COREE, 63 ANS DE DIVISION

logoco

http://comaguer.over-blog.com

Bulletin n° 328 semaine 51 - 2016

 

COREE , 63 ANS DE DIVISION

 

Comaguer a consacré un dossier à la Corée sur RADIOGALERE. Cette émission  de 90 minutes à laquelle a largement contribué l’Association d’amitié franco-coréenne (http://www.amitiefrancecoree.org) peut être écoutée et téléchargée sur le  site de la radio ou sur les archives radio de COMAGUER (mode d’emploi sur  le blog comaguer.over-blog.com). En complément de ce dossier nous présentons un document qui démontre une volonté jamais démentie depuis 1953 des Etats-Unis de renverser par tous moyens (embargo, sanctions, menaces militaires) le régime nord-coréen qui explique la politique  de défense souvent caricaturée de celui-ci.

***

Bae Kichan est un historien coréen. Il a publié plusieurs ouvrages  importants sur l’histoire de son pays. Dans l’un d’eux dont   il existe une traduction anglaise sous le titre KOREA AT THE CROSSROADS publiée en 2007 il effectue une analyse sur  deux millénaires de la position géopolitique de son pays. Les derniers chapitres sont consacrés à l’époque contemporaine. La division de la nation coréenne après la seconde guerre mondiale et la guerre de Corée   y occupent une place centrale.

Des accords de Postdam en 1945  à l’armistice de Juillet 1953 qui clôt le conflit et scelle jusqu’à aujourd’hui la division du pays l’évolution est notable.

A Potsdam le principe d’une division du pays en deux zones d’occupation une soviétique et une étasunienne est arrêté. Il reproduit en Corée le compromis conclu au sujet de l’Allemagne. Analogie  contestable puisqu’à l’inverse de l’Allemagne fauteur de guerre  dont la division a le caractère d’une sanction et d’une mise sous tutelle étrangère, la Corée colonisée et de façon très brutale par le Japon impérialiste depuis 1910 ,ne porte aucune responsabilité dans la guerre. Pourtant l’accord s’est fait sur le principe d’une mise sous tutelle temporaire en attendant que « le peuple coréen fasse preuve d’une maturité suffisante »  selon les termes des alliés pour obtenir son indépendance politique. Choix lourd d’arrière-pensées et de jugements sommaires.

La mise sous tutelle aurait pu aboutir à une neutralisation de la péninsule comme dans le cas de l’Autriche. Il n’en fut rien. La guerre froide allait très vite commencer  et les Etats-Unis prirent immédiatement seuls en mains les destinées du Japon où le général Mac Arthur devint un véritable gouverneur.

Du côté soviétique l’attitude était plus attentiste. L’URSS pansait ses énormes plaies et voyait d’un bon œil les progrès  des forces populaires coréennes autour du parti communiste en même temps que le parti communiste chinois achevait sa marche vers la prise du pouvoir en Octobre 1949. La guerre, prévisible dés cette date, n’allait pas pouvoir rester froide. Elle fut violente et dévastatrice et vit s’affronter sur le sol même de la Corée d’un côté les Etats-Unis à la tête d’une coalition onusienne soutenant le gouvernement et l’armée du sud,  de l’autre la Chine soutenant l’armée et le gouvernement du Nord avec l’appui matériel de l’URSS.

La division du pays ainsi réglée par les armes aurait cependant pu déboucher sur un traité mettant clairement fin au conflit.  Mais Les Etats-Unis n’en voulaient pas. Pour preuve le document du Département d’Etat retrouvé et mentionné par Bae Kichan.

« L’unification est nécessaire. Mais ce qui est prioritaire est de libérer la Corée du communisme. L’unification doit être réalisée en créant une Corée du Sud exemplaire, économiquement et politiquement, pour créer du mécontentement et de l’insatisfaction en Corée du Nord ».

Ainsi s’est mis en place en Asie orientale le système des vitrines du capitalisme occidental sur le modèle de Berlin Ouest  visant à détruire la République Populaire Démocratique de Corée en tant que régime politique. Le bastion capitaliste de la République de Corée au Sud sera construit à marche forcée par des gouvernements autoritaires ou dictatoriaux protégés par de très importantes forces militaires étasuniennes.   Puis au moment où la Chine prendra son essor économique cette politique sera poursuivie et élargie sous la forme des quatre dragons asiatiques  Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong et Singapour, choyés économiquement,  gardiennés militairement par le Etats-Unis et constituant la vitrine du capitalisme étasunien dominant  et sa première ligne de défense.


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire