RESISTANCE : LA SURPRISE DE POUTINE?

« Tout comme la Chine, la Russie semble s’être convaincue de l’émergence d’un axe puissant capable de faire contrepartie aux USA »

Saturday, 05 June 2021 2:07 PM  [ Last Update: Saturday, 05 June 2021 2:07 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Résistance: la surprise de Poutine?

Depuis 5 jours, des signaux forts encourageants parviennent depuis la Russie comme si le mois de mai avait quelque chose de « révélateur » pour les Russes : il y a d’abord ce double appel espacé de quelques heures mercredi, comme quoi la Russie était disposée à « étendre ses coopérations militaires » avec l’Iran, dont l’un venait droit du numéro deux de la Défense. Jeudi, le conseiller du président Poutine pour la défense prônait un partenariat privilégié avec Téhéran, car « la Russie n’a pas d’autre choix que de s’allier à l’Iran » par les temps qui courent. Puis vendredi, le ministre russe de l’Énergie, Novak qui s’exprimait à l’occasion du forum de Saint Petersburg a souhaité qu’une fois les sanctions US levées, -et il a mis là l’accent sur l’un des épisodes les moins glorieux des liens étroits Téhéran-Moscou quand la Russie a quitté comme Total le secteur pétrolier iranien-, un retour en force de la Russie dans le secteur pétrolier du sud. 

La Russie peut se passer de l'Iran?

La Russie peut se passer de l’Iran ?

Sergeï Karaganov, conseillé du gouvernement russe, estime que pour réaliser un monde multipolaire, la Russie doit approfondir ses relations avec la République islamique d'Iran.

Ce vendredi encore, et par la voix de la présidente du Centre d’exportation russe Veronika Nikishina, la Russie a fait savoir qu’elle est prête à contribuer dans le projet du chemin de fer reliant le Nord au sud de l’Iran. Lors d’une réunion de travail, tenue vendredi 4 juin, Veronika Nikishina a déclaré que le Centre d’exportation russe était prêt à rendre service à des compagnies et des entreprises voulant participer au projet de la construction d’une partie du corridor du chemin de fer Nord-Sud en Iran. « Les compagnies russes pourront fournir une partie des équipements nécessaires à la réalisation du corridor Nord-Sud », a souligné Veronika Nikishina.

Lire aussi: Une coalition maritime Russie-Iran en Méditerranée orientale fait-elle peur ?

La Présidente a pourtant ajouté que les infrastructures de l’Union économique de l’Eurasie n’étaient pas encore prêtes pour que les pays membres puissent bénéficier des avantages, des facilités et des concessions d’un commerce intra-union comme pour souligner que la Russie souhaitait un partenariat plus Iran-Russie que Iran-Eurasie.  

Russie/Hezbollah: le lien militaire-choc?

Russie/Hezbollah : le lien militaire-choc ?

En effet, l’idée a déjà été évoquée par M. Karaganov, président honoraire du Conseil de politique étrangère et de défense. Pour lui, les investissements russes dans les secteurs de l’électricité, du pétrole et du gaz de l’Iran sont dans l’intérêt national de la Russie. Ce dernier estime qu’un rapprochement de la Russie à l’Iran contribuera à créer un monde multipolaire.

Lire aussi: Téhéran-Pékin-Moscou, vers une coalition anti-US à toute épreuve (Newsweek)

Dans une note intitulée « Une perspective mondiale du point de vue de la Russie », évoquant l’importance de l’Iran dans la politique étrangère de la Russie, Karaganov écrit : « Compte tenu de l’adhésion de l’Inde et du Pakistan ainsi que du projet d’adhésion de l’Iran à l’Organisation de coopération de Shanghai, l’institution se transforme en un noyau favorisant la formation d’une Grande Communauté eurasienne dans laquelle la coopération sino-russe jouerait un rôle majeur. En vertu de cette idée, la Chine pourrait devenir l’hégémonie économique de cette union ; et les trois autres pays à savoir l’Iran, la Russie et l’Inde pourront jouer un rôle de poids en renforçant leurs coopérations. »

Le Hezbollah chez Poutine...

Le Hezbollah chez Poutine...

« Le Hezbollah et la Russie partagent des intérêts communs et une vision commune de la situation et du besoin de stabilité dans la région. »

Et d’ajouter : « “Nous pouvons augmenter le commerce bilatéral. La Russie importe actuellement des produits semblables à certains produits iraniens depuis l’Afrique du Nord. Alors, pourquoi ne pas importer de l’Iran ? Nous pouvons augmenter le volume des importations en provenance de l’Iran. Le champ des coopérations dans le domaine des oléoducs et des gazoducs est favorable. Dans la mer Caspienne, notre intérêt commun est de maintenir la stabilité des pays voisins pour favoriser l’utilisation de ses ressources pétrolières et gazières. L’Iran et la Russie ont bien travaillé ensemble pour vaincre les talibans et ramener la paix au Tadjikistan. L’Iran est potentiellement le pays le plus stable de la région en développement.” 

Un bloc Iran-Russie, possible?

Un bloc Iran-Russie, possible ?

Qu’il y a-t-il de changé ces derniers temps pour avoir convaincu les Russes de faire passer le stade de partenariat à l’alliance ?

" En effet, aussi bien les Chinois qui ont surpris le monde entier en prenant faits et cause de Gaza en plein conseil de sécurité et ce, en dépit de larges investissements dans des méga projets en Israël, la Russie semble-t-elle aussi avoir été convaincu que les rapports de force au Moyen-Orient sont en train de changer et qu’il y a l’émergence d’un bloc nouveau, dit Axe de la Résistance qui fait réellement contrepoids aux États-Unis. Personne mieux que les Russes n’a compris à quel point l’axe US/Israël pédalait dans le vide en ces 11 jours de bataille à Gaza quand l’armée israélienne ne bombardait que pour ne pas perdre la face. De Gaza au Liban en passant par le golfe Persique, la Russie comme la Chine semblent arriver à la même conclusion, sans la Résistance le pari de contrer l’ordre US/OTAN est perdu d’avance. c’est là sans doute le que réside le sens à donner à l’invitation russe au Hezbollah pour qu’il ait son bureau à Moscou. Idem pour la Chine qui très intelligemment a changé son fusil d’épaule aux premières heures de la bataille de mai entre Israël et Gaza", note un expert. 

Soudan: Riyad contre Poutine

Soudan : Riyad contre Poutine

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a eu un entretien secret avec le président du Conseil de souveraineté du Soudan à propos de l’implantation d’une base navale russe.

« La question est d’actualité qu’on suit de près le modus oprenadi US en mer Rouge où il est parvenu à pousser Khartoum un allié d’antan de la Russie à fermer sa base sur les forces russes. Or en mer Rouge, s’il y a un acteur de poids capable de réellement peser sur les rapports des forces c’est Ansarallah ».

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/05/658298/La-Russie-prete-a-investir-en-Iran

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire