CHE GUEVARA : HASTA SIEMPRE COMMANDANTE !

 

CHE GUEVARA : HASTA SIEMPRE COMMANDANTE !

 

Il y a 50 ans, le 9 octobre 1967 en Bolivie, Che Guevarablessé et capturé la veille après un combat de plus de trois heures contre l'armée bolivienne - encadrée par des américains des forces spéciales - était lâchement assassiné sur ordre de la CIA dans le petit village de La Higuera.Retracer la vie et l'action révolutionnaire, militaire et politique du Guérillero héroïque en quelques lignes serait une gageure. Toutefois et simplement nous rappellerons quelques étapes de sa vie. Étapes qui marquèrent l'histoire contemporaine de Cuba mais aussi celle de nombreux pays, non pas uniquement de l'Amérique latine...

En mai 1954, son engagement aux cotés des forces guatémal­tèques soutenant le régime progressiste du général Arbenz l’amènetout naturellement à rejoindre définitivement – à Mexico en juillet 1955 - Fidel Castro et le M23-7. Rescapé du Granma, dans la Sierra Maestra, Che sera médecin-guerillero, créateur de « Radio Rebelde », commandant avec Camillo Cienfuegos de la 8emecolonne qui délivrera notamment Santa Clara et entrera le 2 janvier 1959 dans La Havane… Avec le triomphe de la Révolution, Che sera un des dirigeants de la réforme agraire, président de la Banque nationale de Cuba, puis en février 1961 ministre de l'Industrie. Durant cette année il écrit « La Guerre de guérilla » ouvrage théorique et pratique dont vont s'emparer la plupart des mouvements révolution­naires ; c'est l'époque du « créer un, deux, trois Vietnam ! ». En 1965 sort « Le Socialisme et l'homme à Cuba » livre théo­rique sur le besoin d'un « homme nouveau ».

Le 17 décembre 1964 il débute un voyage de trois mois no­tamment par Alger, Le Caire, Djakarta, Pékin, Moscou, Prague,Bamako… L'événement marquant sera le discours d'Alger (24 février 65) lors du Séminaire économique de solidarité afro-asiatique où il dénonce le néo-colonialisme de l'Occident, met en cause la politique de l'URSS vis à vis des mouvements révolutionnaires.

Le 1er avril 1965, Che Guevara écrit une lettre d'adieu à Fidel où il annonce son départ pour «  lutter contre l’impérialisme où qu’il soit ». Ce sera d'abord le Congo, puis la Bolivie.
Sa vie, s
on engagement, sa mort feront du Che - à juste titre – le « Guerillero héroico »  dont le combat révolutionnaire exemplaire doit être honoré et défendu.

HASTA SIEMPRE COMMANDANTE !

 


   

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire