LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE LES GRAVES VIOLATIONS DES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX A JESUS MARIA SEMPRUN (ETAT DE ZULIA)

tourtaux-jacques Par Le 22/11/2021 0

Dans VENEZUELA

22 Novembre 2021

Le PCV dénonce les graves violations des droits politiques et électoraux à Jesús María Semprum (Zulia)
21 novembre, 2021
Tribune populaire

Par le biais d'une communication publique adressée au Conseil national électoral, le Parti communiste du Venezuela a dénoncé une série d'irrégularités commises le jour des élections dans la municipalité de Jesús María Semprum, dans l'État de Zulia.

Le texte intégral est reproduit ci-dessous :

Caracas 21 novembre 2021.

Citoyen : Pedro Calzadilla

Président et autres membres du conseil d'administration du Conseil national électoral (Consejo Nacional Electoral)

Votre bureau.

Depuis le Parti communiste du Venezuela (PCV), nous dénonçons la grave situation de violation des droits politiques et électoraux des citoyens de la municipalité Jesús María Semprún, État de Zulia, suite à l'action violente, illégale et vandale commise par le maire Keyrineth Fernández, approuvé par les dirigeants étatiques et municipaux du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), avec la complicité ouverte et active de Ramilis Sánchez, coordinatrice municipale du CNE, ainsi que la passivité et la permissivité du personnel militaire affecté au Plan República.

Le comportement de ces citoyens et la permissivité d'autres autorités ont créé une situation très grave, créant les conditions pour générer une situation de violence qui sert à "justifier" la répression aveugle dans la municipalité et à poursuivre les personnes qui ont été nommées sur la carte PCV.

La violation de la légalité et des normes établies par le CNE a commencé aux premières heures de ce matin, dans une succession d'événements qui ont généré de la violence :

1. ils n'ont pas reconnu les pouvoirs des témoins de table accrédités par le PCV devant le CNE.

2. Puis, dans l'après-midi, ils ont concentré leurs actions dans le centre électoral Rafael Urdaneta, situé à Casigua El Cubo, la capitale municipale.

2.1 Avec la passivité du personnel de Plan República, ils ont paralysé le processus de vote à deux reprises. A chaque fois, pendant environ une heure.

2.2 Puis, vers cinq heures et demie de l'après-midi, ils ont à nouveau interrompu le processus de vote, alors que plus de huit cents (800) personnes habilitées à voter faisaient encore la queue.

2.3 Face aux plaintes des citoyens, le GNB a permis l'action répressive de la police municipale, dépendant de la mairie, qui a tiré des coups de feu et lancé des grenades lacrymogènes, dispersant les personnes qui faisaient la queue pour exercer leur droit de vote.

2.4 Ensuite, ils ont fermé illégalement et arbitrairement le centre électoral Rafael Urdaneta, qui comptait six bureaux de vote et plus de quatre mille électeurs.

3. La phase finale a été l'assaut du centre de vote Rafael Urdaneta, pour s'approprier les "chorizos" avec les résultats et l'équipement, pour les transférer à la Commission électorale municipale et, de là, sans la présence de la population, pour transmettre les "résultats électoraux".

Cette opération a été dirigée par Ramilis Sánchez, coordinateur municipal du CNE, qui a procédé avec un groupe de voyous à l'enfoncement d'une porte du centre éducatif.

Nous exigeons l'action immédiate du CNE et de Plan República pour rétablir et garantir les droits constitutionnels et légaux des habitants de Jesús María Semprún, ainsi que ceux concernant la candidature du PCV à la mairie de la municipalité de J.M. Semprún en la personne de Wuhysman González, et ceux correspondant au PCV en tant qu'organisation légale à but politique.

Nous demandons également la révocation immédiate de la fonctionnaire Ramilis Sánchez et l'ouverture d'une enquête exhaustive pour identifier les responsabilités légales correspondantes et proposer les sanctions appropriées pour ceux qui ont commis des crimes électoraux.

De plus, nous exigeons la transmission des résultats selon le protocole établi par le CNE et de manière transparente, afin de garantir la fiabilité des résultats ou, à défaut, la répétition des élections dans cette municipalité.

Oscar Figuera, Secrétaire général du Comité central du SPV.

Janohi Rosas, liaison électorale du PCV auprès du CNE.

 

source : https://prensapcv.wordpress.com/2021/11/21/comunicacion-pcv-denuncia-graves-violaciones-de-derechos-politicos-y-electorales-en-jesus-maria-semprum-zulia/

Tag(s) : #PCV#Venezuela#Elections

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire