UN PLAN DE RELANCE POUR L'ECONOMIE CALEDONIENNE

 

Un plan de relance pour l'économie calédonienne

10 Nov 2020

Après  le  plan  de  sauvegarde  de  l’économie du pays,  déclenché  pendant  la  crise  sanitaire  du  Covid-19  en  avril  dernier,  le  plan  de  relance  du gouvernement,  co-construit  avec  l’ensemble  des  acteurs  du  monde  économique  et  les  partenaires  sociaux,  a  été  présenté  lundi matin (*)   par  le membre du gouvernement en charge de l’économie, Christopher Gygès. Ce nouveau plan répond en priorité à l’urgence économique, mais aussi au besoin de réinstaurer la confiance, de  relancer la  création de  richesses et d’emplois.  âœ”ï¸� Il est composé de 22 mesures qui ont pour objectifs de soutenir les secteurs durablement impactés, le pouvoir d’achat des   Calédoniens,   les  TPE  et PME,  la  compétitivité,  la  simplification   administrative et  l’investissement.  âœ”ï¸� Pour rappel, ce plan de relance est le fruit d’un important travail de concertation, initié en 2019 avec les  Grands  débats,   et  poursuivi  en  2020  à  l’occasion  d’une  nouvelle  tournée  de  rencontres,  puis  d’une table ronde de bilan et perspectives réunissant l’ensemble des acteurs économiques. Il compile des mesures nouvelles et des dispositifs gouvernementaux qui ont pu être réactivés.✔ï¸� Il  aura  enfin  été soumis  à  l’ensemble  des  acteurs  économiques,  notamment  à  Nouvelle-Calédonie Économie  (NC  ÉCO),  qui  réunit  les  trois  chambres  consulaires,  les  trois  organisations  patronales  (MEDEF-NC,  CPME-NC,  U2P-NC), leurs  syndicats  professionnels  affiliés  et  l’association  de  l’interclustering calédonien.D’autres mesures  structurantes  seront  prochainement  proposées,   afin  de  transformer  l’économie  calédonienne sur le long terme, dans une perspective durable, plus moderne et plus agile.

🔻Le plan de relance pour l’économie calédonienne est composé de 22 mesures et s’articule autour de six thématiques :  ðŸ”´ 1. Soutenir les secteurs durablement impactés :  abandon de charges sociales et fiscales pour ces secteurs, plan de formation pour les personnes au chômage et les salariés en passe d’être licenciés dans le but d’un retour rapide à l’emploi.🔴 2. Soutenir  le  pouvoir  d’achat  et  la  consommation  intérieure :  suppression  de  droits  de  douane  pour  les  produits  en  provenance  de  certains  pays  de  la  région,  prolongation  de  l’exonération  de  charges  sociales  et  d’impôt  sur  le  revenu  pour  la  prime  exceptionnelle  de  pouvoir d’achat, prime énergie pour l’achat de matériel économe en énergie, etc.🔴 3. Soutenir  le  tissu  économique  et  l’emploi  dans  les  TPE  et  PME:accompagnement  et  restructuration  de  leur  statut,  aide  à  l’embauche  des  moins  de  25  ans,  mise  en  place  de  crédits-bail  immobilier,  orientation  de  la  commande  publique  vers  les  TPE  calédoniennes, accélération du paiement des factures, soutien aux activités d’export, etc.🔴 4. Écrire  un  nouveau  contrat  social avec les partenaires  sociaux :  confier  aux  partenaires sociaux  le soin de négocier  des  accords  favorisant la compétitivité des entreprises et le pouvoir  d’achat des salariés, avec des propositions concrètes  telles que prime d’intéressement, flexibilité du temps de travail, etc.🔴 5. Simplifier les démarches administratives (créer une  plateforme  numérique pour faciliter l’orientation  des  entreprises  parmi les différentes  aides, accompagnements et services qui  leur  sont  dédiés, et poursuivre  l’enrichissement  des  démarches  en  ligne sur guichet-entreprises.nc).🔴 6. Soutenir et dynamiser l’investissement (faciliter la réalisation des investissements privés,augmenter le plafond de déduction  des   impôts des travaux  réalisés à domicile et  l’installation d’équipements verts, créer un fonds d’investissement local, étendre le dispositif de défiscalisation locale aux petits commerces, etc.)." Une économie impactée mais sauvegardée. Les mesures prises  ont porté tant sur le  maintien des emplois  et compétences, du pouvoir d’achat que sur la trésorerie des entreprises ", selon le gouvernement.

â–¶ï¸� À destination des personnes :«  Allocation  Covid-19  »  –  chômage  partiel  accru  porté  à  70  %  du  salaire  brut  dans  la  limite  de 4,5 SMG ;Indemnités de compensation de perte de revenu ;Indemnités de maintien à domicile pour les personnes à risque et pour garde d’enfant à domicile ;Indemnités pour les personnes bloquées à l’extérieur du territoire.â–¶ï¸� À destination des entreprises :Le  report  des  échéances  de  paiement  des  cotisations  sociales  du  premier  et  deuxième  trimestre 2020 ;  Le report des échéances fiscales accordées sur demande des entreprises ;Réquisitions  de  certains  hôtels  pour  l’organisation  de  la  quatorzaine  et  de  la  compagnie  aérienne locale, qui constituent une aide indirecte.Le prêt de 28,6 milliards de francs CFP accordé par l’AFD a notamment permis de financer le dispositif de chômage partiel, de compenser les besoins de trésorerie de la CAFAT et des collectivités publiques calédoniennes  liés  aux  reports  et  pertes  de  cotisations  sociales  et  fiscales,  ainsi  que  les dépenses induite par la gestion de la crise (réquisitions des hôtels pour la quatorzaine et de la compagnie aérienne internationale).â–¶ï¸� La mise en place de « l’allocation Covid-19 »L’allocation de chômage partiel dite « allocation Covid-19 » a été réservée à certaines entreprises directement impactées par les conséquences de la crise sanitaire internationale.Ces mesures ont été étendues jusqu’à fin novembre 2020 pour certains secteurs durablement touchés (hôtellerie, agences de voyage, transport de passagers). Cette mesure a permis de maintenir les revenus des bénéficiaires, avec une allocation équivalente à 70% du salaire brut dans la limite de 4,5 SMG.De manière habituelle, le taux d’allocation du dispositif de chômage partiel est fixé à 66% SMG. 1 500 entreprises et 104 employeurs de personnel de maison ont déposé un état de remboursement  concernant  10 663  salariés  au  mois  d’avril.  Au  mois  de  mai,  5,9  %  de  l’emploi  salarié  était  indemnisé (3 823 personnes) au titre du chômage partiel. De mars à mai, le total des prestations s’est établi à 1,5 milliards de francs CFP.Cette  allocation  a  permis  d’éviter  une  chute  globale  du  pouvoir  d’achat  des  ménages,  de  limiter  une  contraction  de  la  demande  qui  aurait  eu  des  effets  importants  sur  les  entreprises  calédoniennes (baisse de chiffre d’affaires, licenciements, ...).(Source : Pôle communication du gouvernement de la N-C)(*) : lundi 9 novembre 2020

USTKE   2 rue Ali Raleb - Vallée-du-Tir - B.P 4 372 Nouméa Cedex - Tél : 27.72.10

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire