YEMEN

YEMEN

YEMEN : CREVANT DE TROUILLE, LES OFFICIERS US ET SAOUDIENS FUIENT MAARIB!

Un mont stratégique tombe: les officiers US et saoudiens prennent la fuite

Sat May 30, 2020 12:56PM

À Maarib, les officiers américains et saoudiens prennent la fuite. (Photo d’illustration)

À Maarib, les officiers américains et saoudiens prennent la fuite. (Photo d’illustration)

Les médias yéménites citant des sources bien informées ont fait état du retrait clandestin des militaires saoudiens et officiers américains de leurs bases à Maarib.

Selon les sources, ces militaires y ont laissé leurs équipements et affaires pour que leur déplacement n’attire pas l’attention.

D’autre part, les combattants d’Ansarallah ont réussi à marquer des progrès à proximité de la ville de Maarib et à prendre le contrôle des hauteurs stratégiques d’al-Alaq, dans la région de Medghal. Ces hauteurs surplombent la base militaire de Maas qui appartient aux forces pro-Hadi. Et à l’heure actuelle, les combattants d’Ansarallah ont assiégé cette base depuis trois axes et sont en train d’avancer depuis le désert d’al-Jawf vers la ligne internationale à Maarib au sud. En effet, ils ont étendu leur contrôle sur le Jabal al-Alaq dans le district de Medghal, à la périphérie de la ville de Maarib.

Les Houthis encerclent le camp de Maas depuis le sud-ouest, le sud et le nord.

1ère révolte armée contre MBS?

1re révolte armée contre MBS ?

Les tribus majoritairement d’origine yéménite du Sud saoudien se seraient-elles révoltées contre le trône ?

Selon une autre dépêche en provenance du Yémen, suite à l’attaque au missile contre la base militaire de Sahn al-Jinn à Maarib, 7 militaires dont le fils du commandant en chef des forces armées du gouvernement démissionnaire de Mansour Hadi ont été tués.

Un responsable local yéménite a confié à l’agence de presse allemande DPA que le siège du ministère de la Défense du gouvernement démissionnaire situé à l’intérieur de la base de Sahn al-Jinn a fait l’objet d’une attaque au missile d’Ansarallah au moment où les commandants étaient en réunion.

Cette source a déclaré que le ministre de la Défense Mohamed Ali al-Makdashi et le chef d’état-major des armées du gouvernement démissionnaire, le lieutenant général Saghir ben Aziz, sont restés sains et saufs, mais le fils du commandant en chef se trouve parmi les morts.

Jusqu’ici, Ansarallah n’a pas revendiqué cette attaque. Aucun des ministères du gouvernement de salut national ni Ansarallah ne se sont exprimés à ce sujet. Le ministre de la Défense du gouvernement démissionnaire était déjà sorti indemne d’une frappe au missile, fin 2019.

Arabie: les missiles tonnent ...

Arabie: les missiles tonnent ...

1ère frappe par missile d’Ansarallah  contre le QG saoudien à Maarib

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/30/626405/Maarib-les-USA-prennent-la-fuite


 

DETROIT DE BAB EL-MANDEB : L'US NAVY EN LIGNE DE MIRE DE L'AXE DE LA RESISTANCE

Le message du Renseignement yéménite au ministre iranien du Renseignement

Tue May 26, 2020 3:42PM

Les militaires US en mer Rouge. (Archives)

Les militaires US en mer Rouge. (Archives)

L'axe de la Résistance s'apprête-t-il à mener la vie dure aux Américains en mer Rouge et dans le détroit de Bab el-Mandeb? Après tout, toute tentative de saisie des pétroliers iraniens en Atlantique devrait être ripostée immédiatement et la riposte ne devrait connaître de frontière et dans cette zone ultrastratégique les USA possèdent déjà plusieurs bases. 

Abdullah Yahya al-Hakim, chef du renseignement du ministère de la Défense du gouvernement de salut national yéménite a félicité dans un message Mahmoud Alaoui, le ministre iranien des Renseignements, à l’occasion de la fête la rupture du jeûne.

Patriot vaincu, Tornado abattu et bientôt les navires de guerre US?

Patriot vaincu, Tornado abattu et bientôt les navires de guerre US?

 

« Les restrictions imposées à l’Iran par l’administration américaine constitue une violation flagrante des conventions internationales et des droits de l’homme », est-il écrit dans ce message selon Al-Masirah. « Ce message appelle les épris de liberté au monde à tenir tête au régime oppresseur américain et à mettre l’accent sur le nécessité de la levée des sanctions cruelles imposées à l’Iran », lit-on dans ce message.

« Nous sommes convaincus que la RII est en mesure de faire face au langage de force des États-Unis et aux ennemis de la révolution iranienne, aux fauteurs de troubles, à ceux qui déclenchent les conflits sectaires et qui tentent ainsi d’atteindre ce qu’ils ne sont pas parvenus à obtenir par l’arme », a ajouté al-Hakim.

Première base US à abattre en mer Rouge? Ansarallah n'écarte plus aucune possibilité

Première base US à abattre en mer Rouge? Ansarallah n'écarte plus aucune possibilité

Abdullah Yahya al-Hakim a été nommé en 2007 au poste de chef du renseignement du ministère yéménite de la Défense par Saleh al-Samad, ancien président du Conseil politique suprême du Yémen. 

Les troupes US sont largement répandus dans le sud et l'est du Yémen ; elles ont déjà débarqué à Mahra, dans l'Est yéménite, ont érigé avec les Britanniques une base à Socotra et une autre à Zuqar. Aden y est également passé et c'est la quatrième ville stratégique à passer sous la férule US/britannique par Émirats interposés.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/26/626150/Une-alliance-militaire-IranChine-

 

L'OFFENSIVE AMERICANO-SAOUDIENNE PROPAGE LE CORONAVIRUS AU YEMEN AVEC LA COMPLICITÉ SCANDALEUSE DE L'ONU

Le Yémen livré à l’épidémie: Complicité scandaleuse entre l’ONU et la coalition

Le Yémen livré à l’épidémie: Complicité scandaleuse entre l’ONU et la coalition

folder_openRapports access_timedepuis 8 jours

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed

A la suite de la déclaration du gouvernement de sauvetage national dans les gouvernorats libérés au Yémen sur un deuxième cas du nouveau coronavirus dans la capitale Sanaa, le 9 mai, le gouvernement est désormais devant un véritable péril qui menace des millions de Yéménites, plongés dans des conditions sanitaires fragiles en raison de décennies de corruption suivies de cinq ans de blocus et d'offensive américano-saoudienne. Une offensive qui a détruit les infrastructures du pays, visant directement le plus grand nombre des installations sanitaires du pays, dont les hôpitaux.

Durant plus de cinq mois consécutifs, le Yémen n'a enregistré aucun cas de coronavirus, au moment où le monde souffrait de cette pandémie.

Cependant, durant cette période les forces de l'offensive ont tenté incessamment de propager l'épidémie, alors que le gouvernement de sauvetage national a avorté ces tentatives, par des mesures de prévention, prises par le ministère de la Santé de l'Intérieur et de la haute commission de lutte contre les épidémies, depuis le premier jour du début de la crise.

Le porte-parole du ministère yéménite de la Santé, Youssef Al-Hadri, a affirmé à Al-Ahed que le ministère a entamé ses mesures depuis le début de la pandémie, selon les règles de la deuxième étape, à la suite notamment du recensement de cas de contamination, même si ces cas ne sont pas enregistrés.

Après l'apparition des infections au virus, le gouvernement a consolidé ses mesures et discuté des moyens à adopter en cas de la propagation de l'épidémie. Des démarches comprenant la fermeture de certains hôtels et clubs sportifs, de marchés et d'installations publiques, tout en menant des campagnes de désinfection des mosquées et des quartiers résidentiels.

Selon le responsable, le gouvernement a entamé une période de confinement expérimental pour une durée de 24 heures dans plusieurs quartiers surpeuplés  de la capitale, en raison du flux des déplacés depuis cinq ans.

L'offensive américano-saoudienne propage le coronavirus au Yémen

Les forces de l'offensive et depuis les premiers jours de la crise sanitaire mondiale, ont entrepris d'ouvrir tous les passages qu'elles avaient fermés tout au long de cinq ans de blocus. Ces forces ont augmenté le nombre des vols vers les aéroports des gouvernorats occupés, au moment où plusieurs pays ont fermé leurs aéroports et passages frontaliers pour contenir la propagation du virus.

Ces forces ont également tenté d'introduire le virus au pays par le jet de quantités de masques suspects dans plusieurs gouvernorats libérés, par voie aérienne, notamment en mars dernier au-dessus de Sanaa, plusieurs semaines avant la déclaration du premier cas de contamination.

Selon Al-Hadri, plusieurs avions ont décollé de bases militaires saoudiennes vers le Yémen pour lancer des masques et des voiles, tandis-que les experts militaires savant bien combien coute une telle opération. Un fait qui prouve les objectifs hostiles de cette démarche.

La coalition de l'offensive avait pilonné les lieux de quarantaine dans les provinces Al-Bayda, Al-Hodeida et Saada, ce qui a permis la sortie de ceux qui ont survécu au bombardement, comme a été le cas dans le lieu Al-Salif d'Al-Hodeida, où 80 personnes placées sous la supervision médicale sont sorties, sans prendre des mesures de prévention.

En outre, malgré les mises en gardes onusiennes, les forces de l'offensive s'abstiennent de prendre les mesures de prévention du virus, transformant le Yémen en destination aux déplacés de différents pays, sans la prise d'aucune mesure de quarantaine et sans effectuer des tests.

Dans le même contexte, l'Arabie saoudite a extradé 800 Somaliens vers le gouvernorat Al-Jaouf, ignorant toute prise de mesure sanitaire ou de prévention, selon les déclarations du conseil supérieur des affaires humanitaires du gouvernement de sauvetage.

Face à cette insouciance systématique affichée par les pays de la coalition, le ministère de l'Intérieur a fermé 80 passages secondaires, utilisés pour la contrebande.

Les organisations onusiennes livrent le Yémen à l'épidémie

Le gouvernement a attribué aux pays de l'offensive la responsabilité totale de la propagation du coronavirus au Yémen, condamnant la position négative des Nations-Unis à cet égard. Une position en harmonie avec l'offensive américano-saoudienne visant à propager le virus dans le pays, selon le porte-parole du ministère de la Santé.

Au moment où l'Organisation des Nations Unies exprime sa préoccupation constante et les avertissements répétés concernant les craintes croissantes pour de millions de personnes au Yémen, en revanche, elle n'a point entrepris de fournir les fournitures préventives et curatives nécessaires pour affronter le coronavirus, même en étant pleinement consciente de l'effondrement de la situation sanitaire  dans ce pays.

L'ONU n'a même pas fustigé la politique saoudienne d'expulser des milliers d'Africains de manière inhumaine, ce qui constitue une menace majeure pour la sécurité et la santé du Yémen.

L'Organisation des Nations Unies, confrontée à la plus grande catastrophe humanitaire au monde et, face au défi du coronavirus qui a exacerbé les souffrances du peuple yéménite, agit de manière irresponsable et continue d'imposer des conditions et des pressions dictées au gouvernement de sauvetage national pour mettre en œuvre le programme de la coalition des pays d'agression au Yémen. Elle a même réduit ses aides humanitaires de plus de 75%.

Al-Hadri a affirmé à Al-Ahed que l'ONU a exigé l'entrée de la pandémie du coronavirus au Yémen pour lui assurer des aides en matière de lutte et de prévention, tout en posant des conditions politiques pour assurer le soutien.

Les organisations onusiennes n'ont point répondu aux appels du ministère de la Santé depuis le début de la crise, refusant d'assurer le minimum de médicaments et de moyens de prévention.

Le Yémen se prépare à affronter la pandémie

Avec l'annonce du gouvernement des mercenaires de l'offensive sur la propagation du coronavirus dans le Sud, la menace s'est aggravée contre les gouvernorats libérés. De surcroit, le Yémen a souffert durant plusieurs années de l'offensive de plusieurs épidémies, dont le choléra.

Ces faits posent un défi majeur devant le gouvernement de sauvetage national qui lutte et affronte l'offensive du coronavirus en plus de l'offensive militaire, avec un budget zéro, comme a précisé le porte-parole du ministère de la Santé, dans le contexte du complot visant au transfert de la banque centrale de Sanaa à Aden et du blocus injuste qui se poursuit.

En plus de tous ces fardeaux et défis, la nature sociale et économique du peuple yéménite et ses propres conditions de vie, nécessitent des mesures de santé et de prévention proportionnées à cette conjoncture, car il est difficile dans la réalité yéménite d'appliquer les procédures universellement acceptées, puisque la majorité des fils du Yémen dépendent dans leurs revenus sur le travail quotidien, à la lumière de la persistance de l'interruption des salaires du gouvernement et du coût élevé de la vie, en l'absence d'épargnes qui permettent à des millions de personnes de rester chez elles et de respecter le confinement, sans parler du grand nombre de membres dans la famille yéménite qui atteignent souvent plus de 10 personnes vivant dans des maisons étroites et des mauvaises conditions de santé.

En dépit de tout ce qui précède, la société yéménite avance dans ses efforts pour affronter le virus, armée par sa croyance en Dieu, par sa résistance et patience, qui ont prouvé une efficacité exceptionnelle en face des circonstances les plus dures, sur la terre.

La pandémie du coronavirus n'est qu'une nouvelle arme utilisée par les forces américano-saoudiennes contre ce peuple, à l'ombre d'une complicité onusienne scandaleuse.

https://www.french.alahednews.com.lb/35124/323


 

AL-HOUTHI, CHEF DU MOUVEMENT DE RESISTANCE YEMENITE ANSARULLAH PRÊT A TOUTES LES OPTIONS FACE A «ISRAËL». 221 RAIDS SAOUDIENS EN UNE SEMAINE

Yémen : S.Houthi prêt à tous les options face à Israël. Plus de 220 raids saoudiens en une semaine

 Depuis 7 heures  22 mai 2020

Sayed Abdel Malek al-Houthi

Sayed Abdel Malek al-Houthi
Sayed Abdel Malek al-Houthi

 Monde arabe - Yémen

 

Rédaction du site

Le chef du mouvement de résistance yéménite Ansarullah  s’est dit attaché au droit de la nation dans ses lieux saints en Palestine occupée.

Lors d’un discours, jeudi 21 mai, à l’occasion de la journée mondiale d’AlQuds, Sayed Abdel Malek al-Houthi, s’est dit « prêt à toutes les options face à Israël dans les évènements futurs ».

« Nous réitérons notre position constante et notre engagement au soutien du peuple palestiniens face à l’ennemi israélien qui constitue un danger sur toute la nation », a-t-il affirmé.

Le numéro un d’Ansarullah a en outre regretté que « la majorité des régimes et peuples de la région n’accordent pas l’importance requise à la question de Qods ».

S’agissant de l’implication israélienne dans la guerre saoudienne contre le  Yémen, M.Houthi a fait état d’  « une contribution israélienne claire dans les raids menés par la coalition saoudo-émirati-US contre les différentes régions du pays ».

« L’ennemi israélien parle ouvertement de son bénéfice direct des frappes menées par les forces d’agression contre nous ».

Plus de 220 raids saoudiens en une semaine

Dans ce contexte, le porte-parole des forces yéménites- qui comptent dans leurs rangs des unités de l’armée au côté des forces populaires d’Ansarullah- a fait état de plus 220 raids saoudiens en une semaine contre plusieurs régions du pays.

Le général Yehya Sarii a précisé que « l’aviation de la coalition d’agression a lancé, la semaine dernière, 221 raids contre les provinces de Saada (nord), Sanaa, Hajjah (nord), Ma’reb (centre), Al-Jawf (nord), Al-Bayda (centre), Al-Dhaleh (sud) et les fronts frontaliers ».

Quant aux agressions des troupes terrestres de la coalition, M.Sarii a recensé « 13 offensives et infiltrations contre Jawf (nord), Ma’reb (centre), Taez (sud) et Saada (nord) ».

« Le nombre des offensives de la coalition s’est élevé à 100 tentatives d’infiltration et à plus de 1300 raids aériens, depuis le 9 avril », a-t-il noté.

Source: Traduit à partir d'AlMasirah

http://french.almanar.com.lb/1761300


 

AU SUD DU YEMEN, VICTIME DE PLUSIEURS ÉPIDÉMIES AUXQUELLES S’AJOUTE LE COVID-19, LA MORTALITÉ EST MULTIPLIÉE PAR 7

Sud du Yémen: Mortalité multiplié par 7. Propagation du Covid-19?

 Depuis 11 heures  18 mai 2020

yemen_corona

yemen_corona

 Monde arabe - Yémen

Face à une importante hausse de la mortalité enregistrée récemment à Aden, ONG et professionnels de santé s’inquiètent d’une propagation du nouveau coronavirus dans cette grande ville du sud du Yémen en guerre, en l’absence de statistiques fiables sur la pandémie.

Fin avril, le comité chargé de la lutte contre la maladie Covid-19 au ministère yéménite de la Santé a annoncé les premiers cas de contamination dans le pays, dont la majorité ont été recensés à Aden, ville de 550.000 habitants déjà frappée par des foyers de dengue, malaria ou chikungunya.

Le service des Affaires civiles, chargé de délivrer les certificats de décès, y fait actuellement état quotidiennement de dizaines de décès.
Pour la seule journée de samedi, Aden a connu « plus de 80 décès causés par différentes épidémies », a précisé à l’AFP Sand Jamil, à la tête du service, sans mentionner le nouveau coronavirus. Il a ajouté qu’en temps normal une douzaine de certificats de décès était délivrée chaque jour.

Le nombre quotidien de morts a été multiplié par sept, a estimé de son côté à l’AFP Saddam al-Haïdari, un médecin travaillant dans un hôpital public d’Aden.

« Catastrophe »

Si les différentes sources ne peuvent établir avec certitude que cette hausse est liée au nouveau coronavirus, l’ONG Save the Children évoque clairement la pandémie.
« Nos équipes sur le terrain voient des gens, respirant lourdement et s’effondrant même, être renvoyés des hôpitaux. Ces gens meurent parce qu’ils ne peuvent pas recevoir le traitement qui les sauverait », s’alarme Mohammed Alshamaa, directeur des programmes de l’ONG Save The Children au Yémen.

Pour Yasser Bamallem, docteur à l’hôpital public Al-Joumouriah, l’heure est grave: « nous sommes face à une catastrophe à Aden. »
« On luttait déjà contre la dengue ou la chikungunya (…) avec une mortalité en baisse », rappelle-t-il à l’AFP. « Mais le taux de mortalité a augmenté avec la propagation du nouveau coronavirus. »

Contrôlée par des séparatistes revendiquant l’indépendance du sud du pays, et soutenus par les Emirats arabes unis, Aden n’observe pas de confinement. Les tests de dépistage à la maladie Covid-19 sont inexistants, tout comme les mises en quarantaine de personnes malades.

Des campagnes de désinfection ont eu lieu, mais faute d’être bien équipés, les hôpitaux ont cessé d’admettre les patients présentant des symptômes semblables à ceux de la maladie et les médecins ont déserté leur poste, selon plusieurs témoignages de personnels de la santé.

Dans un communiqué où elle cite des responsables locaux, Save the Children a fait état jeudi de la mort en une semaine de quelque 385 personnes présentant des symptômes semblables à ceux du nouveau coronavirus.
Trois médecins sont morts récemment, a précisé au quotidien local Al-Ayyam M. Jamil, sans donner cependant les causes de leur décès.

  Chiffres sous-estimés

Dans l’hôpital privé Al-Kubi, les consultations sont passées de 150 par jour il y a quelques semaines à plus de 400 actuellement, avec des équipes réduites, confie le directeur de l’établissement Yasser al-Nassiri.

Parmi les patients qui affluent, beaucoup présentent des symptômes proches de la maladie Covid-19, selon lui.
« Le conflit entre le gouvernement et le Conseil de transition du sud (STC – séparatiste qui a proclamé l’autonomie du Sud fin avril) ainsi que les combats à Abyane compliquent la situation », indique à l’AFP M. Nassiri, en référence à une province mitoyenne de celle d’Aden, où s’affrontent les forces des deux camps.

Le Yémen est déjà en proie depuis 2015 à une guerre meurtrière menée par la coalition conduite par l’Arabie saoudite et les EAU, pour y imposer leur allié le président démissionaire Abd Rabbo Mansour Hadi. En tête de ceux qui résistent à ces velléités hégémonistes figurent l’organisation houthie Ansarullah et des unités de l’armée yéménite.

Ce conflit a provoqué la pire crise humanitaire dans le monde, selon les Nations unies, et suscité l’effondrement des infrastructures sanitaires locales.
Compilé par l’AFP à partir de chiffres fournis par le gouvernement et les rebelles, le bilan de la nouvelle épidémie s’élevait dimanche à 124 cas d’infection et 19 morts dans l’ensemble du pays.

Mais ces chiffres sont largement sous-estimés, affirme M. Bamallem, car « la grande majorité des cas suspects ne sont pas testés » au virus à Aden et ailleurs en raison des faibles capacités de dépistage.
Seule une mobilisation internationale en faveur d’Aden peut enrayer la progression de la maladie, souligne ce médecin.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/1755591


 

LE MOUVEMENT DE RESISTANCE YEMENITE ANSARALLAH : "L'ARABIE SAOUDITE REGRETTERA SES FRAPPES MEURTRIÈRES SI ELLE S'OBSTINE"

Ansarallah : "Riyad regrettera ses frappes s'il s'obstine"

Fri May 1, 2020 2:54PM

Au moins 10 drones d'Ansarallah ont frappé en septembre 2019 deux installations pétrolières d'Aramco en Arabie saoudite. (Archives)

Au moins 10 drones d'Ansarallah ont frappé en septembre 2019 deux installations pétrolières d'Aramco en Arabie saoudite. (Archives)

Le porte-parole des forces armées yéménites, le général de brigade Yehya Saree, a annoncé la libération de 95% de la superficie de la province d'al-Jawf.

Dans une interview accordée mercredi à la chaîne de télévision yéménite al-Masirah, le général de brigade Saree a annoncé que la dernière phase de l’«Opération Allah vous a donné le pouvoir sur eux» comprenait le nettoyage de plusieurs camps dans la province, nommant al-Labinat, al-Aqsha, al-Khasf, et les zones voisines d’al-Maraziq et d’al-Mahashima.

Maarib, là où MBS se rendra...

Maarib, là où MBS se rendra...

Maarib est aussi vitale pour Riyad-Washington-Londres que l'est le port de Djeddah et elle est sur le point de tomber.

Le porte-parole a en outre confirmé que 1200 mercenaires à la solde du régime de Riyad avaient été élimines au cours de l'opération susmentionnée.

Saree a également expliqué que la zone récemment libérée s’étend sur 3 500 kilomètres carrés, ce qui englobe l’ensemble du désert d'al-Hazm ainsi que des zones de Khab et al-Chaaf.

Il a également souligné que le désert d'al-Jawf était le bastion plus important des groupes terroristes Al-Qaïda et Daech.

« Le camp d’al-Labinat était le dernier fief des mercenaires déployés à al-Jawf et il est considéré comme la porte d’entrée de la province de Maarib », a-t-il expliqué.

Le porte-parole des forces armées yéménites a en outre déclaré que les forces d'agression avaient récemment intensifié leurs attaques contre Maarib et que l’armée yéménite et les Comités populaires ont répondu du tac au tac.

« Nous avons des options stratégiques qui feront regretter à l'ennemi son escalade. Ils doivent en supporter les conséquences », a-t-il martelé.

Le général de brigade Saree a également noté que les avions de guerre de l'agression ont mené plus de 256 frappes aériennes contre la province d’al-Jawf pendant les deux derniers mois.

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé vendredi 24 avril la prolongation d'un mois de son cessez-le-feu unilatéral.

Une trêve de quinze jours avait débuté le 9 avril sous prétexte que le Yémen se prépare à lutter contre la Covid-19. Elle a expiré le jeudi 23 avril sans pour autant déboucher sur une trêve permanente.

 Malgré un cessez-le-feu unilatéral, la coalition saoudienne s’acharne sur le Yémen et poursuit notamment ses raids contre les deux provinces de Maarib et al-Jawf.

Pourquoi l’Arabie quémande un cessez-le-feu ? Israël répond...

Pourquoi l’Arabie quémande un cessez-le-feu ? Israël répond...

« Rien ne nous garantit que l'Arabie saoudite cessera ses attaques. Il est probable que le régime de Riyad abuse de l’affaire de la pandémie pour réorganiser ses rangs et compenser ses pertes », précise un communiqué du gouvernement de salut national qui a également appelé Riyad à indemniser les dommages économiques causés au Yémen.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/01/624275/Ymen--alJawf-libre--95


 

UNE OFFENSIVE DE LA RESISTANCE YEMENITE TUE PLUS DE 1200 MERCENAIRES SAOUDIENS

Une offensive yéménite tue plus de 1 200 mercenaires saoudiens

 Depuis 16 minutes  1 mai 2020

yemen

yemen

 Monde arabe - Yémen

 

L’Armée Yéménite a déclaré avoir débarrassé plus de 95% de la province de Jawf, dans le nord du pays, de la présence de forces (principalement) mercenaires combattant pour une coalition militaire dirigée par l’Arabie Saoudite dans une opération qui a tué au moins 1 200 soldats envahisseurs.

Un porte-parole des forces armées yéménites, le Général de Brigade Yahya Sarii, a annoncé la nouvelle dans un communiqué mercredi 29 avril, indiquant que l’opération, qui a débuté à la mi-mars, a détruit plusieurs camps dirigés par les Saoudiens et a nettoyé des zones à al-Marzaiq et al-Muhashima dans la province.

Au moins 1 200 mercenaires saoudiens ont été tués au cours de l’opération, a-t-il déclaré séparément dans une interview à la télévision yéménite al-Masirah, ajoutant que les zones nouvellement libérées couvraient 3 500 kilomètres carrés, incluant la totalité du désert d’al-Hazm.

Le Général Sarii a déclaré que les groupes terroristes Daesh (ISIL ou ISIS) et Al-Qaida avaient pris d’importantes positions dans le désert du Jawf.
Le porte-parole de l’armée a déclaré que la base la plus importante de la coalition dirigée par les Saoudiens dans la province, à savoir le camp militaire d’Al-Labanat, avait été détruite, ouvrant la voie à une opération similaire dans la province voisine de Ma’rib.

Sarii a déclaré que la coalition dirigée par les Saoudiens avait considérablement renforcé sa présence à Ma’rib récemment et que l’armée et ses combattants alliés des Comités Populaires l’affrontaient.
« Nous avons des options stratégiques qui feront regretter à l’ennemi son escalade, et ils doivent en accepter les conséquences », a-t-il ajouté.

Sarii a également déclaré que la coalition dirigée par les Saoudiens avait lancé plus de 265 raids contre la nation yéménite à Jawf de fin mars à début avril. La coalition dirigée par les Saoudiens a envahi le Yémen en 2015. Depuis lors, plus de 100 000 personnes ont été tuées, selon l’organisation américaine Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED).

L’agression saoudienne et le blocus du Yémen qui l’accompagne se poursuivent malgré la pandémie de coronavirus et le besoin urgent de fournitures médicales de ce pays appauvri. La guerre a également poussé l’ensemble du pays au bord de la famine, les enfants étant les plus touchés par celle-ci.

Sources : Fort-russ; traduit par Réseau International

http://french.almanar.com.lb/1737771


 

ANSARULLAH, GRAND GAGNANT DES RECENTES ÉVOLUTIONS AU SUD YEMEN

Ansarullah, le grand gagnant des récentes évolutions dans le sud du Yémen

 Depuis 6 heures  28 avril 2020

Des combattants d'Ansarullah

Des combattants d'Ansarullah
Des combattants d'Ansarullah

 Monde arabe - Yémen

 

Rédaction du site

Le rédacteur en chef du journal arabe en ligne Raï al-Youm considère le mouvement Ansarullah du Yémen comme gagnant des récentes évolutions dans le sud du Yémen.

Le mouvement de la Résistance yéménite Ansarullah a tiré le plus de profit des récentes évolutions dans le sud du Yémen, a écrit Abdel Bari al-Atwan qualifiant ainsi Ansarullah, dont la puissance et la présence se renforcent de plus en plus partout au Yémen, de grand gagnant des récents développements dans le sud de ce territoire.

« Le calme est établi dans les régions septentrionales du Yémen tandis qu’Ansarullah a repris la province d’al-Jawf et de vastes parties de Maarib des forces saoudiennes et de leurs mercenaires, s’imposant désormais comme une puissance militaire régionale, suscitant de plus en plus l’envie des ennemis », affirme-t-il, en faisant allusion à l’annonce inattendue de l’autonomie à Aden par le Conseil de transition du sud (STC), soutenu par les Émirats arabes unis. Cela a porté un coup dur à l’Arabie saoudite et aux EAU et se traduit, en effet, par l’effondrement de la soi-disant unité de cette coalition ».

Atwan qui considère le Conseil de transition du Yémen comme le vrai pouvoir militaire et sécuritaire à Aden a écrit : « Ce Conseil, en annonçant l’autonomie du Sud, envisage de renforcer sa légitimité administrative et éliminer les instances liées au gouvernement (démissionnaire) de Mansour Hadi (pro-saoudien). Les forces du Conseil de transition sont parvenues à prendre le contrôle de tous les ministères, du port d’Aden, de l’aéroport et de la banque centrale et à empêcher le retour de Mansour Hadi et des membres de son gouvernement à Aden. Ainsi Mansour Hadi a perdu les deux capitales Sanaa et Aden et doit désormais penser à une nouvelle option pour transférer son gouvernement démissionnaire. Cette nouvelle option serait éventuellement Hadramaout. »

« Les différends qui séparaient le gouvernement démissionnaire de Hadi et le Conseil de transition du Yémen, et ce, malgré l’accord de Riyad signé en novembre 2019 par les deux parties, se sont avérés encore plus sérieux qu’ils ne l’étaient dans le passé : des différends entre autres sur le partage de pouvoir, l’accès du Conseil de transition à certains ministères et les tendances séparatistes du Conseil de transition. Le feu de la guerre s’attise à Aden », affirme Atwan regrettant que les deux parties, l’une soutenue par l’Arabie saoudite et l’autre par les Émirats arabes unis, démentent tout différend.

Selon l’analyste d’Al-Jazeera, Khaled Aqalan, « la coalition saoudienne semble songer à une guerre permanente dans le sud du Yémen afin de faire avancer ses plans géopolitiques qui contrastent fortement avec les objectifs initiaux de son intervention militaire au Yémen (Appuyer le retour de Hadi au pouvoir, ndlr).  Prise par Abou Dhabi, la décision du Conseil de transition ne tenait pas compte de la situation humanitaire critique au Yémen. Cette décision montre que le Conseil de transition échappe à l’accord de Riyad et pousse les évolutions du pays vers des circonstances inconnues, d’autant plus qu’Aden est confronté à une crise provoquée par les inondations mais aussi le manque d’efforts de la part du gouvernement démissionnaire et de la coalition ».

Source: Avec PressTV

http://french.almanar.com.lb/1734152


 

LA RESISTANCE YEMENITE CONTRÔLE LE CAMP AL-LABANAT

La violation du cessez-le-feu par la coalition arabe

Sat Apr 25, 2020 6:14PM

Les combattants yéménites. (Archives)

Les combattants yéménites. (Archives)

« Les forces yéménites et les combattants d’Ansarallah ont repris le contrôle du camp d’al-Labanat et de ses environs au sud-ouest de la ville d’al-Hazm dans l’est du Yémen », a annoncé une source militaire yéménite.

« Plusieurs éléments du gouvernement démissionnaire yéménite ont été tués ou blessés lors de ces opérations », a-t-elle ajouté.

Des sources d’information ont également fait état de la violation par la coalition saoudienne du cessez-le-feu.

Al-Jawf-Maarib sous la bulle de missiles yéménites

Al-Jawf-Maarib sous la bulle de missiles yéménites

Selon des sources yéménites, le système de défense antiaérienne yéménite a affronté des avions de combat saoudiens.

Les avions de combat de la coalition d’agression ont mené six attaques ce samedi 25 avril dans la matinée en soutien aux forces du gouvernement démissionnaire yéménite dans la localité d’al-Khanjar, dans la ville de Khob et al-Chaaf à la frontière de Najran. Les forces de la coalition avaient auparavant pris pour cible des zones de la ville de Majzar au nord-ouest de Marib.

Le porte-parole de la coalition saoudienne, Turki al-Malki, a déclaré vendredi dernier que la coalition avait unilatéralement prolongé d’un mois son cessez-le-feu. Ce cessez-le-feu est entré en vigueur le jeudi 9 avril à midi et a duré deux semaines.

La coalition saoudienne a demandé une prolongation d’un mois alors que ses avions de combat ont, à maintes reprises au cours des deux dernières semaines, bombardé des régions du Yémen. 

Les hauteurs de Maarib sont désormais sous contrôle des combattant d’Ansarallah

Les hauteurs de Maarib sont désormais sous contrôle des combattant d’Ansarallah

Les combattants d’Ansarallah ont repris des éléments du gouvernement démissionnaire yéménite les hauteurs de Maarib.

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/25/623905/Larme-ymnite-controle-le-camp-al-Labanat


 

YEMEN : ANSARULLAH REPREND UNE BASE MILITAIRE A AL-JAWF

Ansarullah reprend une base militaire à Al-Jawf

 Depuis 3 heures  25 avril 2020

base_labanate

base_labanate

 Monde arabe - Spécial notre site - Yémen

 

Rédaction du site

Nouveau revers des troupes de la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite contre le Yémen : les forces armées formées des unités de l’armée yéménite et des forces populaires de l’organisation Ansarullah  se sont emparées dans la nuit de vendredi à samedi de la base militaire al-Labanat, située dans le district d’al-Jawf lors d’une offensive à grande échelle.

Cette base était occupée par les milices fidèles au président démissionnaire contesté Abed Rabbo Mansour Hadi .

L’information a été rapportée par l’agence yéménite proche d’Ansarullah « Saba’ » qui a fait état d’un grand nombre de tués et de blessés dans les rangs des mercenaires dont des chefs de guerre.

Les milices pro Hadi avaient conquis cette base il y a deux semaines dans le cadre d’une opération destinée à récupérer les régions conquises durant ces dernières semaines par les Houthis dans la province d’al-Jawf.

Mais ces derniers ont vite réagi.  Dans la foulée, ils ont aussi sécurisé les hauteurs d’al-Aqsha et le village Khasaf à al-Jawf, tout en enregistrant des succès spectaculaires dans le sud-ouest de la province d’al-Jawf soit à l’ouest de la province de Ma’rib.

Ansarullah a dès le début du mois de mars conquis   la ville de Hazem qui est le centre d’Al-Jawf s’emparant de son complexe gouvernemental et du siège de la zone militaire des troupes pro Hadi. Ses troupes assiègent la ville de Ma’rib.

 

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1730951