UNE ANNÉE DE PANDÉMIE DE CORONAVIRUS - DÉCLARATION COMMUNE DES PARTIS COMMUNISTE ET OUVRIER

tourtaux-jacques Par Le 20/02/2021 0

Dans International

19 Février 2021

UNE ANNÉE DE PANDÉMIE DE CORONAVIRUS - DÉCLARATION COMMUNE DES PARTIS COMMUNISTE ET OUVRIER


Un an après l'apparition de la pandémie de coronavirus, les partis communistes et ouvriers du monde entier ont publié une déclaration évaluant la situation actuelle et s'engagent à poursuivre la lutte pour des services de santé publics, gratuits et universels, ainsi que pour la protection des droits démocratiques des travailleurs. 
 
Cette déclaration souligne, entre autres, le fait que la pandémie a mis en évidence la nécessité du socialisme qui peut mettre le potentiel scientifique et technologique contemporain au service des besoins des peuples. 
La déclaration complète est la suivante :


EN PREMIÈRE LIGNE DE LA LUTTE POUR LA SANTÉ, LE TRAVAIL ET LES AUTRES DROITS DE LA CLASSE OUVRIÈRE ET DES PEUPLES

Un an s'est écoulé depuis le déclenchement de la pandémie Covid-19, qui a également agi comme un catalyseur de l'aggravation de la crise capitaliste, apportant beaucoup de souffrance à la classe ouvrière et aux autres couches populaires du monde entier. Plus de 100 millions de personnes sont tombées malades, plus de 2 millions de personnes ont perdu la vie, des millions d'autres sont confrontées à la détérioration dramatique de leurs conditions de vie et aux impasses sociales du capitalisme, telles que le chômage, l'intensification de l'exploitation et de la répression.

Les partis communiste et ouvrier signataires de cette déclaration commune souhaitent avant tout exprimer leur solidarité avec les personnes touchées par la pandémie de Covid-19, celles qui ont perdu des proches, celles qui sont tombées malades, et adresser leurs chaleureux remerciements aux médecins et aux infirmières, au personnel des hôpitaux et des unités de santé qui, depuis un an maintenant, mènent ce combat, en affrontant de grandes difficultés.

Pendant cette période, les problèmes aigus des soins de santé primaires et des hôpitaux, la pénurie de personnel médical et infirmier, des unités de soins intensifs (USI) et des moyens de protection nécessaires, due au sous-financement, à la commercialisation et à la privatisation des services publics de santé nationale et de la production médicale et pharmaceutique, qui s'expriment de manière tendancielle dans tout le monde capitaliste, se sont manifestés de manière dramatique. Dans le même temps, les groupes monopolistiques et les entreprises pharmaceutiques, qui ont augmenté leur rentabilité, récoltent des milliards, tandis que les médicaments, les fournitures médicales, les vaccins et la recherche sont entre les mains du grand capital et deviennent l'objet de profits, accentuant les inégalités entre les pays et les contradictions géopolitiques. L'intensification de la concurrence pour la production et la distribution de vaccins et de médicaments, les retards dans les vaccinations nécessaires, les exclusions et la non-divulgation des contrats avec les industries pharmaceutiques, expriment les impasses du système d'exploitation capitaliste qui fonctionne sur la base du profit des groupes monopolistiques. L'importance de la lutte pour les droits des travailleurs et des peuples, de la nécessité du socialisme, qui peut mettre le potentiel scientifique et technologique contemporain au service des besoins populaires, est soulignée.

Les partis communiste et ouvrier saluent les luttes des travailleurs de la santé ainsi que des travailleurs, des agriculteurs et des indépendants qui demandent des mesures pour soutenir leurs revenus et protéger leur santé.

Nous dénonçons les gouvernements qui, dans des conditions de pandémie, légifèrent de nouvelles mesures anti-populaires et anti-ouvrières, qui mettent une fois de plus le fardeau de la crise sur les épaules des travailleurs et des peuples et qui, en même temps, suppriment leur lutte avec l'autoritarisme et de manière policière.

Nous, les partis communiste et ouvrier, poursuivons notre lutte. Nous exigeons dans chacun de nos pays, des services de santé gratuits et universels et des mesures substantielles pour lutter contre l'épidémie, pour protéger la santé et la vie des peuples :

Renforcement immédiat des services de santé publique grâce à un financement de l'État, recrutement de personnel médical et infirmier permanent de plein droit. La satisfaction de tous les besoins dans les unités de soins intensifs (USI) et les infrastructures nécessaires au plein fonctionnement des services de soins de santé publique et de recherche.
Vaccination plus rapide des populations de chaque pays, avec des vaccins efficaces, sûrs et gratuits, sans exclusion dans l'approvisionnement en vaccins, car cela se fait au détriment des populations des pays capitalistes les moins développés. Abolition des brevets pour les vaccins et tous les autres produits pharmaceutiques nécessaires qui peuvent aider à lutter contre la pandémie.
Mise à disposition immédiate, publique et universelle, de tous les moyens de précaution et de protection nécessaires (masques, gants, gels de désinfection, etc.), ainsi que des tests de diagnostic au peuple par l'État, gratuitement.
Soutien aux revenus et aux droits des couches populaires qui travaillent. Protection des chômeurs, intensification de la lutte contre le capital et ses porte-parole politiques, qui tentent de piétiner davantage les salaires et les pensions, les assurances, le travail et les droits démocratiques. Mesures de protection des travailleurs sur les lieux de travail, dans les transports publics, les écoles et les universités.

Aucune restriction des droits démocratiques des peuples sous prétexte du coronavirus.
Intensifier la lutte contre les interventions impérialistes et mettre immédiatement fin à toutes les sanctions et mesures de blocus économique qui, dans des conditions de pandémie, sont encore plus injustes et criminelles, comme les blocus criminels de l'impérialisme américain contre Cuba et le Venezuela, et retirer l'action inacceptable des États-Unis qui remet Cuba sur la liste américaine des soi-disant "États commanditaires du terrorisme".
Nous disons non aux interventions impérialistes et aux exercices militaires, tels que ceux de l'OTAN, et nous exigeons que les ressources nécessaires soient fournies et que les systèmes nationaux de santé publique et de sécurité sociale soient financés de manière adéquate.
PC de l'Albanie
PC de l'Arménie
PC d'Australie
Parti du travail d'Autriche
Democratic Progressive Tribune - Bahreïn
PC du Bangladesh
PC de Belgique
PC brésilien
PC du Brésil
PC de Grande-Bretagne
Nouveau PC de Grande-Bretagne
PC au Danemark
PC de Finlande 
PC allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs hongrois
Parti des travailleurs d'Irlande
CP de l'Inde (marxiste)
Parti Tudeh d'Iran
PC (Italie)
PC jordanien
Mouvement socialiste du Kazakhstan
Parti socialiste de Lettonie
Parti socialiste (Lituanie)
PC du Mexique
Nouveau CP des Pays-Bas
PC du Pakistan
PC palestinien
Parti du peuple palestinien
PC paraguayen
PKP-1930, le PC philippin
PC de Pologne
PC portugais
Parti socialiste roumain
PC de la Fédération de Russie
Parti communiste russe du travail
CPSU
PC du Swaziland
PC syrien
Les communistes de Serbie
Nouveau PC de la Yougoslavie
PC des travailleurs d'Espagne
Les communistes de Catalogne
PC du Sri Lanka
PC de la Turquie
PC de l'Ukraine
Union des communistes d'Ukraine
PC du Venezuela

source : https://www.idcommunism.com/2021/02/a-year-of-coronavirus-pandemic-joint-statement-by-communist-and-workers-parties.html#more

Tag(s) : #Covid19#Communiste

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire