LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE L'INFAMIE ANTICOMMUNISTE A L'ASSEMBLEE NATIONALE

tourtaux-jacques Par Le 01/10/2021 1

Dans VENEZUELA

1 Octobre 2021

Le PCV dénonce l'infamie anticommuniste à l'Assemblée nationale


Lors de la séance plénière de l'Assemblée nationale du mardi 14 septembre, le député du Parti communiste du Venezuela (PCV) et de l'Alternative populaire révolutionnaire (APR), le camarade Oscar Figuera, au nom de notre Parti et de la coalition de la gauche révolutionnaire, a remis en question le pacte bourgeois en cours d'élaboration pour l'imposition de politiques néolibérales et, par conséquent, s'est prononcé contre un pacte visant à imposer des politiques néolibérales, a remis en question le pacte des élites bourgeoises en développement pour l'imposition de politiques néolibérales et, par conséquent, s'est prononcé contre un projet d'accord destiné à être approuvé à l'unanimité par le parlement vénézuélien en faveur des accords de Mexico établis entre le gouvernement et la représentation de l'ultra-droite pro-impérialiste. Bien entendu, l'intervention du camarade Oscar Figuera, qui est aussi le secrétaire général du Comité central du PCV, a été une fois de plus censurée, les chaînes de télévision d'État (VTV et ANTV) qui retransmettent toutes les délibérations qui ont lieu lors des sessions plénières de l'Assemblée nationale, ont coupé leur retransmission en direct du Palais législatif fédéral juste au moment où le député communiste devait prendre la parole, empêchant ainsi toute personne qui n'était pas présente à la session de savoir ce que le député Figuera avait dit.

Une violation aussi flagrante du droit à l'information, répétée et systématique, ne surprend plus personne, même si elle suscite l'indignation ; mais, cette fois-ci, l'agression directe contre le PCV et son député a atteint un niveau sans précédent dans le débat parlementaire, lorsque le camarade Oscar Figuera a à peine terminé son intervention que le député du PSUV, Pedro Carreño, a pris la parole pour accuser celui qui "venait de prendre la parole" d'être un "dauphin de la CIA" et un "larbin du Département d'État". Bien sûr, l'intervention de Pedro Carreño a été télévisée.

Pour le PCV, il est clair que les paroles absurdes et diffamatoires du bourgeois Pedro Carreño à l'encontre du député Oscar Figuera, ainsi que celles prononcées continuellement par le député Jorge Rodriguez et d'autres membres de l'élite dirigeante, font en fait partie de l'attaque soutenue depuis l'année dernière contre le parti communiste et contre les forces de coalition de l'APR. Ils ne sont pas du tout désinvoltes et n'obéissent pas non plus à un moment de débat animé, mais expriment l'escalade de l'attaque systématique contre le Parti de la classe ouvrière vénézuélienne, en essayant de disqualifier et de stigmatiser sa position ferme et claire contre le cours de la politique capitularde et néolibérale adoptée par la direction du gouvernement et du PSUV, exprimée non seulement à l'Assemblée nationale mais dans toutes les activités menées par le PCV, sa Jeunesse Communiste et nos fronts politiques de masse, dans le but d'éclairer notre peuple travailleur, victime de la crise du capitalisme dépendant et rentier, des sanctions illégales et criminelles imposées par l'impérialisme yankee et européen, ainsi que des politiques gouvernementales anti-ouvrières et anti-populaires qui se développent.

Dans ce contexte, le Bureau politique du Comité central du PCV répudie les abominables accusations lancées de manière irresponsable et dénonce le développement d'une machination anticommuniste, qui vise à promouvoir une haine irrationnelle contre les communistes vénézuéliens et, en particulier, contre notre député à l'Assemblée nationale, le seul dans ce forum dominé par la droite officielle et la droite de l'opposition, élève la voix de la classe ouvrière et des travailleurs pour dénoncer comment, dans le dos des majorités, les élites au pouvoir forgent la capitulation de la nation vénézuélienne et la destruction des droits du peuple pour satisfaire les prétentions des capitaux monopolistes, déguisées en une fausse lutte contre le blocus et les mesures coercitives impérialistes.

Que tout le monde sache qu'aucune calomnie ou diffamation contre le PCV ne peut jeter une ombre sur le passé et le présent sans tache de la lutte anti-impérialiste, anticapitaliste, consciente de la classe et révolutionnaire du Parti du coq rouge. Notre peuple sait que les communistes vénézuéliens, avec honnêteté, simplicité et combativité, défendent les intérêts du peuple travailleur contre les ruses criminelles de l'impérialisme yankee et de ses laquais, et contre la trahison des bureaucrates et des nouveaux riches du réformisme, qui font aujourd'hui commerce avec les ennemis de la patrie pour préserver leurs privilèges au prix du sacrifice des majorités populaires.    

L'insulte anticommuniste, précédée de la censure médiatique habituelle, montre la dangereuse tendance autoritaire, antidémocratique et antipopulaire qui se consolide dans la pratique politique des gouvernants, au point que - manipulant avec une rhétorique pseudo-révolutionnaire farfelue - ils s'engagent en faveur des intérêts de la haute bourgeoisie, de l'impérialisme et des élites des nouveaux riches qui ont émergé sous la protection de l'administration irrégulière et incontrôlée de l'argent public ; Pendant ce temps, les salaires sont détruits, les conventions collectives sont démantelées, la précarité et la dérégulation de l'emploi sont imposées, les combattants des travailleurs sont persécutés et poursuivis, les propriétaires terriens sont favorisés contre les paysans pauvres, les entreprises publiques sont détruites puis privatisées et offertes comme de la ferraille au capital privé, les capitalistes sont libérés des impôts et le peuple est soumis à la TVA et à l'hyperinflation dollarisée, tout en offrant aux entreprises transnationales nos richesses et notre souveraineté avec une main d'œuvre semi-esclave, par la loi des zones économiques spéciales.

Par des accusations intempestives, des menaces, du chantage et des pratiques de criminalisation contre les révolutionnaires, ainsi que contre les dirigeants ouvriers et paysans, les directions du gouvernement et de l'opposition de droite défendent le pacte entre les deux principales factions bourgeoises du Venezuela, la fraction associée aux monopoles américains et la fraction de la soi-disant "bourgeoisie révolutionnaire", c'est-à-dire la bourgeoisie parasite liée au gouvernement actuel, qui est responsable de la liquidation de tout vestige du processus bolivarien progressiste initié par le président Chávez.

Dans de telles circonstances, qui nous rappellent les actions antidémocratiques et anticommunistes impunies du gouvernement pro-yankee de Betancourt et Leoni dans les années 60, nous réitérons notre appel à la classe ouvrière et aux travailleurs de la ville et de la campagne à lutter pour la défense de la souveraineté nationale, pour le sauvetage de nos droits violés et pour récupérer la dignité populaire souillée, en accumulant des forces pour une solution révolutionnaire à la profonde crise capitaliste. De même, nous appelons le mouvement communiste international à redoubler sa solidarité avec les communistes vénézuéliens et avec notre peuple travailleur, face aux menaces qui pèsent sur les forces révolutionnaires vénézuéliennes, alors que les factions bourgeoises et leurs représentants politiques concluent un pacte pour gouverner en faveur des classes dominantes.    

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela

Caracas, 28 septembre 2020

prensapcv.wordpress.com

source : https://www.idcommunism.com/2021/09/venezuela-anti-communist-rampage-by.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Tourtaux

    1 Tourtaux Le 02/10/2021

    Jacques Tourtaux
    J’exprime ma totale solidarité avec les camarades du Parti Communiste du Vénézuela.

    Amir Jamal Meziani
    Moi aussi mais l'assemblée vénézuélienne est à moitié pro- américaine.

    Jacques Tourtaux
    Oui, c'est exact Amir mais l'anticommunisme venant notamment d'un ministre d'un gouvernement progressiste est inadmissible et ça ne date pas d'hier. La droite est majoritaire à l'Assemblée Nationale, elle est dans son rôle mais tirer sur le Parti Communiste comme le fait souvent un ministre de gauche, c'est intolérable. Du jamais vu du temps de Chavez.

Ajouter un commentaire