RODRIGO DUTERTE : AU REVOIR L’AMERIQUE, ON N’A PAS BESOIN DE VOTRE ARGENT !

Le président philippin: Au revoir l’Amérique, on n’a pas besoin de votre argent!

Le président des Philippines Rodrigo Duterte a menacé samedi de dénoncer un important traité de défense avec les États-Unis, en réponse à la non-reconduction d’un programme d’aide américain, elle-même liée à des inquiétudes quant au respect de l’Etat de droit dans son pays.

Le président philippin: Au revoir l’Amérique, on n’a pas besoin de votre argent!

«Au revoir l’Amérique!», a lancé M. Duterte. «Nous n’avons pas besoin de votre argent. La Chine a dit qu’elle va nous donner beaucoup d’argent…la politique au sud-est d’Asie change», a-t-il ajouté, rapporte Reuters.

«Je ne suis pas enclin à davantage rester à vos (les États-Unis) côtés», s’est encore exclamé le chef de l’Etat pendant une conférence de presse à Davao, une grande ville du sud des Philippines dont il a été le maire, après avoir évoqué l’éventuelle annulation d’un accord de 1998 qui fixe le cadre légal de la présence de militaires américains dans cet archipel.

Il a toutefois dit espérer que les relations avec Washington s’amélioreraient quand Donald Trump prendrait ses fonctions au début de l’année prochaine. «Je vais juste attendre qu’Obama disparaisse», a-t-il déclaré, selon l’AFP.

Le Millennium Challenge Corporation (MCC), un organisme gouvernemental américain qui veut promouvoir la croissance économique et réduire la pauvreté, a annoncé cette semaine n’avoir pas sélectionné les Philippines pour un nouveau programme d’aide, avec des centaines de millions de dollars à la clé.

Washington s’est en effet dit «préoccupé» par la situation dans ce pays où Rodrigo Duterte vient d’affirmer qu’il avait personnellement tué des délinquants liés à la drogue.

Il s’agit d’une des réactions les plus fermes des Etats-Unis à la guerre contre la drogue déclenchée par le président philippin et qui a fait plus de 5 000 morts en moins de six mois.

Les critiques contre ces opérations, ayant en particulier émané du président Barack Obama, ont mis à rude épreuve les relations entre Manille et Washington, des alliés de longue date.

Rodrigo Duterte a répété vendredi, devant ses compatriotes installés à Singapour, qu’il avait lui-même tué des «criminels» et que la lutte contre le trafic de drogue telle qu’il l’a engagée se poursuivrait. «Je vais vraiment tuer ces idiots», s’est-il emporté.

«Ma campagne contre la drogue ne va pas se terminer avant la fin de mon mandat, dans six ans à partir de maintenant, quand chaque revendeur de drogue aura été tué», a conclu M. Duterte, à la tête des Philippines depuis juin.

Source: agences et rédaction

17-12-2016 | 09:12

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21310&cid=341#.WFUtufnhA2w


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire