chère du continent et peut-être du monde. À cette fin, ils ont élaboré la loi erronément appelée "loi anti-blocage" et la loi des zones économiques spéciales, entre autres instruments juridiques qui fournissent des facilités et des privilèges aux capitaux étrangers".

Un socialisme inachevé

Il assure que le socialisme n'a pas été réalisé depuis l'arrivée au pouvoir de feu Hugo Chávez. "Bien que faisant honneur à la vérité, la prédication d'un faux socialisme n'a pas commencé avec ce gouvernement, mais plutôt avec le président Chávez, lorsqu'il a avancé la thèse fallacieuse du "socialisme du XXIe siècle" qui renferme une conception réformiste (non révolutionnaire) et qui n'est pas basée sur la lutte des classes, typique de la théorie marxiste, mais sur la conciliation des classes, typique de la social-démocratie bourgeoise".

 

De même, il a souligné ce que signifiait pour lui un processus de réformes progressives : "Pendant le mandat de Chávez, avec ses limites, le peuple vénézuélien a connu un processus de réformes progressives, de redistribution des revenus et de renforcement de la souveraineté nationale ; tandis qu'avec le gouvernement actuel, au milieu d'accords de haut niveau avec l'opposition de droite, presque toutes les avancées progressistes ont été démantelées et un processus de réformes néolibérales régressives a été mis en œuvre, avec des reprivatisations, des dérégulations, la surexploitation, l'autoritarisme de l'État, la violence contre les travailleurs, les campesinos et les militants révolutionnaires, l'antidémocratie, un élitisme accru et une corruption effrénée".

Idéologie et véritable conception révolutionnaire

"Le PCV apporte, fondamentalement, sa conception révolutionnaire du monde, l'application d'une théorie scientifique au service de la classe ouvrière et des travailleurs, pour la connaissance intégrale et dialectique de la réalité et pour nous guider vers une véritable transformation révolutionnaire de la société, le marxisme-léninisme ; une théorie du socialisme scientifique qui s'oppose aux thèses idéalistes et trompeuses prônées par le réformisme pseudo-progressiste, ce prétendu "socialisme" dépourvu de support scientifique, qui désarme la classe ouvrière pour qu'elle ne puisse pas remplir son rôle révolutionnaire, la subordonnant aux élites qui administrent les intérêts de la bourgeoisie depuis les postes d'État", a affirmé Eusse.

Selon lui, à partir de l'application des principes du socialisme scientifique, il sera possible d'esquisser une stratégie de développement planifié des forces productives avec la souveraineté nationale et le progrès social, donnant des réponses aux besoins de l'industrialisation à grande échelle sous la direction de la classe ouvrière, en alliance avec la paysannerie et le mouvement communal et populaire, utilisant nos ressources naturelles et tout le potentiel productif non pas pour l'exploitation des élites capitalistes étrangères et nationales, mais pour la satisfaction des besoins matériels et immatériels de notre peuple.

"Le Venezuela dans une dérive néolibérale".

De l'avis du communiste, le Venezuela subit une "dérive néolibérale". Celle-ci se conjugue avec la crise profonde du capitalisme dépendant et l'effondrement du rentierisme pétrolier, sous l'encerclement et le siège brutal de l'impérialisme américain.

" Le peuple travailleur vénézuélien se trouve au milieu d'un feu croisé : d'une part, la crise structurelle du mode d'accumulation du rentiérisme dépendant, d'autre part les agressions impérialistes qui nous frappent de plein fouet, d'autre part un gouvernement engagé dans la bourgeoisie et les nouveaux riches, qui ne voit d'autre issue que de livrer le pays au capital étranger et de soumettre les travailleurs à de cruels sacrifices et, d'autre part, la pandémie qui fait rage au milieu de l'hyperinflation et de l'effondrement presque total des services de santé publique. "

" Une stratégie d'industrialisation souveraine n'a jamais été assumée, ni à l'époque du "Puntofijismo" ni au cours des deux décennies du soi-disant processus bolivarien, malgré les tentatives initiales. Les revenus du pétrole, dans une large mesure et par différents moyens, sont allés dans les coffres du grand capital international et sur les comptes des mafias importatrices", a-t-il souligné.

A cela s'ajoute le pillage criminel et dépravé commis par les Etats-Unis et leurs partenaires, employant des mercenaires locaux qui agissent en toute impunité. En conséquence de tout ce qui précède, la classe ouvrière vénézuélienne vit actuellement la pire situation économique et sociale qu'elle ait connue depuis de nombreuses années. Pendant ce temps, le caractère despotique, anti-démocratique, anti-ouvrier et anti-communiste de l'élite dirigeante s'accentue, et le pire est que, comble du cynisme, ils le font au nom du "socialisme".

Que faut-il faire pour remettre le pays sur les rails ?

Pour Eusse, un véritable gouvernement révolutionnaire est nécessaire. "Nous avons besoin d'un véritable gouvernement révolutionnaire. Un gouvernement exercé par les bases ouvrières, paysannes, communales et populaires. Pour le conquérir, nous avons besoin d'une corrélation de forces favorables à la classe ouvrière et aux travailleurs de la ville et de la campagne".

En conséquence, il assure qu'il est nécessaire d'organiser et d'unifier les luttes des travailleurs, des paysans, des communautés organisées et du peuple en général, pour rétablir et défendre nos droits, mais dans la perspective de prendre le pouvoir politique avec un programme au service des travailleurs, qui propose de sauver les conquêtes obtenues pendant la période du président Chávez, mais qui transcende les limites réformistes du processus bolivarien et avance vers le triomphe d'une authentique Révolution socialiste.

"Mais dans l'immédiat, comme approche tactique, nous appelons la classe ouvrière et le peuple en général à se lever dans la lutte pour le sauvetage du salaire, des pensions et des prestations sociales, en promouvant par initiative législative populaire et avec la mobilisation ouvrière et populaire, deux projets de loi : la loi d'échelle mobile des salaires indexée sur le panier familial de base et la loi de sauvetage et de revalorisation des prestations sociales".

De même, il souligne qu'il est nécessaire de renforcer la lutte contre la criminalisation et la judiciarisation des luttes ouvrières et populaires pour obtenir dans l'immédiat la pleine liberté de dizaines de travailleurs, y compris des dirigeants ouvriers combatifs, qui restent injustement emprisonnés et poursuivis ; ainsi que pour obtenir justice dans les cas de disparitions et d'assassinats de combattants populaires et de militants révolutionnaires (dont trois communistes).

"Tout cela, dans la dynamique d'un processus soutenu d'accumulation de forces quantitatives et qualitatives, en faveur du prolétariat et du peuple travailleur vénézuélien", a-t-il conclu.

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-This-government-is-not-socialist-and-in-our-country-Socialism-has-never-been-achieved/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LA CIA ETAIT AU COURANT DE LA TENTATIVE DE COUP D'ETAT CONTRE LE PRESIDENT MADURO, SELON UN GENERAL VENEZUELIEN A LA RETRAITE

Par Le 31/01/2022

31 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-30 13:06:48

      

Cliver Alcalá

Caracas, 31 janvier (RHC) Un général à la retraite du Venezuela a révélé que de hauts fonctionnaires de la CIA étaient au courant des plans putschistes pour renverser le président Nicolas Maduro.

L’étonnante révélation du général vénézuélien, identifié comme Cliver Alcalá, a été faite dans un document judiciaire présenté par ses avocats en vue d’annuler les accusations de narcoterrorisme portées contre lui il y a près de deux ans par les procureurs fédéraux des États-Unis, à New York, a rapporté samedi l’agence de presse américaine Associated Press (AP).

En effet, Alcalá vivait en Colombie depuis qu’il a fui le Venezuela en 2018 après que les autorités ont découvert qu’il menait secrètement un plan visant à renverser Maduro. Les États-Unis ont offert une récompense de 10 millions de dollars pour son arrestation lorsque des accusations ont été portées contre lui, ainsi que d’autres hauts responsables.

"Les efforts pour renverser le régime de Maduro sont bien connus du gouvernement des États-Unis", lit-on dans une lettre datée de novembre 2021 adressée aux procureurs par les avocats de l’ex-militaire.

En effet, les responsables de la défense judiciaire d’Alcalá, cherchant à prouver l’opposition du général à la retraite au gouvernement de Maduro, ont indiqué que ses efforts pour renverser le président chaviste "ont été informés aux plus hauts niveaux de la Central Intelligence Agency (CIA), du National Security Council et du département du Trésor" des États-Unis.

Le Venezuela vient de vaincre une nouvelle tentative de coup d’État qui devait avoir pour mission finale d’arrêter le président Nicolas Maduro, comme l’admettent les personnes impliquées –signalait la défense qui a alors ajouté : « À cet égard, les avocats recherchent déjà des documents et des informations sur les communications entre des fonctionnaires américains, notamment l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo et l’ancien secrétaire à la justice William Barr, et des membres de l’opposition vénézuélienne d’Alcalá.

Selon le document, avant de se rendre en 2020, Alcalá a revendiqué la responsabilité d’un arsenal d’armes d’assaut et d’équipements militaires fabriqués aux États-Unis en Colombie, dans le cadre de ce qu’il a qualifié d’une incursion planifiée au Venezuela pour renverser Maduro.

Ainsi, de nouveaux indices sont apparus concernant la connaissance de l’administration de l’ancien président américain Donald Trump (2021-2022) de l’opération Gédéon, dans laquelle les autorités américaines ont refusé toute implication.

L’opération dite Gédéon a été une incursion maritime, le 3 mai 2020, de la Colombie au Venezuela, mais n’a pas été couronnée de succès en raison de l’intervention opportune des Forces armées nationales bolivariennes (FANB).

Les FANB ont réussi à tuer environ huit hommes devant la ville côtière de Macuto (près de Caracas, la capitale), tandis que des dizaines d’autres personnes, dont deux Américains, ont été capturées. Quelques-uns ont réussi à s’échapper.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/284502-venezuela-la-cia-etait-au-courant-de-la-tentative-de-coup-detat-contre-maduro

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

SUR LE "MEMOIRE ET COMPTE RENDU PRESIDENTIEL": POUR LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA, IL POURSUIT, ELARGIT ET CONSOLIDE LA REMISE DU PAYS AU CAPITAL

Par Le 30/01/2022

29 Janvier 2022

Sur le " Mémoire et compte rendu présidentiel " : Pour le PCV, il poursuit, élargit et consolide la remise du pays au capital.
25 janvier 2022
Tribune populaire

Le 15 janvier, le président de la république M. Nicolás Maduro a présenté le rapport annuel et les comptes de son administration pour l'année fiscale 2021. En général, la présentation du rapport annuel et des comptes a montré qu'aucune transformation majeure n'a été réalisée dans notre pays qui révélerait que nous sommes en présence de la voie vénézuélienne vers le socialisme. Au contraire, ce que révèle le discours du président est une consolidation du capitalisme dépendant et de sa condition extractiviste marquée, une caractéristique centrale de notre mode de production capitaliste. Lorsqu'il a parlé de l'économie, il a développé une approche centrée sur les résultats obtenus par les capitalistes qui négocient avec le gouvernement et a garanti de nouvelles mesures dans le cadre de la loi de cession et de pillage (appelée "loi anti-blocage"), au capital local et transnational qui décide de s'installer au Venezuela. L'une de ses principales offres au capital est l'approbation du projet de loi sur les zones économiques spéciales (ZES), qui constitue une nouvelle étape dans la cession inconditionnelle du pays, de ses richesses, de son territoire et d'une main-d'œuvre dans des conditions de semi-esclavage. Sur les salaires, qui constituent actuellement l'une des principales revendications des classes populaires, il n'a donné aucun signe d'amélioration malgré l'annonce de projections de croissance économique en 2022. Cela montre que cette croissance est conçue pour l'enrichissement de la bourgeoisie nationale et transnationale au prix d'une exploitation accrue des travailleurs des villes et des campagnes. C'est pourquoi le PCV encourage la présentation à l'Assemblée nationale de deux projets de loi d'initiative populaire : l'un pour l'indexation des salaires et l'autre pour le sauvetage des prestations sociales.

Dans son discours, il a mis l'accent sur la prétendue consolidation de la paix et n'a jamais fait référence aux affrontements armés qui se sont développés dans les zones frontalières des États d'Apure et du sud de Monagas, qui ont révélé la porosité de la frontière vénézuélienne et la situation de perte de souveraineté dans cette partie du pays, Cela a révélé la porosité de la frontière vénézuélienne et la perte de souveraineté dans cette zone du pays en raison de la présence de groupes armés et de bandes criminelles qui luttent pour le contrôle du territoire et des routes stratégiques, l'exploitation de l'or et du coltan, le trafic de drogues, la traite des êtres humains et le trafic de carburant, entre autres crimes, qui agissent au service des mafias et des secteurs du capital qui comptent sur la complicité et l'impunité des hauts niveaux des institutions de l'État. La souveraineté et l'intégrité territoriale du Venezuela sont en danger, non seulement à cause des agressions de l'impérialisme américain, qui découlent de la dispute pour l'hégémonie et de la nouvelle répartition du monde générée par les confrontations inter-impérialistes et intercapitalistes, mais aussi comme conséquence de la politique du gouvernement de livrer le pays au plus offrant.

En ce qui concerne la situation interne, il a déclaré que l'année 2021 correspondait à la conquête de la paix par "la consolidation du dialogue national, de la consolidation de la stabilité interne du pays", validant sans restrictions le nouveau pacte des élites entre les directions du gouvernement bourgeois dirigé par le président Nicolás Maduro et le PSUV avec les représentants politiques de la bourgeoisie pro-impérialiste qui ont participé, entre autres négociations et dialogues, à ceux du Mexique.

Pacte de paix, au détriment de la classe ouvrière et de la souveraineté du pays. C'est dans le cadre, et comme produit de tous ces dialogues, que le gouvernement a remis la souveraineté du pays avec les Zones économiques spéciales (ZES), une loi qu'ils ont décidé de faire passer à l'Assemblée nationale durant ce premier trimestre de l'année 2022 en accord avec l'opposition dite de droite au parlement national.

Cette loi aggravera les conditions de travail de la classe ouvrière par la flexibilisation et la déréglementation du travail qui seront imposées dans ces zones, approfondissant l'exploitation de la force de travail et les politiques répressives contre les dirigeants révolutionnaires de la classe ouvrière et les organisations syndicales, ainsi que le mépris des conventions collectives, que les employeurs privés et publics appliquent avec les conseils et la complicité du ministère du Travail et du gouvernement en général.

Les bases ont été posées pour continuer à consolider la capitulation du pays face au grand capital national et transnational, ainsi qu'aux mafias enracinées dans le gouvernement, avec pour conséquence l'approfondissement de la crise du capitalisme vénézuélien dépendant et l'aggravation des calamités et de la misère de la grande majorité de notre peuple, avec un faux discours gouvernemental socialiste qui falsifie et manipule la réalité du pays au niveau national et international.

C'est le moment d'approfondir l'organisation, l'unité et la mobilisation révolutionnaire des travailleurs, des paysans, des communistes, de tout le peuple, des courants populaires de base et de leurs secteurs exploités, pour promouvoir une solution révolutionnaire et populaire à la crise capitaliste vénézuélienne. L'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR) continue d'être cet espace en construction.

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV)

Caracas, 17 janvier 2022.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/01/25/sobre-la-memoria-y-cuenta-presidencial-para-el-pcv-continua-amplia-y-consolida-la-entrega-del-pais-al-capital/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LES ETATS-UNIS VEULENT IMPOSER UN COLONIALISME JURIDIQUE AU VENEZUELA

Par Le 29/01/2022

28 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-28 10:30:27

      

Caracas, 28 janvier (RHC) Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a alerté jeudi sur l’intention des Etats-Unis d’imposer un colonialisme juridique, après avoir échoué à imposer des pouvoirs parallèles dans son pays.

"Après avoir échoué par toutes ces voies du pouvoir parallèle, par toutes ces voies d’agressions économiques et de menaces militaires, l’empire nord-américain prétend à présent tester contre le Venezuela le prétendu colonialisme juridique. Préparons-nous à dénoncer le colonialisme juridique qu’ils prétendent imposer à notre pays (...) alerter le pays sur cette tentative qu’il prétend imposer", a déclaré Maduro dans un meeting à l’occasion du début des activités judiciaires de la Cour suprême de justice (TSJ).

Maduro a dénoncé que la stratégie du pouvoir parallèle cherchait à gouverner le Venezuela depuis la Colombie, Miami et Madrid et qu’elle visait à violer et à diviser la société vénézuélienne et à pulvériser les pouvoirs publics.

Face à cela, le président a déclaré que son pays avait réussi à démontrer "non seulement la constitutionnalité de tous les pouvoirs publics établis, mais aussi la force morale de leurs membres pour exercer leurs pouvoirs en faveur des majorités".

Maduro a fait référence à la Cour suprême, au Bureau du Procureur et au "Gouvernement intérimaire" de Juan Guaidó, qui ont fonctionné parallèlement aux organismes officiels.

"Ils ont prétendu usurper les fonctions des pouvoirs constitutionnels légitimes du pays, et l’on a prétendu ignorer le poids spécifique du pouvoir électoral dans la vie démocratique et institutionnelle de la république", a-t-il commenté.

De même, il a déclaré qu’il ne manquerait plus que "de réparer, par une justice implacable, les dommages causés au peuple vénézuélien par les sanctions, les blocus et les appels à l’invasion".

Dans son allocution, Maduro a indiqué que le Venezuela possède le pouvoir judiciaire le plus puissant "qui ait jamais existé dans l’histoire républicaine du pays, bien constitué et structuré".

Il a également souligné la capacité de résistance et d’innovation de son pays face aux conspirations étrangères.

Maduro a déclaré que l’opposition dirigée par Juan Guaidó est responsable de l’échec de la tentative d’activer un référendum révocatoire de son mandat.

"Ils ont encore échoué, la droite putschiste, mais c’est de leur faute (...) la faute de l’échec retentissant d’activer le référendum révocatoire est dans la stupidité, dans l’infantilisme et dans le putsch que l’opposition a pratiqué au Venezuela ces dernières années. C’est la faute à l’imbécile de Juan Guaidó", a déclaré Maduro dans un meeting pour le début des activités judiciaires dans ce pays.

Le chef d’état a indiqué que l’opposition avait eu trois ans pour se préparer à la collecte de signatures et qu’elle avait également reçu l’appui du Conseil national électoral (CNE)

"Ils ont eu trois ans pour se préparer et maintenant ils m’accusent. Le Conseil National Electoral leur a donné toutes les conditions, toutes les machines, ils leur ont donné une journée entière pour recueillir les signatures, ils devaient à peine recueillir 20% des signatures et ils ont recueilli 1,1% des listes électorales" a-t-il affirmé.

Le président a déclaré qu’à plusieurs reprises, il avait déclaré à l’opposition que le seul moyen de le faire sortir du pouvoir était d’organiser un référendum de révocation, comme le prévoit la Constitution, à mi-mandat mandat présidentiel.

Le CNE a déclaré irrecevable la demande de référendum révocatoire contre Maduro, après qu’aucun État du pays n’a réussi à recueillir 20 % des signatures requises.

D’après l’organisme électoral, avec 98,58 % des signatures, 42421 manifestations de volonté, soit 1,01 % de la liste électorale, ont été reçues.


Le premier vice-président du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), Diosdado Cabello

Pour sa part, le premier vice-président du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), Diosdado Cabello a souligné que l’échec de la collecte de signatures pour un éventuel référendum révocatoire présidentiel consolide aujourd’hui le gouvernement et la révolution bolivarienne.

«Le peuple en sort renforcé, le président Nicolas Maduro et la Révolution en sortent renforcés, et nous continuerons à nous re dans la lutte, a déclaré le dirigeant partisan lors d’une évaluation du processus mené la veille à la demande de l’opposition pour révoquer le mandat du chef de l’État.

Il a annoncé qu’environ 40 mille personnes auraient signé la journée de mercredi organisée par le Conseil National Electoral (CNE), selon l’avis des témoins du PSUV qui ont participé.

Rappelons que le Conseil National Electoral (CNE) du Venezuela a déclaré irrecevable la demande de référendum révoquant le mandat du président de la République, Nicolas Maduro.


Tania D’Amelio, présidente de la Commission électorale nationale

La rectrice Tania D’Amelio, présidente de la Commission électorale nationale (JNE) a annoncé lors d’une conférence de presse que 42421 signatures avaient été recueillies au cours de la journée de la veille, ce qui ne représente que 1,01 % de l’électorat.

Les 20 % prévus par la Constitution n’ayant pas été atteints, le référendum de révocation est nul et non avenu et ne peut être reconduit pendant le mandat actuel.

D’Amelio a indiqué que cette décision est fondée sur l’article 29 des règles régissant le processus et a indiqué que, par conséquent, le CNE a déclaré sans suite une nouvelle demande de référendum révocatoire, comme le prévoit l’article 72 de la Constitution.

Il a souligné que la JNE a présenté pour examen au directoire de l’entité référendaire le rapport sur la procédure de réception des manifestations de volonté qui a eu lieu le mercredi 26 janvier, en une journée de 12 heures dans mille 200 centres de réception.

Cette initiative a été promue par le Mouvement Vénézuélien pour le Révocatoire (MOVER) et les groupements adhérents Tous Unis pour le Référendum Révocatoire, Droite Démocratique et l’organisation à des fins politiques MIN Unité.

Source Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/284338-les-etats-unis-veulent-imposer-un-colonialisme-juridique-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

ONU : LE VENEZUELA DENONCE LA VIOLATION DE SES DROITS ET PRIVILEGES PAR LES ETATS-UNIS

Par Le 25/01/2022

25 Janvier 2022

Le Venezuela dénonce la violation de ses droits et privilèges à l'ONU
Écrit par Stefany Arias le 24/01/2022 . Posted in Featured NewsNewsNews
Le ministre du Pouvoir populaire pour les Affaires étrangères, Félix Plasencia, a dénoncé que le droit du Venezuela à participer activement au système des Nations unies (ONU) a été violé en raison de mesures coercitives unilatérales qui ont empêché le pays latino-américain d'honorer ses engagements financiers internationaux.

"Cette agression est une atteinte à la souveraineté d'un pays qui a fait face à la lutte pour garantir le bien-être de son peuple", a réfuté le ministre des Affaires étrangères Plasencia via son compte Twitter @PlasenciaFelix.

Il a réaffirmé que cette tentative des États-Unis de limiter l'exercice des droits et privilèges du Venezuela à l'ONU viole de manière flagrante le droit international et sa propre Charte fondatrice.

Dans ce contexte, le diplomate vénézuélien a demandé au Secrétaire général des Nations unies (ONU), António Guterres, son soutien total afin de payer la cotisation pour l'année 2021.

"Afin de pouvoir maintenir notre voix souveraine dans les processus intergouvernementaux de l'Assemblée générale et d'autres organes", a-t-il ajouté.

Les MCU empêchent le respect des engagements financiers

Des mesures coercitives unilatérales ont, à plusieurs reprises, empêché le pays d'honorer ses engagements envers diverses instances internationales.

En septembre 2020, au plus fort de la pandémie, le ministre de la Santé, Carlos Alvarado, a signalé qu'il n'avait pas été possible d'effectuer les paiements au Fonds stratégique et renouvelable de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), ce qui a affecté l'accès à l'achat de médicaments et de vaccins.

L'un des cas les plus récents est le blocage de quatre paiements à Covax pour la fourniture de vaccins antiviraux au cours des derniers mois. Les autorités ont déclaré qu'en raison des mesures coercitives prises par les États-Unis et des pays tiers, il existe des ressources séquestrées à l'étranger qui ne sont pas accessibles.

source : https://mppre.gob.ve/2022/01/24/venezuela-denuncia-violacion-de-sus-derechos-y-privilegios-en-la-onu/

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

DEMANDE AU VENEZUELA DE LA FIN DE L'IMPUNITE DE L'OPPOSANT JUAN GUAIDO POUR SES CRIMES COMMIS CONTRE LE PAYS

Par Le 25/01/2022

24 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-24 10:30:29

      

Caracas, 24 janvier (RHC) Des parlementaires du Bloc de la Patrie de l’Assemblée nationale du Venezuela ont demandé aujourd’hui plus de célérité dans l’application de la justice pour les crimes commis contre le pays par l’opposant Juan Guaidó.

La députée du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), Tania Diaz, a fait des déclarations à la presse concernant la remise au ministère public d’une demande de diligence dans les 24 affaires pénales en cours contre le complot criminel dirigé par Guaidó, trois ans après son auto proclamation en tant que président par intérim du pays.

"En tant que porte-parole des revendications populaires, nous reconnaissons également le peuple pour sa résistance dans la défense de la souveraineté" a souligné Diaz en rappelant son opposition aux tentatives de l’extrême-droite  de piller des ressources du Venezuela et de promouvoir des mesures coercitives contre la nation sud-américaine.

En plus de demander la célérité pour mettre fin à l’impunité pour les dommages matériels causés au pays avec une justice rapide, la plainte présentée au ministère public a appelé à la mise en place d’instruments immédiats et efficaces permettant d’établir la vérité sur ces faits, a précisé la parlementaire.

Le 23 janvier 2019, Juan Guaidó, alors député et président de l’Assemblée nationale, s’est autoproclamé président chargé du Venezuela, avec le soutien immédiat du Gouvernement des États-Unis et de plusieurs de ses alliés internationaux.

Cet acte d’usurpation, perçu à Caracas comme une tentative de coup d’État, a ouvert la porte au pillage des biens et avoirs de la nation sud-américaine à l’étranger, évalués en milliards de dollars.

Source Prensa Latina

source :https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/283817-demande-au-venezuela-de-la-fin-de-limpunite-de-lopposant-juan-guaido

Tag(s) : #Venezuela#Guaido

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA EXIGE DES ETATS-UNIS UNE RESTITUTION DE BIENS DIPLOMATIQUES

Par Le 20/01/2022

20 Janvier 2022

Caracas, 19 janvier (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères Félix Plasencia a exigé aujourd’hui de l’administration de Joe Biden la restitution des biens diplomatiques spoliés au Venezuela aux États-Unis, y compris le siège de son ambassade à Washington.

Lors d’une conférence de presse tenue au siège du ministère, le ministre a demandé au secrétaire d’État nord-américain Antony Blinken d’instruire les autorités compétentes pour qu’elles restituent le contrôle de ces installations au gouvernement vénézuélien légitime.

Plasencia a rappelé que ces espaces ont été "outragés, envahis et volés" au peuple vénézuélien dans le cadre de la reconnaissance par les autorités nord-américaines de l’opposant Juan Guaidó comme président autoproclamé en charge du pays sud-américain en janvier 2019 , un acte d’usurpation perçu à Caracas comme une tentative de coup d’État.

Les biens mentionnés "doivent être rendus au gouvernement légitime du président Nicolas Maduro, au gouvernement constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela, je l’exige en tant que représentant du pays pour les affaires internationales", a insisté le ministre.

De même, lors de son intervention, il a présenté des preuves du vol perpétré à l’ambassade du Venezuela en Bolivie par les représentants de Guaidó, avec l’appui des autorités de facto alors en place à la suite du coup d’État perpétré en novembre 2019 contre Evo Morales.

Plasencia a présenté à l’opinion publique une liste de représentants de l’extrême droite liés à l’assaut du siège diplomatique à La Paz et à l’appropriation illégale des ressources qui y étaient contenues, actions qui, a-t-il affirmé, auront des conséquences pénales.

À cet égard, le chef de la diplomatie vénézuélienne a remercié le gouvernement de Luis Arce pour la récupération d’une partie de ces biens qui ont été "volés, détruits et outragés" au sein du siège diplomatique en Bolivie.

Enfin, le ministre des Affaires étrangères du Venezuela a exhorté les autorités judiciaires espagnoles à respecter les exigences du système juridique vénézuélien et à extrader les délinquants qui fuient la justice et résident dans ce pays.

peo/mem/Wup

source:https://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=888231:le-venezuela-exige-des-etats-unis-une-restitution-de-biens-diplomatiques&opcion=pl-ver-noticia&catid=49&Itemid=101

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : L'OTAN CHERCHE A S'ETENDRE A L'EST DE L'EUROPE ET EN AMERIQUE LATINE

Par Le 19/01/2022

19 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-19 10:07:31

      

Caracas, 19 janvier (RHC) Le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino López, a condamné que les pays membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) servent d’armes au service du gouvernement des États-Unis pour attaquer la souveraineté d’autres nations.

Dans un message diffusé sur son compte Twitter, le haut commandement militaire a averti que l’Alliance atlantique cherchait à s’emparer du monde en s’étendant davantage à l’Est de l’Europe.

En outre, il a dénoncé le fait que l’OTAN, pour réaliser son plan d’expansion, prétend se projeter dans la région latino-américaine en utilisant la Colombie comme pion.

L’OTAN considère qu’il est possible que d’autres pays latino-américains, notamment les alliés des États-Unis, rejoignent la Colombie pour devenir les partenaires de l’Alliance atlantique.

Selon plusieurs experts, l’Alliance semble avoir pris pour cible l’Amérique latine pour entreprendre une intervention armée contre les pays de gauche de la région, mais aussi pour faire face à la présence russe dans la région.

Face aux ingérences du gouvernement américain dans les États de gauche du continent américain, comme Cuba, le Nicaragua et surtout le Venezuela, un courant s’est formé qui établit que les États-Unis pourraient avoir l’idée de former un groupe contingent dans le sud, aux côtés de la Colombie et du Brésil, pour resserrer l’étau autour du gouvernement vénézuélien et réaliser une intervention militaire afin de s’approprier le pétrole du pays bolivarien.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/283325-venezuela-lotan-cherche-a-setendre-a-lest-de-leurope-et-en-amerique-latine

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DEMANDE AU PROCUREUR GENERAL D’ENQUETER SUR LE MEURTRE DU MILITANT COMMUNISTE JOSE URBINA.

Par Le 18/01/2022

18 Janvier 2022

Le PCV demande au procureur général d'enquêter sur le meurtre du militant communiste José Urbina.
14 janvier 2022
Tribuna Popular
      1 Vote

Une délégation du Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) a envoyé ce vendredi 14 janvier une communication adressée au Procureur général de la République, le Dr Tareck William Saab, pour dénoncer l'assassinat du communiste José Urbina.

Le leader communautaire et communicateur populaire a été assassiné le 10 janvier à son domicile de Puerto Páez, dans l'État d'Apure.

Ce crime a bouleversé la société vénézuélienne et a fait l'objet de nombreux témoignages de solidarité internationale. Cependant, l'État vénézuélien est resté silencieux sur cet événement.

Urbina avait prévenu en novembre 2021 qu'il avait été publiquement menacé de mort par des membres de la Garde nationale bolivarienne stationnés à Apureña. Il a également dénoncé une politique de "faux positifs" menée par le GNB dans la région.

Dans cette lettre, le PCV a demandé :

1. que l'enquête respective sur les faits soit accélérée jusqu'à ce que les coupables intellectuels, matériels et les complices d'un crime aussi horrible soient identifiés, capturés et punis.

2. la nomination d'un Procureur spécial à compétence nationale pour prendre en charge l'enquête sur l'exécution de Kda José Gregorio Urbina.

3. Nous réitérons notre demande de rencontre avec le procureur général de la République pour discuter des cas d'assassinat de militants communistes au cours des six dernières années, qui restent tous impunis. Il convient de noter que tous ces cas ont été officiellement présentés, en temps voulu, au bureau du procureur général de la République.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/01/14/pcv-exige-al-fiscal-general-investigar-el-asesinato-del-militante-comunista-jose-urbina/

Tag(s) : #JusticiaParaJoseUrbina#Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DEPLOIE DES TROUPES A LA FRONTIERE AVEC LA COLOMBIE CONTRE DES GROUPES IRREGULIERS

Par Le 18/01/2022

18 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-17 10:30:58

 

 

Caracas, 17 janvier (RHC) La Force Armée Nationale Bolivarienne (FANB) du Venezuela a annoncé la réalisation d’un déploiement dans l’état d’Apure, à la frontière avec la Colombie, dans le but de combattre les groupes terroristes colombiens connus sous le nom de Tancol.

Le chef du Commandement Stratégique Opérationnel de la FANB (Ceofanb), le général en chef Domingo Hernández Lárez, a informé sur son compte du réseau social  Twitter que la FANB garantira l’ordre donné par le président Nicolás Maduro : "‘En 2022, la patrie de Bolivar et Chávez sera libérée de TANCOL. On est prêts !".

"Sur ordre de notre commandant en chef Nicolas Maduro et du ministre de la Défense, Vladimir Padrino, la FANB combattra les groupes TANCOL sous toutes leurs formes ! Appelez-vous comme vous voulez! Indépendance ou rien!" a écrit Hernández Lárez dans un autre tweet.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le Ceofanb a indiqué qu’ils sont "déployés dans des missions d’assurance et de contrôle dans les populations de l’Amparo, Guasdualito et la Victoria de l’état Apure".

Il a indiqué qu’ils entreprennent "une approche sociale humanitaire de surveillance et de protection de toutes les communautés frontalières garantissant la souveraineté et l’indépendance de la patrie".

Le Ceofanb a souligné que son objectif est de garantir "qu’aucun groupe terroriste narcotrafiquant illégal ne porte atteinte à notre souveraineté, à notre indépendance et à la paix de notre peuple".

Des journalistes locaux ont indiqué que l’annonce du déploiement a eu lieu peu après que des mouvements sociaux d’Apure ont dénoncé la prise du district colombien de La Gabarra, frontière avec le Venezuela, par un groupe irrégulier du pays voisin. (Telesur)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/283059-le-venezuela-deploie-des-troupes-a-la-frontiere-avec-la-colombie-contre-des-groupes-irreguliers

 

Tag(s) : #Venezuela#colombie

Dans VENEZUELA

"LE VENEZUELA A MONTRE QU'UNE VOIE DIFFERENTE DU NEOLIBERALISME EST POSSIBLE"

Par Le 16/01/2022

13 janvier 2022

"Le Venezuela a montré qu’une voie différente du néolibéralisme est possible"

Fabrizio Verde

La résistance du Venezuela aux assauts impériaux de Washington a déclenché une nouvelle vague progressiste en Amérique latine. Cuba donne des leçons au monde avec ses vaccins malgré le blocus. La présence croissante en Amérique latine, la Chine représente un défi majeur pour les États-Unis... Ce sont les sujets que nous avons abordés avec Hernando Calvo Ospina.

- Même au Chili, patrie du néolibéralisme, un candidat progressiste a remporté la victoire. Quelle importance a eu la résistance du Venezuela bolivarien dans l’arrivée de cette nouvelle vague progressiste en Amérique latine ?

- Tout comme Cuba, avec sa révolution de 1959, a donné au continent une secousse aux conséquences inimaginables et durables, au point d’obliger les États-Unis à repenser leurs stratégies dans tous les sens du terme, l’arrivée du président Chavez au gouvernement vénézuélien et la décision de mener à bien la révolution bolivarienne ont à nouveau secoué le continent et beaucoup de choses n’ont plus jamais été les mêmes.

De la même manière que Washington a réagi pour stopper l’expansion de l’exemple cubain, en parsemant l’Amérique latine de dictatures, avant que l’exemple de Chavez ne conduise de nombreuses nations à des gouvernements progressistes et révolutionnaires, il a également réagi en utilisant les organes de l’État, comme le pouvoir judiciaire ou le pouvoir législatif, pour se débarrasser d’eux et installer ses sbires au pouvoir.

Dans les deux cas, la propagande des médias dominants, pleine de faussetés, a tenté de faire apparaître ces deux projets politiques comme les pires pour l’avenir des autres peuples. Menacer avec « castrochavisme » s’est transformé en une sorte de virus si un candidat progressiste était élu.

La plupart des gouvernements progressistes ayant été acculés ou vaincus, les États-Unis ont concentré leurs efforts sur la chute du Venezuela, surtout après la mort du président Chávez. Ils pensaient que le président Maduro serait renversé en peu de temps. De plus, comme Cuba est le joyau de la couronne, et le Venezuela la couronne, s’ils renversaient le Venezuela, Cuba sombrerait dans les Caraïbes pour toujours.

Mais non, le Venezuela a résisté et résiste. Maduro et son gouvernement ont fait preuve d’une incroyable sagacité politique en résistant et en finissant par battre Washington, démontrant son incapacité politique lorsqu’il ne peut agir par des bombes et des invasions, de mèche avec ses complices.

Cet exemple de résistance bolivarienne a servi à montrer aux gens qu’une autre voie que celle du néolibéralisme est possible : même Cuba, avec ses ressources limitées, est un exemple à bien des égards, comme son système de santé.

- Cette année, des élections présidentielles sont prévues dans deux pays, le Brésil et la Colombie, où les candidats progressistes ont de bonnes chances d’être élus. La chute de ces deux bastions néolibéraux pourrait-elle marquer la défaite définitive du néolibéralisme dans la région et le début d’un nouveau cycle intégrationniste ?

- C’est tout à fait possible. Et ce serait un coup terrible pour Washington. Mais attention, car l’enjeu pour Washington n’est pas mince. Le fait est que la Colombie est son principal allié stratégique, au point d’avoir été inclus dans l’OTAN ! La Colombie est un pays envahi par les troupes étasuniennes et alliées. Il est leur principal complice dans la déstabilisation du Venezuela, qui est crucial pour Washington. L’importance de la Colombie peut être mesurée par l’aveuglement de Washington face à un État narco-paramilitaire. Le candidat de l’opposition, Petro, serait-il capable d’inverser ne serait-ce qu’une fraction de ce que cet État représente pour Washington et le commerce international de la drogue ? Il devra faire face à un État, avec son establishment militaire, qui est organisé et entraîné selon le concept anticommuniste de l’ennemi intérieur, la doctrine de sécurité nationale et le narco-paramilitarisme comme parties essentielles de son être.

Et le Brésil. N’oublions pas qu’il s’agit de la principale puissance d’Amérique latine. N’oublions pas que Lula et Dilma ont à peine pu toucher quelques cheveux de la tête du système. Malgré cela, ils sont parvenus à réaliser de grands progrès sociaux et ont fortement encouragé l’intégration latino-américaine. Avec Bolsonaro, le système de droite corrompu et anti-populaire s’est terriblement ancré. Avec Bolsonaro, le Brésil est redevenu un allié stratégique de Washington.

Si Petro et Lula arrivaient au gouvernement, ce qui n’est pas la même chose qu’avoir le pouvoir, ils seraient confrontés à des pouvoirs qui, sans mobilisation, ne pourraient rien faire ou presque, sans exclure un coup d’État.

Ah, mais seule l’arrivée de ces deux leaders au gouvernement favoriserait l’intégration latino-américaine. Et les gouvernements progressistes et révolutionnaires seront renforcés, de l’Argentine au Chili, au Pérou, au Honduras, et aux principales cibles que Washington veut détruire : le Nicaragua, le Venezuela et Cuba. N’oublions pas le soutien important qui sera apporté au Mexique, autre puissance latine, qui avec Lopez Obrador mise beaucoup sur le respect de la souveraineté. Je répète : seulement avec leurs triomphes.

- Malgré un blocus criminel en place depuis plus de soixante ans, Cuba a réussi à mettre au point ses propres vaccins contre le Covid, à faire face à la pandémie bien mieux que de nombreux pays occidentaux et à envoyer ses propres médecins dans les pays qui en avaient besoin, comme l’Italie. Quelle est, selon vous, la leçon que les pays riches pourraient tirer de Cuba ?

- Les riches pays européens pensent qu’ils sont nos parents et les États-Unis pensent qu’ils sont nos propriétaires, et ils agissent comme tels. Ni les « parents » ni les « propriétaires » pensent qu’ils n’ont rien à apprendre, si ce n’est les erreurs qu’ils commettent et pour lesquelles nous devrions nous échapper de leurs griffes. Ce n’est pas seulement leur arrogance qui les rend aveugles au développement scientifique de Cuba, ce sont les milliards que gagnent leurs entreprises pharmaceutiques. N’oubliez pas que beaucoup de ceux qui dirigent ces gouvernements ont des relations étroites avec ces entreprises.

Je pense qu’avec cette attitude consistant à ne considérer que l’aspect financier, une partie importante de leur population souffre également du manque de vaccins, tandis que nombreux sont ceux qui descendent dans la rue pour protester en raison de leur méfiance à l’égard des vaccins proposés, et parce qu’ils ne sont pas autorisés à choisir d’autres vaccins produits à Cuba, en Russie ou en Chine, dont on sait qu’ils sont beaucoup plus efficaces.

Mais le plus important dans cette façon purement financière de gérer les soins de santé, c’est que la plupart des êtres humains dans le monde n’ont pas accès aux vaccins et aux soins de santé, y compris aux États-Unis et dans la riche Europe. C’est l’une des raisons pour lesquelles le virus ne peut être contrôlé.

- Même le Venezuela bolivarien, frappé par des sanctions impériales brutales et la déstabilisation continue de Washington, est sur la voie du redressement. Est-ce l’année de la reprise complète pour Caracas ?

- C’est ce que nous attendons. C’est ce que montrent les indicateurs. Mais pour cela, comme l’a répété le président Maduro, il est essentiel que les infiltrés dans les hautes sphères de l’État soient démasqués et remplacés par ceux qui croient vraiment en la Révolution. Ce qui est certain, c’est qu’ils sont en train d’émerger de l’abîme dans lequel Washington voulait enterrer la Révolution. Mais nous ne pouvons pas dormir sur nos deux oreilles : Washington ne dort pas, et le Venezuela reste une cible stratégique à détruire.

- Le Nicaragua a rompu ses relations avec Taïwan et rétabli ses relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, et s’est dit prêt à participer activement à la construction de la nouvelle route de la soie. La même chose pourrait se produire au Honduras avec l’installation de la nouvelle présidente Xiomara Castro. Cuba a officiellement adhéré, et il y a ensuite d’autres pays, comme le Venezuela, avec lesquels la Chine entretient des relations importantes et établies. Quels sont les avantages pour les pays et les peuples de la région de cette relation de plus en plus forte avec le géant asiatique ? Peut-on considérer que l’époque où l’Amérique latine était l’"arrière-cour" des États-Unis est révolue ?

- Je pense qu’il est trop tôt pour dire que l’Amérique latine cessera bientôt d’être l’arrière-cour de Washington. Il y a beaucoup de travail à faire, et les bourgeoisies de ces nations sont attirées par le Nord.

Ce qui est certain, c’est que la Chine est déjà très présente en Amérique latine. Il est possible que, sur le plan économique, elle dépasse les États-Unis. Et cela peut être constaté à l’aide d’exemples simples : dans de nombreux endroits éloignés des grandes villes, vous pouvez trouver un petit magasin tenu par des Chinois ou rempli de produits chinois (il est rare de trouver aujourd’hui un produit dans le monde qui ne contienne pas quelque chose de chinois). Sans parler de l’Afrique !

Un autre exemple concret : J’ai appris directement d’un fonctionnaire du département d’État en 2012 que les États-Unis avaient trois raisons de promouvoir les négociations et le désarmement des guérilleros des FARC. L’une d’entre elles était de pouvoir entrer dans les territoires contrôlés par la guérilla : il n’y avait que des entreprises chinoises sur place. Parce que les États-Unis n’ont jamais respecté la population. Avant l’arrivée de leurs entreprises, il y avait la répression et la mort. Puis ils volent tout et ne laissent rien.

Au contraire, le gouvernement chinois n’a jamais envoyé de conseillers militaires pour enseigner la torture et le meurtre. Il n’a jamais essayé de renverser un gouvernement démocratiquement élu. Il respecte les lois des pays et les contrats qu’il signe (très différent de la pratique des entreprises étasuniennes). Ils arrivent en souriant dans les territoires, ils construisent des écoles et des centres de santé, ils construisent des routes. C’est la réalité !

Fabrizio VERDE

»» https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-calvo_ospina_la_resistenza_de...

URL de cet article 37678

  

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET LA REPUBLIQUE POPULAIRE DEMOCRATIQUE DE COREE ADOPTENT UNE LUTTE COMMUNE CONTRE L’UNILATERALISME

Par Le 15/01/2022

14 Janvier 2022

Le Venezuela et la République populaire démocratique de Corée adoptent une lutte commune contre l'unilatéralisme
Écrit par Orlando Gallardo le 13/01/2022 . Posted in NoticiaNoticias
La vice-ministre de l'Asie, du Moyen-Orient et de l'Océanie, Capaya Rodríguez González, a tenu une réunion avec l'ambassadeur de la République populaire démocratique de Corée auprès de la République bolivarienne du Venezuela, Ri Sung Gil, dans le but de faire le point sur l'état de la coopération entre les deux pays.

Au cours de la réunion, les deux diplomates ont discuté de la situation actuelle dans la péninsule coréenne et de l'empressement des États-Unis à poursuivre leur politique hostile de siège et d'imposition de mesures coercitives unilatérales contre le Venezuela et la nation asiatique.

L'ambassadeur Ri Sung Gil a remercié le gouvernement bolivarien pour le soutien apporté à son pays dans les différents mécanismes de consultation politique au sein des Nations Unies, un fait qui permet aux deux nations de lutter contre les doubles standards qui existent au sein de la plus haute organisation multilatérale. Il a également réitéré l'intention de son gouvernement d'aller de l'avant dans l'approfondissement des relations bilatérales.

Pour sa part, la vice-ministre Rodríguez a souligné l'importance de promouvoir des projets de coopération efficaces pour l'échange dans différents secteurs, principalement dans le domaine économique, qui permettent le développement conjoint des peuples souverains. Elle a également déclaré que le Venezuela soutient les efforts de paix dans la péninsule coréenne afin que les deux nations puissent continuer à ouvrir des espaces de compréhension, sans interférence étrangère.

Enfin, ils se sont engagés à continuer à ouvrir la voie à l'approfondissement des relations politico-bilatérales et à la lutte des deux nations contre l'unilatéralisme.

source : https://mppre.gob.ve/2022/01/13/venezuela-republica-popular-democratica-corea-ratifican-lucha-conjunta-contra-unilateralismo/

Tag(s) : #RPDC#Venezuela

Dans VENEZUELA

LA NOUVELLE PRESIDENTE DU PARLEMENT INDIGENE D'AMERIQUE (PIA) AU VENEZUELA, KARIEL ARAY, PLAIDE POUR LA CONSTRUCTION D'UN MONDE DE PAIX

Par Le 12/01/2022

12 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-11 09:46:04

      

Caracas, 11 janvier (RHC) La nouvelle présidente du Parlement Indigène d’Amérique (PIA) au Venezuela, Kariela Aray, a assuré que la lutte pour la construction d’un monde de paix est aujourd’hui un défi pour les peuples originaires.

La représentante du peuple Warao, qui a prêté serment la veille comme dirigeant de cette organisation dans cette nation sud-américaine, a exprimé dans des déclarations exclusives à Prensa Latina, que les peuples autochtones de tous les pays se sont engagés à faire entendre leur voix dans tous les coins de la planète.

«Une seule voix, une seule, en fonction de l’équilibre cosmique que nous voulons atteindre tel que défini par les couleurs de notre wuipala (drapeau à sept couleurs)», a-t-elle souligné.

La veille, le musée bolivien de Caracas, a accuelli la cérémonie de sélection du nouveau conseil qui dirigera l’organisation, conformément au règlement.

Après avoir présenté plusieurs propositions approuvées par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), les législateurs ont approuvé à la majorité la nouvelle junte et conformément aux coutumes ancestrales Aray a été assermentée en plénière.

La junte élue s’est engagée à continuer à défendre les droits des peuples originaires et à lutter pour leurs revendications, ainsi qu’à rester fidèle à la Révolution bolivarienne.

Après avoir assumé la présidence de cette organisation, la dirigeante waray a assuré à cette agence que les Vénézuéliens autochtones continueraient à apporter la vérité sur le Venezuela et les résultats obtenus au cours de ces 20 années.

«Personne n’a fait plus pour les peuples indigènes que le gouvernement vénézuélien, parce que c’est le président Hugo Chávez qui nous a donné le droite de vote et qui a rendu visibles ces communautés ancestrales et leur culture», a-t-il souligné.

Le Venezuela, a-t-elle relevé,  est une référence pour les peuples autochtones, par la force et l’unité atteinte par les 42 ethnies existant dans le pays.

Elle a rappelé que si dans d’autres pays comme la Colombie, des dirigeants originaires, chargés de maintenir l’équilibre politique et social de leurs communautés, sont assassinés, dans cette nation sud-américaine, des lois et des décrets sont établis pour leur protection.

Dans tant d’autres, a-t-elle précisé, ils tentent d’effacer leurs cultures, leurs coutumes, leurs dialectes et même leurs races, comme une forme de colonisation moderne pour les faire disparaître en tant que communauté.

«Mais nous sommes des peuples de paix, telle est notre prémisse, il n’y a pas de barrières, pas de frontières, pas de différences, parce que devant nos dieux ancestraux nous sommes tous égaux et nous sommes unis par l’amour de la Pachamama et de tout ce qu’elle représente», a souligné la dirigeante indigène à Prensa Latina.

Le PIA est un organisme continental et supranational permanent où ses représentants débattent des problèmes qui affectent ces peuples et proposent des mesures pour les résoudre

Il a été fondé le 29 août 1987 au Panama et ratifié lors de la deuxième réunion des législateurs autochtones, tenue à Managua le 31 août 1988, par la Déclaration de Panama, et le Groupe parlementaire vénézuélien (GPV) a été créé.

Cette instance est le porte-parole, dans le monde entier, des avancées législatives précieuses qui placent le Venezuela au centre des droits et des revendications des peuples autochtones.

Le PIA-GPV reproduit les législations qui regroupent les lois adoptées pour ces communautés, à travers le parlementarisme social indigène des propositions sont faites pour approfondir le cadre juridique qui protège leurs droits.

Grâce à l’appui du Gouvernement bolivarien et aux progrès réalisés, l’organisation continue d’associer et de renforcer les peuples originaires du pays et de coopérer avec le reste des populations ancestrales du monde.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/282430-le-parlement-indigene-plaide-pour-construire-un-monde-de-paix

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE MINISTRE DES AE CONDAMNE LE CHANTAGE POLITIQUE AMERICAIN

Par Le 10/01/2022

10 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-09 15:01:27

      

Caracas, 9 janvier (RHC) Le ministre des Affaires Étrangères Félix Plasencia a condamné aujourd’hui les agressions systématiques des Etats-Unis et leur politique de chantage contre le Venezuela, en envisageant d’alléger les mesures coercitives en échange de concessions de la part du gouvernement bolivarien.

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le ministre des Affaires étrangères a rejeté les déclarations de l’ambassadeur désigné par Washington James Story, qui a esquissé les intentions des Etats-Unis d'"assouplir et changer" les sanctions s’il y a "un retour à la démocratie" dans le pays sud-américain au Venezuela.

"Le gouvernement des Etats-Unis ne se soucie plus de cacher sa politique de chantage envers le Venezuela. Continuez à faire des déclarations M. Story, car elles seront la preuve irréfutable du non-respect par les États-Unis de la Charte de l’ONU et des agressions systématiques contre le peuple vénézuélien et ses institutions", a souligné Plasencia sur Twitter.

Dans un communiqué récent, les autorités vénézuéliennes ont rejeté la tentative d’intervention des États-Unis en réitérant leur reconnaissance au prétendu et autoproclamé président chargé Juan Guaidó et à l’ancienne Assemblée nationale (Parlement) élue en 2015.

Selon le pouvoir exécutif bolivarien, le Département d’État des États-Unis prétend légitimer le fonctionnement d’un groupe criminel transnational célèbre pour son rôle dans le vol et le gaspillage des ressources du Venezuela séquestrés à l’étranger.

"Ce nouvel effort fait partie d’une politique avortée et récidiviste des Etats-Unis, qui affecte de manière criminelle la souveraineté du pays et cherche à mettre en péril sa paix, sa stabilité et son développement", a souligné le ministère des Affaires Étrangères du Venezuela.

Il a également déploré que la nouvelle administration des États-Unis continue de manquer du courage pour essayer d’entretenir des relations diplomatiques, de dialogue et de respect à l’égard du gouvernement constitutionnel du Venezuela, et qu’elle persiste dans la persécution financière, diplomatique, économique et politique contre la nation sud-américaine.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/282238-le-ministre-venezuelien-des-affaires-etrangeres-condamne-le-chantage-politique-americain

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REJETTE "UNE NOUVELLE TENTATIVE D'INTERVENTIONNISME" DES ETATS-UNIS

Par Le 07/01/2022

6 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-05 16:23:53

   

  

Caracas, 5 janvier (RHC) Le Gouvernement vénézuélien a dénoncé la décision des États-Unis de reconnaître l’ancien député Juan Guaidó comme président intérimaire du pays et l’a qualifié de violation du droit international.

"Le Venezuela rejette une fois de plus la tentative interventionniste des Etats-Unis de reconnaître des autorités présumées, en violation flagrante du droit international, de la Constitution et de l’ordre démocratique établi dans le pays par la volonté souveraine du peuple vénézuélien" a souligné le Ministère des Affaires Étrangères dans un communiqué.

De l’avis des autorités vénézuéliennes, le Département d’État cherche à légitimer par un communiqué le fonctionnement d’un "groupe criminel transnational", qu’il accuse d’avoir volé les avoirs de son pays à l’étranger.

"Ce nouvel effort s’inscrit dans le cadre d’une politique avortée et récidiviste des Etats-Unis, qui affecte de manière criminelle la souveraineté du pays et cherche à mettre en péril sa paix et sa stabilité", affirme-t-il.

À cet égard, le Venezuela a condamné la poursuite de la persécution dans le domaine économique et diplomatique par le président américain Joe Biden.

En outre, les autorités vénézuéliennes ont qualifié de contradictoire l’appel à reprendre le dialogue du Mexique lancé par le Gouvernement des États-Unis, après avoir fait extrader et jugé l’homme d’affaires colombien, Alex Saab, accrédité comme diplomate du Venezuela.

"Les autorités américaines lancent en outre un appel contradictoire à reprendre un dialogue qu’elles ont elles-mêmes fait dérailler il y a quelques mois avec l’enlèvement d’un diplomate vénézuélien, membre de la table de négociation", a déclaré le Ministère des Affaires Étrangères.

Le gouvernement des États-Unis a réaffirmé le 4 janvier sa reconnaissance au gouvernement intérimaire créé par l’ancien député Juan Guaidó et a exhorté le président vénézuélien, Nicolás Maduro, à s’asseoir de nouveau à la table de dialogue du Mexique, qui a été suspendue en octobre.

Les négociations entre le gouvernement et l’opposition vénézuélienne ont été suspendues après que les États-Unis ont extradé l’homme d’affaires colombien, Alex Saab, accrédité comme diplomate vénézuélien.

Au cours du dialogue, la délégation du gouvernement vénézuélien a nommé Saab comme membre, alors que celui-ci était détenu au Cap-Vert, sur demande d’extradition des Etats-Unis, pays qui l’accusait de blanchiment d’argent.

Les autorités vénézuéliennes ont assuré que Saab était le représentant du Venezuela dans les négociations avec la Russie et l’Iran pour l’achat de nourriture et de médicaments, et que pour cette raison, les autorités américaines le poursuivaient.

Source Spoutnik

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/281889-le-venezuela-rejette-une-nouvelle-tentative-dinterventionnisme-des-etats-unis

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE MINISTRE VENEZUELIEN DE LA SANTE SALUE LE TRAVAIL DES BRIGADES MEDICALES CUBAINES

Par Le 06/01/2022

5 Janvier 2022

 

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2022-01-04 18:45:32

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 4 janvier, (RHC)- Le ministre vénézuélien de la Santé, le Dr Carlos Alvarado, a félicité les brigades médicales cubaines pour leur travail au Venezuela.

«Plus de 19 mille 500 coopérants sont en mission ici. Vous vous donnez corps et âme à votre travail pour la santé du peuple vénézuélien. Il n’y a pas de mots pour exprimer nos remerciements. Je le dis toujours. Les mots ne suffisent pas pour expliquer le niveau d’engagement de chacun de vous, de ceux qui sont ici et de ceux qui prêtent leurs services dans d’autres États».

Au cours d’une réunion d’évaluation du travail des brigades médicales cubaines ministre Carlos Alvarado a mis en avant leur contribution à la lutte contre le Covid-19 au Venezuela:

«L’Empire s’attendait à ce que le Venezuela soit l’épicentre de la pandémie et des décès car nous ne nous pourrions pas y faire face. Cependant, avec votre aide, nous avons donné l’exemple de ce qu’on peut faire. Si vous révisez les indicateurs du Covid-19 dans le monde, aussi bien pour ce qui est du  taux de morbidité que de celui de mortalité, vous constaterez que les chiffres du Venezuela et de Cuba figurent parmi les meilleurs au monde. Cela n’est pas un fait dû au hasard. Il tient d’un modèle né à Cuba, suivi ici et adapté à notre réalité».

Source: Radio Rebelde

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/281777-le-ministre-venezuelien-de-la-sante-salue-le-travail-des-brigades-medicales-cubaines

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

 

 

 

 

 

 

Dans VENEZUELA

LE GOUVERNEMENT VENEZUELIEN FELICITE CUBA POUR L'ANNIVERSAIRE DE LA REVOLUTION

Par Le 02/01/2022

1 Janvier 2022

Le gouvernement vénézuélien félicite Cuba pour l'anniversaire de la révolution

Caracas, 1er janvier (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien a félicité aujourd'hui le peuple cubain à l'occasion du 63e anniversaire du triomphe de la Révolution.

1er janvier 2022
CST11:01 (GMT) -0500
Un communiqué officiel publié par le ministère des affaires étrangères et diffusé sur le réseau social Twitter par le ministre des affaires étrangères Felix Plasencia, adresse, au nom du président Nicolás Maduro, ses salutations aux Cubains pour leurs victoires et leur résistance pendant plus de 60 ans contre les tentatives américaines de renverser le processus révolutionnaire.

De même, le texte réitère l'amitié indéfectible entre les deux nations et réitère son soutien à Cuba et à son gouvernement en toutes circonstances.

Elle met en avant le leadership de ses dirigeants historiques Fidel et Raúl Castro, ainsi que du chef de l'État Miguel Díaz-Canel, qui ont guidé le pays dans sa lutte contre son voisin du nord et ses prétentions.

Elle met également en lumière la dignité, la combativité et la résistance du peuple cubain depuis 63 ans, qui ont permis de maintenir les acquis obtenus après la défaite de la dictature de Fulgencio Batista le 1er janvier 1959.

Ce processus a inauguré une nouvelle ère sur l'île avec le triomphe révolutionnaire, qu'ils ont maintenu malgré le blocus de Washington, les agressions et tous les défis auxquels ils ont été confrontés.

mem/ycv
source : https://www.prensa-latina.cu/2022/01/01/gobierno-venezolano-felicita-a-cuba-por-aniversario-de-la-revolucion

Tag(s) : #Cuba#Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : NICOLAS MADURO EXHORTE LES FORCES ARMEES A PERFECTIONNER LA DEFENSE AFIN DE REAGIR AUX MENACES CONSTANTES DONT LE PAYS FAIT L'OBJET

Par Le 31/12/2021

31 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-30 13:57:00

      

Caracas, 30 décembre (RHC) Le président vénézuélien, Nicolás Maduro a  exhorté les forces armées à se doter d’une capacité de réaction en temps réel face à toute menace interne ou externe contre le pays.

"Nous devons perfectionner notre visée et notre capacité à nous adapter à cette réalité et à réagir en temps réel à toute menace, agression, attaque, où qu’elle soit et quand elle soit" a exprimé le président Nicolás Maduro lors du meeting de salutation de 2021 à la Force Armée Nationale Bolivarienne (FANB) transmis par la chaîne de télévision d’État Venezolana de Televisión (VTV).

Au cours de son intervention, il a exhorté les militaires à faire un bilan constant face aux "menaces cachées" auxquelles le pays est confronté. "Le danger est là dans ce que nous ne voyons pas, dans l’ennemi caché, dans les ennemis de la paix et de la stabilité qui conspirent pour faire des opérations de faux drapeau", a-t-il déclaré.

Dans ce sens, il a fait allusion aux membres de l'"oligarchie colombienne" comme étant des experts en opérations de faux drapeaux parce qu’ils battent tous les "records dans la dissimulation, la tromperie, le mensonge, les faux drapeaux, les faux positifs".

Le président a souligné que le pouvoir de défense doit couvrir tout le territoire et être vigilant "là où l’ennemi masqué en alliance avec la criminalité prétend troubler la paix et la vie de notre patrie", a-t-il souligné.

Pour sa part, le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino López, a souligné que la FANB continuera à remplir sa mission constitutionnelle de préserver l’intégrité territoriale, la souveraineté du pays, de protéger et de garantir l’indépendance nationale.

Le Venezuela, cible de sanctions et de menaces, y compris d’invasion de son territoire, a réalisé tout au long de l’année 2021 une série d’exercices militaires pour tenir ses forces prêtes en cas de confrontation, En outre, il a neutralisé les tentatives de groupes clandestins de trafiquants de drogue colombiens d’entrer sur son territoire.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/281376-nicolas-maduro-nous-devons-perfectionner-la-defense-pour-reagir-aux-menaces

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

CARACAS CONDAMNE LE VOL "EFFRONTE" DE L'OR VENEZUELIEN PAR L'OPPOSITION ET LES ETATS-UNIS

Par Le 29/12/2021

28 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-28 11:48:32

      

Caracas, 28 décembre (RHC) Le Gouvernement du Venezuela  a accusé l’opposition de ce pays de poursuivre son "pillage éhonté" des ressources et des richesses du peuple vénézuélien.

Dans un message diffusé sur le réseau social Twitter, le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères, Félix Plasencia, a dénoncé la complicité du Gouvernement des États-Unis et du secteur extrémiste de l’opposition vénézuélienne dans le vol d’avoirs de la nation sud-américaine.

"Ils prétendent poursuivre le pillage éhonté des ressources de tous les Vénézuéliens, par une classe politique sans scrupules et dissociée des intérêts nationaux", a dénoncé le ministre vénézuélien des Affaires étrangères.

Plasencia a souligné que "plus tôt que tard la justice l’emportera" et les voleurs mercenaires de la droite vénézuélienne devront "rendre des comptes" au peuple.

Ces déclarations du diplomate vénézuélien ont été faites après que l’ambassadeur des États-Unis au Venezuela, James Story, a adressé ses félicitations à l’opposition vénézuélienne pour avoir approuvé la continuité de la "présidence intérimaire" de son dirigeant, Juan Guaidó.


La vice-présidente du Venezuela dénonce le détournement illégal par le Royaume-Uni de l’or vénézuélien déposé à la Banque d’Angleterre.

De même, le ministre de la Communication du Venezuela, Freddy Ñáñez, a déploré dans un message diffusé sur la même plate-forme que derrière la "farce" du gouvernement intérimaire il y a un seul intérêt , à savoir, "perpétuer la mise sous séquestre de l’or vénézuélien par le Royaume-Uni" et la richesse du pays à l’étranger.

"Que l’histoire n’oublie jamais les laquais qui se prêtent à ce pillage", a condamné le fonctionnaire vénézuélien.

Le litige juridique sur le contrôle des réserves d’or déposées auprès des banques britanniques a commencé en mai 2018, après que le président Nicolas Maduro a été réélu aux élections présidentielles et que la principale coalition d’opposition a rejeté les résultats au motif de leur prétendu caractère frauduleux, une décision également soutenue par Washington et Londres.

En effet, en février 2019, le Royaume-Uni et les États-Unis ont reconnu Guaidó comme "président par intérim" du Venezuela. Il a même écrit à plusieurs reprises aux autorités britanniques pour leur demander de ne pas remettre les réserves d’or au gouvernement de Maduro.

 

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/281141-caracas-condamne-le-vol-effronte-de-lor-venezuelien-par-lopposition-et-les-etats-unis

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA TRAVAILLE POUR LA COOPERATION DE L'AMERIQUE LATINE AVEC LES PAYS ARABES

Par Le 28/12/2021

27 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-27 12:22:24

      

Caracas, 27 décembre (RHC) Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a annoncé que son gouvernement s’emploie aujourd’hui à renforcer les relations de coopération entre l’Amérique latine et les pays arabes.

«Je pense que nous pouvons faire beaucoup de choses dans les années à venir», a-t-il déclaré et il a assuré qu’un train d’initiatives sera repris en 2022 pour relancer les mécanismes d’aide entre les deux régions, sur les plans politique et économique.

Lors d’une interview exclusive avec la chaîne de télévision Al Mayadeen, le président a annoncé qu’il se rendra bientôt en Iran, en réponse à une invitation du président Ebrahim Raisi, pour le rencontrer personnellement.

«Nous avons convenu d’un ensemble de nouveaux plans, la commission mixte entre les deux pays travaille», a-t-il déclaré.

Il a également appelé à soutenir les causes de pays comme la Palestine, la Syrie et l’Iran lui-même, victimes de crimes quotidiens, d’assassinats d’enfants et de jeunes.

"Personne dans ce monde n’oserait nous demander d’abandonner la cause de la Palestine. Nous n’accepterions pas, ce serait un péché de penser à laisser seul le peuple palestinien (...) Nous sommes avec vous et nous ne vous décevrons pas", a-t-il déclaré.

Par ailleurs, il a réaffirmé son soutien au peuple syrien et à son président Bachar el-Assad, qu’il a qualifié de «héros et de courageux qui a dû endurer les crimes d’une guerre».

Maduro a assuré que l’armée syrienne et son peuple et al-Assad vont faire renaître le pays et le monde arabe sera surpris.

Entre-temps, il a exalté la loyauté qui caractérisait le général iranien Qassem Suleimani, qu’il a eu l’occasion de rencontrer après son soutien à la Révolution bolivarienne.

Le chef de l’État, au cours de l’entretien, a en outre dénoncé que l’Organisation des Nations unies (ONU) avait prétendu à plusieurs reprises ignorer la légitimité de son gouvernement, en faveur des États-Unis et en raison des pressions exercées par la Maison Blanche sur certains pays.

 

Source Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/281033-le-venezuela-travaille-pour-la-cooperation-de-lamerique-latine-avec-les-pays-arabes

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA MULTIPOLAIRE RENOUE AVEC LA CROISSANCE

Par Le 21/12/2021

 

LE VENEZUELA MULTIPOLAIRE RENOUE AVEC LA CROISSANCE

Publié par Venezuela infos dans ChineDroit internationalGuerre économiquepolitique économiquepolitique pétrolièrerelation Sud-Sud21 décembre 2021

Photo : le président Maduro est accueilli par le Ministre des Affaires Étrangères du Mexique Marcelo Ebrard lors du Sommet de la CELAC (Communauté des États Latino-américains et des Caraïbes), en septembre 2021.

Fidèle à la stratégie multipolaire du Sommet de Bandoeng souvent évoquée par Hugo Chávez et à l’« équilibre du monde » rêvé par Simon Bolivar, le Venezuela a renforcé ses alliances avec la zone asiatique, la Russie, la Chine et l’Iran, ce qui lui a permis d’augmenter sa production et son exportation de pétrole en 2021. Le gouvernement Maduro commence à surmonter le blocus inhumain organisé par l’Europe et les États-Unis et a décidé de consacrer 77% du budget 2022 aux investissements sociaux : éducation, santé, construction de logements, production nationale, alimentation, allocations, etc… (on trouvera plus de détails  à ce sujet dans http://observatorio.gob.ve). C’est aussi une bonne nouvelle pour les pays des Caraïbes bénéficiaires des programmes de coopération mis en place par le Venezuela, notamment via l’ALBA et PetroCaribe.

Selon le dernier rapport de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), la nation des Caraïbes a pompé 625.000 Barils par jour (BPJ) en novembre, soit 15.000 de plus qu’en octobre, La compagnie pétrolière publique PDVSA, dont le président Chávez avait repris le contrôle pour financer les programmes sociaux de la révolution, a enregistré un chiffre beaucoup plus élevé de 824.000 BPJ, soit une augmentation de 68.000 par rapport au mois précédent.

La production n’avait pas atteint cette barre des 600.000 Barils par Jour depuis le début de 2020, Washington et l’UE ayant renforcé les sanctions visant à fermer les marchés internationaux à l’industrie pétrolière vénézuélienne. À partir de 2017, l’ancienne administration Trump a intensifié les efforts de changement de régime en imposant des sanctions financières, un véritable embargo pétrolier et une foule d’autres mesures coercitives illégales. Les revenus extérieurs de l’État se sont réduits de 99%, provoquant une forte détérioration de l’économie et des services publics, d’où de grandes souffrances sociales et un exode de population dénoncés par les rapporteurs spéciaux de l’ONU tels qu’Alfred de Zayas et Alena Douhan (1).

L’actuel gouvernement de Joe Biden n’a rien fait pour alléger ou lever les sanctions contre la principale industrie publique du Venezuela, malgré les appels de plus en plus nombreux de l’ONU, de ces experts indépendants en matière de droits humains et même de membres du Congrès états-unien, en faveur de la levée de ces mesures.

L’administration du président Nicolas Maduro a cherché à relancer la production de brut en trouvant d’autres sources de capitaux, de marchés et de matériaux indispensables, notamment la Russie, la Chine et l’Iran.

Un approvisionnement régulier en condensat iranien a été la clé de la récente augmentation de la production de pétrole. Selon Bloomberg, l’Iran a envoyé au moins trois cargaisons contenant 4,6 millions de barils de ce produit de mélange depuis juillet. Le condensat est mélangé au brut extra-lourd produit dans la ceinture pétrolière de l’Orénoque pour être transporté, traité et exporté. Une quatrième cargaison aurait été déchargée au Venezuela cette semaine.

L’aide iranienne s’inscrit dans le cadre de la coopération entre les deux pays pour contourner les sanctions états-uniennes, un accord d’échange de condensat contre du brut ayant été conclu en septembre. En outre, le 6 décembre, le président Maduro a eu un entretien téléphonique avec son homologue iranien Ebrahim Raisi afin de renforcer les liens pour l’année prochaine. Au cours de la conversation, M. Raisi a réaffirmé son engagement à élargir l’alliance Iran-Venezuela, appelant à des « mesures plus importantes » pour accélérer les projets énergétiques.

« La coopération pétrolière entre les deux pays doit prendre une nouvelle forme, et dans le domaine du raffinage et des ressources pétrochimiques, nous devons prendre des mesures plus importantes », a déclaré le président iranien. Raisi a de même condamné le régime de sanctions imposé par le « système arrogant des États-Unis au peuple et au gouvernement vénézuéliens. » Téhéran fait face aux mesures coercitives unilatérales de Washington depuis 1979.

Les exportations du Venezuela ont également augmenté au cours des derniers mois. La moyenne des exportations de PDVSA a atteint 500.000 Barils par Jour sur l’année, la Chine étant le principal facilitateur et la destination finale du commerce du brut vénézuélien. Selon des documents consultés par Reuters, les revenus pétroliers croissants financeront 61 % du budget du pays pour 2022.

Le 14 décembre, l’Assemblée Nationale du Venezuela, à majorité chaviste, a approuvé le budget 2022 pour un montant total de 62 milliards de bolívars (environ 13 milliards de dollars américains), soit quelque 60 % de plus que l’équivalent de 2021. Lors de la présentation du plan annuel, la vice-présidente Delcy Rodríguez a expliqué que 77 % des ressources seront allouées aux programmes sociaux.

La vice-présidente a par ailleurs présenté un projet de loi visant à réformer partiellement les taxes sur les grandes transactions afin de privilégier l’utilisation de la monnaie locale et de continuer à stimuler la production nationale. La législation doit encore être discutée et approuvée par le parlement. « Le budget 2022 est encadré par des politiques qui nous ont permis de défendre notre monnaie et d’avancer dans la lutte contre l’hyperinflation », a déclaré Rodríguez.

La stratégie du gouvernement pour le rebond économique de l’année prochaine s’appuie sur les efforts en cours pour ralentir la spirale inflationniste, en stabilisant le taux de change entre le bolívar numérique et le dollar américain. Ces mesures ont vu le pays connaître trois mois consécutifs d’inflation à un chiffre pour la première fois depuis 2016.

La Banque centrale du Venezuela (BCV) a fait état d’une inflation de 8,4 % en novembre, après les 6,8 et 7,1 % enregistrés en octobre et septembre, respectivement. La décélération de l’inflation n’est pas le seul signe de stabilité économique. L’Association vénézuélienne des exportateurs (AVEX) a enregistré une augmentation de 30 % des ventes à l’étranger cette année par rapport à 2020. La majorité des exportations correspond aux produits de la mer, au cacao, au chocolat, au bois, aux fruits tropicaux et au secteur automobile.

De même, les agences internationales ont pris connaissance de la reprise économique du Venezuela après une récession de sept ans. En octobre, le Crédit Suisse a prévu que le produit intérieur brut (PIB) de la nation sud-américaine augmenterait de 5,5 % en 2021, des prévisions confirmées par l’agence EMFI (Londres). Bien que ces prévisions constituent un changement de tendance important par rapport à ces dernières années, il faut garder en tête que les sanctions financières et pétrolières états-unienne et européenne pèsent toujours sur le pays. Mais le président Maduro considère que la relative stabilisation économique et politique de 2021 ouvrira la voie à des perspectives favorables l’année prochaine. « Aucune de toutes ces agressions ne pourra empêcher le peuple vénézuélien d’atteindre son objectif de bien-être social », a-t-il tweeté vendredi dernier.

Signe des temps : chaque mois des centaines de vénézuélien(ne)s rentrent au pays, fuyant l’exploitation et la xénophobie dans des pays que les médias privés leur avait présentés comme « prospères et accueillants » (Colombie, Equateur, Pérou, Chili, etc..). Le gouvernement bolivarien met à leur disposition des vols gratuits de la compagnie publique CONVIASA.

Texte : Andreína Chávez Alava / édité par Ricardo Vaz depuis Caracas.

Source : https://venezuelanalysis.com/news/15414

Note (1): Deux importants experts du Droit international dénoncent les vraies causes des migrations et des morts au Venezuela : https://venezuelainfos.wordpress.com/2020/02/27/deux-importants-experts-du-droit-international-denoncent-les-vraies-causes-des-migrations-et-des-morts-au-venezuela/

Traduit de l’anglais par Thierry Deronne

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/12/21/le-venezuela-multipolaire-renoue-avec-la-croissance/

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT NICOLAS MADURO SALUE L'ELECTION DE GABRIEL BORIC AU CHILI

Par Le 20/12/2021

20 Décembre 2021

Le président vénézuélien salue l'élection de Gabriel Boric au Chili

Caracas, 19 décembre (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a salué aujourd'hui l'élection du candidat de gauche Gabriel Boric comme nouveau président du Chili après avoir remporté le scrutin qui s'est tenu dimanche.

19 décembre 2021
CST20:34 (GMT) -0500
Dans un message publié sur son compte Twitter, M. Maduro a décrit les élections du pays sud-américain comme un grand jour démocratique et un triomphe populaire contre les courants fascistes et d'extrême droite.

"Je félicite le pacte Apruebo Dignidad pour sa victoire, ainsi que le nouveau président élu du Chili, Gabriel Boric. Je salue les peuples de Salvador Allende et de Victor Jara pour leur victoire éclatante sur le fascisme", a souligné le dignitaire.

Après le dépouillement de la quasi-totalité des votes, M. Boric a obtenu 55,86 % des voix, soit 11,6 points d'avance sur son rival, le parti d'extrême droite José Antonio Kast, du Front social chrétien.

Boric est le président qui a obtenu le plus de soutien depuis l'introduction du suffrage volontaire au Chili en 2012.

acl/wup
source : https://www.prensa-latina.cu/2021/12/19/presidente-de-venezuela-saluda-eleccion-de-gabriel-boric-en-chile

Tag(s) : #Maduro#Boric

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LES ATTAQUES CONTRE LE PARTI COMMUNISTE DOIVENT CESSER !

Par Le 20/12/2021

20 Décembre 2021

Dimanche 19 décembre 2021
Venezuela : Les attaques contre le Parti communiste doivent cesser !


Dans une déclaration commune, plus de 20 partis communistes et ouvriers du monde entier expriment leur solidarité avec le Parti communiste du Venezuela (PCV) et exigent la fin des différentes attaques contre les droits politiques et électoraux du PCV, avant les élections de janvier 2022. 
La déclaration intitulée " Solidarité avec le PCV face aux attaques contre ses droits politiques et électoraux " est la suivante :


"Nous, les partis communistes et ouvriers soussignés, exprimons notre condamnation énergique de la récente mesure de disqualification politique contre le PCV qui vise à l'empêcher de participer aux élections du 9 janvier 2022.

Pendant le processus électoral régional du 21 novembre, nous avons pu constater que 13 candidats du PCV ont été disqualifiés de manière arbitraire et illégale et que des mesures institutionnelles ont été prises pour que le PCV ne puisse pas participer aux élections avec ses propres candidatures.

Nous observons avec une grande inquiétude l'avancée de pratiques dangereuses qui sapent les libertés démocratiques des travailleurs et de leurs organisations révolutionnaires au Venezuela.

Nous exigeons que les attaques contre le PCV cessent immédiatement et que son droit de participer aux élections du 9 janvier 2022 soit immédiatement rétabli.

La déclaration est ouverte à d'autres signatures.

Partis de SolidNet

    Parti communiste d'Albanie
    Parti des Travailleurs d'Autriche
    Parti communiste de Belgique
    Parti communiste brésilien
    Parti communiste du Canada
    Parti communiste colombien
    Parti socialiste ouvrier de Croatie
    Parti communiste allemand
    Parti communiste de Grèce
    Parti des travailleurs d'Irlande
    Parti communiste d'Israël
    Parti communiste du Mexique
    Parti Communiste Paraguayen
    Nouveau parti communiste de Yougoslavie
    Communistes de Serbie
    Parti communiste des peuples d'Espagne
    Parti communiste des travailleurs d'Espagne
    Communistes de Catalogne
    Parti communiste syrien
    Parti communiste de Suède
    Parti communiste de Turquie
    Parti communiste du Venezuela

 Autres partis

    Front communiste, Italie

source : https://www.idcommunism.com/2021/12/venezuela-attacks-against-communist-.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET LA BIELORUSSIE RENFORCENT LEUR PARTENARIAT AVEC 5 ACCORDS DE COOPERATION

Par Le 19/12/2021

19 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-18 15:06:50

      

LCaracas, 18 décembre (RHC) Le Venezuela et le Belarus ont renforcé leurs relations bilatérales pour la mise en place de plusieurs accords de coopération économique dans différents secteurs.
"Aujourd’hui, nous avons signé cinq documents de coopération dans la production alimentaire, le commerce équitable, le transport aérien, la pétrochimie, la réactivation des usines, des camions et des machines agricoles de Barinas [état de l’ouest]" a signalé  le président vénézuélien Nicolas Maduro.
cérémonie s’est déroulée dans le cadre de la huitième Commission mixte de haut niveau entre les deux nations au Palais de Miraflores à Caracas, la capitale, avec la participation de l’envoyé spécial du président Belarus, Alexander Lukashenko, le commissaire Viktor Sheiman.
Lors de cette rencontre, Maduro a souligné la ferme volonté de son pays de reprendre les projets communs, en demandant à son chancelier, Félix Plasencia, de consolider les relations économiques et commerciales avec la Biélorussie pour donner lieu à une série d’échanges bilatéraux.
Pour sa part, Sheiman a indiqué que le partenariat permettra de t
ravailler sur de nouvelles réalisations et de nouveaux projets qui contribuent à améliorer la qualité de vie des habitants des deux pays.
Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/280249-le-venezuela-et-le-belarus-renforcent-leur-partenariat-avec-5-accords-de-cooperation

Tag(s) : #Venezuela#Biélorussie

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REJETTE L'INGERENCE DU PARLEMENT EUROPEEN DANS LES AFFAIRES INTERIEURES DE CUBA

Par Le 18/12/2021

17 Décembre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-12-16 20:55:04

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 16 déc. (RHC) Le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères, Félix Plasencia, a condamné à Caracas la résolution anti-cubaine introduite au Parlement européen.

« Nous manifestons notre totale solidarité avec Cuba et rejetons la position d’ingérence et néocolonialiste du Parlement Européen qui insiste à politiser le thème des droits de l’homme », a écrit le chef de la diplomatie vénézuélienne sur son compte Twitter.

LEFélix Plasencia a dénoncé le fait que la question des droits humains à Cuba a été abordée en trois occasions lors des 6 dernières sessions plénière du Parlement européen ce qui témoigne de la singularisation, de la manipulation du thème des droits de l’homme et de la politique de deux poids, deux mesures de ceux qui l’utilisent à des fins politiques.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/280054-le-venezuela-rejette-lingerence-du-parlement-europeen-dans-les-affaires-interieures-de-cuba

Tag(s) : #Venezuela#UE#Cuba

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT VENEZUELIEN NICOLAS MADURO EXPRIME SON SOUTIEN A LA RUSSIE ET A LA CHINE FACE AUX PROVOCATIONS AMERICAINES

Par Le 18/12/2021

18 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-17 12:50:34

      

Caracas, 17 décembre (RHC) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a exprimé le soutien de son pays à la Russie et à la Chine face aux provocations militaires des États-Unis.

"Tout récemment, il y a eu une réunion extraordinaire par vidéoconférence entre le président Xi Jinping et le président Vladimir Poutine, nos deux grands amis, deux grands frères, nous sommes aux côtés des peuples de Chine et de Russie, dans la bataille pour la paix, pour la coopération mondiale, pour le développement, pour le bien-être et pour la vie", a déclaré Maduro.

En outre, le dirigeant vénézuélien a condamné les tentatives provocatrices des Etats-Unis contre la Russie et la Chine dans le but d’engendrer une guerre contre les deux "puissances du monde" en soulignant que "l’impérialisme nord-américain essaie d’encercler la Chine et la Russie, mais qu’il n’y il ne réussit pas et n’y réussira pas".

En fait, il a expliqué que les États-Unis orchestrent des provocations militaires dans le cadre de leur plan déstabilisateur contre les deux pays et "attise les pays voisins de la Chine et de la Russie" pour atteindre leur objectif.                

Les déclarations du président Maduro font suite à une réunion virtuelle des présidents russe, Vladimir Poutine, et chinois, Xi Jinping, mercredi pour célébrer le développement des relations bilatérales, et aussi de faire face aux pressions exercées par les États-Unis et l’Europe.

Le pays bolivarien a condamné les mesures unilatérales des États-Unis contre la Russie et la Chine, et a rejeté les plans putschistes, promus par Washington contre le Venezuela et ses alliés.

En outre, le président Maduro a à plusieurs reprises remercié Beijing et Moscou pour l’envoi de vaccins pendant la pandémie de COVID-19, au milieu des sanctions américaines contre son pays.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/280127-le-venezuela-exprime-son-soutien-a-la-russie-et-a-la-chine-face-aux-provocations-americaines

Tag(s) : #Venezuela#Russie#Chine

Dans VENEZUELA

SOLIDARITE AVEC LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA FACE AUX ATTAQUES CONTRE SES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX

Par Le 16/12/2021

16 Décembre 2021

Solidarité avec le Parti Communiste du Venezuela face aux attaques contre ses droits politiques et électoraux
13/12/21 3:19 PM
Solidarité avec le PCV face aux attaques contre ses droits politiques et électoraux

 

Nous, les partis communistes et ouvriers soussignés, exprimons notre énergique condamnation de la récente mesure de disqualification politique contre le PCV qui vise à l'empêcher de participer aux élections du 9 janvier 2022. 

Pendant le processus électoral régional du 21 novembre, nous avons pu constater que 13 candidats du PCV ont été disqualifiés de manière arbitraire et illégale et que des mesures institutionnelles ont été prises pour que le PCV ne puisse pas participer aux élections avec ses propres candidatures. 

Nous observons avec une grande inquiétude l'avancée de pratiques dangereuses qui sapent les libertés démocratiques des travailleurs et de leurs organisations révolutionnaires au Venezuela.

Nous exigeons que les attaques contre le PCV cessent immédiatement et que son droit de participer aux élections du 9 janvier 2022 soit immédiatement rétabli.

 

La déclaration est ouverte à d'autres souscriptions

 

Partis SolidNet

Parti communiste d'Albanie
Parti des Travailleurs d'Autriche
Parti communiste de Belgique
Parti communiste brésilien
Parti communiste du Canada
Parti communiste colombien
Parti socialiste ouvrier de Croatie
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs d'Irlande
Parti communiste d'Israël
Parti communiste du Mexique
Parti Communiste Paraguayen
Nouveau parti communiste de Yougoslavie
Communistes de Serbie
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Communistes de Catalogne
Parti communiste syrien
Parti communiste de Suède
Parti communiste de Turquie
Parti communiste du Venezuela
 Autres partis

Front Communiste, Italie

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Solidarity-with-the-PCV-in-the-face-of-the-attacks-against-its-political-and-electoral-rights/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV#RIPCO

Dans VENEZUELA

SOLIDARITE AVEC LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA FACE AUX ATTAQUES CONTRE SES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX

Par Le 16/12/2021

16 Décembre 2021

Solidarité avec le Parti Communiste du Venezuela face aux attaques contre ses droits politiques et électoraux
13/12/21 3:19 PM
Solidarité avec le PCV face aux attaques contre ses droits politiques et électoraux

 

Nous, les partis communistes et ouvriers soussignés, exprimons notre énergique condamnation de la récente mesure de disqualification politique contre le PCV qui vise à l'empêcher de participer aux élections du 9 janvier 2022. 

Pendant le processus électoral régional du 21 novembre, nous avons pu constater que 13 candidats du PCV ont été disqualifiés de manière arbitraire et illégale et que des mesures institutionnelles ont été prises pour que le PCV ne puisse pas participer aux élections avec ses propres candidatures. 

Nous observons avec une grande inquiétude l'avancée de pratiques dangereuses qui sapent les libertés démocratiques des travailleurs et de leurs organisations révolutionnaires au Venezuela.

Nous exigeons que les attaques contre le PCV cessent immédiatement et que son droit de participer aux élections du 9 janvier 2022 soit immédiatement rétabli.

 

La déclaration est ouverte à d'autres souscriptions

 

Partis SolidNet

Parti communiste d'Albanie
Parti des Travailleurs d'Autriche
Parti communiste de Belgique
Parti communiste brésilien
Parti communiste du Canada
Parti communiste colombien
Parti socialiste ouvrier de Croatie
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs d'Irlande
Parti communiste d'Israël
Parti communiste du Mexique
Parti Communiste Paraguayen
Nouveau parti communiste de Yougoslavie
Communistes de Serbie
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Communistes de Catalogne
Parti communiste syrien
Parti communiste de Suède
Parti communiste de Turquie
Parti communiste du Venezuela
 Autres partis

Front Communiste, Italie

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Solidarity-with-the-PCV-in-the-face-of-the-attacks-against-its-political-and-electoral-rights/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV#RIPCO

Dans VENEZUELA

DECLARATION DE SOLIDARITE DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LIBERATION DES TRAVAILLEURS INJUSTEMENT DETENUS AU VENEZUELA

Par Le 14/12/2021

14 Décembre 2021

 

Parti communiste du Venezuela : Déclaration de Solidarité : Libération des travailleurs injustement détenus au Venezuela
12/13/21 3:10 PM
Libération des travailleurs injustement détenus au Venezuela

 

Les partis communistes et ouvriers soussignés, par le biais de ce communiqué, expriment leur sincère préoccupation face aux nombreux cas de travailleurs qui ont été soumis à des procédures judiciaires et à la criminalisation de leurs luttes ouvrières et syndicales au Venezuela.

Nous exprimons notre solidarité avec la classe ouvrière vénézuélienne et en particulier avec les 19 travailleurs qui sont actuellement injustement détenus et sont victimes de retards de procédure de la part du système juridique vénézuélien.

 

Nous demandons au gouvernement et aux autorités vénézuéliennes de libérer immédiatement les 19 travailleurs injustement détenus pour avoir exercé leurs droits syndicaux légitimes et pour avoir dénoncé des cas de corruption. De même, nous préconisons l'arrêt des pratiques de judiciarisation et de criminalisation des luttes des travailleurs.

Nous adressons notre message d'encouragement et de solidarité aux familles, amis et organisations qui luttent pour la liberté de ces 19 combattants de la classe ouvrière.

 

La déclaration est ouverte à d'autres souscriptions

 

Partis signataires

Parti communiste d'Albanie
Parti du travail d'Autriche
Parti communiste brésilien
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs d'Irlande
Parti communiste d'Israël
Parti communiste du Mexique
Parti communiste paraguayen
Communistes de Serbie
Parti Communiste des Peuples d'Espagne
Parti communiste de Turquie
Parti communiste du Venezuela


source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Solidairty-Statement-Liberation-of-workers-unjustly-detained-in-Venezuela/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV#RIPCO

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REAFFIRME SON ENGAGEMENT AVEC L'UNICEF

Par Le 13/12/2021

12 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-12 13:10:39

      

Caracas, 12 décembre (RHC) Le Président Nicolás Maduro a réaffirmé aujourd’hui l’engagement du Gouvernement vénézuélien à renforcer les liens de coopération avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

À l’occasion du 75e anniversaire de l’organisation internationale, le président a reconnu la contribution de celle-ci à l’élaboration de programmes visant à garantir le bien-être des enfants du pays sud-américain.

"C’est le 75e anniversaire de la création de l’Unicef. Le Venezuela reconnaît et apprécie sa contribution et son dévouement pour assurer la protection de nos enfants et de nos jeunes. Nous continuerons à renforcer nos alliances pour donner un meilleur avenir au foyer de la patrie", a souligné le chef de l’État sur le réseau social Twitter.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance travaille dans la nation sud-américaine depuis 1967, mais c’est en 1991 qu’a été signé le premier Programme de pays, document-cadre de sa coopération avec les acteurs nationaux, pour améliorer la situation des enfants et des adolescents, et progresser dans l’exercice de leurs droits.

L’UNICEF a intensifié sa présence et son soutien aux enfants vénézuéliens pour répondre aux nouveaux besoins en matière de santé, d’accès à l’eau, d’hygiène et d’assainissement, de nutrition, d’éducation et de protection.

C’est actuellement l’une des agences de l’ONU avec la plus grande présence opérationnelle sur le terrain, avec des équipes installées au Bureau Central dans le District Capital et quatre autres couvrant la région de la Grande Caracas (Caracas, Miranda et La Guaira), et les états de Zulia, Bolivar et Táchira.               

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/279600-le-venezuela-a-reaffirme-son-engagement-a-cooperer-avec-lunicef

Tag(s) : #Venezuela#UNICEF

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REJETTE L'ARROGANCE DES ETATS-UNIS ET LEUR SOMMET POUR LA "DEMOCRATIE"

Par Le 12/12/2021

11 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-10 09:44:32

      

Caracas, 10 décembre (RHC) Le Venezuela a qualifié les Etats-Unis d'"arrogants" pour avoir essayé de mettre en œuvre son modèle de démocratie dans un monde diversifié, en encourageant des événements comme le Sommet pour la démocratie.

Le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Félix Plasencia, a critiqué jeudi l’administration de la Maison Blanche, dirigée par Joe Biden, pour avoir organisé le Sommet pour la Démocratie (dont Caracas est exclue)  a dénoncé que Washington croit être la seule autorité qui détermine un modèle de démocratie dans un monde plein de différentes "réalités et pensées".

"Une fois de plus les Etats-Unis démontrent leur arrogance en décidant que, dans un monde de réalités et de pensées si diverses, il peut devenir le seul Etat juge qui puisse déterminer ce qu’est et ce qui n’est pas une démocratie" a déclaré Plasencia lors de l’ouverture du Congrès mondial des peuples pour la paix.

Évoquant l’assaut du Capitole des États-Unis au début de 2021, le chef de la Diplomatie vénézuélienne a souligné que Washington "a violé et viole à plusieurs reprises" les principes de la Charte de l’Organisation des Nations Unies (ONU). "Comment peut-on considérer comme démocratique un pays qui, à lui seul, cumule 30 % des émanations de gaz à effet de serre du monde et prend des mesures coercitives arbitraires et illégales pour soumettre les peuples et forcer les États à avoir tel ou tel comportement ?" s-est-il demandé-.

Selon le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères, ce sommet a pour objectif de poursuivre les gouvernements indépendants, en instrumentalisant des questions telles que les droits de l’homme, la corruption et la démocratie. "La vérité est que ce sommet n’a pas commencé pour parler de démocratie", a-t-il souligné.

Le sommet s’est tenu jeudi aux États-Unis. Le rendez-vous rassemble des leaders mondiaux, de la société civile et du secteur privé, et ses prétendus objectifs sont de renforcer la démocratie contre l’autoritarisme, de lutter contre la corruption et de promouvoir les droits humains'.  

La Russie et la Chine ont rejeté ce sommet, affirmant qu’il s’agit d’un "produit évident" de la mentalité américaine de "guerre froide", qui alimentera la "confrontation idéologique" et la rupture du monde en créant de nouvelles "lignes de division".

Cuba, pour sa part, estime que la convocation sélective au sommet de la démocratie est la preuve de la "faiblesse" et de l’isolement international des États-Unis. (Source / HispanTV)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/279470-le-venezuela-rejette-larrogance-des-etats-unis-et-leur-sommet-pour-la-democratie

Tag(s) : #Venezuela#USA

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REJETTE L’ATTAQUE DIPLOMATIQUE AMERICAINE CONTRE LES XXIVe JEUX OLYMPIQUES D’HIVER EN CHINE

Par Le 11/12/2021

11 Décembre 2021

Le Venezuela rejette l'attaque diplomatique américaine contre les XXIVe Jeux olympiques d'hiver en Chine
La République bolivarienne du Venezuela exprime son profond rejet de la position exprimée par le secrétaire de presse de la Maison Blanche des États-Unis, annonçant une attaque diplomatique contre les prochains XXIVe Jeux olympiques d'hiver et XIIIe Jeux paralympiques d'hiver qui se tiendront en République populaire de Chine.

Cet acte désespéré mais alarmant, qui fait partie de la campagne de dénigrement et de manipulation menée par un petit groupe de pays contre le développement indéfendable de la nation sœur qu'est la Chine, démontre la vision anachronique de ces gouvernements qui conservent leur vision de la guerre froide.

Le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela a suivi avec enthousiasme le processus de préparation et de conditionnement mené par les autorités et le peuple chinois en vue d'accueillir le plus grand événement sportif d'hiver du monde et, avec lui, de faire de Pékin la première ville de l'histoire à accueillir les Jeux olympiques d'été et d'hiver.

Alors que les Jeux olympiques appellent à la paix, à la rencontre et à la fraternité, dans le cadre de la tolérance et du respect de tous, le Venezuela exige que l'on mette fin à la politisation du sport et appelle tous les pays à défendre l'esprit sportif qui doit régner pendant la compétition, conformément aux principes et aux valeurs exprimés dans la Charte olympique.

Le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela réaffirme son soutien aux efforts et au travail du gouvernement de la République populaire de Chine et est prêt à faire tout son possible pour contribuer au succès du plus grand événement sportif d'hiver qui appartient à toute l'humanité.

Caracas, 9 décembre 2021

source : https://mppre.gob.ve/comunicado/venezuela-rechaza-ataque-diplomatico-eeuu-contra-xxiv-juegos-olimpicos-invierno-china/

Tag(s) : #Venezuela#Chine

Dans VENEZUELA

LE CONGRES MONDIAL DES PEUPLES POUR LA PAIX SE TIENT AU VENEZUELA

Par Le 10/12/2021

10 Décembre 2021

Caracas, 9 décembre (RHC) Le Congrès Mondial des Peuples pour la Paix a commencé ce jeudi au Venezuela avec la participation du ministre des Affaires Étrangères Félix Plasencia, qui a souligné la lutte pour garantir les droits politiques, économiques et sociaux afin de contrer la crise multidimensionnelle actuelle

"Nous nous réunissons pour débattre de la nécessité d’approfondir la garantie des droits politiques, économiques et sociaux de l’humanité pour le bien-être des peuples", a-t-il indiqué.

La rencontre a lieu alors que les États-Unis entament un Sommet pour la démocratie, dont le gouvernement de Washington a exclu de nombreux pays, qui ne partagent pas ses politiques.

À cet égard, Plasencia a déclaré que "Encore une fois, les Etats-Unis montrent leur arrogance en décidant que dans un monde de réalités et de pensées si diverses, il peut devenir le seul Etat juge qui peut déterminer ce qu’est et ce qui n’est pas une démocratie"

La rencontre, à laquelle participent de nombreuses personnalités politiques et diplomatiques du monde entier, est prévue pour avoir lieu jeudi et vendredi, par vidéoconférence.

Parmi les sujets à traiter, citons "La démocratie populaire face à la crise multi-démesurée"; "La voie est la paix, rejetons les tentatives pour créer une nouvelle Guerre froide".

Des propositions pour contrer les défis actuels auxquels l’humanité et la planète sont confrontées au milieu de la pandémie de Covid-19 sont l’un des thèmes qui seront abordés lors de cette rencontre virtuelle.

De même, le respect des droits politiques, économiques et sociaux face à la prétention de domination des soi-disant grandes puissances mondiales.

Le Plan pour sauver la planète sera présenté par l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (Alba-TCP) et le Réseau des centres de pensée. 

Source Prensa Latina             

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/279385-le-congres-mondial-des-peuples-pour-la-paix-se-tient-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA SALUE CHALEUREUSEMENT LE PEUPLE FRERE DE PALESTINE A L’OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN

Par Le 30/11/2021

29 Novembre 2021

Le Venezuela envoie des salutations chaleureuses au peuple frère de Palestine à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec la Palestine
Le président de la République Nicolás Maduro Moros, au nom du peuple et du gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela, adresse ses salutations chaleureuses au peuple et au gouvernement frères de l'État de Palestine à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec la Palestine.

À cette occasion, le Venezuela réaffirme son engagement en faveur de la défense de la Palestine et de la recherche de solutions définitives menant à la fin du conflit avec Israël, sur la base des résolutions pertinentes des Nations unies et du droit international, qui garantissent la réalisation effective des droits inaliénables du peuple palestinien, la fin de l'occupation étrangère par Israël, le retour en toute sécurité des frères et sœurs palestiniens dans leurs foyers et le droit de vivre en paix, dans la liberté et la dignité.

La République bolivarienne du Venezuela renouvelle sa profonde solidarité et sa fraternité avec l'État de Palestine et espère son bien-être, sa prospérité et sa stabilité.

Caracas, 29 novembre 2021.

source : https://mppre.gob.ve/comunicado/venezuela-pueblo-palestino-dia-internacional-de-solidaridad-con-palestina/

Tag(s) : #Venezuela#palestine

Dans VENEZUELA

DECLARATION DES PARTIS DE LA REVUE COMMUNISTE INTERNATIONALE : SOLIDARITE AVEC LE PC DU VENEZUELA CONTRE LES ATTAQUES CONTRE SES DROITS

Par Le 29/11/2021

28 Novembre 2021

Déclaration des partis de la Revue Communiste Internationale : Solidarité avec le PC du Venezuela contre les attaques contre ses droits
25/11/21 3:48 PM
Les partis communistes et ouvriers participant à la Revue communiste internationale souhaitent exprimer leur solidarité avec le Parti communiste du Venezuela (PCV) et la classe ouvrière du Venezuela en réponse aux attaques systématiques contre leurs droits politiques et électoraux, dans le cadre du processus des élections locales qui se sont tenues au Venezuela le 21 novembre 2021.

Nous condamnons fermement les manigances du gouvernement utilisées pour exclure les candidats du PCV en violation des règlements et des lois électorales, les obstacles posés par le Conseil national électoral lui-même afin d'entraver le remplacement des candidats dans les délais prescrits, et le dur blocus médiatique imposé par divers médias contre le PCV.

Il est répréhensible et révélateur que les institutions d'un pays que vous appelez "progressiste" et "anti-impérialiste" se consacrent à attaquer les droits des communistes et de la classe ouvrière, tout en fournissant plusieurs garanties aux candidats de droite, qui sont responsables du soutien des sanctions impérialistes illégales contre le pays et de la promotion des coups d'État. Le passage du gouvernement vénézuélien aux réformes néolibérales semble arriver au point de croire que le PCV est son nouvel ennemi.

Nos partis restent en alerte pour dénoncer et lutter contre toute escalade d'attaques contre le PCV et ses membres.

Nous voulons transmettre au PCV et aux organisations de l'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR) un message d'encouragement et de solidarité dans le processus de construction d'une Alternative Révolutionnaire contre le pacte libéral des élites qui impose de durs sacrifices au peuple du Venezuela.

Nous vous félicitons pour votre succès dans le processus électoral du 21 novembre, qui contribuera sans aucun doute au renforcement des luttes contre l'attaque permanente du capital contre les droits des travailleurs et du peuple du Venezuela.

Les partis de la Revue communiste internationale réitèrent notre condamnation des interventions et des sanctions impérialistes illégales contre le peuple du Venezuela et soulignent notre exigence de respecter le droit du peuple vénézuélien à exercer sa souveraineté et son autodétermination.

 

24 novembre 2021

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Greece-Statement-of-the-parties-of-the-International-Communist-Review-Solidarity-with-the-CP-of-Venezuela-against-the-attacks-on-its-rights/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

VENEZUELA ALERTE : LE NARCO-ETAT COLOMBIEN EST UNE MENACE POUR LE MONDE

Par Le 29/11/2021

29 Novembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-11-28 12:37:30

 

 

Caracas, 28 novembre (RHC) Le Venezuela a dénoncé le fait que la production et la distribution de drogues par la Colombie constituent une menace pour la région et pour le monde.

Au cours du meeting à l’occasion du 101e anniversaire de l’aviation militaire bolivarienne, le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino López, a ainsi réagi à la production et à la distribution de drogues par son pays voisin, la Colombie.

"La vérité est une, et la vérité est que le territoire colombien sous les auspices de l’oligarchie nationale est devenu une menace non seulement régionale, mais aussi pour le monde entier à cause de la production et la distribution de drogues" a déclaré le ministre vénézuélien dans une interview diffusée sur la chaîne publique VTV.

Il a également dénoncé les tentatives d’établissement d’un "narco-État" en Colombie, avertissant que le niveau de violence peut s’étendre au Venezuela.

Dans ce cadre, il a expliqué que les "terroristes armés, narcotrafiquants de Colombie" cherchent à utiliser le territoire vénézuélien pour "faire une plate-forme de distribution pour la drogue qu’ils produisent", en fait, les Forces armées nationales bolivariennes (FANB) sont prêtes à défendre le territoire vénézuélien contre ces menaces étrangères.

Le ministre vénézuélien de la Défense a assuré que la Colombie, avec l’installation de bases pour le narcotrafic, cherche à entraîner le Venezuela dans une "guerre civile".

Les déclarations du ministre vénézuélien de la Défense ont eu lieu une semaine après que le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a dénoncé que des groupes de narcotrafiquants colombiens, composés de 20 à 100 personnes, s’infiltrent en territoire vénézuélien pour menacer la paix et la sécurité du pays.

Le Venezuela a condamné à maintes reprises la mauvaise gestion du gouvernement d’Ivan Duque, le président de la Colombie, face au fléau du trafic de stupéfiants, qui a entraîné l’insécurité dans la région.

Depuis le 21 mars dernier, sous l’ordre de  tolérance zéro donnée le même jour par le président vénézuélien Nicolás Maduro, Caracas exécute une opération contre les groupes armés "irréguliers" colombiens qui tentent de s’emparer de l’État frontalier d’Apure.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/278420-venezuela-alerte-le-narco-etat-colombien-est-une-menace-pour-le-monde

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LES MESURES DES ETATS-UNIS CONTRE LE VENEZUELA FAVORISENT LE TRAFIC D'ETRES HUMAINS

Par Le 26/11/2021

26 Novembre 2021

Nations Unies, 24 novembre (Prensa Latina) Le chef du Bureau contre le crime organisé et le financement du terrorisme, Joel Adrián Mena, a dénoncé aujourd'hui à l'ONU que les mesures coercitives des États-Unis contre le Venezuela favorisaient le trafic d'êtres humains.

 "La campagne de déstabilisation contre le Venezuela et l'imposition illégale de mesures coercitives unilatérales associées à la réticence de certains États à respecter leurs obligations internationales et à coopérer ne font que renforcer les réseaux de trafic criminel", a dit le fonctionnaire lors de la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale consacrée à cette question.

De telles actions punitives de Washington et de ses alliés favorisent également la discrimination, la xénophobie, l'esclavage, l'exploitation, la violation des droits fondamentaux et la souffrance des victimes.

Mena a rappelé qu’à cause de cela le Venezuela insistait sur le fait que le dialogue respectueux, la coopération entre égaux et la levée des mesures peuvent contribuer positivement aux actions visant à palier le problème une fois pour toutes.

La commercialisation des personnes est un crime méprisable contre l'humanité, condamné par l'État vénézuélien et inscrit dans la Constitution vénézuélienne.

jcc/gaz/cycv

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=887864:des-mesures-des-etats-unis-contre-le-venezuela-favorisent-la-traite-des-personnes&opcion=pl-ver-noticia&catid=39&Itemid=101

Tag(s) : #Venezuela#Blocus

Dans VENEZUELA

LA CHINE EXIGE LE RESPECT DU SYSTEME DEMOCRATIQUE DU VENEZUELA

Par Le 24/11/2021

24 Novembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-11-23 16:58:59


 

 

Beijing, 23 novembre (RHC) La Chine a exigé aujourd’hui le respect du système démocratique et de la décision du peuple vénézuélien lors des récentes élections locales, au cours desquelles le parti au pouvoir a gagné à la majorité.

Zhao Lijian, porte-parole du Ministère des affaires étrangères, a rappelé que ces élections sont des affaires purement internes et ne doivent pas faire l’objet d’accusations ou d’ingérence de la part de forces extérieures.

Il a exprimé sa conviction que le peuple et les autorités vénézuéliennes sont capables de gérer la situation nationale et a plaidé pour que toutes les forces jouent un rôle constructif dans la recherche d’une solution politique.

Il a assuré que Beijing suivait de près les événements dans l’État sud-américain et a noté que le processus électoral s’était déroulé de manière stable et ordonnée.

Zhao a ainsi répondu aux tentatives de l’opposition vénézuélienne et des États-Unis d’ignorer les résultats du scrutin de dimanche, lorsque le Parti socialiste uni du Venezuela a remporté 21 des 24 entités fédérales, 20 des 23 gouvernorats et la mairie de Caracas, l’une des plus représentatives et importantes du pays.

Source Prensa Latina   

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/277942-la-chine-exige-le-respect-du-systeme-democratique-du-venezuela           

Tag(s) : #Chine#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REJETTE LES DECLARATIONS D'INGERENCE DU GOUVERNEMENT CANADIEN

Par Le 24/11/2021

24 Novembre 2021

Le Venezuela rejette les déclarations d'ingérence du gouvernement canadien.

La République bolivarienne du Venezuela rejette catégoriquement l'ingérence du gouvernement du Canada dans le processus électoral du 21 novembre 2021, lorsque le peuple vénézuélien est sorti librement pour exercer son droit de vote.

Il est regrettable qu'en l'absence d'une politique étrangère propre et afin de répondre aux attentes des Etats-Unis, le gouvernement canadien ait recours à la disqualification d'un processus électoral, largement validé par plus de 300 observateurs internationaux, faisant - en des termes plus appropriés - un pamphlet politique plutôt que la déclaration d'un Etat souverain.

Ironiquement, le Canada remet en question le contexte des récentes élections, mais il est le seul pays à avoir pris des mesures concrètes pour empêcher les électeurs vénézuéliens résidant sur le territoire canadien de voter à l'ambassade et aux consulats du Venezuela au cours de l'année 2018.

De même, le Canada parle de l'impact sur l'économie et les droits de l'homme, tout en applaudissant, soutenant et promouvant des mesures coercitives illégales contre l'ensemble du peuple vénézuélien qui constituent des crimes contre l'humanité.

Face à un tel cynisme, le gouvernement du Venezuela exige que le Canada mette immédiatement fin à ses mesures coercitives illégales et cesse son soutien politique et matériel aux individus corrompus qui encouragent le détournement de biens appartenant à l'État vénézuélien.

Contrairement au Canada, le Venezuela est un pays libre de toute tutelle étrangère et le démontre à chaque élection où le modèle de démocratie participative et protagoniste, inscrit dans la Constitution et soutenu par la volonté démocratique du peuple vénézuélien, est approfondi.

Caracas, 23 novembre 2021

source : https://mppre.gob.ve/comunicado/venezuela-rechaza-declaraciones-injerencistas-gobierno-canadiense/

Tag(s) : #Venezuela#Canada

Dans VENEZUELA

CUBA FELICITE LE PSUV POUR SA VICTOIRE AUX MEGA-ELECTIONS DU VENEZUELA

Par Le 23/11/2021

22 Novembre 2021

Cuba félicite le PSUV pour sa victoire aux méga-élections du Venezuela
22 novembre 2021
Tiré de CubaSi
CubaSi
Dans un message publié aujourd'hui sur le réseau social Twitter, le président cubain Miguel Díaz-Canel a salué la victoire du chavisme, dirigé par le président vénézuélien Nicolás Maduro, lors de ces élections qui comptaient 70 244 candidats.
Cuba félicite le PSUV pour sa victoire aux méga-élections du Venezuela
Le gouvernement cubain a félicité le Gran Polo Patriotico du Venezuela pour sa victoire aux élections régionales et municipales de dimanche.

Les premiers résultats officiels des élections régionales vénézuéliennes, auxquelles 41,8 % des Vénézuéliens ont participé, ont montré lundi que le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) au pouvoir a remporté plus de 85 % des gouvernorats du pays, soit 20 sur un total de 23, tandis que l'opposition n'a remporté que trois États.

Dans un message publié aujourd'hui sur le réseau social Twitter, le président cubain Miguel Díaz-Canel a salué la victoire du chavisme, dirigé par le président vénézuélien Nicolás Maduro, lors de ces élections, qui comptaient 70 244 candidats.

"Je félicite le courageux peuple vénézuélien et le Gran Polo Patriotico, dirigé par le frère président, pour la victoire éclatante aux élections régionales et municipales qui se sont tenues au Venezuela", a souligné le dirigeant cubain.

Le vice-président exécutif vénézuélien considère les méga-élections de dimanche comme une leçon de démocratie et une réponse à l'ingérence étrangère.

Plus de 21 millions de Vénézuéliens ont été appelés aux urnes pour élire leurs représentants à 3082 fonctions publiques, dont 23 gouverneurs, 335 maires, 253 législateurs aux conseils législatifs et 2471 conseillers.

Le vice-président du PSUV, Diosdado Cabello, a déclaré dimanche que la participation du peuple vénézuélien est considérée comme "plus que suffisante pour fermer la bouche" de ceux qui parlent de fraude lors des élections du 21 novembre dans le pays sud-américain.

C'était la première fois depuis 2017 que l'opposition vénézuélienne, après l'abstentionnisme et les appels au boycott, participait aux élections du pays dans le cadre des discussions avec le gouvernement de Maduro.

source : https://www.pcc.cu/noticias/cuba-felicita-victoria-de-psuv-en-megaelecciones-de-venezuela

Tag(s) : #Cuba#PSUV#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

DES FELICITATIONS SONT ADRESSEES AU VENEZUELA POUR LES RESULTATS DES ELECTIONS REGIONALES

Par Le 23/11/2021

23 Novembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-11-22 17:30:22

      

La Paz, Managua, 22 novembre (RHC) Le président bolivien Luis Arce et le dirigeant du Mouvement pour le socialisme, parti au pouvoir, Evo Morales, ont félicité aujourd’hui le peuple vénézuélien pour les résultats des élections régionales qui ont eu lieu ce dimanche dans cette nation sud-américaine.

"Nous félicitons le peuple vénézuélien et ses institutions qui, une fois de plus, ont choisi de surmonter leurs divergences politiques par la voie démocratique, aux urnes, en bannissant toute forme d’ingérence étrangère", a déclaré Arce sur son compte Twitter officiel.

Il a également salué le travail accompli par les observateurs qui ont accompagné ce processus.

Pour sa part, Morales s’est joint à cette salutation "pour le grand triomphe du chavisme qui a remporté 20 des 23 gouvernorats lors d’élections régionales".

Dans un tweet, il a souligné que "c’est la victoire de la Révolution bolivarienne du Venezuela avec son président Nicolas Maduro face au blocus criminel des États-Unis et de ses opérateurs politiques".

Ce dimanche, les Vénézuéliens se sont rendus aux urnes pour élire les 23 gouverneurs et 335 maires de la nation, ainsi que les membres des conseils législatifs régionaux et des conseils municipaux.

Un total de 8 millions 151 mille 793 électeurs ont exercé leur droit de vote, a déclaré le président du Conseil national électoral, Pedro Calzadilla.

Pour Leur part, le président du Nicaragua, Daniel Ortega, et la vice-présidente Rosario Murillo ont adressé un message de félicitations au chef de l’État vénézuélien, Nicolas Maduro, pour le succès des élections régionales et municipales de ce dimanche.

Le texte a réaffirmé l’unité dans les victoires et la fraternité entre les deux peuples et gouvernements et a salué la victoire aux élections du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) dans 20 des 23 états du pays sud-américain, à l’exception de Zulia, Nueva Esparta et Cojedes.

Dans la lettre, Ortega et Murillo reconnaissent «le formidable résultat électoral, qui témoigne de la force infinie de la société et de sa Révolution bolivarienne et qualifient ces heures ultérieures de triomphe, de joie, de dignité et de courage des fils de Simón Bolívar et Hugo Chávez».

Le texte a également confirmé la volonté de maintenir les chemins partagés dans la sauvegarde de la liberté, de la dignité et de la souveraineté et a envoyé des accolades à des membres de l’exécutif comme Diosdado Cabello, Cilia Flores, Jorge Rodriguez et Delcy Rodriguez.

Ce 21 novembre, les Vénézuéliens se sont rendus dans leurs bureaux de vote respectifs pour élire trois mille quatre-vingt postes publics, avec une participation de 41,80 % de la population convoquée, soit plus de huit millions de citoyens.

Outre les 20 gouvernorats, le PSUV a remporté la mairie de Caracas, la capitale, et-comme l’a signalé le président du Conseil national électoral, Pedro Calzadilla, la paix et la tranquillité de la consultation  a permis l’élection de 335 maires, de 253 législateurs et plus de deux mille 471 conseillers.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/277818-des-felicitations-sont-adressees-au-venezuela-pour-les-resultats-des-elections-regionales

Tag(s) : #Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE LES GRAVES VIOLATIONS DES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX A JESUS MARIA SEMPRUN (ETAT DE ZULIA)

Par Le 22/11/2021

22 Novembre 2021

Le PCV dénonce les graves violations des droits politiques et électoraux à Jesús María Semprum (Zulia)
21 novembre, 2021
Tribune populaire

Par le biais d'une communication publique adressée au Conseil national électoral, le Parti communiste du Venezuela a dénoncé une série d'irrégularités commises le jour des élections dans la municipalité de Jesús María Semprum, dans l'État de Zulia.

Le texte intégral est reproduit ci-dessous :

Caracas 21 novembre 2021.

Citoyen : Pedro Calzadilla

Président et autres membres du conseil d'administration du Conseil national électoral (Consejo Nacional Electoral)

Votre bureau.

Depuis le Parti communiste du Venezuela (PCV), nous dénonçons la grave situation de violation des droits politiques et électoraux des citoyens de la municipalité Jesús María Semprún, État de Zulia, suite à l'action violente, illégale et vandale commise par le maire Keyrineth Fernández, approuvé par les dirigeants étatiques et municipaux du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), avec la complicité ouverte et active de Ramilis Sánchez, coordinatrice municipale du CNE, ainsi que la passivité et la permissivité du personnel militaire affecté au Plan República.

Le comportement de ces citoyens et la permissivité d'autres autorités ont créé une situation très grave, créant les conditions pour générer une situation de violence qui sert à "justifier" la répression aveugle dans la municipalité et à poursuivre les personnes qui ont été nommées sur la carte PCV.

La violation de la légalité et des normes établies par le CNE a commencé aux premières heures de ce matin, dans une succession d'événements qui ont généré de la violence :

1. ils n'ont pas reconnu les pouvoirs des témoins de table accrédités par le PCV devant le CNE.

2. Puis, dans l'après-midi, ils ont concentré leurs actions dans le centre électoral Rafael Urdaneta, situé à Casigua El Cubo, la capitale municipale.

2.1 Avec la passivité du personnel de Plan República, ils ont paralysé le processus de vote à deux reprises. A chaque fois, pendant environ une heure.

2.2 Puis, vers cinq heures et demie de l'après-midi, ils ont à nouveau interrompu le processus de vote, alors que plus de huit cents (800) personnes habilitées à voter faisaient encore la queue.

2.3 Face aux plaintes des citoyens, le GNB a permis l'action répressive de la police municipale, dépendant de la mairie, qui a tiré des coups de feu et lancé des grenades lacrymogènes, dispersant les personnes qui faisaient la queue pour exercer leur droit de vote.

2.4 Ensuite, ils ont fermé illégalement et arbitrairement le centre électoral Rafael Urdaneta, qui comptait six bureaux de vote et plus de quatre mille électeurs.

3. La phase finale a été l'assaut du centre de vote Rafael Urdaneta, pour s'approprier les "chorizos" avec les résultats et l'équipement, pour les transférer à la Commission électorale municipale et, de là, sans la présence de la population, pour transmettre les "résultats électoraux".

Cette opération a été dirigée par Ramilis Sánchez, coordinateur municipal du CNE, qui a procédé avec un groupe de voyous à l'enfoncement d'une porte du centre éducatif.

Nous exigeons l'action immédiate du CNE et de Plan República pour rétablir et garantir les droits constitutionnels et légaux des habitants de Jesús María Semprún, ainsi que ceux concernant la candidature du PCV à la mairie de la municipalité de J.M. Semprún en la personne de Wuhysman González, et ceux correspondant au PCV en tant qu'organisation légale à but politique.

Nous demandons également la révocation immédiate de la fonctionnaire Ramilis Sánchez et l'ouverture d'une enquête exhaustive pour identifier les responsabilités légales correspondantes et proposer les sanctions appropriées pour ceux qui ont commis des crimes électoraux.

De plus, nous exigeons la transmission des résultats selon le protocole établi par le CNE et de manière transparente, afin de garantir la fiabilité des résultats ou, à défaut, la répétition des élections dans cette municipalité.

Oscar Figuera, Secrétaire général du Comité central du SPV.

Janohi Rosas, liaison électorale du PCV auprès du CNE.

 

source : https://prensapcv.wordpress.com/2021/11/21/comunicacion-pcv-denuncia-graves-violaciones-de-derechos-politicos-y-electorales-en-jesus-maria-semprum-zulia/

Tag(s) : #PCV#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE LES GRAVES VIOLATIONS DES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX A JESUS MARIA SEMPRUN (ETAT DE ZULIA)

Par Le 22/11/2021

22 Novembre 2021

Le PCV dénonce les graves violations des droits politiques et électoraux à Jesús María Semprum (Zulia)
21 novembre, 2021
Tribune populaire

Par le biais d'une communication publique adressée au Conseil national électoral, le Parti communiste du Venezuela a dénoncé une série d'irrégularités commises le jour des élections dans la municipalité de Jesús María Semprum, dans l'État de Zulia.

Le texte intégral est reproduit ci-dessous :

Caracas 21 novembre 2021.

Citoyen : Pedro Calzadilla

Président et autres membres du conseil d'administration du Conseil national électoral (Consejo Nacional Electoral)

Votre bureau.

Depuis le Parti communiste du Venezuela (PCV), nous dénonçons la grave situation de violation des droits politiques et électoraux des citoyens de la municipalité Jesús María Semprún, État de Zulia, suite à l'action violente, illégale et vandale commise par le maire Keyrineth Fernández, approuvé par les dirigeants étatiques et municipaux du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), avec la complicité ouverte et active de Ramilis Sánchez, coordinatrice municipale du CNE, ainsi que la passivité et la permissivité du personnel militaire affecté au Plan República.

Le comportement de ces citoyens et la permissivité d'autres autorités ont créé une situation très grave, créant les conditions pour générer une situation de violence qui sert à "justifier" la répression aveugle dans la municipalité et à poursuivre les personnes qui ont été nommées sur la carte PCV.

La violation de la légalité et des normes établies par le CNE a commencé aux premières heures de ce matin, dans une succession d'événements qui ont généré de la violence :

1. ils n'ont pas reconnu les pouvoirs des témoins de table accrédités par le PCV devant le CNE.

2. Puis, dans l'après-midi, ils ont concentré leurs actions dans le centre électoral Rafael Urdaneta, situé à Casigua El Cubo, la capitale municipale.

2.1 Avec la passivité du personnel de Plan República, ils ont paralysé le processus de vote à deux reprises. A chaque fois, pendant environ une heure.

2.2 Puis, vers cinq heures et demie de l'après-midi, ils ont à nouveau interrompu le processus de vote, alors que plus de huit cents (800) personnes habilitées à voter faisaient encore la queue.

2.3 Face aux plaintes des citoyens, le GNB a permis l'action répressive de la police municipale, dépendant de la mairie, qui a tiré des coups de feu et lancé des grenades lacrymogènes, dispersant les personnes qui faisaient la queue pour exercer leur droit de vote.

2.4 Ensuite, ils ont fermé illégalement et arbitrairement le centre électoral Rafael Urdaneta, qui comptait six bureaux de vote et plus de quatre mille électeurs.

3. La phase finale a été l'assaut du centre de vote Rafael Urdaneta, pour s'approprier les "chorizos" avec les résultats et l'équipement, pour les transférer à la Commission électorale municipale et, de là, sans la présence de la population, pour transmettre les "résultats électoraux".

Cette opération a été dirigée par Ramilis Sánchez, coordinateur municipal du CNE, qui a procédé avec un groupe de voyous à l'enfoncement d'une porte du centre éducatif.

Nous exigeons l'action immédiate du CNE et de Plan República pour rétablir et garantir les droits constitutionnels et légaux des habitants de Jesús María Semprún, ainsi que ceux concernant la candidature du PCV à la mairie de la municipalité de J.M. Semprún en la personne de Wuhysman González, et ceux correspondant au PCV en tant qu'organisation légale à but politique.

Nous demandons également la révocation immédiate de la fonctionnaire Ramilis Sánchez et l'ouverture d'une enquête exhaustive pour identifier les responsabilités légales correspondantes et proposer les sanctions appropriées pour ceux qui ont commis des crimes électoraux.

De plus, nous exigeons la transmission des résultats selon le protocole établi par le CNE et de manière transparente, afin de garantir la fiabilité des résultats ou, à défaut, la répétition des élections dans cette municipalité.

Oscar Figuera, Secrétaire général du Comité central du SPV.

Janohi Rosas, liaison électorale du PCV auprès du CNE.

 

source : https://prensapcv.wordpress.com/2021/11/21/comunicacion-pcv-denuncia-graves-violaciones-de-derechos-politicos-y-electorales-en-jesus-maria-semprum-zulia/

Tag(s) : #PCV#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PSUV REMPORTE LES ELECTIONS REGIONALES ET GAGNE 20 DES 23 GOUVERNORATS ET LA MAIRIE DE CARACAS, LA CAPITALE.

Par Le 22/11/2021

22 Novembre 2021

Le Parti socialiste uni du Venezuela a remporté les élections régionales
Caracas, 22 novembre (Prensa Latina) Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) a remporté les élections régionales après avoir gagné 20 des 23 gouvernorats et la mairie de Caracas, ont annoncé aujourd'hui des sources électorales à titre préliminaire.

21 novembre 2021
Selon le premier bulletin publié par le Conseil national électoral (CNE), avec 91,21 % des votes comptabilisés, les forces révolutionnaires ont réussi à dépasser même les prévisions initiales, tandis que l'amiral Carmen Meléndez a remporté l'une des mairies les plus importantes, même dans des secteurs traditionnellement occupés par la droite.

Le président du CNE, Pedro Calzadilla, a indiqué que l'esprit démocratique du peuple vénézuélien a une nouvelle fois prévalu le 21 novembre.

Jusqu'à présent, le taux de participation s'élève à 41,8 % (huit millions 151 793 électeurs), ce qui pourrait dépasser celui des élections législatives de l'année dernière.

La journée s'est écoulée sans événements notables qui portent atteinte à la vitalité et à la force de ce processus électoral, qui est soumis à un large schéma de 16 audits, qui sont avalisés par des techniciens et des experts des partis et des observateurs internationaux, a déclaré le plus haut représentant de l'organisme électoral.

La liesse règne dans les rangs des socialistes et des forces révolutionnaires, qui se préparent à une journée de fête, sur la place Bolivar à Caracas.

jha/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2021/11/21/partido-socialista-unido-de-venezuela-arraso-en-elecciones-regionales

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PSUV REMPORTE LES ELECTIONS REGIONALES ET GAGNE 20 DES 23 GOUVERNORATS ET LA MAIRIE DE CARACAS, LA CAPITALE.

Par Le 22/11/2021

22 Novembre 2021

Le Parti socialiste uni du Venezuela a remporté les élections régionales
Caracas, 22 novembre (Prensa Latina) Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) a remporté les élections régionales après avoir gagné 20 des 23 gouvernorats et la mairie de Caracas, ont annoncé aujourd'hui des sources électorales à titre préliminaire.

21 novembre 2021
Selon le premier bulletin publié par le Conseil national électoral (CNE), avec 91,21 % des votes comptabilisés, les forces révolutionnaires ont réussi à dépasser même les prévisions initiales, tandis que l'amiral Carmen Meléndez a remporté l'une des mairies les plus importantes, même dans des secteurs traditionnellement occupés par la droite.

Le président du CNE, Pedro Calzadilla, a indiqué que l'esprit démocratique du peuple vénézuélien a une nouvelle fois prévalu le 21 novembre.

Jusqu'à présent, le taux de participation s'élève à 41,8 % (huit millions 151 793 électeurs), ce qui pourrait dépasser celui des élections législatives de l'année dernière.

La journée s'est écoulée sans événements notables qui portent atteinte à la vitalité et à la force de ce processus électoral, qui est soumis à un large schéma de 16 audits, qui sont avalisés par des techniciens et des experts des partis et des observateurs internationaux, a déclaré le plus haut représentant de l'organisme électoral.

La liesse règne dans les rangs des socialistes et des forces révolutionnaires, qui se préparent à une journée de fête, sur la place Bolivar à Caracas.

jha/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2021/11/21/partido-socialista-unido-de-venezuela-arraso-en-elecciones-regionales

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES CONDAMNE L'INGERENCE DES ETATS-UNIS ET DE L'UNION EUROPEENNE DANS LES AFFAIRES INTERIEURES DU PAYS

Par Le 20/11/2021

20 Novembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-11-18 15:24:46

      

Caracas, 18 novembre (RHC) Le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères,  Félix Plasencia, a condamné aujourd’hui l’ingérence des Etats-Unis et de l’Union européenne (UE) dans les affaires intérieures du Venezuela, à l’approche des élections régionales et municipales du 21 novembre.

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le chef de la diplomatie vénézuélienne a déploré la position du secrétaire adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental du département d’État américain, Brian A. Nichols, qui insistait "dans la vieille stratégie d’ingérence vaincue" contre le pays sud-américain.

Plasencia a souligné que depuis Washington, ils refusent d’accepter la réalité irréfutable de l’existence du gouvernement dirigé par le président Nicolas Maduro, élu par la seule force qui a la capacité légitime de le faire, celle du peuple vénézuélien.

"Le dimanche 21 prochain, cette même force, devenue une marée d’électeurs, démontrera une fois de plus la légitimité de notre démocratie et la force de notre système politique, en élisant de manière transparente les dirigeants régionaux et locaux de tout le pays", a déclaré Plasencia.

Le ministre des Affaires étrangères a rappelé l’appel lancé à l’administration américaine de Joe Biden à maintenir un dialogue "entre égaux" avec les autorités de Caracas, comme il convient entre États souverains.

De même, le ministre des Affaires Étrangères du Venezuela a rejeté ce jeudi la prorogation des sanctions imposées par l’Union européenne à l’encontre de fonctionnaires du gouvernement bolivarien, appliquées pour la première fois en 2017.

À cet égard, Plasencia a dénoncé le fait qu’à quelques jours des élections du 21 novembre, l’UE a repris sa politique erratique et ratée à l’encontre du peuple vénézuélien en renouvelant des mesures coercitives unilatérales contraires à la légalité internationale.      

"Depuis le Venezuela, nous condamnons fermement cette nouvelle agression contre notre peuple et considérons ce renouveau insolent comme un acte d’hostilité, dont l’objectif semble être de torpiller la fête démocratique de dimanche prochain", a-t-il déclaré.

Plus de 21 millions de Vénézuéliens sont appelés aux urnes pour élire les 23 gouverneurs et 335 maires du pays, ainsi que les membres des conseils législatifs régionaux et des conseils municipaux.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/277460-le-ministre-venezuelien-des-affaires-etrangeres-condamne-lingerence-des-etats-unis-et-de-lunion-europeenne

Tag(s) : #Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE VENEZUELIEN DENONCE LA DISQUALIFICATION DE SIX AUTRES CANDIDATS PAR LE CNE

Par Le 18/11/2021

17 Novembre 2021

Le Parti communiste vénézuélien dénonce la disqualification de six autres candidats par le CNE
POLITIQUE - 17 NOVEMBRE, 2021 16:10

Le Parti communiste vénézuélien (PCV) a averti de la disqualification de six autres candidats cinq jours avant l'élection du 21 novembre.


L'organisation politique reproche au Conseil national électoral (CNE) d'avoir laissé hors course Jesús Chópite et Daniel Romero, candidats aux mairies de Padre Pedro Chien et Sifontes dans l'État de Bolívar.

Les autres candidats qui ont également été disqualifiés sont : Gabriel Rodríguez, qui se présentait au poste de maire de la municipalité de Libertador, dans l'État de Sucre ; et les candidats aux conseils municipaux de José Ángel Lamas, dans l'État d'Aragua, Marisol Marquina ; de Valencia, dans l'État de Carabobo, Hubby Rodríguez ; et de Libertador, dans l'État de Sucre, Richard Caraballo.

"Ces six nouvelles disqualifications arbitraires s'ajoutent aux huit déjà exécutées par le CNE, ce qui fait du PCV l'organisation politique ayant le plus grand nombre de disqualifications dans le processus électoral actuel et, par conséquent, la plus touchée par ces mesures de persécution politique institutionnelle", peut-on lire dans le communiqué de l'organisation politique.

"Manipulation du système
Le PCV dénonce que "ces actions ont été exécutées par une manipulation évidente du système de nomination automatisé, en utilisant des critères qui ne sont pas envisagés dans le Manuel de nomination conçu par l'organisme électoral. Tel est le cas du statut de candidature "éliminée", une classification qui n'existe pas dans l'instrument susmentionné et qui a été utilisée pour bloquer les candidatures duGallo Rojo".

Outre les disqualifications, le CNE n'a pas traité les substitutions effectuées en temps utile par le PCV dans les municipalités de Junín et Capacho Viejo, dans l'État de Táchira, et leur a au contraire attribué le statut d'"éliminés", sans aucune explication, souligne le parti.

Le CNE n'a pas non plus tenu compte des substitutions effectuées par le PCV dans les candidatures aux postes de maire des municipalités de Brión (Miranda) et Cruz Salmerón Acosta (Sucre).

source : https://efectococuyo.com/politica/pcv-inhabilitacion-seis-de-candidatos-mas-por-parte-del-cne/

Tag(s) : #PCV#Venezuela#Communiste#CNE

Dans VENEZUELA

LES ENFANTS VENEZUELIENS SERONT VACCINES CONTRE LE COVID-19 AVEC LE VACCIN CUBAIN ABDALA

Par Le 10/11/2021

9 Novembre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-11-08 18:01:43

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 8 nov. (RHC)- Le président Nicolas Maduro a annoncé une campagne de vaccination massive de la population pédiatrique vénézuélienne contre le Covid-19 avec l’immunogène cubain Abdala.

Il a précisé que pour ce faire 1 million 600 000 doses  du vaccin Abdala devraient arriver de Cuba dans les semaines à venir, s'ajoutant ainsi aux vaccins appliqués dans le pays.

Le président Maduro a indiqué que la vaccination de massive de la population pédiatrique permettra d'atteindre l'objectif fixé par l'État vénézuélien, de vacciner 90 % de la population avant la fin de l’année.

Il a souligné qu'au cours des quatre dernières semaines, le nombre d'infections n'a cessé de diminuer, «cette semaine, nous avons enregistré une moyenne de 890 nouveaux cas et de 1 162 patients guéris par jour, c'est le chiffre le plus bas depuis plus d'un an de pandémie».

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/276474-les-enfants-venezueliens-seront-vaccines-contre-le-covid-19-avec-abdala

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LES MINISTRES DES A.E VENEZUELIEN ET RUSSE CONDAMNENT L’INGERENCE DES USA AU NICARAGUA APRES LES ELECTIONS GENERALES

Par Le 10/11/2021

10 Novembre 2021

Les ministres des affaires étrangères vénézuélien et russe condamnent l'ingérence des États-Unis au Nicaragua après les élections générales
Écrit par Orlando Gallardo le 08/11/2021 . Posted in NoticiaNoticias
Le ministre du pouvoir populaire pour les affaires étrangères de la République bolivarienne du Venezuela, Felix Plasencia, et son homologue de la Fédération de Russie, Sergey Lavrov, ont condamné la violation de la souveraineté de la République du Nicaragua par le gouvernement des États-Unis, après une journée électorale réussie dont les résultats préliminaires donnent le leader sandiniste Daniel Ortega, actuel président de la nation centraméricaine, vainqueur.

Lors d'une conférence de presse tenue lundi, dans le cadre de sa visite officielle à Moscou, le ministre des affaires étrangères, M. Plasencia, a qualifié de "franchise" les actions que l'impérialisme veut imposer "non seulement en Amérique latine, mais aussi dans les pays européens, pour extirper les projets politiques et renverser les gouvernements qui ne sont pas en phase avec les décisions de Washington, qui y sont soumis ou qui en sont éloignés". Cela s'est produit en Europe, on a essayé de l'appliquer au Venezuela et c'est ce qui se passe au Nicaragua", a-t-il déclaré.

Il a reconnu le "courage et la défense énergique par le gouvernement nicaraguayen de son processus démocratique et, dans ce cas, de son système électoral et du droit du peuple nicaraguayen de voter pour les autorités qu'il souhaite".

Il a déclaré que l'attitude d'ingérence des États-Unis s'est révélée avant même le processus électoral au Nicaragua, mais malgré le boycott impérial, les élections se sont déroulées dans la paix et la tranquillité.

"Le peuple nicaraguayen s'est exprimé et a décidé de suivre la voie démocratique menée par les autorités gouvernementales (de Daniel Ortega), qui ont construit le bonheur et la tranquillité (...) Nous devons rejeter l'ingérence de Washington dans notre région et rejeter fermement cette franchise qu'ils insistent pour imposer au monde", a-t-il souligné.

Pour sa part, le diplomate russe a souligné qu'"il est inacceptable et nous condamnons fermement" la campagne déclenchée par la Maison Blanche pour ne pas reconnaître les résultats des élections nicaraguayennes, dont il a assuré qu'elles s'étaient déroulées normalement et dans le respect de la Constitution.

"Selon la Constitution du Nicaragua et d'autres constitutions de pays d'Amérique latine et d'autres régions, y compris la Constitution des États-Unis, la souveraineté nationale appartient au peuple, et seul le peuple, en l'occurrence le peuple nicaraguayen, a le droit de décider de la légitimité du processus électoral dans son propre pays", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Lavrov.

Il a rappelé que la pression contre le Nicaragua a commencé en 2018, lorsque les États-Unis ont commencé à s'ingérer dans les affaires internes de la nation d'Amérique centrale.

"Le peuple nicaraguayen s'est exprimé et a décidé de poursuivre sur la voie démocratique menée par les autorités gouvernementales (de Daniel Ortega), qui ont construit le bonheur et la tranquillité (...) Nous devons refuser l'ingérence de Washington dans notre région et rejeter avec force cette franchise qu'ils s'obstinent à imposer au monde", a-t-il souligné.

source  : http://mppre.gob.ve/2021/11/08/cancilleres-rusia-venezuela-condenan-injerencia-eeuu-nicaragua-elecciones-generales/

Tag(s) : #Venezuela#Russie#nicaragua#Elections

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE L’EXCLUSION DE 4 AUTRES CANDIDATS AUX ELECTIONS DU 21 NOVEMBRE. DU JAMAIS VU DU TEMPS D’HUGO CHAVEZ.

Par Le 04/11/2021

Parti communiste du Venezuela : Déclaration sur les cas d'extradition d'Alex Saab, Claudia Diaz et Hugo Carvajal

 

ovembre

4 Novembre 2021

Le Parti Communiste du Venezuela (PCV) dénonce la disqualification de 4 autres candidats aux élections du 21-Novembre
Par : Press PCV

Mardi, 02/11/2021 08:03 PM


Janohi Rosas, responsable électoral du PCV devant le CNE.
Crédit : Press PCV
02-11-2021. Le Parti communiste du Venezuela (PCV) a dénoncé aujourd'hui la disqualification par le Conseil national électoral (CNE) de quatre autres de ses candidats et de l'Alternative populaire révolutionnaire (APR) pour les élections régionales prévues le 21 novembre.

C'est ce qu'a annoncé la responsable électorale du PCV au CNE, Janohi Rosas, qui a précisé qu'une communication sera officiellement présentée dans les prochaines heures à l'organe directeur.

Selon le PCV, cette mesure est "une nouvelle manœuvre institutionnelle visant à frapper la proposition électorale du Parti communiste du Venezuela (PCV) et de l'Alternative populaire révolutionnaire (APR)".

me. Rosas a indiqué que "quatre candidatures, qui avaient été initialement admises, sont soudainement apparues sous le statut "Rejeté ce week-end".

Il s'agit des candidatures de Guillermo Bernaez pour la mairie de Cajigal (Anzoátegui) ; José Noguera pour la mairie de Guanta (Anzoátegui) ; Carmen Saravia pour la mairie de Brión (Miranda) et Wilfredo Rivero pour la mairie de Cruz Salmerón Acosta (Sucre).

"Le PCV a respecté en temps voulu les phases du calendrier électoral. Chacune de ces candidatures a été dûment enregistrée et acceptée par le système automatisé des nominations", a expliqué la dirigeante, qui est également candidate au conseil municipal de Caracas.

Ce cas s'ajoute à la disqualification politique inhabituelle du populaire Eduardo Samán, proposé par l'APR comme candidat à la mairie de Caracas ; de Nerio Galbán qui était présenté comme candidat au poste de gouverneur de La Guaira et de Miguel Vásquez, candidat à la mairie de Macanao à Nueva Esparta.

"Dans aucun de ces cas, il n'y a eu d'explication institutionnelle qui clarifie la raison des disqualifications. Le CNE s'est limité à informer qu'il s'agit de demandes du Contrôleur général de la République, qui pour sa part maintient un silence répréhensible sur cette situation inacceptable", a ajouté Rosas.

Le PCV a été la cible d'accusations et de discriminations de la part du gouvernement du président Nicolás Maduro, après que le parti a adopté une position critique à l'égard de l'avancée des mesures économiques qui, selon lui, sont néolibérales et éloignées de l'esprit révolutionnaire initié par Hugo Chávez.

 

source : https://www-aporrea-org.cdn.ampproject.org/c/s/www.aporrea.org/amp/actualidad/n369002.html

Tag(s) : #PCV#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET L'ALBA PRECONISENT LE RENFORCEMENT DU TOURISME REGIONAL

Par Le 31/10/2021

30 Octobre 2021

Le Venezuela et l'ALBA préconisent le renforcement du tourisme régional

Caracas, 29 octobre (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien et l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Accord commercial entre les peuples (ALBA) préconisent le renforcement du tourisme dans les pays membres, selon un communiqué publié aujourd'hui par le ministère des affaires étrangères.

29 octobre 2021
18:12 ( UTC -04:00 )
Le vice-ministre des affaires multilatérales du ministère des affaires étrangères, Rubén Darío Molina, et le secrétaire exécutif de l'organisme régional, Sacha Llorenti, ont évalué la possibilité de renforcer l'industrie dite " sans fumée ", dans le cadre de la stratégie de redressement post-pandémie, selon le texte.

Dans la Casa Amarilla (siège du ministère des Affaires étrangères) de Caracas, les deux autorités ont discuté de la réalisation de l'agenda de cette année, ont évalué la question du tourisme et la possibilité de promouvoir les destinations touristiques à destinations multiples des nations alliées.

Récemment, le 25 octobre, l'organisme d'intégration a tenu la réunion académique Impact des mesures coercitives unilatérales sur la mise en œuvre de l'Accord de Paris et sur le droit au développement durable, au cours de laquelle a été analysé le rôle de cette plateforme dans les négociations sur le changement climatique.

En outre, l'impact des sanctions impériales sur la réalisation des objectifs visant à la préservation de la planète a été exposé, selon le communiqué de presse.

Lors de sa première participation à une réunion du bloc le 30 août, le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Félix Plasencia, a évoqué la nécessité de renforcer le potentiel touristique des pays de l'Alliance, tout en ratifiant l'engagement de son pays à renforcer l'identité culturelle dans la région.

oda/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2021/10/29/venezuela-y-alba-abogan-por-fortalecer-turismo-regional

Tag(s) : #Venezuela#ALBA

Dans VENEZUELA

LES MINISTRES DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA RUSSIE ET DU VENEZUELA SE REUNIRONT A MOSCOU

Par Le 29/10/2021

29 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-28 17:05:17

 

 

 

Moscou, 28 octobre (RHC) Le ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov, rencontrera le 8 novembre à Moscou son homologue vénézuélien, Félix Plasencia, a annoncé aujourd’hui la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

La porte-parole a déclaré à la presse qu’il s’agissait de la première visite officielle de Plasencia depuis sa nomination et a elle indiqué que les deux responsables discuteraient d’un large éventail de questions à l’ordre du jour bilatéral, y compris la lutte contre le Covid-19.

Ce mois-ci, les gouvernements de la Russie et du Venezuela ont lancé une offensive commerciale importante et encouragé la coopération conjointe, conscients des vastes possibilités qui s’ouvrent à eux et de leur faible utilisation.

Les 14 et 15 octobre, la quinzième Commission intergouvernementale de haut niveau s’est tenue dans cette capitale, deux journées d’intenses négociations au cours desquelles des représentants des deux parties se sont engagés à élargir les alliances économiques.

Les neuf mémorandums d’entente signés dans les domaines du développement énergétique, de l’information et de la communication, du tourisme et du sport ont été les résultats concrets des réunions.

La délégation vénézuélienne était dirigée par le ministre de l’Industrie et de la Production Nationale, Jorge Arreaza,et celle de la Russie par le vice-premier ministre Yuri Borisov, qui a souligné que le pays sud-américain constitue un partenaire stratégique et de confiance en Amérique latine.

Borisov a réitéré son rejet des mesures coercitives unilatérales de l’Occident contre le Venezuela, qui freinent son progrès social et économique.

En ce sens, il a signifié l’importance de la loi antiblocus approuvée par le Venezuela, qui permet de protéger les entrepreneurs étrangers et leurs investissements.

Pour sa part, Arreaza a rappelé que la coopération intégrale avec la Russie se consolide de manière ininterrompue depuis 2002.

Il a souligné que pendant ces années d’attaques et de mesures restrictives des États-Unis et de leurs alliés contre son pays, Moscou a non seulement élevé la voix pour dénoncer et rejeter les agressions, mais a également renforcé la collaboration avec Caracas.

Il a souligné qu’il existe entre le Venezuela et la Russie des accords de coopération qui couvrent les domaines de l’énergie, de l’industrie, des transports, du technico-militaire, de l’agriculture, de la santé, de l’éducation, des finances et du commerce.

Le 13 octobre, toujours dans cette capitale, le vice-ministre vénézuélien de l’Économie et des Finances, Héctor Silva, a évoqué les différentes initiatives mises en œuvre par le pays pour faire progresser le commerce et les investissements lors de la deuxième Rencontre d’entreprises Russie-Venezuela.

Des représentants de sociétés privées et d’institutions gouvernementales des deux pays ont participé à la réunion, désireuses de se connecter et de faire des affaires, malgré les barrières linguistiques et la distance.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/275364-les-ministres-des-affaires-etrangeres-de-la-russie-et-du-venezuela-se-reuniront-a-moscou

Tag(s) : #Venezuela#Russie

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REAFFIRME SON ATTACHEMENT A LA CHARTE DE L'ONU

Par Le 28/10/2021

28 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-27 13:07:07

      

Caracas, 27 octobre (RHC) Le Venezuela a réaffirmé aujourd’hui son engagement en faveur de la défense de la Charte des Nations Unies (ONU), de ses principes de base, de l’Agenda 2030 et des objectifs de développement durable.

Dans le cadre du 76e anniversaire de la création de l’ONU, le vice-ministre chargé des questions multilatérales, Ruben Dario Molina, a réaffirmé que son pays travaillera toujours aux côtés de cette organisation internationale pour n‘abandonner personne à son sort.

Ruben Dario Molina a rappelé que le Venezuela est signataire de la Charte et membre fondateur de l’organisation en 1945 et a souligné la valeur du document en tant que guide universel pour préserver, promouvoir la paix et la sécurité internationales, l’état de droit, le développement économique, le progrès social, ainsi que tous les droits de l’homme.

Il a également réaffirmé l’attachement du Président, Nicolas Maduro, au multilatéralisme inclusif, seul moyen constructif de résoudre les grands problèmes de l’humanité.

Il a souligné que malgré la guerre multiforme et les mesures coercitives unilatérales imposées par les États-Unis, cette nation sud-américaine a réussi à surmonter l’exclusion sociale, la discrimination, l’inégalité et la profonde inégalité en près de 23 ans de révolution bolivarienne.

Le Venezuela, a-t-il déclaré, contribue sur la scène internationale à la construction d’une nouvelle géopolitique mondiale, fondée sur la coopération, la solidarité, le multilatéralisme inclusif et le respect du droit international.

Le vice-ministre a souligné que l’ONU dispose de suffisamment d’outils pour surmonter la crise humaine sans précédent engendrée par la pandémie de la Covid-19. 

Il a appelé à 'une plus grande coopération et à moins de domination par des hégémonies impérialistes, à plus de consensus et à zéro unilatéralisme, à plus de concertation et à zéro intolérance idéologique. La diversité est la richesse fondamentale de l’ONU'.

L’ONU est née officiellement le 24 octobre 1945, quatre mois après que les représentants de 50 pays se sont réunis à San Francisco, aux États-Unis, et ont convenu de rédiger et de signer la charte fondatrice de l’organisation, qui serait chargée du maintien de la paix et de la sécurité internationales après la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/275208-le-venezuela-reaffirme-son-attachement-a-la-charte-de-lonu

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA VA COMMENCER A PRODUIRE LE VACCIN CUBAIN ABDALAH EN 2022

Par Le 25/10/2021

24 Octobre 2021

Le Venezuela va commencer à produire le vaccin Abdala en 2022
Écrit par Enio Melean le 21/10/2021 . Publié dans FeaturedSpotlight NewsNewsNews
Avec une usine publique socialiste pour la production de vaccins équipée de haute technologie, le Venezuela commencera la production du vaccin biologique Abdala sur le territoire national, sous la coordination d'institutions scientifiques cubaines et vénézuéliennes.

"La production commencera dans une usine socialiste, qui est en train de préparer ses conditions scientifiques et technologiques pour commencer la production de vaccins", a déclaré le président Nicolás Maduro, s'adressant aux médias après avoir rencontré la Commission intergouvernementale de l'Accord global de coopération Venezuela-Cuba, depuis le palais de Miraflores à Caracas.

À cet égard, il a déclaré que la projection des vaccins à produire au Venezuela par mois est en phase de planification.

"La matière première, les intrants fondamentaux et l'emballage sont en phase d'étude et de révision, et le peuple vénézuélien sera informé en détail au moment opportun", a-t-il déclaré.

Il a également décrit Cuba comme "une puissance sanitaire qui, bien qu'attaquée et agressée par l'empire américain, possède la lumière de la science fondée par Fidel Castro et est capable de produire des vaccins pour les peuples du monde". Une chose merveilleuse", a-t-il conclu.

Presse présidentielle

source : http://mppre.gob.ve/2021/10/21/venezuela-iniciara-produccion-vacuna-abdala-2022/

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

 

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO ACCUSE BLINKEN DE PLANIFIER EN COLOMBIE UNE NOUVELLE STRATEGIE D’AGRESSION CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 24/10/2021

24 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-22 17:07:40

      

Caracas, 22 octobre (RHC) Caracas a accusé le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, de chercher à "planifier" des attaques contre le Venezuela et de promouvoir une "stratégie d’agression", lors de son voyage en Colombie

Le Ministère vénézuélien des Affaires Étrangères a dénoncé dans un communiqué que la récente visite de Blinken en Colombie s’inscrit dans le cadre d’une "stratégie d’agression soutenue" contre le peuple vénézuélien.

"Il est irrespectueux pour le peuple colombien frère d’utiliser son territoire pour agresser le Venezuela alors que ce pays traverse l’une des pires convulsions sociales de son histoire à cause de la mauvaise gouvernance d’Ivan Duque qui, opportunément, cache son échec derrière le soutien inconditionnel qu’il reçoit des États-Unis", déclare le communiqué.

Le ministère vénézuélien des Affaires Étrangères a souligné l’augmentation de la production de cocaïne en Colombie, pays que les États-Unis considèrent comme leur allié stratégique dans la lutte contre le trafic de drogue.

Il a souligné que Blinken doit expliquer au peuple américain pourquoi un gouvernement qui a permis l’augmentation de l’activité paramilitaire et criminelle bénéficie du soutien des États-Unis.

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a déclaré jeudi même que la réunion entre Duque et Blinken était "très tendue" et que le représentant des États-Unis s’était rendu dans "un pays qui est champion du monde de la production de cocaïne et de l’exportation de cocaïne vers les États-Unis".

Le chef d’état vénézuélien a évoqué la violation massive des droits de l’homme lors des dernières manifestations en Colombie.

La vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez, a dénoncé le même jour que le secrétaire d’État est en Colombie "planifiant des agressions contre le Venezuela, il devra rendre compte au peuple des États-Unis pourquoi il fait l’apologie et promeut un gouvernement qui massacre" a ajouté dans des déclarations faites à l’issue d’une réunion avec le vice-premier ministre cubain, Ricardo Cabrisas.

Blinken est en Colombie depuis mercredi et a tenu plusieurs réunions avec de hauts responsables du gouvernement, dont le président Ivan Duque. Lors de cette rencontre, Duque a déclaré qu’il n’était pas prêt à normaliser les liens avec le Venezuela.

Source Prensa Latina            

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/274698-caracas-accuse-blinken-de-planifier-en-colombie-une-nouvelle-strategie-dagression-contre-le-venezuela 

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DEMANDE A L’ONU D’ENQUETER SUR LES CRIMES DE HAINE EN COLOMBIE

Par Le 21/10/2021

L

20 Octobre 2021

Le Venezuela demande à l'ONU d'enquêter sur les crimes de haine en Colombie
 
 La vice-présidente Delcy Rodríguez Caracas, 20 octobre (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien a demandé aujourd'hui à la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, d'intervenir dans une enquête sur les crimes haineux et les persécutions dont sont victimes les migrants de ce pays en Colombie.

Dans ses déclarations aux médias, la vice-présidente Delcy Rodríguez a lu une lettre envoyée à la Haute Commissaire des Nations Unies afin de lui demander de participer activement à une vaste enquête sur la privation systématique et intentionnelle des droits fondamentaux des Vénézuéliens en territoire colombien.

La vice-présidente a souligné que de telles violations des droits de l'homme constituent des crimes potentiels contre l'humanité. C'est pourquoi elle a exhorté Mme Bachelet à entreprendre les enquêtes qui permettront de mettre fin aux crimes de haine contre les migrants vénézuéliens en Colombie.

M. Rodríguez a rappelé que l'exemple le plus récent d'épisodes de violence et de xénophobie contre la population vénézuélienne dans le pays voisin s'est produit le vendredi 8 octobre 2021 dans la ville de Tibú, département de Norte de Santander, où deux jeunes hommes ont été tués.

La dignitaire a également cité des chiffres de l'Institut national de médecine légale et des sciences médico-légales de Colombie, selon lesquels, entre 2017 et 2020, plus de deux mille personnes originaires du Venezuela sont décédées de mort violente dans la nation néo-granadienne.

Compte tenu de ce scénario, la vice-présidente Delcy Rodríguez a exhorté le bureau du Haut-Commissaire des Nations unies à exiger que l'État colombien remplisse ses obligations en matière de protection des droits de l'homme des migrants sur son territoire, indépendamment de leur nationalité ou de leur statut migratoire.

mem/wup

 

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=483255&SEO=venezuela-solicita-a-onu-investigar-crimenes-de-odio-en-colombia

Tag(s) : #Venezuela#colombie

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO CONDAMNE L’ENLEVEMENT D’UN DIPLOMATE VENEZUELIEN PAR LES ETATS-UNIS

Par Le 19/10/2021

19 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-18 19:12:00

      

Caracas, 18 octobre (RHC) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a condamné l’enlèvement par les États-Unis du diplomate Alex Saab.

"L’empire américain, violant tout le droit international, se sont emparés d’un diplomate vénézuélien, c’est le deuxième enlèvement contre lui, le premier a eu lieu le 12 juin 2020 au Cap-Vert", a déclaré le président.

Maduro a souligné que la détention de Saab a eu lieu malgré la certification qu’il a en tant qu’envoyé spécial du Venezuela en Afrique, "il est officiellement accrédité aux normes de la Convention de Vienne, de Genève et des Nations Unies", a-t-il ajouté.

"Alex Saab était envoyé spécial pour acheter de la nourriture et de l’essence pour le Venezuela, au moment où la persécution contre le Venezuela s’est brutalement intensifiée (...) Les aliments pour le peuple vénézuélien ont été apportés par Alex Saab, l’essence a été apportée par Alex Saab, les médicaments qui sont arrivés pour les diabétiques, les traitements contre le cancer, ont été apportés par Alex Saab de plusieurs pays du monde", a expliqué le chef de l’Etat.

Le président a souligné qu’après l’enlèvement de Saab, il y a d’autres facteurs comme le gouvernement colombien et des secteurs extrémistes de l’opposition vénézuélienne, "Saab a été persécuté par la narco-oligarchie colombienne en complicité avec l’empire américain", a-t-il expliqué.

"Ils l’ont emmené dans une prison insalubre et l’ont mis dans l’obscurité, dans un trou plein d’excréments, de rats, comme le pire film d’horreur. Des agents du gouvernement américain l’on torturé pendant des jours, roué de coups, cassé trois dents, électrifié pendant plusieurs jours", a dénoncé le président Maduro.

En plus de vouloir étouffer illégalement l’économie vénézuélienne par l’enlèvement du diplomate, le président a affirmé que l’on voulait le contraindre à donner de faux témoignages pour stigmatiser le processus bolivarien.  

"Ils voulaient le forcer à mentir et en faire un monstre pour le transformer en un faux accusateur contre le Venezuela, ce qu’Alex Saab n’a jamais accepté", a déclaré le président Maduro.

Faisant référence à la détention illégale de Saab, le chef de l’État a indiqué que, bien qu’ayant obtenu la résidence surveillée au Cap-Vert, le diplomate avait été victime d’une violation des garanties d’une procédure régulière, "avec l’intimidation de 100 hommes armés, ils n’ont pas permis à sa femme ni à ses filles de se rendre dans ce pays pour lui rendre visite. Une des injustices les plus vulgaires au monde", a-t-il ajouté.

"Hier, on a vu le deuxième enlèvement, ils sont passés au-dessus de tout, l’ont battu et l’ont emmené sans prévenir les avocats ou les proches. Le Venezuela se déplace à Genève, aux Nations Unies, nous avançons à tous les niveaux", a déclaré le président Maduro.

Le président Nicolás Maduro a dénoncé  son homologue colombien, Iván Duque, pour l’incitation à la xénophobie à l’égard des migrants vénézuéliens, qui non seulement ont été stigmatisés, mais ont également été victimes de meurtres et de disparitions forcées.

"Deux Vénézuéliens sont assassinés chaque jour en Colombie, il y a une campagne de haine, Iván Duque fait chaque jour des déclarations contre le Venezuela, sur 10 nouvelles, neuf sont pour promouvoir la haine contre le Venezuela", a accusé le chef d’état.

Nicolás Maduro a réaffirmé que le Gouvernement colombien s’appuie à la fois politiquement et économiquement sur la production de cocaïne, "c’est un Etat en faillite où règnent le narco-para-militarisme et la narco-économie", a-t-il ajouté.

(Telesur)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/274202-maduro-condamne-lenlevement-dun-diplomate-venezuelien-par-les-etats-unis

Tag(s) : #Venezuela#Maduro#Saab

Dans VENEZUELA

LE GOUVERNEMENT VENEZUELIEN SUSPEND SA PARTICIPATION AU DIALOGUE AVEC L’OPPOSITION DONT LE PUTSCHISTE GUAIDO

Par Le 17/10/2021

17 Octobre 2021

Le gouvernement vénézuélien suspend sa participation au dialogue avec l'opposition
 
Caracas, 16 octobre (Prensa Latina) La délégation du gouvernement vénézuélien aux pourparlers avec la Plate-forme unitaire de l'opposition a annoncé aujourd'hui sa décision de suspendre sa participation au prochain cycle de négociations, qui se tiendra au Mexique.

Le président de l'Assemblée nationale (Parlement) et représentant plénipotentiaire de l'exécutif bolivarien dans le processus, Jorge Rodríguez, a déclaré dans un communiqué que cette mesure répond à l'extradition du diplomate vénézuélien Alex Saab vers les États-Unis, après 491 jours de détention au Cap-Vert.

Saab a été détenu à la mi-2020 de manière illégale et sans mandat d'arrêt en raison de pressions politiques de Washington, alors qu'il était en mission diplomatique pour apporter de la nourriture au peuple vénézuélien, a rappelé M. Rodríguez dans des déclarations du siège législatif.

Il a également condamné la complicité des autorités cap-verdiennes avec la politique d'agression du gouvernement américain contre le Venezuela, dans une position contraire à la décision du 15 mars 2021 du tribunal de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, qui a ordonné la libération de Saab.

Le Cap-Vert a également ignoré l'instruction du 8 juin 2021 du Comité des droits de l'homme des Nations unies de suspendre l'extradition vers le territoire américain.

Alex Saab a été soumis à la torture et, à plusieurs reprises, sa famille et ses avocats se sont vu refuser l'accès à son état de santé", a dénoncé Jorge Rodríguez.

Il a ajouté que cette action illégale, qui viole le droit international, constitue un nouvel acte d'agression des États-Unis contre le Venezuela, étant donné qu'Alex Saab a été incorporé par le gouvernement bolivarien en tant que membre à part entière du processus de dialogue avec l'opposition.

Le président du Parlement vénézuélien a exigé que l'administration de Joe Biden libère immédiatement Alex Saab, et a souligné que le Venezuela défendrait ses droits avec toutes les ressources juridiques et diplomatiques disponibles, et devant toutes les instances multilatérales.

Les négociations entre le gouvernement vénézuélien et la Plate-forme unitaire de l'opposition devaient reprendre le dimanche 17 octobre au Mexique, où les parties ont tenu trois séries de pourparlers, qui ont débuté le 13 août par la signature d'un protocole d'accord.

mem/wup/cvl

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=482419&SEO=gobierno-de-venezuela-suspende-participacion-en-dialogo-con-oposicion

Tag(s) : #Venezuela#Saab

Dans VENEZUELA

« QUAND LES ÉTATS-UNIS S’ARROGENT LE DROIT DE DÉCIDER QUELS PAYS PEUVENT MANGER »

Par Le 17/10/2021

 

« QUAND LES ÉTATS-UNIS S’ARROGENT LE DROIT DE DÉCIDER QUELS PAYS PEUVENT MANGER » PAR CAITLIN JOHNSTONE

Publié par Venezuela infos dans déstabilisation et violences de la droiteDroit internationalEtats-UnisGuerre économiqueimpérialismeMédiamensonges / désinformation / propagande17 octobre 2021

Les agences de presse AP et AFP, démultiplicateurs de propagande à l’échelle mondiale, ont toutes deux informé leurs lecteurs qu’un « fugitif » a été extradé vers les États-Unis.

« Un homme d’affaires fugitif proche de Maduro, le président vénézuélien, est extradé vers les États-Unis », titre l’AFP.

« Alex Saab, un fugitif proche du gouvernement socialiste du Venezuela, a été mis dans un avion à destination des États-Unis pour faire face à des accusations de blanchiment d’argent », a annoncé AP sur Twitter.

On peut se demander ce qui fait de cet homme un « fugitif » et ce que ce statut a à voir avec son extradition vers un gouvernement étranger dont les lois ne devraient avoir aucune incidence sur sa vie. Il se trouve qu’Alex Saab, citoyen vénézuélien d’origine colombienne, est un « fugitif » de l’autorité autoproclamée du gouvernement américain, qui décide quelles populations de notre planète sont autorisées à avoir un accès facile à la nourriture. Son crime est de travailler à contourner les sanctions américaines écrasantes qui ont fait mourir les civils vénézuéliens par dizaines de milliers.

Saab est en cours d’extradition depuis la nation africaine de Cabo Verde où il était emprisonné depuis l’année dernière sous la pression du gouvernement américain. Dans un article publié en mai dernier et intitulé « Alex Saab v. The Empire : How the US Is Using Lawfare To Punish a Venezuelan Diplomat« , Roger D Harris explique comment les États-Unis utilisent leur domination du système financier international pour écraser les nations qui leur désobéissent et expose les véritables raisons de l’emprisonnement de Saab, qui inclut la torture et des conditions de vie draconiennes. Harris écrit :

Alex Saab, envoyé spécial et ambassadeur auprès de l’Union africaine pour le Venezuela, effectuait une mission humanitaire en volant de Caracas vers l’Iran afin de se procurer de la nourriture et de l’essence pour le programme vénézuélien d’aide alimentaire CLAP. Saab a été arrêté lors d’une escale de ravitaillement dans la nation africaine de Cap-Vert et est détenu depuis le 12 juin 2020.

Le « crime » de Saab – selon le gouvernement américain, qui a ordonné l’emprisonnement – était le blanchiment d’argent. En d’autres termes, Saab a mené un commerce international parfaitement légal. Pourtant, le fait qu’il ait contourné les sanctions américaines – qui visent à empêcher l’aide aux Vénézuéliens – est considéré par Washington comme du blanchiment d’argent.

Après une enquête de deux ans sur les transactions de Saab avec les banques suisses, le gouvernement suisse a conclu le 25 mars qu’il n’y avait pas de blanchiment d’argent. Saab est poursuivi en justice parce qu’il sert les intérêts de son pays plutôt que ceux des États-Unis.

Les agences de presse comme AP et AFP savent très bien que Saab est extradé non pas pour avoir enfreint une quelconque loi, mais pour avoir osé transgresser les sanctions unilatérales de Washington. Comme l’écrivait Joe Emersberger de FAIR en juillet dernier :

Reuters (15/3/2118/3/21) a rapporté avec désinvolture que Saab « risque d’être extradé vers les États-Unis, qui l’accusent de violer les sanctions américaines » et qu’il a été « désigné à plusieurs reprises par le Département d’État américain comme un opérateur qui aide Maduro à conclure des accords commerciaux que Washington cherche à bloquer par des sanctions ». Un article de Reuters (28/2/20) sur l’affaire Saab en 2020 mentionne au passage que « les États-Unis ont saisi ce mois-ci quatre cargaisons de carburant iranien à destination du Venezuela, où les pénuries de carburant s’aggravent à nouveau. »

Les critiques de l’empire américain ont eu des mots durs pour cette extradition.

« Biden, reprenant le bâton de Trump, a enlevé le diplomate vénézuélien Alex Saab pour le crime d’avoir essayé de nourrir les Vénézuéliens au mépris des sanctions américaines destinées à empêcher cela », a tweeté le journaliste Aaron Maté. « Les Vénézuéliens n’ont pas le droit de manger tant que la mafia de Washington a désigné leur gouvernement pour un changement de régime. »

Oui, en effet. Le gouvernement américain s’est attribué l’autorité de décider unilatéralement quelles populations du monde ont le droit de manger et lesquelles ne l’ont pas, et d’emprisonner toute personne qui tente de faciliter l’alimentation non autorisée dans une nation sanctionnée par les États-Unis.

« L’extradition du diplomate vénézuélien Alex Saab est un signal clair que l’administration Biden n’a pas rompu avec l’assaut total de Trump contre le droit international », a tweeté la journaliste Anya Parampil. « C’est aussi un signe inquiétant pour le cas de Julian Assange – un autre citoyen étranger que les États-Unis ont essentiellement kidnappé et retenu en otage. »

C’est vrai. Il semblerait que la principale différence entre le cas d’Assange et celui de Saab soit que l’empire américain s’efforce d’extrader Assange parce qu’il a transgressé son autorité autoproclamée sur l’accès du monde à l’information, alors que Saab a transgressé son autorité autoproclamée sur l’accès du monde à la nourriture.

« L’État voyou américain vient de bafouer toutes les lois internationales, après avoir emprisonné et maintenant extradé le DIPLOMAT vénézuélien Alex Saab. L’immunité diplomatique est morte ; l’empire américain l’a tuée. Désormais, tous les diplomates étrangers peuvent être kidnappés et emprisonnés, si Washington le souhaite », a tweeté le journaliste Ben Norton, ajoutant : « Les accusations américaines de ’blanchiment d’argent’ sont absurdes et politiquement motivées. Les États-Unis prétendent que toute personne qui viole leurs sanctions ILLÉGALES est un ’criminel’. »

En effet, le « blanchiment d’argent » est une accusation vague qui, en gros, signifie simplement essayer de dissimuler la source ou la destination de l’argent considéré comme ayant été obtenu illégalement, et puisque le gouvernement américain se considère comme l’arbitre des transactions financières légales dans les nations qu’il sanctionne, il peut appliquer cette affirmation à toute personne qui tente de contourner financièrement les sanctions américaines.

Le gouvernement américain ne nie pas que ses sanctions nuisent aux Vénézuéliens en s’attaquant à l’économie dont ils dépendent pour se nourrir, en fait il a ouvertement admis que « les sanctions, en particulier sur la compagnie pétrolière d’État en 2019, ont probablement contribué au déclin plus rapide de l’économie vénézuélienne. »

Le gouvernement américain ne nie pas non plus que les sanctions de famine qu’il a infligées à l’Iran visent sa population civile, le secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo, ayant ouvertement admis en 2019 que la guerre économique menée par Washington contre cette nation visait à faire pression sur les civils iraniens pour qu’ils « changent de gouvernement », c’est-à-dire les rendre si misérables qu’ils mènent un soulèvement national pour renverser Téhéran. https://www.youtube.com/embed/Uiz934HVZjY

Le gouvernement américain ne nie pas non plus que les sanctions de famine qu’il a infligées à la Syrie sont conçues pour nuire à sa population civile, l’actuel secrétaire d’État Tony Blinken ayant réaffirmé mercredi dernier que la politique de l’administration Biden consiste à « s’opposer à la reconstruction de la Syrie » tant qu’Assad reste au pouvoir. En d’autres termes, les États-Unis n’accorderont pas à la Syrie les fonds nécessaires pour l’aider à se reconstruire après la guerre dévastatrice de changement de régime que les États-Unis et leurs alliés ont menée contre elle, alors même que les Nations unies signalent que 60 % de la population du pays est proche de la famine.

Et bien sûr, il y a l’horrible blocus du Yémen par l’alliance de puissance américaine, qui tue des centaines de milliers de personnes par la famine et la maladie, l’ONU signalant que 16 millions de personnes supplémentaires  » se dirigent vers la famine « .

La famine est le seul type de guerre où, en raison du recadrage continuel de la propagande des médias de masse, il est considéré comme parfaitement normal et acceptable de cibler délibérément une population civile avec une force létale.

L’empire américain est tout à fait ouvert sur le fait qu’il se considère comme le gardien de l’approvisionnement alimentaire mondial. Si une population désobéit à l’empire, elle mourra de faim, et quiconque tentera de lui procurer de la nourriture sera arrêté par des mandataires américains et extradé vers une cellule de prison américaine.

C’est la vision qu’ont les impérialistes du paradis sur terre. Un monde où la mainmise de l’Amérique sur les systèmes financiers mondiaux lui permet d’étouffer des populations entières si leurs gouvernements désobéissent aux décrets impériaux, sans même tirer un coup de feu. Un monde où les cauchemars en matière de relations publiques de civils bombardés et de nations détruites font partie du passé, où les nations désobéissantes peuvent simplement être écrasées à mort par des tactiques modernes de guerre de siège tandis que les sociétés de propagande impériales comme AP et AFP rejettent la responsabilité de leur famine sur les dirigeants de leur nation.

C’est ça le pouvoir ultime. C’est le contrôle total. Faire en sorte que le monde se plie à la volonté du dollar tout-puissant et de la force militaire massive avec laquelle il est inextricablement lié, à tel point que la désobéissance devient impossible. C’est pour cela que l’on se bat dans la guerre au ralenti du tiers monde que l’empire mène contre des gouvernements non asservis comme le Venezuela, la Syrie, l’Iran, la Russie et la Chine. Et c’est pourquoi ces gouvernements non asservis sont en train de se détourner rapidement du dollar en réponse.

Il va sans dire qu’une structure de pouvoir qui affame ouvertement des civils pour assurer sa domination mondiale n’est pas le genre de structure de pouvoir que l’humanité devrait vouloir voir dominer le monde. La volonté de faire des choses aussi monstrueuses révèle une corruption et un manque de sagesse qui ne devraient pas être autorisés à déterminer l’avenir du monde.

Caitlin Johnstone

Traduction « l’antiaméricanisme n’est jamais primaire, il est réfléchi, raisonné et justifié » par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles »» https://caitlinjohnstone.substack.com/p/the-us-has-placed-itself-in-charge URL de cet article 37463

Source pour la traduction française :
https://www.legrandsoir.info/les-etats-unis-s-arrogent-le-droit-de-decider-quels-pays-peuvent-manger.html

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : L'ONU VA ENVOYER UN GROUPE D'EXPERTS ELECTORAUX

Par Le 16/10/2021

15 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-15 10:44:39

 

New York , 15 octobre (RHC) À la suite d’une demande du Conseil électoral du Venezuela, l’ONU va déployer dans ce pays «un groupe d’experts électoraux des Nations Unies pour les élections régionales et municipales de novembre», a annoncé jeudi l’Organisation.

Cette équipe, formée de trois experts, suivra au Venezuela «le processus électoral et fournira au secrétaire général (de l’ONU, Antonio Guterres) un rapport interne indépendant sur le déroulement général des élections», a précisé un communiqué des Nations Unies. «Un groupe d’experts électoraux est l’un des divers types d’assistance électorale que les Nations Unies peuvent fournir aux États membres à leur demande», rappelle le communiqué.

«Contrairement aux missions d’observation électorale de l’ONU, qui nécessitent un mandat spécifique du Conseil de sécurité ou de l’Assemblée générale, les groupes d’experts électoraux ne publient pas de déclarations publiques d’évaluation sur la conduite globale du processus électoral ou ses résultats», indique le communiqué.

Le 21 novembre, le pays doit élire à la fois de nouveaux gouverneurs et des nouveaux conseils municipaux. L’Union européenne avait annoncé fin septembre qu’elle avait trouvé un accord avec Caracas pour observer ces élections auxquelles devrait participer l’opposition, après son boycott de la présidentielle de 2018 et les législatives de 2020.

Le scrutin présidentiel avait été remporté par le pouvoir avec une victoire écrasante. Le gouvernement chaviste du président Nicolás Maduro est engagé depuis août dans un dialogue avec l’opposition dirigée par Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays dont les États-Unis.

 

Source France 24

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/273902-lonu-va-envoyer-au-venezuela-un-groupe-dexperts-electoraux

Tag(s) : #Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA EXIGE UNE RECTIFICATION DE LA PART DE L’ESPAGNE POUR LE MASSACRE INDIGENE

Par Le 14/10/2021

14 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-12 15:44:58

      

Caracas, 12 octobre (RHC) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a exhorté aujourd’hui le gouvernement espagnol à rectifier et à demander pardon pour le massacre de millions d’habitants des peuples originaires d’Amérique pendant la colonisation.

À l’occasion de la Journée de la résistance indigène, le président vénézuélien a rappelé les victimes d’assassinats et d’esclavage en raison de l’expansion des colonisateurs espagnols sur le continent américain.

'Il y a plus de 500 ans, l’empire espagnol a assassiné, banni et asservi des millions d’habitants des peuples indigènes ; ils sont venus envahir, coloniser et massacrer nos grands-parents et nos grands-mères. L’Espagne doit rectifier et demander pardon à toute l’Amérique', a souligné le chef d’état sur son compte du réseau social Twitter.

Le Secrétaire exécutif de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP), Sacha Llorenti, a également rendu hommage aux millions de personnes exterminées pendant la colonie.

Nous remercions ceux qui, pendant des décennies, ont combattu et vaincu dans la guerre pour notre indépendance. Aujourd’hui, nous réaffirmons notre essence anti-impérialiste et anticolonialiste, a souligné le secrétaire exécutif de l’ALBA-TCP.

Le ministre des Affaires Étrangères du Venezuela, Félix Plasencia, a rappelé qu’il y a 529 ans, l’arrivée des colonisateurs européens dans les Amériques changeait le cours de l’humanité, mais surtout l’histoire des peuples originaires du continent.

'Aujourd’hui, nous nous souvenons de l’élan guerrier de nos ancêtres, défenseurs de ces terres', a déclaré le chef de la diplomatie vénézuélienne.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/273514-le-venezuela-exige-une-rectification-de-la-part-de-lespagne-pour-massacre-indigene

Tag(s) : #Venezuela#Espagne

Dans VENEZUELA

LE FMI ET LES ETATS-UNIS COMPLICES DE LA GUERRE CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 11/10/2021

10 Octobre 2021

Le FMI et les États-Unis complices de la guerre contre le Venezuela
 

Par Yadira Cruz Valera

Caracas, 8 octobre (Prensa Latina) Le refus du Fonds monétaire international (FMI) de remettre les droits de tirage spéciaux au Venezuela expose aujourd'hui sa complicité avec les États-Unis dans la guerre contre cette nation sud-américaine.

Lors de son discours à la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, la vice-présidente exécutive Delcy Rodriguez a déclaré que cette action est une conséquence directe du veto de Washington contre le Venezuela.

La dénonciation par la fonctionnaire de la rétention des cinq milliards de dollars correspondant au gouvernement vénézuélien pour faire face à la pandémie a également exposé la partialité des organisations internationales dans leur lutte proclamée contre le Covid-19.

Droits de tirage spéciaux, un système créé en 1969 par le FMI pour fournir des liquidités aux économies mondiales et des réserves supplémentaires aux pays membres en cas de difficulté.

Lorsque la crise de 2008 a éclaté, ils ont été utilisés pour maintenir l'économie mondiale à flot, et en 2020, à la suite du fléau Covid-19, l'organisme financier y a de nouveau eu recours pour contrer les effets globaux.

Au moins 650 milliards de dollars ont été approuvés par le FMI cette fois-ci, "pour parvenir à des économies résilientes", mais les chiffres démentent le discours et les intentions supposées d'"aider" ceux qui en ont le plus besoin.

Comme l'a déclaré la vice-présidente vénézuélienne, et comme l'a montré la conférence de l'ONU mentionnée plus haut, plus de 63 % de ce montant est destiné aux pays riches et vaccinés, et l'Afrique, avec 17 % de la population mondiale, ne recevra qu'un cinquième du plan d'allocation des quotas.

L'Europe, dont la part est beaucoup plus faible, recevra 36 % des fonds, tandis que les États-Unis recevront 113 milliards des 179 milliards alloués au continent américain.

Comme si ces chiffres ne suffisaient pas, l'annonce que le Venezuela ne recevra pas le montant auquel il a droit, sous les prétendus arguments du "manque de transparence" et de la "fiabilité" du gouvernement, montre le parti pris politique et le double langage de l'organisation internationale.

Une fois de plus, la Maison Blanche utilise son pouvoir et son influence sur les nations, les institutions et les organisations pour faire pression dans son propre intérêt.

Lorsqu'en mars 2020, l'exécutif vénézuélien a décrété l'état d'alerte en raison de la présence du virus SRAS-CoV-2, la nation souffrait déjà d'une crise économique due aux mesures coercitives unilatérales des États-Unis et de leurs alliés.

Depuis 2014, plus de sept milliards de dollars vénézuéliens ont été bloqués dans 40 banques internationales.

De même, le gouvernement américain a séquestré plus de 30 milliards de dollars et, en plein Covid-19, les effets du blocus contre la nation sud-américaine se sont aggravés, car les sanctions empêchent l'importation de médicaments qui ne sont pas fabriqués dans le pays, ni les matières premières pour les produire, ainsi que l'achat d'intrants et d'équipements.

Même l'accès au mécanisme Covax de l'Organisation mondiale de la santé pour obtenir des vaccins anti-Covid-19 a été compliqué pour le pays, qui a à peine pu obtenir un pour cent après plusieurs plaintes et négociations.

Dans son rapport au Conseil des droits de l'homme (CDH), la rapporteuse de l'ONU Alena Douhan a donné un compte rendu impartial et concret des conséquences de ces actions punitives.

Les sanctions unilatérales imposées de plus en plus souvent par les États-Unis, l'Union européenne et d'autres pays ont exacerbé les problèmes (...) les revenus ont été réduits de 99 % et le Venezuela vit désormais avec un pour cent de ses revenus d'avant les sanctions", a-t-elle déclaré.

Mais alors que le FMI rejoint le conseil de ceux qui imposent des mesures coercitives au Venezuela dans l'intention de promouvoir un changement de gouvernement favorable à la Maison Blanche, le pouvoir exécutif du pays d'Amérique latine cherche des solutions pour maintenir les programmes sociaux et développer l'économie.

Après plus d'un an de pandémie et malgré les obstacles, la nation sud-américaine a réussi non seulement à figurer parmi les pays qui ont le mieux géré la crise sanitaire, mais elle est également en passe de vacciner gratuitement 70 % de sa population avant la fin de l'année.

jha/wup/ycv


source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=480648&SEO=fmi-y-eeuu-complices-en-la-guerra-contra-venezuela

Tag(s) : #FMI#Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT LOUKACHENKO APPELLE AU REFORCEMENT DES LIENS ENTRE LE BELARUS ET LE VENEZUELA

Par Le 09/10/2021

9 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-08 16:46:33

      

Minsk, 8 octobre (RHC) Le président de Belarus, Alexandre Loukachenko, a fait part à l’envoyé spécial de son homologue vénézuélien, Adam Chavez, lors d’une rencontre à Minks, la capitale, de l’importance du renforcement des liens entre les deux pays, a souligné aujourd’hui la presse locale.

'Je tiens à souligner qu’il ne s’agit pas des sanctions imposées au Venezuela et au Belarus', mais de profiter des avantages des liens qui existent depuis plus de deux décennies, a averti le président lors d’une réunion la veille avec le vice-président pour les affaires internationales du Parti socialiste uni du Venezuela (Psuv).

Loukachenko a assuré que Minsk et Caracas ne profitaient pas des avantages créés depuis de nombreuses années et a souligné que les deux nations avaient de quoi s’appuyer pour faire face à toutes sortes d’attaques dans les conditions modernes.

Je pense que le temps est venu de revoir nos relations et de construire des liens encore plus forts. Il est rare d’avoir des rapports d’un tel niveau dans le domaine économique-commercial', a-t-il dit.

Le chef de l’État a appelé à l’élaboration d’un plan de renforcement des relations à mettre en application au cours des deux ou trois prochaines années.

Durant son séjour dans cette capitale, Chávez a rencontré la présidente du Conseil de l’Assemblée nationale (Sénat), Natalia Kochánova, et le président de la Chambre des représentants (Chambre basse du Parlement), Vladimir Andréichenko.

La sénatrice a indiqué au visiteur que son pays fera tout son possible pour renforcer les échanges avec le Venezuela et à cette fin, le président bélarussien a donné des orientations non seulement pour reprendre les bonnes relations dans différents domaines, mais pour les rendre plus solides encore.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/273130-loukachenko-appelle-au-renforcement-des-liens-entre-le-belarus-et-le-venezuela

Tag(s) : #Biélorussie#Venezuela

Dans VENEZUELA

SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA (PCV) CONTRE L’ATTAQUE DE SES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX

Par Le 08/10/2021

7 Octobre 2021

Mercredi 6 octobre 2021
Solidarité avec les travailleurs et le PC du Venezuela (PCV) contre l'attaque de ses droits politiques et électoraux.


Dans une déclaration commune, plus de 25 partis communistes et ouvriers du monde entier expriment leur solidarité avec les travailleurs et le Parti communiste du Venezuela (PCV). Entre autres, la déclaration dénonce les récentes attaques anticommunistes à l'Assemblée nationale contre le secrétaire général du PCV, Óscar Figuera.
La déclaration complète (en anglais et en espagnol) est la suivante : 


Nos partis expriment une fois de plus leur solidarité avec le peuple du Venezuela, durement touché par les mesures impérialistes illégales et coercitives ainsi que par la crise capitaliste qui entraîne le démantèlement des acquis et des droits de la classe ouvrière et des couches populaires.

Le dialogue entre le gouvernement de Nicolás Maduro et les forces de l'opposition réactionnaire, qui jusqu'à récemment cherchaient à le renverser par un coup d'état et une intervention impérialiste, n'a pas pour but de garantir les intérêts du peuple. Ce dialogue, d'une part, a des résultats directs en faveur des intérêts de l'opposition réactionnaire et des groupes d'affaires ; d'autre part, il précipite la perte des droits du travail, syndicaux et politiques des travailleurs et des organisations révolutionnaires. Des exemples typiques sont l'intensification de la criminalisation des luttes des travailleurs, qui a conduit à la détention injuste d'un nombre important de syndicalistes, et les récentes attaques contre les droits politiques et électoraux du PC du Venezuela et de l'"Alternative Populaire Révolutionnaire (APR)", dans le cadre de la proclamation des candidats aux prochaines élections locales du 21 novembre.

Nous dénonçons ces actes inacceptables qui visent à entraver les candidats du PCV et à empêcher la population de les soutenir largement lors des prochaines élections locales.

Nous exprimons notre soutien et notre solidarité avec tous les candidats du PCV et de l'APR. Les récentes décisions du Conseil National Electoral (CNE) du Venezuela de bloquer les candidats du PCV et de l'APR dans la Municipalité de Caracas, l'Etat de Guaira, et la Municipalité de Macanao sont totalement contestables et injustifiables. Alors que des garanties sont fournies pour la participation des forces réactionnaires à l'élection, il est inacceptable que les candidats du PCV soient bloqués, en violation des droits politiques et démocratiques fondamentaux. De plus, nous réitérons notre dénonciation du black-out médiatique du PCV, qui est allé jusqu'à l'extrême lorsque le député PCV et APR a été interdit à plusieurs reprises de prendre la parole au parlement. 

Nous dénonçons également les récentes attaques contre le secrétaire général du PCV, le camarade Óscar Figuera, déclenchées par un député du parti au pouvoir, qui a une fois de plus tenté de lier le PCV aux plans des impérialistes et du Département d'État américain contre le Venezuela.

Nous exigeons que toutes les attaques anticommunistes contre le PCV cessent et que ses droits politiques et électoraux violés soient immédiatement rétablis.

Le PCV a une longue tradition de lutte anti-impérialiste au service de la classe ouvrière et des couches populaires, en défense de la souveraineté de son pays depuis 90 ans. Son renforcement sera toujours une garantie des luttes anti-impérialistes, démocratiques et révolutionnaires au Venezuela.

La déclaration est ouverte à d'autres adhésions.

Partis signataires

Parti communiste d'Australie
Parti communiste brésilien
Parti communiste de Grande-Bretagne
Parti socialiste des travailleurs de Croatie
Parti communiste du Bangladesh
Parti communiste de Bohème et Moravie
Parti communiste de Finlande
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti communiste du Kurdistan-Irak
Parti Tudeh d'Iran
Parti communiste d'Irlande
Parti communiste jordanien
Mouvement socialiste du Kazakhstan
Parti communiste du Luxembourg
Parti communiste du Mexique
Parti communiste de Norvège
Parti communiste péruvien
Parti communiste des Philippines [PKP 1930]
Communiste de Serbie
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste soudanais
Parti communiste syrien
Parti communiste syrien [unifié]
Parti communiste d'Ukraine
Parti communiste du Venezuela

source : https://www.idcommunism.com/2021/10/solidarity-with-working-people-and-cp-of-venezuela-pcv.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

ONU : LE VENEZUELA DENONCE L’IMPACT DES MESURES COERCITIVES AMERICAINES

Par Le 07/10/2021

7 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-06 18:26:32

 

o

Caracas, 6 octobre (RHC) Le Gouvernement vénézuélien a dénoncé aujourd’hui devant la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement,  la CNUCED,  l’impact des mesures coercitives unilatérales mises en œuvre par les États-Unis contre la nation sud-américaine.

Lors de son intervention, la vice-présidente Delcy Rodriguez a rappelé que la nation sud-américaine a été la cible de plus de 430 sanctions contre l’économie, le commerce et le secteur financier, contre tout principe juridique d’immunité souveraine.

'Ces mesures sont des crimes contre l’humanité et portent atteinte au système international de garantie des droits de l’homme', a souligné la vice-présidente en soulignant que les pertes du Venezuela pour de telles actions dépassent 63 milliards de dollars, rien que dans l’industrie pétrolière.

Elle a ajouté que l’imposition d’actions unilatérales d’asphyxie économique s’est traduite par une réduction drastique de 99 pour cent des revenus du pays, avec un impact indéniable dans tous les domaines, sur l’alimentation, la santé, les transports, les communications et la technologie.

Elle a affirmé qu’en raison de la politique hostile des États-Unis, le Fonds monétaire international a refusé à la nation sud-américaine les cinq milliards de dollars nécessaires pour faire face à la pandémie de Covid-19.

La vice-présidente du Venezuela a officialisé la demande pour que la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement regroupe, quantifie et analyse les impacts macroéconomiques des mesures coercitives unilatérales.

'Malgré cette agression, aujourd’hui notre pays (...) progresse dans la reprise de ses équilibres économiques, dans une ouverture progressive dans le commerce extérieur touché également par ces sanctions illicites et dans le secteur des investissements, dans un cadre réglementaire stable et sûr qui donne la confiance nécessaire aux investisseurs, a-t-elle souligné.

De même, Rodriguez a appelé à considérer le fardeau insoutenable de la dette extérieure pour de nombreux pays, la fracture numérique croissante, la diminution des flux commerciaux et l’impact inhumain des mesures coercitives unilatérales qui affectent plus de 30 nations du monde.

La vice-présidente du Venezuela a également appuyé l’appel mondial en faveur de la correction de la distribution injuste des droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international pour faire face aux effets de la situation pandémique actuelle, dont plus de 63 % sont destinés aux pays riches et vaccinés.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/272872-le-venezuela-denonce-a-lonu-limpact-des-mesures-coercitives-americaines

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO SALUE L’ARRIVEE D’UN NOUVEAU LOT DE DOSES DU VACCIN CUBAIN ABDULA CONTRE LE COVID-19

Par Le 06/10/2021

t

5 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-05 11:38:36

      

Photo: BioCubaFarma

La Havane, 5 oct. (RHC)- Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a salué l’arrivée à Caracas, ce lundi, du lot de 900 mille doses du vaccin cubain Abdala contre le Covid-19.  

En conférence de presse, le président Maduro a rappelé que le vaccin Abdala, avec une efficacité de 92,28%, rejoint les vaccins Sputnik V de la Russie et Sinopharm de la Chine, dans le programme de vaccination du Venezuela.

Se fondant sur des études, le président vénézuélien a salué l'efficacité du vaccin cubain pour empêcher la maladie de progresser vers des stades graves et en contenir les effets mortels.

L'immunogène, le premier créé en Amérique Latine contre la pandémie actuelle, a commencé à protéger les Vénézuéliens par une intervention sanitaire en juin dernier, dont ont bénéficié 10 000 habitants du complexe urbain de Ciudad Tiuna.

Le Venezuela et Cuba avaient précédemment signé un contrat pour protéger le peuple vénézuélien avec 12 millions de doses d'Abdala. Outre le Venezuela, des pays comme le Vietnam ont reçu des doses de l'antidote pour faire face à la pandémie actuelle, responsable de millions de décès dans le monde.

Le Nicaragua a également annoncé l'incorporation prochaine du vaccin cubain dans son programme de lutte contre le nouveau coronavirus, tandis que d'autres nations ont exprimé leur intérêt pour les immunogènes de la plus grande île antillaise.

Source: TeleSur

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/272654-nicolas-maduro-salue-larrivee-dun-nouveau-lot-dabdala-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

900.000 DOSES DU VACCIN CUBAIN ANTI-COVID-19 ABDALA ARRIVENT AU VENEZUELA

Par Le 04/10/2021

4 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-03 17:35:04

 

 

 

La Havane, 3 oct. (RHC)- Un lot de 900 mille doses du vaccin Abdala en provenance de Cuba est arrivée ce dimanche au Venezuela.

«Une nouvelle cargaison d'Abdala arrive au Venezuela frère. Tôt ce matin, 900 mille doses de notre vaccin cubain sont arrivées à Caracas pour aider le cher peuple vénézuélien dans sa lutte contre la pandémie actuelle de Covid-19», souligne un message du CIGB, le Centre de Génie génétique et de Biotechnologie de La Havane, sur son compte Twitter.

Par ailleurs, nous avons appris que l’autorité de régulation sanitaire du ministère nicaraguayen de la Santé a accordé un certificat d'utilisation d'urgence aux vaccins cubains Soberana 02 et Abdala.

Cuba dispose de dispositifs anti-Covid-19 qui dépassent la limite d’efficacité établie par l’OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé (50 %) pour être déclarés vaccins. En ce sens, Abdala a déjà reçu l'autorisation d'être utilisé en urgence dans le pays, tout comme Soberana 02 pour la population pédiatrique.

Abdala, conçu par le CIGB, premier vaccin en Amérique Latine, a montré une efficacité de 92,28 % dans son schéma de trois injections.

Par ailleurs, l’Institut Finlay de vaccins a annoncé l'efficacité de 91,2 % du schéma à deux doses de Soberana 02 et une autre de Soberana Plus.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/272447-900-000-doses-du-vaccin-cubain-anti-covid-19-abdala-arrivent-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LA NOUVELLE MONNAIE VENEZUELIENNE, UNE STRATEGIE CONTRE LA GUERRE ECONOMIQUE

Par Le 02/10/2021

2 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-01 17:49:22

      

Le président Nicolás Maduro a présenté le nouveau Bolivar au cours d'un meeting public.

Caracas, 1er octobre, (RHC)- Le bolivar numérique est entré en vigueur ce vendredi au Venezuela. Ricardo Menéndez, vice-président vénézuélien chargé de la Planification, a souligné qu’il s’agit d’une stratégie du gouvernement pour tenir tête à la guerre économique des États-Unis et de leurs alliés.

Dans des déclarations exclusives à l’agence Prensa Latina, il a rappelé que l’économie vénézuélienne est constamment frappée par les actions coercitives unilatérales de Washington et de ses alliés.

Depuis jeudi à 20h00 heure locale, toutes les plateformes technologiques bancaires vénézuéliennes sont entrées en pause opérationnelle pour permettre la migration à partir de 08h00 ce vendredi et réactiver progressivement les services numériques avec plus de facilités dans les opérations.

Selon les experts, la nouvelle monnaie facilitera également une plus grande connexion de la population avec sa monnaie, malgré les attaques externes constantes et les processus spéculatifs induits dans le système économique, et réduira les coûts de transaction dans l'économie.

Analysant la mise en œuvre du bolivar numérique (six chiffres seront retirés de la monnaie en circulation jusqu'à présent) et d'autres mesures qui entreront en vigueur dans les prochains mois, le vice-président a expliqué que tout cela fait partie d'une nouvelle voie économique, d'un tissu de protection contre les actions punitives des puissances étrangères.

Il a souligné que l'un des plus grands effets sur la population était la détérioration des salaires et des revenus des Vénézuéliens, le tout sur la base d'actions bien pensées pour attaquer les asymétries sociales et provoquer le mécontentement, ainsi que pour déstabiliser le pays de l'intérieur.

Le vice-président chargé de la planification a assuré à Prensa Latina que le Venezuela est en passe de créer un nouvel appareil économique qui profitera à la population, même au milieu du blocus de la Maison Blanche et de ses alliés, dont les conséquences sont dévastatrices pour la nation.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/272306-la-nouvelle-monnaie-venezuelienne-une-strategie-contre-la-guerre-economique

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA VA LIVRER 3,770 LOGEMENTS

Par Le 01/10/2021

1 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-09-29 16:54:28

      

Caracas, 29 septembre (RHC) Le ministre de l’Habitat et du Logement Ildemaro Villarroel a annoncé qu’après une décennie de création de la Grande Mission Logement Venezuela, le pays est aujourd’hui sur le point d’accomplir l’exploit de 3,7 millions de maisons remises à la population.

Le haut fonctionnaire a indiqué qu’au cours de la semaine prochaine, le pays sera en mesure d’atteindre cet objectif, grâce aux efforts de la population et des travailleurs du secteur.

Il a annoncé que 72 logements seraient livrés à Nueva Esparta, 120 à Miranda, 50 à Mérida, 81 à Guárico et 32 à Carabobo, ainsi que des logements isolés dans les 24 états du pays.

'Le calendrier de la livraison des logements rendra visible l’exécution et le pouvoir d’auto-construction de notre peuple', a déclaré Villarroel.

Il a en outre indiqué qu’à ce jour, ils avaient remis un million 173 990 titres de prpriété de terres urbaines aux plus de 10 000 Comités de la Terre, dont il a reconnu l’effort d’organisation.

Enfin, il a salué l’effort du président Maduro pour le succès des dialogues de Mexico, 'le dialogue est victoire, c’est la force des arguments dans la paix, parce que dans la paix la raison triomphera et comme nous avons raison, nous portons sur la scène l’être humain en tant que centre'.

Le programme Grande Mission Logement, qui est l’un des plus grands et des plus louables projets de la Révolution bolivarienne, a été créé pour rendre aux familles leur dignité et leur permettre d’acquérir leur propre logement.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/272009-le-venezuela-sur-le-point-de-livrer-3770-millions-de-logements

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE L'INFAMIE ANTICOMMUNISTE A L'ASSEMBLEE NATIONALE

Par Le 01/10/2021

1 Octobre 2021

Le PCV dénonce l'infamie anticommuniste à l'Assemblée nationale


Lors de la séance plénière de l'Assemblée nationale du mardi 14 septembre, le député du Parti communiste du Venezuela (PCV) et de l'Alternative populaire révolutionnaire (APR), le camarade Oscar Figuera, au nom de notre Parti et de la coalition de la gauche révolutionnaire, a remis en question le pacte bourgeois en cours d'élaboration pour l'imposition de politiques néolibérales et, par conséquent, s'est prononcé contre un pacte visant à imposer des politiques néolibérales, a remis en question le pacte des élites bourgeoises en développement pour l'imposition de politiques néolibérales et, par conséquent, s'est prononcé contre un projet d'accord destiné à être approuvé à l'unanimité par le parlement vénézuélien en faveur des accords de Mexico établis entre le gouvernement et la représentation de l'ultra-droite pro-impérialiste. Bien entendu, l'intervention du camarade Oscar Figuera, qui est aussi le secrétaire général du Comité central du PCV, a été une fois de plus censurée, les chaînes de télévision d'État (VTV et ANTV) qui retransmettent toutes les délibérations qui ont lieu lors des sessions plénières de l'Assemblée nationale, ont coupé leur retransmission en direct du Palais législatif fédéral juste au moment où le député communiste devait prendre la parole, empêchant ainsi toute personne qui n'était pas présente à la session de savoir ce que le député Figuera avait dit.

Une violation aussi flagrante du droit à l'information, répétée et systématique, ne surprend plus personne, même si elle suscite l'indignation ; mais, cette fois-ci, l'agression directe contre le PCV et son député a atteint un niveau sans précédent dans le débat parlementaire, lorsque le camarade Oscar Figuera a à peine terminé son intervention que le député du PSUV, Pedro Carreño, a pris la parole pour accuser celui qui "venait de prendre la parole" d'être un "dauphin de la CIA" et un "larbin du Département d'État". Bien sûr, l'intervention de Pedro Carreño a été télévisée.

Pour le PCV, il est clair que les paroles absurdes et diffamatoires du bourgeois Pedro Carreño à l'encontre du député Oscar Figuera, ainsi que celles prononcées continuellement par le député Jorge Rodriguez et d'autres membres de l'élite dirigeante, font en fait partie de l'attaque soutenue depuis l'année dernière contre le parti communiste et contre les forces de coalition de l'APR. Ils ne sont pas du tout désinvoltes et n'obéissent pas non plus à un moment de débat animé, mais expriment l'escalade de l'attaque systématique contre le Parti de la classe ouvrière vénézuélienne, en essayant de disqualifier et de stigmatiser sa position ferme et claire contre le cours de la politique capitularde et néolibérale adoptée par la direction du gouvernement et du PSUV, exprimée non seulement à l'Assemblée nationale mais dans toutes les activités menées par le PCV, sa Jeunesse Communiste et nos fronts politiques de masse, dans le but d'éclairer notre peuple travailleur, victime de la crise du capitalisme dépendant et rentier, des sanctions illégales et criminelles imposées par l'impérialisme yankee et européen, ainsi que des politiques gouvernementales anti-ouvrières et anti-populaires qui se développent.

Dans ce contexte, le Bureau politique du Comité central du PCV répudie les abominables accusations lancées de manière irresponsable et dénonce le développement d'une machination anticommuniste, qui vise à promouvoir une haine irrationnelle contre les communistes vénézuéliens et, en particulier, contre notre député à l'Assemblée nationale, le seul dans ce forum dominé par la droite officielle et la droite de l'opposition, élève la voix de la classe ouvrière et des travailleurs pour dénoncer comment, dans le dos des majorités, les élites au pouvoir forgent la capitulation de la nation vénézuélienne et la destruction des droits du peuple pour satisfaire les prétentions des capitaux monopolistes, déguisées en une fausse lutte contre le blocus et les mesures coercitives impérialistes.

Que tout le monde sache qu'aucune calomnie ou diffamation contre le PCV ne peut jeter une ombre sur le passé et le présent sans tache de la lutte anti-impérialiste, anticapitaliste, consciente de la classe et révolutionnaire du Parti du coq rouge. Notre peuple sait que les communistes vénézuéliens, avec honnêteté, simplicité et combativité, défendent les intérêts du peuple travailleur contre les ruses criminelles de l'impérialisme yankee et de ses laquais, et contre la trahison des bureaucrates et des nouveaux riches du réformisme, qui font aujourd'hui commerce avec les ennemis de la patrie pour préserver leurs privilèges au prix du sacrifice des majorités populaires.    

L'insulte anticommuniste, précédée de la censure médiatique habituelle, montre la dangereuse tendance autoritaire, antidémocratique et antipopulaire qui se consolide dans la pratique politique des gouvernants, au point que - manipulant avec une rhétorique pseudo-révolutionnaire farfelue - ils s'engagent en faveur des intérêts de la haute bourgeoisie, de l'impérialisme et des élites des nouveaux riches qui ont émergé sous la protection de l'administration irrégulière et incontrôlée de l'argent public ; Pendant ce temps, les salaires sont détruits, les conventions collectives sont démantelées, la précarité et la dérégulation de l'emploi sont imposées, les combattants des travailleurs sont persécutés et poursuivis, les propriétaires terriens sont favorisés contre les paysans pauvres, les entreprises publiques sont détruites puis privatisées et offertes comme de la ferraille au capital privé, les capitalistes sont libérés des impôts et le peuple est soumis à la TVA et à l'hyperinflation dollarisée, tout en offrant aux entreprises transnationales nos richesses et notre souveraineté avec une main d'œuvre semi-esclave, par la loi des zones économiques spéciales.

Par des accusations intempestives, des menaces, du chantage et des pratiques de criminalisation contre les révolutionnaires, ainsi que contre les dirigeants ouvriers et paysans, les directions du gouvernement et de l'opposition de droite défendent le pacte entre les deux principales factions bourgeoises du Venezuela, la fraction associée aux monopoles américains et la fraction de la soi-disant "bourgeoisie révolutionnaire", c'est-à-dire la bourgeoisie parasite liée au gouvernement actuel, qui est responsable de la liquidation de tout vestige du processus bolivarien progressiste initié par le président Chávez.

Dans de telles circonstances, qui nous rappellent les actions antidémocratiques et anticommunistes impunies du gouvernement pro-yankee de Betancourt et Leoni dans les années 60, nous réitérons notre appel à la classe ouvrière et aux travailleurs de la ville et de la campagne à lutter pour la défense de la souveraineté nationale, pour le sauvetage de nos droits violés et pour récupérer la dignité populaire souillée, en accumulant des forces pour une solution révolutionnaire à la profonde crise capitaliste. De même, nous appelons le mouvement communiste international à redoubler sa solidarité avec les communistes vénézuéliens et avec notre peuple travailleur, face aux menaces qui pèsent sur les forces révolutionnaires vénézuéliennes, alors que les factions bourgeoises et leurs représentants politiques concluent un pacte pour gouverner en faveur des classes dominantes.    

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela

Caracas, 28 septembre 2020

prensapcv.wordpress.com

source : https://www.idcommunism.com/2021/09/venezuela-anti-communist-rampage-by.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO DENONCE A L'ONU UNE CAMPAGNE FEROCE CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 23/09/2021

22 Septembre 2021

Maduro dénonce devant les Nations unies une campagne féroce contre le Venezuela 
 
Nations Unies, 22 sept (Prensa Latina) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a dénoncé aujourd'hui devant l'Assemblée générale des Nations Unies la campagne féroce menée contre son pays et a exigé la fin du blocus des États-Unis et de certaines organisations multilatérales.

Lors de son discours à la 76e session de l'ONU, le président a exposé avec force comment les organisations internationales sont utilisées pour justifier des actions punitives contre le peuple vénézuélien.

Nous dénonçons l'agression permanente et systématique par la mise en œuvre de mesures coercitives, la persécution contre le droit à la liberté économique dont tous les peuples du monde devraient jouir", a-t-il déclaré.

Il a rappelé comment, ces derniers temps, ils ont empêché l'accès aux comptes de la nation, bloqué l'or des réserves internationales à Londres, séquestré des milliards de dollars aux États-Unis et en Europe, tout en refusant aux entreprises vénézuéliennes le droit de commercialiser leurs produits et de réaliser des opérations financières.

Il a souligné comment, malgré cela, au cours de l'année dernière, le pays a atteint une croissance soutenue, grâce à la résistance et à la capacité d'un peuple travailleur, "qui refuse de s'incliner".

De même, il a souligné : " Le Venezuela élève sa voix pour l'héroïque peuple cubain en exigeant la levée immédiate du blocus économique, commercial et financier... élevez votre voix pour un nouveau monde sans colonialisme, sans impérialisme, pour la construction d'un destin partagé ".

Il a également appelé à la fin des hégémonies, des politiques impériales de rapacité contre les peuples et a suggéré une restructuration des Nations unies afin de répondre aux intérêts de tous les pays membres.

C'est un monde nouveau qui renaît pour en finir avec les vieilles hégémonies, avec la prétention de certains de devenir les gendarmes et les juges de tous les peuples du monde, c'est le temps de la souveraineté", a-t-il affirmé.

Il a également remercié la solidarité internationale avec le Venezuela et le soutien du Secrétaire général, António Guterres, et du Président mexicain, Manuel López Obrador, au processus de dialogue entre le gouvernement et l'opposition qui se déroule dans ce pays d'Amérique centrale.

msm/ycv
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=477349&SEO=maduro-denuncia-ante-onu-campana-feroz-contra-venezuela

Tag(s) : #Maduro#Venezuela#ONU

Dans VENEZUELA

LE SOUTIEN DE CUBA AUX COMMUNAUTES INDIGENES DU VENEZUELA EST LE BIENVENU

Par Le 23/09/2021

22 Septembre 2021

 

Le soutien de Cuba aux communautés indigènes du Venezuela est le bienvenu
Par Yadira Cruz Valera

Caracas, 22 sept (Prensa Latina) Le vice-ministre des peuples autochtones du Venezuela, César Carias, a remercié aujourd'hui les collaborateurs de Cuba pour leur travail dans les communautés autochtones du Venezuela.

Dans des déclarations exclusives à Prensa Latina, le haut fonctionnaire a déclaré que les Cubains jouent un rôle essentiel dans le soutien des programmes sociaux mis en œuvre par le gouvernement bolivarien dans ces populations ancestrales.

Ce ne sont pas seulement les médecins, tous ceux qui travaillent dans les missions sociales font preuve d'un grand dévouement, quelle que soit la complexité de l'accès, ils ne baissent jamais les bras, ils vont main dans la main avec les Vénézuéliens et les soutiennent dans toutes les tâches nécessaires", a-t-il souligné.

Carias a souligné qu'en raison du mode de vie et des coutumes de ces peuples, il est parfois difficile d'échanger avec des étrangers, mais que cela ne se produit pas avec les Cubains, en raison du respect dont ils font preuve lorsqu'ils arrivent dans ces lieux, où ils sont accueillis.

Il a rappelé que récemment, dans la région de la Meseta de Santa Fe, dans l'État de Sucre, une vaccination anti-Covid-19 massive a été réalisée, avec la participation active du personnel de santé de l'île, sans lequel elle n'aurait pas été possible.

Les frères et sœurs cubains nous apportent un grand soutien aux peuples indigènes, ils étaient même présents lors de la création du Mouvement indigène uni du Venezuela (Miuven)", a déclaré M. Carias dans son échange avec cette agence.

Au Venezuela, il y a huit États avec des populations indigènes, Amazonas, Anzoátegui, Apure, Bolívar, Delta Amacuro, Monagas, Sucre et Zulia, la plupart d'entre eux étant concentrés dans des lieux d'accès difficile et dans des zones frontalières, dans tous ces États se trouvent les travailleurs de la nation caribéenne, dans le cadre des missions sociales de l'État bolivarien.

mem/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=477320&SEO=agradecen-apoyo-de-cuba-en-las-comunidades-indigenas-de-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DENONCE LA VIOLATION DE SON ESPACE AERIEN PAR UN DRONE COLOMBIEN

Par Le 22/09/2021

22 Septembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-09-21 23:08:01

      

Un drone de type Hermès, en plein vol.

Caracas, 21 septembre (RHC) Les forces armées du Venezuela ont dénoncé l’entrée d’un drone colombien dans une zone frontalière, en violation de l’espace aérien vénézuélien.

Dans un communiqué publié mardi, les Forces armées nationales bolivariennes (FANB) du Venezuela, considérant que la violation de l’espace aérien de leur pays "coïncide" avec la visite en Colombie du chef du commandement sud des États-Unis, Crayg Faller, a dénoncé Bogota comme base militaire de Washington.

Selon la note, un drone du type Hermes, appartenant à l’armée de l’air colombienne, a violé l’espace aérien vénézuélien lundi (16 h 48, heure locale) et a été détecté par les systèmes d’exploration du Commandement vénézuélien de défense aérospatiale, survolant le territoire de la municipalité de Jesús María Semprúm, État de Zulia (nord-ouest), sans autorisation de survol requise et sans présenter le plan correspondant pour entrer au Venezuela.

"Cet événement constitue une menace flagrante à la sécurité de la nation car il s’agit d’un système militaire utilisé pour des missions de reconnaissance aérienne, qui n’a certainement pas été involontaire ou fortuite, car elle coïncide avec la présence en Colombie de l’amiral Crayg Faller, chef du commandement sud des États-Unis, lors de sa deuxième visite cette année en territoire colombien pour discuter soi-disant des questions de la coopération en matière de sécurité", souligne le texte.

Le Venezuela souligne dans le communiqué qu’il y a des signes clairs d’un "stratagème" entre Bogota et Washington pour réaliser "un de ses connus faux positifs" ou tout autre incident qui leur permettrait de continuer à engendrer l’instabilité et à torpiller le processus de dialogue inter-vénézuélien qui se déroule actuellement au Mexique, en quête de solutions aux problèmes du pays, de la paix et de l’unité de tout le peuple vénézuélien.

À cet égard, il rappelle que, sur ordre du président vénézuélien Nicolás Maduro, les forces de la FANB surveillent constamment l’espace aérien du pays et se maintiendront en état d’alerte contre toute provocation.

"Qu’est-ce que le Commandement Sud des États-Unis est venu faire en Colombie ?" C’est la question posée par le ministre vénézuélien de la Défense, Vladímir Padrino López, dans un message sur Twitter, dans lequel il dénonçait également que "Alors que l’Amérique latine ouvre la voie à l’intégration, l’oligarchie nauséabonde qui règne en Colombie encourage la guerre en tant que base avancée des opérations de l’impérialisme pour déstabiliser la région".

Washington et Bogota ont réaffirmé en avril leur alliance contre Caracas, exprimant leur "engagement partagé", sur ce qu’ils ont appelé "restaurer la démocratie et l’Etat de droit" au Venezuela.

Face à cela, Caracas avertit que Bogota complote pour saboter les dialogues inter-vénézuéliens entre les délégations du Gouvernement et la Plateforme unitaire, qui rassemble l’opposition la plus radicale.

 

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/271119-le-venezuela-denonce-la-violation-de-son-espace-aerien-par-un-drone-colombien

Tag(s) : #Venezuela#colombie

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REAFFIRME SON ENGAGEMENT ET SA SOLIDARITE AVEC LA PALESTINE

Par Le 21/09/2021

20 Septembre 2021

Le Venezuela réaffirme son engagement et sa solidarité avec l’État de Palestine
Ecrit par Joselyn Ariza le 20. 09. 2021 . Publié dans Nouvelles
Le Chancelier de la République bolivarienne du Venezuela, Félix Plasencia, a eu ce lundi une rencontre fraternelle à New York avec son homologue de l’État de Palestine, Riad Al-Malki.

Ce rapprochement a eu lieu en pré-session à la 76e session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), au cours de laquelle le chancelier vénézuélien a tenu des réunions importantes avec différents représentants du monde.

Au cours de la réunion, le diplomate a réaffirmé «l’engagement solidaire du Venezuela et du président Nicolás Maduro envers la juste cause du peuple palestinien», et son engagement inébranlable pour la souveraineté et l’autodétermination.


Lors de la rencontre, les deux chanceliers ont convenu de poursuivre leur coopération au niveau multilatéral, tant à l’ONU qu’au sein du Mouvement des pays non alignés (Mnoal) «pour insister sur le respect de la Charte des Nations Unies et du droit international public. »

source : http://mppre.gob.ve/2021/09/20/venezuela-reafirma-compromiso-solidaridad-estado-palestina/

Tag(s) : #Venezuela#palestine

Dans VENEZUELA

DISCOURS DU PRESIDENT VENEZUELIEN MADURO AU 6e SOMMET DES CHEFS D’ETATS DE LA CELAC

Par Le 20/09/2021

19 Septembre 2021

Discours du président Nicolás Maduro au VIe Sommet des chefs d'État de la CELAC
Écrit par Enio Melean le 18/09/2021. Publié dans

La négociation et la discussion de ces documents importants, qui reflètent en eux-mêmes une bonne partie des préoccupations, des inquiétudes et des propositions qui ont été faites dans le dialogue d'aujourd'hui, doivent vraiment être revues, être vues. Et notre préoccupation est toujours de savoir comment les transformer en actions, comment les transformer en politiques communes pour l'Amérique latine et les Caraïbes, en politiques publiques, en chacune des manifestations de volonté solidaire que nos peuples doivent connaître, qui sont incluses dans la déclaration centrale, 44 numéros avec des éléments substantiels de la situation de la crise du changement climatique, de la pandémie, de la crise sociale. Il en va de même pour les déclarations spéciales.

Je crois que le processus de préparation de ce sommet a été extraordinaire. J'ai eu la chance, dans la vie, d'avoir été le ministre des affaires étrangères du commandant Hugo Chávez et d'avoir participé depuis 2008 aux démarches qui ont abouti à la construction de ces premières fondations de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes. Il s'agissait du président Lula da Silva du Brésil. Il est très regrettable que le président Jair Bolsonaro, dans une vision négationniste et clivante, ait retiré le Brésil de cette Communauté dont il a tant besoin.

C'est le président Lula da Silva qui nous a réunis le 17 décembre 2008 à Bahias, à Salvador de Bahias, et c'est là que la première étape a été franchie lors du sommet de l'Amérique latine et des Caraïbes, connu sous le nom de CAL. C'est le président mexicain Felipe Calderón qui nous a convoqués, étant de la droite mexicaine et latino-américaine, qui nous a tous convoqués, le 23 février 2010 à Cancún. Et c'est à Caracas, les 2 et 3 décembre 2011, sous la présidence du commandant Hugo Chávez, le commandant révolutionnaire, bolivarien, que la CELAC a été fondée avec la plus grande diversité idéologique connue, les 2 et 3 décembre 2011, à Caracas. Puis vinrent les sommets au Chili, à Cuba, au Costa Rica, en Équateur. Mais nous avons eu quatre ans sans sommet. Et Celac a commencé à décliner. Malheureusement, une fois de plus, en Amérique latine et dans les Caraïbes, l'effort commun a commencé à faiblir. Les libérateurs de notre Amérique d'il y a 200 ans ont dû vivre le déclin de leur projet unitaire et émancipateur.

C'est le libérateur Simón Bolívar qui a convoqué tout ce qui était l'Amérique du Sud, autrefois colonie d'Espagne, au Panama en juin 1826. Dans quelques années, on commémorera le 200e anniversaire du Congrès de Panama. Et puis vint la division, le déclin il y a presque deux siècles, jusqu'à ce que le chemin soit repris à travers cet instrument : la CELAC.

Nous croyons profondément au dialogue de la diversité et je dis au président du Paraguay, fixez la date, le lieu et l'heure d'un débat sur la démocratie, au Paraguay, au Venezuela et en Amérique latine, et nous sommes prêts à l'organiser, fixez le lieu. Ou je le dis un peu plus, si vous me permettez d'être passionné, fixez la date, le lieu d'un débat, Président Lacalle, ou fixez la date, le lieu d'un débat ; ou fixez l'heure, Président López Obrador, et le Venezuela est prêt à débattre de la démocratie, des libertés, de la résistance, de la révolution et de tout ce qui doit être débattu, le néolibéralisme ; devant le peuple, en direct, en privé, comme vous le souhaitez, avec respect, sans exclusions.

J'ai beaucoup aimé une phrase que l'un d'entre vous a prononcée, selon laquelle nous ne devrions pas former de clubs idéologiques. Nous ne devons pas idéologiser les politiques internationales, je l'ai appris en tant que ministre des affaires étrangères, et savez-vous qui m'a appris cela ? Hugo Rafael Chávez Frías. La politique internationale doit être au service du droit international, des grands intérêts de l'humanité, des grands intérêts de la région, et nous devons tourner la page du divisionnisme qui s'est inséré en Amérique latine, du harcèlement de la révolution bolivarienne, et maintenant du harcèlement incessant des révolutions cubaine et nicaraguayenne. Ce n'est pas la voie à suivre. Nous aurions assez de pierres à jeter sur certains d'entre vous, mais nous ne sommes pas là pour jeter des pierres, nous sommes là pour tendre la main pour le travail, pour le dialogue et pour l'unité dans les grands événements.

Tous ceux qui sont ici sont des chefs de gouvernement, nous sommes des chefs d'État et nous vivons dans une angoisse permanente sur ce qu'il faut faire à temps pour sauver nos peuples, pour s'occuper de nos peuples, que faire de ce bagage de décisions, de cette doctrine commune que nous générons dans la diversité ?

source : http://www.mppre.gob.ve/discurso/discurso-presidente-maduro-vi-cumbre-jefes-estado-celac/

Tag(s) : #Venezuela#CELAC#Maduro

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LE GOUVERNEMENT MADURO REVIENT AU FMI ET CEDE A L’IMPERIALISME

Par Le 16/09/2021

15 Septembre 2021

Mercredi 15 septembre 2021
Parti communiste du Venezuela : Le gouvernement Maduro revient au FMI et cède à l'impérialisme


Dans une déclaration concernant le deuxième cycle de négociations entre le gouvernement social-démocrate de Nicolas Maduro et l'opposition pro-USA au Mexique, le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) souligne :
" Le deuxième cycle de négociations entre les deux groupes opposés de la bourgeoisie nationale a eu lieu au Mexique du 3 au 6 septembre. Les deux parties ont annoncé deux premiers accords partiels comme étant une grande avancée pour les intérêts du pays et du peuple vénézuélien. L'un des accords se réfère à "la défense de la souveraineté du Venezuela sur la bande d'Essequibo" tandis que l'autre se présente sous le titre d'"un accord pour la protection sociale du peuple vénézuélien". 


Ces deux accords sont une fausse façade qui dissimule la véritable reddition et les objectifs anti-populaires du pacte de l'élite. Ils utilisent le différend territorial avec le Guayana pour démontrer une prétendue souveraineté et une attitude nationaliste, alors que l'on sait que l'une des parties encourage depuis des années les sanctions illégales et l'ingérence étrangère contre le Venezuela, tandis que l'autre avance dans une politique éhontée de concessions de souveraineté, de privatisations et de remise de nos ressources et de nos richesses au capital monopolistique transnational par le biais de la loi anti-blocage anticonstitutionnelle, de la loi sur les zones économiques spéciales et des intentions déclarées de réformer la loi sur les hydrocarbures. 

Mais il y a plus grave encore : sous l'euphémisme de "protection de l'économie nationale et de mesures sociales pour le peuple vénézuélien", les deux partis ont annoncé leur engagement à prendre des mesures pour que le Venezuela puisse accéder aux droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international (FMI) et demander d'autres ressources aux organisations multilatérales. En d'autres termes, le pacte mexicain a fait le premier pas vers le retour du Venezuela dans les institutions financières du consensus de Washington. 

Plusieurs défenseurs du pacte soulignent déjà que les DTS du FMI ne sont pas des prêts et ne compromettront donc pas la souveraineté de la politique économique du pays. Certes, le Venezuela a le droit de recevoir ces fonds en tant que pays membre du FMI. Cependant, les circonstances dans lesquelles cela se produirait (médiatisées par l'action politique de la droite pro-impérialiste et dans le contexte d'une crise économique nationale aiguë) nous amènent à penser qu'il serait naïf de penser que ces forces ne profiteront pas pour imposer certaines conditions. 

En outre, une fois les DTS du FMI approuvés, le pacte mexicain a accepté d'entreprendre des démarches pour obtenir des ressources auprès d'autres organisations internationales multilatérales. Bien qu'il soit intéressant de noter qu'il n'est pas précisé quelles organisations, les gens ont indiqué qu'ils pourraient inclure la recherche de prêts auprès du FMI, de la Banque mondiale, de la Banque interaméricaine de développement et d'autres organisations dans l'orbite de domination de l'impérialisme américain et européen. 

Au Mexique, la soumission du Venezuela à un plan de "sauvetage" financier avec son programme d'ajustement macroéconomique néolibéral respectif régi par les objectifs fixés par ces institutions multilatérales est en train de couver. 

Le gouvernement de Nicolás Maduro est parfaitement conscient qu'aller vers ces institutions implique de se soumettre à leurs politiques. Son gouvernement le cache délibérément afin de ne pas signaler explicitement sa politique de capitulation. La droite pro-impérialiste, en revanche, soutient cette demande au FMI et aux autres organisations multilatérales, car elle sait que ce rapprochement entraînera des changements en faveur des intérêts du capital transnational et national qu'elle représente. Avec le pacte mexicain, le gouvernement Maduro cède à l'impérialisme. 

En s'adressant à ces organisations financières, le gouvernement cherche à transmettre un message de confiance au gouvernement américain et au capital monopoliste transnational qu'il cherche désespérément à attirer dans le cadre de sa politique de libéralisation économique. 

Se soumettre aux exigences du FMI ou de la Banque mondiale ne représentera pas un grand changement pour le gouvernement national. L'actuel programme d'austérité économique qu'il met en œuvre coïncide largement avec le programme néolibéral de ces institutions : libération des prix, gel des salaires, déréglementation du travail, privatisations, préférences fiscales et d'impôts pour le capital, entre autres. Paradoxalement, tout cela est voilé sous le discours de placer le "bien-être du peuple au centre" ou avec l'argument cynique de "récupérer les libertés économiques du peuple." 

La soumission du Venezuela aux programmes de prêts de ces organisations entraînera de graves conséquences pour le pays et les travailleurs en matière de droits du travail, d'accès universel aux services publics, ainsi que la perte de souveraineté et le démantèlement de la propriété de l'État, comme le montrent déjà les récents événements en Argentine, en Équateur et les résultats concrets de l'expérience historique du Venezuela à la fin des années 1980, avec des résultats tragiques pour notre peuple.  

Depuis le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV), nous exprimons notre rejet énergique de toute tentative de soumettre le pays et le peuple vénézuélien, dans les conditions précaires actuelles de l'économie, aux sacrifices encore plus agressifs imposés par ces organisations financières.  

Le pacte bourgeois de Mexico révèle son véritable objectif à chacune de ses sessions : jeter les bases institutionnelles et légales de la répartition des richesses du pays entre le capital privé national et étranger, en faisant porter les conséquences de la crise profonde actuelle sur les épaules des travailleurs.

La classe ouvrière et le peuple en général ne peuvent se laisser berner par les illusions et les offres trompeuses du pacte bourgeois de Mexico.  

Face au pacte entre les élites de la bourgeoisie, à la crise, à l'ajustement néolibéral et à l'agression impérialiste, continuons à construire l'Alternative Populaire Révolutionnaire. Il est possible de conquérir une sortie de crise qui mette au centre les intérêts et les droits des travailleurs de la ville et de la campagne.

Caracas, 11 septembre 2021

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela
 

source : https://www.idcommunism.com/2021/09/communist-party-of-venezuela-maduro-government-returns-to-imf-gives-in-to-imperialism.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REJETTE ENERGIQUEMENT LES FAUSSES ACCUSATIONS DES ETATS-UNIS

Par Le 16/09/2021

16 Septembre 2021

Le Venezuela rejette énergiquement les fausses accusations des Etats-Unis

La République bolivarienne du Venezuela condamne énergiquement la pratique illégale et illégale des États-Unis d’Amérique (États-Unis d’Amérique) ) de vouloir s’ériger en police supranationale d’États souverains et indépendants, comme en témoigne le Mémorandum sur les principaux pays producteurs de drogues illicites ou de transit de drogues importantes pour l’année fiscale 2022, publié le 15 septembre de cette année.

Ce fait viole les principes fondamentaux du droit international public, tels que le respect mutuel souverain, l’indépendance politique, l’égalité juridique, la non-ingérence dans les affaires intérieures et un principe fondamental des relations juridiques et éthiques internationales: la bonne foi, par laquelle le gouvernement des États-Unis persiste dans son intention inappropriée de jouer le gendarme mondial antidrogue alors que sa balance des paiements repose sur le centre de légitimation des capitaux – provenant de la drogue – le plus grand de la planète.

Paradoxalement, il est inhabituel que son principal partenaire et mandataire sur la scène géopolitique mondiale, le gouvernement de la République de Colombie, soit le premier producteur mondial de cocaïne, alors qu’il s’agit aujourd’hui d’une grande culture floue sur toute sa géographie pour se perpétuer comme le premier producteur mondial de cocaïne.

De même, il est douteux que le pays qui se disputent l ' hégémonie financière mondiale et dont le système bancaire applique une politique mensongère de contrôle du blanchiment d ' argent provenant de la production et du trafic de drogues tente de donner des leçons à la communauté internationale au mépris de la souveraineté et de la juridiction des États.

Il convient de rappeler que le Venezuela respecte strictement les dispositions des conventions internationales relatives au contrôle des substances psychotropes et des stupéfiants. Notre pays est reconnu par l ' Organisation des Nations Unies comme un pays exempt de cultures illicites, grâce au travail constant des forces de l ' ordre, aux politiques préventives et à la volonté de coopérer de manière coordonnée, multidisciplinaire et non politisée, sur la base des principes de la souveraineté et du multilatéralisme.

Au moment où le Venezuela approfondit le dialogue politique national, les agressions ne manquent pas pour détourner la marche soutenue vers la paix et la stabilité démocratique. , comme la Colombie, dont la participation au crime de narcotrafic est avérée, continuent cyniquement d’être protégés et maquillés par la Maison Blanche.

La République bolivarienne du Venezuela condamne la politisation de cette question et exhorte les gouvernements du monde entier à la traiter de manière éthique et responsable, en évitant à tout prix de l ' instrumentaliser pour favoriser des opérations de contrôle extraterritorial et d ' interventionnisme dans des États tiers souverains.

Caracas, le 15 septembre 2021

source : http://www.mppre.gob.ve/comunicado/venezuela-rechaza-estados-unidos-drogas/

Tag(s) : #Venezuela#USA

Dans VENEZUELA

DES CENTAINES D’ONG DEMANDENT LA FIN DES SANCTIONS CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 15/09/2021

15 Septembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-09-14 20:05:20

 

 

Caracas, 14 septembre (RHC) Des organisations de la société civile et des mouvements sociaux et populaires ont exhorté l’Organisation des Nations Unies (ONU) à "demander officiellement au gouvernement des États-Unis de lever sans condition les mesures coercitives unilatérales qu’il a prises contre le pays (Venezuela)".

Une pétition officielle publiée lundi sur le site web du ministère vénézuélien des Affaires Étrangères, paraphée par 847 signataires, dont 267 ONG du Venezuela et d’autres pays, s’adresse spécifiquement à la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet et à la Rapporteuse spéciale sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur l’exercice des droits de l’homme, Alena Douhan.

"Les nombreuses restrictions unilatérales que les Etats-Unis appliquent depuis 2014, constituent un crime contre l’humanité car elles entravent l’accès aux biens et services nécessaires au développement social du peuple vénézuélien et elles violent le droit international et le principe de l’autodétermination du peuple", indique le texte.

La pétition souligne que les restrictions unilatérales des États-Unis cherchent à priver le Venezuela de médicaments, de nourriture, de carburants, de services, d’infrastructures essentielles, ainsi qu’à provoquer une crise en matière de santé.

La pétition est présentée alors que la vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez, a déclaré au Parlement que la détérioration des services publics du pays est le résultat des sanctions imposées par les États-Unis, l’Union européenne (UE) et leurs alliés.

Entre-temps, le sénateur américain Bob Menéndez et des législateurs européens ont souligné que l’avenir des sanctions contre le Venezuela dépendra du résultat des dialogues entre le gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro et l’opposante Plateforme Unitaire, commencés à la mi-août à Mexico.

Les délégations du gouvernement de Maduro et de l’opposition vénézuélienne ont entamé leurs dialogues en août dernier et sont parvenues à un mémorandum d’entente. La deuxième phase de ces négociations s’est achevée sur deux volets intitulés ‘Accord pour la ratification et la défense de la souveraineté du Venezuela sur la Guyane Esequiba' et‘ Accord partiel pour la protection sociale du peuple vénézuélien'.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/270231-des-centaines-dong-demandent-la-fin-des-sanctions-contre-le-venezuela

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU MEXIQUE : ASSEZ DES ATTAQUES DE MADURO CONTRE LES DROITS DEMOCRATIQUES DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA ET DE L’APR!

Par Le 10/09/2021

9 Septembre 2021

Parti communiste du Mexique: Assez des attaques de Maduro contre les droits démocratiques du Parti communiste du Venezuela et de l'APR
9/7/21 10:48 AM
Assez des attaques de Maduro contre les droits démocratiques du Parti communiste du Venezuela et de l'APR !

Mexico, 6 septembre 2021

Au cours du processus d'élection de l'Assemblée nationale en 2020, le Parti communiste du Venezuela et l'Alternative populaire révolutionnaire (APR) ont été soumis à la censure et aux calomnies du président Nicolás Maduro, de ses fonctionnaires et du PSUV. De manière inquiétante, le gouvernement est intervenu dans la vie interne de plusieurs des partis qui composent l'ARP. Ainsi, par exemple, les membres du parti Patria Para Todos ont été privés de leur inscription électorale et leur papier à en-tête a été remis à un groupe pro-gouvernemental ; Nous avons également assisté à la persécution politique contre le parti Tupamaro et aux dures conditions de détention de son dirigeant José Pinto ; il y a une persécution contre les dirigeants syndicaux des organisations proches de l'APR et l'assassinat de camarades du PCV dans le mouvement paysan et populaire n'est toujours pas résolu. La campagne noire ainsi que la censure n'ont pas réussi à empêcher un vote important pour l'APR, de sorte qu'avec des manœuvres de palais, ils ont été privés des sièges parlementaires qui leur correspondaient en fonction de leur pourcentage.

Malgré tout l'appareil gouvernemental contre eux, le PCV et le RPA ont remporté une importante victoire qualitative en imposant une voix de la classe ouvrière, des paysans pauvres, des femmes travailleuses et des jeunes à l'Assemblée nationale. Le député communiste Oscar Figuera, qui exprime fidèlement non seulement la position du PCV, mais aussi celle de la diversité des organisations qui font partie de l'APR. Cependant, la campagne du gouvernement et du PSUV s'est poursuivie. Ces derniers mois, le comportement autoritaire du président de l'Assemblée nationale, Jorge Rodriguez, visant à empêcher le PCV et l'APR de s'exprimer, et menaçant maintenant de retirer le droit de parole pendant un mois, est devenu évident. Lorsque le député communiste prend la parole à l'Assemblée nationale, la chaîne de télévision parlementaire suspend la transmission. C'est la logique anticommuniste de Maduro, dont M. Rodriguez est un triste instrument.

Aujourd'hui, les attaques contre les droits et libertés démocratiques progressent lorsqu'une fois de plus, sur instruction du gouvernement, l'enregistrement de la candidature à la mairie de Caracas d'Eduardo Samán, soutenu par l'ARP et les secteurs sociaux et populaires et inscrit sur la carte électorale du Parti communiste du Venezuela, est empêché. C'est un acte inadmissible que nous condamnons.

Comme l'a démontré le Parti communiste vénézuélien, les Dialogues de Mexico, parrainés par Lopez Obrador, entre le gouvernement de Maduro et l'opposition dirigée par Guaidó visent à configurer un nouveau Pacte de Puntofijo qui avait entre autres caractéristiques celle d'être un mécanisme anticommuniste.

Nous exprimons notre entière solidarité au Parti communiste du Venezuela, à l'Alternative populaire révolutionnaire et nous exigeons le respect du droit de la classe ouvrière à présenter ses candidats aux élections de cette année,

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Le Comité central du Parti communiste du Mexique

source : http://solidnet.org/article/CP-of-Mexico-Basta-ya-de-atentados-de-Maduro-contra-los-derechos-democraticos-del-Partido-Comunista-de-Venezuela-y-la-APR/

Tag(s) : #PCM#PCV#Communiste#Venezuela#Mexique

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : DECES DE FERMIN TORO JIMENEZ, REVOLUTIONNAIRE ET PERE DU DROIT INTERNATIONAL VENEZUELIEN

Par Le 10/09/2021

9 Septembre 2021

Décès de Fermín Toro Jiménez, révolutionnaire et père du droit international vénézuélien
Écrit par Enio Melean le 09/09/2021. Posted in News

Le départ physique ce 8 septembre de l'ambassadeur et professeur d'université, Fermín Toro Jiménez, laisse un grand vide dans le domaine du droit international, dans lequel il est considéré comme le père de cette discipline dans le pays, et aussi dans les rangs du militantisme révolutionnaire, qui a caractérisé ses actions en politique tout au long de sa vie.

Le diplomate et enseignant est né le 26 octobre 1933. Docteur en droit, défenseur passionné de la souveraineté nationale et de la thèse de l'immunité juridictionnelle des États, co-rédacteur du chapitre international de la Constitution de 1999 de la République bolivarienne du Venezuela et auteur de plusieurs textes sur le droit international public et les organisations internationales.

Sa longue carrière dans des postes publics et universitaires a commencé en 1958-1959, lorsqu'il a été conseiller de la délégation vénézuélienne auprès des Nations unies (ONU) à Genève, en Suisse. En 1959, il a commencé à enseigner en tant que professeur titulaire à la faculté des sciences juridiques et politiques de l'université centrale du Venezuela (UCV).

Des années plus tard, entre 1994 et 1999, il a été directeur de l'Instituto de Altos Estudios Diplomáticos "Pedro Gual".

Pendant la période de la révolution bolivarienne, l'ambassadeur Toro Jiménez a été conseiller juridique de la présidence de la République de 2002 à 2003, directeur des relations présidentielles internationales et agent de l'État pour les droits de l'homme devant le système international de 2003 à 2004, et ambassadeur de la République bolivarienne du Venezuela auprès de l'ONU, à New York, aux États-Unis, de 2004 à 2006.

Au niveau académique, il a également étendu sa vocation éducative à l'Université bolivarienne du Venezuela (UBV), où il est resté en tant que professeur titulaire à l'École d'études politiques de 2007 jusqu'à son départ physique.

Le professeur Fermín Toro Jiménez a toujours agi sur la base de ses principes révolutionnaires droits, engagés dans les luttes justes des peuples, et de l'esprit internationaliste pour la cause de l'humanité.

source : http://www.mppre.gob.ve/2021/09/09/fallece-fermin-toro-jimenez-padre-derecho-internacional/

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE CONSEIL NATIONAL ELECTORAL TENTE DE BLOQUER LA CANDIDATURE COMMUNISTE A LA MAIRIE DE CARACAS

Par Le 07/09/2021

6 Septembre 2021

 

Le Conseil national électoral tente de bloquer la candidature du Parti communiste à la mairie de Caracas
9/6/21 9:39 AM
 Le Conseil National Electoral tente de bloquer la candidature du Parti Communiste à la Mairie de Caracas.

 

Le Parti communiste du Venezuela informe que le dimanche 5 septembre, le Conseil national électoral a annoncé que la candidature d'Eduardo Saman à la mairie du Libertador de Caracas était "rejetée". 

L'annonce a été faite une heure après la clôture de la deuxième prolongation des postulations pour les élections du 21 novembre, ce qui signifie que l'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR) se retrouve sans candidat dans la capitale. 

Face à cette situation, le PCV a substitué le nom de Saman dans le système de postulation électorale pour garantir cet espace. 

Nous exigeons que le pouvoir électoral explique cette décision qui, à première vue, semble être une nouvelle tentative d'affaiblir la candidature de l'APR sur le ticket du PCV à Caracas. 

Nous appelons le mouvement révolutionnaire populaire de Caracas à être vigilant face à cette nouvelle attaque qui n'est que la dernière d'une longue liste d'attaques institutionnelles contre l'ARP et le PCV. 

Nous ratifions notre engagement à construire une véritable alternative qui affronte le pacte entre les élites qui se développe actuellement.

 

Nous sommes avec le peuple pour construire un nouvel espoir !

 

Oscar Figuera

Secrétaire Général du Comité Central du PCV 

Adelaida Zerpa

Secrétaire politique de la Commission de réorganisation du PCV à Caracas.

 

Caracas, le 5 septembre

https://prensapcv.wordpress.com/2021/09/05/denuncia-cne-intenta-bloquear-la-candidatura-de-eduardo-saman-a-la-alcaldia-de-caracas/

source : http://solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-DENOUNCEMENT.-National-Electoral-Council-tries-to-block-the-Communist-Partys-candidature-to-the-Caracas-Mayorship/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET LE MEXIQUE VALIDENT L’UTILISATION DU VACCIN CUBAIN CONTRE LE COVID-19

Par Le 02/09/2021

2 Septembre 2021

Pour Cuba, l'obtention de plusieurs vaccins contre le coronavirus dans les conditions d'un blocus hostile représente un jalon scientifique, mais cette approbation augmente l'intérêt suscité dans le monde entier par ses médicaments

Auteur: José LLamos Camejo | informacion@granmai.cu

Auteur: Nuria Barbosa Leon | informacion@granma.cu

1er septembre 2021 11:09:27


Production du vaccin Abdala dans les laboratoires cubains. Photo: Ricardo López Hevia

La vice-présidente exécutive du Venezuela, Delcy Rodriguez, a dénoncé le fait que le blocus « entrave considérablement la vaccination » (contre le COVID-19) dans son pays et à Cuba, tout en soulignant que « nous sommes toujours là ».

En abordant cette question, la dirigeante bolivarienne a salué les progrès réalisés par Cuba dans le processus d'obtention de vaccins contre le SARS-CoV-2, ainsi que les progrès du Venezuela dans la vaccination de sa population, malgré le caractère criminel du blocus, et a souligné que « rien ne nous a arrêtés ».

Elle a critiqué le fait que, contrairement à une poignée de nations privilégiées, la plupart des pays du monde n'ont pas eu accès aux vaccins contre le nouveau coronavirus ; « l'iniquité, le déséquilibre, les caractéristiques du monde capitaliste ont été imposés au processus de vaccination et au contrôle de la pandémie ».

Delcy Rodriguez a également annoncé que depuis le début de cette semaine, le Venezuela accélère le processus de vaccination, dans le but d’immuniser 22 000 000 de Vénézuéliens (70 % de la population) dans les plus brefs délais. À cette fin, a-t-elle ajouté, le nombre de points de vaccination situés dans les centres de diagnostic intégral (CDI) sera porté à 179, sans affecter les autres services fournis par ces institutions. Elle a également annoncé l'ouverture de 452 sites de vaccination supplémentaires dans différents centres de santé et autres établissements du pays.

Le Mexique approuve le vaccin cubain Abdala

Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a annoncé que le vaccin cubain Abdala a reçu un avis favorable de la Commission fédérale de protection contre les risques sanitaires (Cofepris) de son pays.

Il a expliqué que la prochaine étape consiste en l'évaluation des dossiers par la société pharmaceutique Neuronic Mexicana S.A. de C.V. et le Centre de génie génétique et de biotechnologie (CIGB), de Cuba, afin d'obtenir une autorisation sanitaire.

Selon le chef de la diplomatie mexicaine, cité par l’agence Prensa Latina, cette action répond à l'engagement de soutenir la production de médicaments anti-COVID-19 parmi les membres de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), dont son pays assure le secrétariat pro tempore.

Il a reconnu qu'il s'agit du premier vaccin anti-COVID-19 d'origine latino-américaine à être autorisé par des spécialistes mexicains et à obtenir un avis technique favorable sur les exigences de qualité, de sécurité et d'efficacité, qui sont essentielles lorsqu'on envisage d'utiliser un produit biologique chez les êtres humains.

Cofepris a signalé que le Comité des nouvelles molécules a émis des critères positifs sur l'autorisation d'utilisation d'urgence d'Abdala, et a expliqué que l'immunogène cubain est composé d'une protéine recombinante du domaine de liaison au récepteur du virus SARS-CoV-2, responsable de la COVID-19.

Pour Cuba, l'obtention de plusieurs vaccins contre le coronavirus, dans des conditions de blocus hostile, représente un jalon scientifique, mais cette approbation augmente l'intérêt suscité dans le monde entier par ses médicaments.
source : http://fr.granma.cu/mundo/2021-09-01/le-venezuela-et-le-mexique-valident-lutilisation-du-vaccin-cubain-contre-la-covid-19

Tag(s) : #Cuba#Venezuela#Mexique

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DENONCE UNE ATTAQUE MULTIFORME DES ETATS-UNIS ET DE LEURS ALLIES

Par Le 31/08/2021

31 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-30 16:59:06

 

 

Caracas, 30 août (RHC) Le Venezuela remet une fois de plus en question les sanctions des États-Unis et de leurs alliés contre Caracasi, en particulier dans le contexte de la pandémie de  COVID-19, sanctions qu’il qualifie d’illégales et de violations du droit international.

Dans une interview avec le programme, ‘Ici Avec Ernesto Villegas' qui diffuse Venezolana de Televisión (VTV), le ministre vénézuélien du Pouvoir Populaire pour les Relations Intérieures, Justicia y Paz , Remigio Ceballos, a affirmé que Caracas a affronté des assauts impériaux et des groupes économiques qui prétendent s’emparer des ressources de la nation sud-américaine.

Remigio Ceballos, qui est également, le vice-président du gouvernement vénézuélien pour la sécurité citoyenne a déclaré que ces aspirations impérialistes ne se sont pas matérialisées parce qu’il y a au Venezuela une force armée nationaliste et consciente et un peuple révolutionnaire.

Enfin, il a demandé au peuple vénézuélien et à toutes les institutions du pays bolivarien de maintenir l’unité face à de tels complots de l’impérialisme.

Par ailleurs, le Ministère des relations extérieures du Venezuela a accusé la Colombie de créer de faux conflits au lieu de résoudre les crises par la coordination.

Dans un communiqué publié dimanche, le ministère vénézuélien des Affaires Étrangères a réfuté les accusations portées contre elle par la Colombie, qui a affirmé le même jour que des militaires vénézuéliens auraient arraisonné de manière "arbitraire" une embarcation qui naviguait sur un fleuve colombien frontalier avec le Venezuela en violation du Traité sur la démarcation des frontières et la navigation des fleuves communs signé en 1941.

"Le Venezuela rejette le communiqué incohérent du ministère colombien des Affaires Étrangères qui cherche à accroître les tensions entre les deux pays, générant de faux conflits dans des interactions qui peuvent être résolues par la coordination des autorités locales", lit-on dans le texte.

Il a également évoqué la situation sociale complexe à la frontière entre les deux pays, appelant Bogota à mener des négociations et à "coordonner la diplomatie" afin de résoudre les crises.

Il a toutefois ajouté que "le fait que le Gouvernement colombien ne soit pas disposé à établir des voies de communication rend plus difficile de travailler plus efficacement en faveur de la légalité à la frontière".

Cela alors que le Gouvernement vénézuélien, présidé par Nicolas Maduro, respecte tous les traités internationaux et, en outre, est prêt à coopérer pour régler les conflits et établir la sécurité et la stabilité garanties aux frontières communes avec la Colombie, a-t-il précisé.

Partageant 2200 kilomètres de frontière, Caracas et Bogota entretiennent une confrontation tendue ces dernières années. Les deux pays ont rompu toutes leurs relations diplomatiques en 2019, après que la Colombie, suivie des États-Unis, a reconnu le chef de l’opposition Juan Guaidó comme le "président par intérim" du Venezuela.

Les tensions entre Bogota et Caracas se sont intensifiées au début du mois de mai 2020, lorsque le Gouvernement vénézuélien a dénoncé avoir démantelé une incursion mercenaire, appelée opération Gédéon, orchestrée par Washington et Bogota, dans le but d'"assassiner" Maduro.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/268544-le-venezuela-denonce-une-attaque-multiforme-des-etats-unis-et-de-leurs-allies

 

Tag(s) : #Venezuela