VENEZUELA

L’ARMÉE DE L'AIR VENEZUELIENNE ABAT UN AVION AMÉRICAIN BOURRE D'ARMES ET DE MUNITIONS

Venezuela: l’armée de l’air abat un avion US

Venezuela: l’armée de l’air abat un avion US

folder_openAmériques access_timedepuis 4 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec PressTV

L’armée de l'air vénézuélienne abat un avion américain qui s'était infiltré dans le ciel  du pays. Les premières informations font état d'un Su-30 de l'armée de l'air vénézuélienne, qui aurait pris pour cible d'un missile air-air l'appareil américain, bourré, selon un communiqué de l'armée, de drogues, d'armes et de munitions.

Le poste de commandement de l'armée vénézuélienne qui affirmait il y a deux jours et à l'occasion de la journée de l'indépendance «ne pas permettre aux truands et aux terroristes» de s'emparer de la République, a déclaré dans un bref communiqué publié sur sa page Twitter que «le commandement de la force aérospatiale vénézuélienne avait intercepté un avion américain dans l'espace aérien de ce pays dans la nuit du 8 juillet et l'avait visé conformément à la loi».

Quelques instants après, le Commandement a aussi publié des images de l'avion. C'est un Hawker 800, immatriculé aux Etats-Unis, dont la dernière route de vol enregistrée se trouvait au Mexique, de l'État central de Toluca à l'île de Cozumel dans les Caraïbes.

Le caractère non militaire de l'appareil, un biréacteur, n'enlève rien de l'importance de l'opération qui ligote ainsi le ciel vénézuélien sur les avions ennemis et surtout américain.

Il s'agit du deuxième échec de l'armée US face au Venezuela après la tentative d'invasion navale ratée du mois de mai.

Selon les sources d'information, l'armée de l'air bolivarienne avait lancé, avant de tirer, plusieurs avertissements à l'appareil américain sans que ce dernier y prenne garde.

En 2013, le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé l'adoption d'une loi au Parlement du pays qui autoriserait les forces armées à abattre tout avion qui viole l'espace aérien du pays.

https://www.french.alahednews.com.lb/35838/347


 

LE PRESIDENT MADURO DÉNONCE LE DURCISSEMENT DES SANCTIONS US AU MILIEU DU COVID-19

 

Maduro dénonce le durcissement des sanctions des Etats-Unis au milieu du Covid
 
Caracas, 5 juillet (Prensa Latina) Le président Nicolás Maduro a dénoncé aujourd'hui qu'en pleine pandémie de Covid-19, les États-Unis, avec le soutien de la droite, ont intensifié les sanctions et le blocus contre le Venezuela.

Lors d'un défilé militaire pour commémorer le 209e anniversaire de la signature de l'Acte d'indépendance du Venezuela et la journée des Forces armées nationales boliviennes (FANB), le président a assuré qu'en dépit de tout cela, le pays était sorti vainqueur.

Il a déclaré que le secrétaire de l'ONU, António Guterres, a appelé à la fin des pressions et des blocus en pleine pandémie, mais que Washington et ses alliés poursuivent leurs agressions.

Il a souligné que grâce à l'union civilo-militaire en mars dernier, toutes les prétentions déstabilisatrices contre la nation ont été neutralisées et il a souligné que "nous sommes ici, debout, en marche vers la victoire".

Il a rappelé que cette union, qui constitue un bastion de la révolution bolivarienne, était une doctrine du commandant Hugo Chávez, qui a su sauver l'unité entre les forces armées et le peuple.

Le chef de l'Etat a rappelé que depuis le 1er juillet, il a reçu près de 100 lettres de félicitations de dirigeants du monde entier, en commémoration du 209ème anniversaire de l'indépendance, et il les a remerciés pour ce geste.

Il a souligné que la bataille actuelle est contre le virus et que toutes les mesures ont été prises, mais que des personnes infectées continuent d'arriver de Colombie.

ale/ycv
source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=379317&SEO=maduro-denuncia-a-ee.uu.-por-recrudecer-sanciones-en-medio-de-covid



 

VENEZUELA-IRAN : LE TEMPS DES MISSILES

L'Iran a-t-il doté le Venezuela de quoi handicaper la IVe flotte US?

Sun Jul 5, 2020 9:0AM

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (C) s’adresse à un commandant lors d’exercices militaires sur la base navale Agustin Armario à Puerto Cabello (Venezuela), le 27 janvier 2019. ©AFP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (C) s’adresse à un commandant lors d’exercices militaires sur la base navale Agustin Armario à Puerto Cabello (Venezuela), le 27 janvier 2019. ©AFP

Depuis cet exercice militaire organisée fin mai sur les côtes vénézuéliennes et ce, en prévision d'une éventelle attaque de la IVe flotte contre les 5 pétroliers iraniens, il se passe plus d'un mois : un mois pendant lequel les USA et leurs acolytes british se sont démenés pour concevoir une riposte propre à empêcher que ce corridor ultra stratégique anti-sanction que l'Iran a créé entre le golfe Persique et les Caraïbes soit coupé net.

Cette riposte a deux volets : le détournement de l'or vénézuélien par les banques britanniques et le verdict d'une cours américaine pour la saisie de quatre autres pétroliers iraniens en partance pour le Venezuela. Mais les Américains ont parfaitement tort s'ils croient que l'axe de la Résistance-Venezuela attendra pour que les frégates US s'emparent des navires iraniens et détournent leur cargaison. Pour se détromper, ils ont intérêts à bien suivre les propos tout récents de Maduro.

Iran: des missiles de croisière de 700 km de portée ou adieu l'US Navy

Iran: des missiles de croisière de 700 km de portée ou adieu l'US Navy

Le commandant de la marine du CGRI a annoncé que le Corps disposait de missiles de croisière antinavires d’une portée de 700 kilomètres.

Le président vénézuélien a insisté samedi 4 juillet sur l’impératif que représente le fait « de renforcer l’armée » dans « divers domaines y compris la fourniture de nouvelles armes ». Certains observateurs y voient surtout un lien direct avec la présence des conseillers militaires iraniens dans le pays et l'appui militaire que l'Iran aurait pu apporter aux forces armées du pays, appui qui pourrait tout raison garder élargir l'arsenal défensif de la République bolivarienne et la doter de quoi faire passer de très mauvais quart d'heure aux frégates US qui ont tendance à trop se sentir en sécurité près des côtes vénézuéliennes. Pour un Iran qui se tient à tout moment prêt à faire face aux forces US dans le golfe Persique, ce serait d'ailleurs un honneur que de prêter assistance à un Venezuela qui défend son droit au commerce libre. Alors à quoi peut ressembler le tir des missiles côte-mer iraniens au Venezuela? 

S’exprimant samedi à l’occasion de la Journée des forces armées, Nicolas Maduro a réitéré son engagement à renforcer les Forces armées nationales bolivariennes jusqu’à ce que le niveau de préparation maximum soit atteint pour défendre le pays. 

Sur son compte Mastodon, le président vénézuélien a ainsi souligné la nécessité pour les forces militaires du pays d'atteindre le plus haut niveau de doctrine, de moralité, de stratégie, de défense, de formation opérationnelle, avec la fourniture du système d'armes et une plus grande capacité de réaction rapide. Tout le monde y a vu une référence indirecte aux coopérations militaires que le pays pourrait avoir avec l'Iran ou encore avec l'axe de la Résistance. 

Des missiles côte-mer

Des missiles côte-mer

Le satellite Nour-1 a-t-il déjà fait son épreuve en Amérique du nord...

Maduro a félicité les forces armées du pays, composées de l'armée bolivarienne (EB), de la marine bolivarienne, de l'aviation militaire bolivarienne, de la garde nationale bolivarienne et des forces de mobilisation populaires à l'occasion de l'anniversaire de la fondation de l'armée nationale par le père de la nation, Simon Bolivar et des héros de la République. Ce message a aussi envoyé à l'assaut naval raté des Américains le 3 mai.

Le 3 mai, l’armée vénézuélienne a déjoué une attaque navale de mercenaires soutenus par Washington qui étaient entrés dans le pays via la Colombie pour enlever le président Maduro. Plus tard, il a été révélé que deux des mercenaires arrêtés étaient des employés d’une société de sécurité privée américaine. Les deux ont reconnu avoir été impliqués dans un programme de formation des forces de l’opposition pour kidnapper Maduro. 

Alors que les quatre nouveaux pétroliers iraniens approchent des eaux vénézuéliennes, divers systèmes de défense antimissile vénézuéliens sont prêts à contrer toute action imprudente des États-Unis. Il y a évidemment les systèmes de missiles S-125 Pakurta BukM-2 mais avec son large littoral, le Venezuela a parfaitement le droit de renforcer ses défenses contre les menaces américaines. 

Les missiles antinavire de fabrication iranienne l'intéresserait? Pourquoi pas. Le projet de construction d'un drone commun avec l'Iran datant de l'ère de Hugo Chavez a été un franc succès. Le partenariat Téhéran-Caracas semble s'être élargi en la matière rien qu'à voir les images récentes liées aux diplômes de l'armée de l'air vénézuélienne. 

PressTV

PressTV

Des nuées de drones de combat iraniens referont surface aux Caraïbes sous la couleur vénézuélienne?

Il y a tout juste deux semaine l'Iran a testé avec succès des missiles de croisière côte-mer et mer-mer à courte et à longue portée  lors d'une manœuvre navale où les objectifs fixés ont été touchés avec précision. C'est ce genre d'arme qu'il faut au Venezuela pour mieux défendre ses intérêts vitaux aux Caraïbes. 

En effet, la coopération entre l'Iran et le Venezuela dépasserait ainsi le seul cadre de l'échec des sanctions US pour inclure aussi un partenariat militaire propre à clouer au sol les USA dans leur soi-disant « chassée-gardée » dans la région d'Amérique latine, adresse un message clair à Washington ; de cette sorte, le Venezuela prendra entièrement le contrôle de son espace sécuritaire et géopolitique : interrogé par les médias, le porte-parole de la Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement iranien, Hossein Naghavi, déclarait à ce sujet que l'accès du Venezuela aux nouvelles technologies de défense avec l'aide de l'Iran inciterait les pays indépendants à enregistrer de grands progrès et acquis sur fond de confiance en soi et de coopération avec la République islamique... Bref ce cocktail explosif contre une puissance US agonisante.

Iran: la marine pourchasse l'Amérique

Iran: la marine pourchasse l'Amérique

L’ère de commettre un crime dans le golfe Persique et d’en être fier est bel et bien révolue.

http://french.presstv.com/Detail/2020/07/05/628925/Maduro-renforce-son-arme


 

TRUMP AURAIT UTILISE L'ARGENT VOLE AU VENEZUELA POUR CONSTRUIRE SON MUR

 Trump aurait utilisé l'argent volé au Venezuela pour construire son mur
trump muroWashington, 3 juillet (Prensa Latina) Le président américain Donald Trump a utilisé l'argent volé au Venezuela pour construire une partie du mur à la frontière avec le Mexique, selon un rapport de thegrayzone.com.

Trump réitère sa rhétorique anti-immigrants lors de sa visite en Arizona

Le Venezuela ratifie la plainte sur la vente illégale de citrouilles aux États-Unis

On estime que 24 milliards de dollars de fonds publics vénézuéliens ont été pillés et que l'administration Trump a utilisé au moins 601 millions de dollars pour construire un mur militarisé à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, indique le site.

La plainte, signée par Ben Norton, journaliste, écrivain et cinéaste, affirme que depuis que la Maison Blanche a entamé une tentative de coup d'État contre le gouvernement élu du Venezuela en janvier 2019, jusqu'à 24 milliards de dollars de biens publics vénézuéliens ont été confisqués par des pays étrangers, principalement Washington et les États membres de l'Union européenne.

Au cours de sa campagne présidentielle de 2016, M. Trump a insisté à d'innombrables reprises sur le fait qu'il allait "faire payer le Mexique" pour construire un mur géant couvrant les quelque 3 000 km de sa frontière nord.

Qualifiant de douteuses les sources de financement utilisées par le président américain, Norton a déclaré que Trump y avait eu recours, incapable de forcer le pays à financer son projet favori de 18 milliards de dollars, qui coûtait déjà environ 30 millions de dollars par kilomètre dans le sud du Texas.

Norton cite comme source d'information le réseau Univision, qui a examiné les dossiers du Congrès américain et les documents judiciaires, et qui a découvert que l'administration Trump avait profité de 601 millions de dollars du "fonds de confiscation" du département du Trésor pour compléter la construction de la clôture.

Cela s'ajoute aux milliards de dollars de biens de l'État vénézuélien qui ont été illégalement pris par l'administration Trump, dont le plus important est le joyau de la couronne de Caracas, la raffinerie de pétrole Citgo, selon le rapport.

L'article souligne que le scandale de corruption Trump est presque totalement ignoré par les principaux médias d'entreprise.

Sur les milliards de dollars de biens publics vénézuéliens volés par les gouvernements occidentaux, rien ne laisse présager que cet argent sera restitué au peuple vénézuélien, affirme l'article.

Dans son nouveau livre "The Room Where It Happened", John Bolton, ancien conseiller à la sécurité nationale de l'administration Trump, se vante que le gouvernement britannique "était heureux de coopérer à toutes les mesures qu'il pouvait prendre" pour aider les efforts de coup d'Etat de Washington.

Par exemple, le gel des dépôts d'or vénézuéliens à la Banque d'Angleterre, afin que le régime ne puisse pas vendre l'or pour continuer", a déclaré Bolton dans son texte, en référence aux manœuvres contre le Venezuela.

La Banque d'Angleterre possède toujours environ un milliard de dollars en or qu'elle a volé au gouvernement vénézuélien et a refusé de le restituer, souligne Norton.

npg/lb

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=378918&SEO=afirman-que-trump-utilizo-el-dinero-robado-a-venezuela-para-muro


 

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO DONNE 72H A L'AMBASSADRICE DE L'UE POUR QUITTER LE PAYS

Nicolas Maduro

Maduro donne 72h à l'ambassadrice de l'UE pour quitter le Venezuela

© Sputnik . Stringuer

INTERNATIONAL

URL courte

16993

S'abonner

En réaction aux sanctions adoptées le 29 juin par l'Union européenne contre 11 fonctionnaires vénézuéliens, le Président Nicolas Maduro a donné le jour même 72 heures à l'ambassadrice à Caracas pour quitter le pays.

Nicolas Maduro a annoncé le 29 juin l'expulsion de la représentante de l'UE à Caracas Isabel Brilhante Pedrosa lors d'un discours au palais présidentiel de Miraflores.

«Qui sont-ils pour tenter de s'imposer par la menace? Qui sont-ils? Ca suffit! C'est pourquoi j'ai décidé de donner 72 heures à l'ambassadrice de l'Union européenne pour quitter notre pays», a déclaré Nicolas Maduro.

«Nous réglerons cela en 72 heures. [...] On lui fournira un avion pour qu'elle s'en aille, mais nous allons mettre nos affaires en ordre avec l'Union européenne», a-t-il poursuivi.

 

 

Un pétrolier (image d'illustration)

© CC0 / DIMITRISVETSIKAS1969

Washington va ajouter à sa liste noire des dizaines de pétroliers étrangers commerçant avec le Venezuela, selon Reuters

Le Venezuela a suspendu les vols commerciaux en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

 

L'UE a sanctionné le 29 juin 11 responsables vénézuéliens impliqués dans des actions contre l'opposition au gouvernement de Nicolas Maduro, dont Luis Parra qui a tenté de se substituer en mai à Juan Guaido à la présidence du Parlement.

Juan Guaido est reconnu comme Président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays.

«La prétendue élection de Luis Parra n'était pas légitime car elle ne respectait pas les procédures juridiques, ni les principes constitutionnels démocratiques», a déclaré l'Union européenne citée par l'AFP.

Le Venezuela a été en 2017 le premier pays d'Amérique latine à faire l'objet de sanctions de la part de l'UE.

https://fr.sputniknews.com/international/202006301044026963-maduro-donne-72h-a-lambassadrice-de-lue-pour-quitter-le-venezuela/


 

LE VENEZUELA DÉNONCE LA PRESENCE DANS SES EAUX TERRITORIALES D'UN NAVIRE DE GUERRE DES ETATS-UNIS

 

Caracas 25 juin (RHC)- Le ministre de la défense du Venezuela, Vladimir Padrino a dénoncé le fait qu’un navire de guerre du gouvernement des États-Unis s’est approché de 30 miles des côtes vénézuéliennes.

Au cours du meeting de commémoration du 199e anniversaire de la Bataille de Carabobo et de la création de l’Armée de Libération, Vladimir Padrino a qualifié cet acte de provocation digne de l’attitude arrogante d’un gouvernement qui prétend en finir avec la souveraineté du pays par la voie de la violence.

« Ces actes mettent en cause notre droit maritime et la surveillance permanente de nos eaux juridictionnelles a signalé le ministre qui a dit au gouvernement nord-américain de ne pas oser réaliser des opérations militaires dans des eaux vénézuéliennes car ils se heurteront à des actions de la Force Armée Nationale Bolivarienne.

À ce sujet Padrino a relevé que le Venezuela a besoin d’une union nationale sans précédent face aux agressions du gouvernement étasunien. Il a assuré que plus il aura des attaques, plus le peuple de la nation bolivarienne sera uni.

Edité par Reynaldo Henquen
source :  http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/226768-le-venezuela-denonce-l%E2%80%99entree-dans-ses-eaux-territoriales-d%E2%80%99un-bateau-des-etats-unis


 

VENEZUELA : AVION IRANIEN CONTRE NAVIRE US!

Pétroliers au Venezuela: le clash USA-Iran a effectivement eu lieu

Tue Jun 23, 2020 5:33PM

Un avion iranien a averti les navires de guerre américains de rester à l'écart des pétroliers se rendant au Venezuela. (Photo d'illustration)

Un avion iranien a averti les navires de guerre américains de rester à l'écart des pétroliers se rendant au Venezuela. (Photo d'illustration)

À la vielle de l’arrivée du sixième navire-cargo battant pavillon iranien aux côtes du Venezuela, au mépris des sanctions américaines, un haut responsable de la République islamique d’Iran a révélé un incident dangereux qui s’était produit le mois dernier entre les forces iraniennes et américaines.    

Mohsen Rezaï, secrétaire du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique, a déclaré, dimanche 21 juin, qu’un incident dangereux s’était produit entre les forces américaines et iraniennes lorsque les pétroliers de l’Iran étaient en route vers le Venezuela.

« Les forces américaines voulaient barrer la route aux navires iraniens, mais l’Iran n’a pas tardé à faire voler ses drones au-dessus des navires américains et cet avertissement a poussé les forces américaines à laisser ouvert le trajet des pétroliers », a déclaré Mohsen Rezaï.

Auparavant, le chef d’état-major des forces armées iraniennes, le général Mohammad Baqeri, avait révélé que les forces américaines avaient tenté, à plusieurs reprises, d’étendre des pièges pour empêcher les pétroliers iraniens d’atteindre le Venezuela.

L’administration Trump qui cherche d’une part à ramener à zéro les exportations d’hydrocarbures de la République islamique d’Iran et de l’autre à renverser le gouvernement légal de Nicolas Maduro, ne cesse de menacer les ports, les compagnies de navigation maritime et les sociétés d’assurance quant à toute coopération avec le Venezuela et l’Iran.

Or, cela n’empêcherait pas l’Iran de vouloir envoyer tous les mois des cargaisons de carburant au Venezuela, selon certaines sources.

Là, le Mexique, lui aussi, s’est dit prêt à acheminer des carburants au Venezuela.

Venezuela : 1er signe d’essoufflement US ?

Venezuela : 1er signe d’essoufflement US ?

Alors que le sixième navire iranien chargé de denrées alimentaires atteint les côtes vénézuéliennes faisant voler en éclat le régime des sanctions américaines et rétablissant surtout le corridor maritime golfe Persique-Caraïbes, Trump demande à rencontrer Maduro.

Dans la foulée, l’agence de presse iranienne Mehr a interviewé Antonio Carta Locci, chercheur des questions géopolitiques basé à Bangkok.

Lors de cet entretien exclusif, l'analyste américain a déclaré que les États-Unis étaient en effet un empire moderne qui devait son pouvoir au contrôle du capital, à la puissance militaire et aux ressources des pays du monde. « Toute tentative destinée à neutraliser cet empire prouve que le monde cherche à établir un ordre multipolaire fondé sur la souveraineté nationale et l’indépendance des pays et qu’il entend s’écarter de cet ordre unilatéral que les États-Unis envisagent de maintenir dans le monde », a déclaré l’analyste.

Et d’ajouter : « Les efforts conjugués par l’Iran, le Venezuela, voire la Russie et la Chine, pour se dresser devant l’hégémonie américaine, grâce à leur Résistance, importent beaucoup aux autres pays et nations du monde. Tant que ces efforts se poursuivent, tout ce que font les États-Unis renforcera, au contraire, l’ordre multipolaire mondial. L’ordre unipolaire que suivent les États-Unis représente un danger sérieux pour la paix mondiale. »

Venezuela-Iran: le troc du siècle!

Venezuela-Iran : le troc du siècle !

Les sanctions économiques américaines perdent rapidement leur effet ; elles sont ridiculisées ainsi que les menaces creuses de Washington.

Antonio Carta Locci a ensuite expliqué : « les États-Unis projettent de monopoliser le marché d’hydrocarbure en développant leur industrie de production de schiste alors que le forage et l’exportation du schiste coûtent beaucoup plus chers par rapport au gaz naturel de Russie. C’est la raison pour laquelle, les Américains imposent des sanctions aux autres, cherchent de renverser des gouvernements et entreprendre des mesures très destructives, au lieu de renforcer leurs capacités de rivalité sur le marché d’hydrocarbure. En effet, tout ce que la Maison-Blanche cherche, en déclenchant ces conflits, est l’amélioration de la situation du schiste en faisant rebondir les prix sur le marché mondial ».

L’analyste a rappelé que même en cas du succès de telles stratégies, les résultats seraient temporaires.

« Là, ça sera les États-Unis qui se feraient le parti perdant, car leurs alliés commenceront tôt ou tard à trouver des solutions pour se débarrasser des ingérences de Washington dans leurs affaires. Ce qui non seulement désappointera les Américains dans leur projet de monopoliser le marché d’hydrocarbure, mais portera un autre coup mortel à l’hégémonie des États-Unis », a-t-il conclu.

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/23/628089/Iran-Etats-Unis-Venezuela-carburant-Trump


UN 6ème PÉTROLIER IRANIEN BIENTÔT AU VENEZUELA !

Ce n'est pas uniquement du carburant, c'est un projet Résistance/Amérique du Sud qui devrait inquiéter Washington

Sat Jun 20, 2020 11:29AM

  1. Accueil
  2. Amériques

Le pétrolier iranien Golestan arriverait au Venezuela, le 21 juin 2020.

Le pétrolier iranien Golestan arriverait au Venezuela, le 21 juin 2020.

Alors que la marine iranienne vient d'accomplir un premier exercice naval combinant ses unités balistiques mer-mer et côte-mer et ce, à des dizaines de kilomètres des côtes iraniennes au nord de l'océan Indien, les sources d'information ont fait état du départ d'un sixième navire-cargo US à destination des Caraïbes. Décidément ce corridor Est-Ouest anti-sanction US que l'Iran vient d'ouvrir et à laquelle la Chine a déjà largement contribué, est définitivement rétabli. Le navire-cargo, battant pavillon iranien s'appelle Golestan et à en croire The Washington Post,  "il aurait quitté l'Iran à la mi-mai et serait actuellement en route au large de la Barbade, en direction des côtes vénézuéliennes". Le sixième pétrolier iranien part aux Caraïbes alors que la semaine dernière, les Etats Unis ont rendu publique une liste de 120 pétroliers "appartenant d'une manière et d'une autre à l'Iran" et qui sont "sanctionnés". 

Le périple de Golestan, vers le Venezuela marque, souligne le journal, "une relation entre les deux pays" qui s'approfondissent et ce, au mépris des sanctions draconiennes des USA qui sont là à la fois défiées et castréesThe Washington Post se réfère ensuite au directeur de la société d'investissement Caracas Capital Markets, basée à Miami, qui dit savoir que "le navire-citerne iranien ne transporterait pas que du carburant mais aussi des pièces pour continuer la réparation des raffineries du Venezuela". Ce qui "tout raison garder risque d'ouvrir grande la voie à une autosuffisance vénézuélienne en termes d'essence". "Les cinq pétroliers iraniens ont livré de quoi satisfaire le besoin d'un mois du Venezuela mais il semble qu'ils ont surtout ramener de quoi restituer les capacités de raffinage du Venezuela, grand producteur du pétrole". 

Venezuela-Iran: le troc du siècle!

Venezuela-Iran: le troc du siècle!

Les sanctions économiques américaines perdent rapidement leur effet ; elles sont ridiculisées ainsi que les menaces creuses de Washington.

Mais que feront les Etats-Unis en réaction à ce nouveau défi iranien lancé à leur encontre? " Fin mai, l’Iran livrait 1.5 millions de barils d'essence au Venezuela, ce qui devrait répondre à un mois de consommation interne au Venezuela. Ce sixième navire semble avoir pour mission de consolider le corridor maritime Golfe Persique-Caraïbes et il semblerait qu'il transporte à la République bolivarienne les moyens nécessaires pour que ces livraisons soient constantes. Mais il y a un autre danger qui se profile : l'Iran semble s'être ouvert par Venezuela interposé les portes du juteux marché sud-américain où il pourrait faire écouler non seulement son pétrole mais surtout ses produits dérivés. Puis il y a une vague de désobéissance qui est sur le point de traverser les Caraïbes. Déjà le Mexique s'est porté candidat à briser les sanctions US et à livrer de l'essence au Venezuela et ce, contre de l'or. L’Iran continue donc d’acheminer ses navires-citernes vers le Venezuela alors que l’administration Trump menaçait de les empêcher d’arriver à leur destination. Saura-t-elle agir cette fois en ce sens? Peut-être mais au risque de déclencher un face-à-face dans le golfe Persique. Pour l'heure, Washington assiste à la perte de son influence dans son pré-carré mais occupé par mille et une crises internes, il ne peut lever le petit doigt". 

Vendredi 19 juin l’ambassadeur du Venezuela à Téhéran, Carlos Antonio Alcala Cordones, a montré d'ailleurs la voie : il a déclaré, lors d’un entretien avec les médias iraniens que son pays était en mesure de trouver une solution pour contourner les sanctions des États-Unis. « Le Venezuela est déterminé à approfondir ses relations avec la République islamique d’Iran dans les moments critiques », a-t-il souligné.

Et d’ajouter : « Le soutien apporté par l’Iran à la République bolivarienne défie la campagne d’animosité des États-Unis et porte un coup dur à l’impérialisme. Cet événement a eu lieu juste au moment où les États-Unis croyaient qu’ils pourraient isoler le Venezuela mais nous avons prouvé que nous étions en mesure de trouver une solution pour sortir du blocage et contourner les sanctions unilatérales et extraterritoriales des États-Unis. Ce qui s’est produit est le signe d’approfondissement des relations qu’entretiennent l’Iran et le Venezuela depuis 70 ans ».  

PressTV

PressTV

Bientôt les navires-citernes iraniens quitteront le Venezuela.... les USA peuvent-ils éternellement éviter le clash? ...

Interrogé pour savoir comment l’essor des relations irano-vénézuéliennes pourrait influer les liens entre l’Iran et les voisins de la République bolivarienne, Carlos Antonio Alcala Cordones a répondu : « Le transfert de carburant par les navires iraniens vers le Venezuela s’est transformé en un modèle à suivre pour les pays de la région ainsi que d’autres pays du monde car les Iraniens et les Vénézuéliens ont prouvé qu’il était possible de créer une "route commerciale" qui servirait les intérêts des deux pays. Ça, c’est une expérience de valeur pour beaucoup de pays dont l’économie est touchée par le coronavirus et qui de surcroît subissent les sanctions US ».

L’ambassadeur du Venezuela à Téhéran a déclaré que les sanctions, imposées par les États-Unis, empêchaient le développement naturel d’un pays aux immenses ressources : " C'est ce barrage qu'il convient de briser, a dit l'ambassadeur laissant clairement entendre que l'Iran et le Venezuela travaillent à un projet de corridor énergétique avec en toile de fond l'affaiblissement du dollar sur le continent américain .

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/20/627844/Venezuela-Iran-petrolier-carburant-sanctions-Trump


NICOLAS MADURO : LE LIVRE DE BOLTON RÉVÉLE LES INTENTIONS DE TRUMP D'ENVAHIR LE VENEZUELA POUR EN FAIRE UNE COLONIE DES USA

Caracas, 18 juin (RHC)- Le président du Venezuela, Nicolás Maduro a alerté sur les prétentions du gouvernant des États-UNIS, Donald Trump d’envahir ce pays sud-américain et de le transformer en une colonie.

Dans des déclarations diffusées par la chaîne Venezolana de Television, Nicolás Maduro a signalé que les prétentions de Trump sont reflétées dans le livre écrit par l’ex assesseur de sécurité nationale John Bolton, qui a assuré que Donald Trump prétendait transformer le Venezuela en une partie du territoire étasunien.

Maduro a assuré que le livre  “The Room Where It Happened: A White House Memoir” («La pièce où ça s'est produit : Mémoires de la Maison-Blanche»). révèle les menaces et les plans interventionnistes des États-Unis contre le Venezuela et que le gouvernement et le peuple vénézuélien continueront à vaincre.

Le chef d’état vénézuélien a indiqué que dans le livre, Bolton révèle que Trump considérait l’option d’une invasion contre le Venezuela comme quelque chose de bon.

Le chef d’état vénézuélien a approuvé la proposition de  montrer la méfiance de Donald Trump envers le député de droite et auto-proclamé président en charge, Juan Guaidó.

Bien que Trump ait approuvé la proposition de déclarer que les États-Unis reconnaissaient Juan Guaidó au lieu de Maduro, au bout de 30 heures Trump était déjà préoccupé car Guaidó semblai faible et il était en train d’envisager un changement de cap, signale le livre de l’ex-assesseur de la sécurité nationale des États-Unis.

Edité par Reynaldo Henquen

 

source : http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/226080-maduro--livre-de-bolton-revele-les-intentions-de-trump-d%E2%80%99envahir-le-venezuela


 

SI LE VENEZUELA DEMANDE DU PÉTROLE, NOUS LE LUI DONNONS, DECLARE LE PRESIDENT DU MEXIQUE, LOPEZ OBRADOR

Mexique, 15 juin (Prensa Latina) Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a déclaré aujourd’hui que si le Venezuela demandait du pétrole, il le lui serait donné, précisant que le gouvernement de Nicolás Maduro s’est abstenu de le faire jusqu’à présent.

Lors de sa conférence matinale quotidienne, cette fois depuis Jalapa, dans l´État de Veracruz, il a été demandé au mandataire si le gouvernement bolivarien du Venezuela avait demandé au Mexique de soutenir l’approvisionnement en pétrole comme il est assuré dans des articles de presse, et le mandataire a déclaré catégoriquement que cela ne s’est pas encore produit.

À la question de savoir ce qu’il répondrait si la sollicitude se concrétisait, López Obrador a répondu sans laisser de doute à ce sujet que dans « le cas où le Venezuela le demandait, cela serait par nécessité humanitaire et nous le ferions parce que le Mexique est un pays libre, indépendant et souverain et que nous prenons nos décisions ».

Il a précisé que le Mexique ne s’immisce pas dans les politiques internes d’autres pays et que son gouvernement est fidèle au principe d’autodétermination des peuples.

En outre, il a été catégorique en affirmant que personne n’a le droit d’opprimer d’autres pays, et qu’aucune hégémonie ne peut écraser une nation.

Dans une autre partie de sa conférence, il a insisté sur son point de vue selon lequel, dans l’équilibre à trouver entre la pandémie de Covid-19 et l’économie nationale pour que les travailleurs ne soient pas affectés, il faut éliminer les peurs de sortir dans la rue, mais dans le respect des mesures de prévention annoncées.

Nous devons y aller petit à petit, a-t-il insisté, nous avons déjà appris à prendre soin de nous-mêmes, et ce qui est important, c’est que tout le monde le fasse bien et de manière responsable pour éviter de nouveaux foyers d´épidémie. Et si certains foyers sont détectés, ne pas avoir peur et revenir au confinement, a-t-il conclu.

peo/jcm/Lma

source :

http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=884325:si-le-venezuela-demande-du-petrole-nous-le-lui-donnons-a-declare-lopez-obrador&opcion=pl-ver-noticia&catid=59&Itemid=101