YEMEN

YEMEN

AVEC SON UNITE DE DRONES, LA RESISTANCE YEMENITE A MENE UNE ATTAQUE CONTRE L'AEROPORT SAOUDIEN D'ABHA

 

Yémen: attaque contre une cible militaire au sein de l’aéroport saoudien d’Abha

 
Le général Yehya Sarii
Le général Yehya Sarii
Rédaction du site

L’unité de drones de l’armée yéménite et d’Ansarullah a mené, tôt ce lundi 26 octobre, une opération contre l’aéroport saoudien d’Abha (sud).

Le porte-parole des forces yéménites a précisé qu’ « un drone de type 2K a atteint avec précision une cible militaire importante au sein de l’aéroport ».

Le général Yehya Sarii a réitéré que « cette attaque est une riposte aux crimes de la coalition, dirigée par l’Arabie, et au blocus à l’encontre du peuple yéménite ».

Dimanche 25 octobre, un drone de type Sammad 3 a également visé une cible sensible à l’intérieur de l’aéroport d’Abha.

Peu auparavant, deux drones de types Qasef 2K ont bombardé l’aérodrome des avions militaires saoudiens dans la base aérienne du roi Khaled, à Khamis Mcheit (sud).

Les avions militaires saoudiens mènent depuis mars 2015 des raids contre le Yémen, faisant des dizaines de milliers de morts parmi la population.

Source: Traduit à partir d'AlMasirah

https://french.almanar.com.lb/1910493

 

DES DRONES YEMENITES FRAPPENT DEUX AEROPORTS ET UNE BASE MILITAIRE EN ARABIE SAOUDITE

Des nuées de drones frappent Jizan et Assir

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Drone yéménite ©Harbi Press

Le porte-parole des forces armées du gouvernement du salut national du Yémen, le général Yahya Saree, a fait part des opérations de drones contre des aéroports et une base en Arabie saoudite. 

« Grâce à Dieu, l’unité de drones a mené trois attaques avec trois drones Qassif 2K en Arabie saoudite », a écrit ce samedi soir le brigadier général Yahya Saree, porte-parole des forces armées du gouvernement du salut national, sur son compte Twitter.

Les aéroports de Jizan et d’Abha et la base aérienne de Khamis Mushait ont été visés. 

« C’est une réponse pointue aux crimes de la coalition menée par l’Arabie saoudite et au blocus (aérien, terrestre, maritime et médiatique) continu dont fait l’objet le peuple yéménite », a affirmé le général Saree. 

La coalition militaire dirigée par Riyad a mené des dizaines de frappes aériennes meurtrières dans différentes régions du pays au cours de la semaine dernière, tuant et blessant plus de 20 civils.

La coalition a violé le cessez-le-feu 332 fois dans l’ouest du Yémen rien que mercredi dernier.

 

MAARIB : L'ATTAQUE AUX MISSILES ET AUX DRONES PAR LA RESISTANCE YEMENITE DE DEUX IMPORTANTES BASES SAOUDIENNES MET L’ARMEE SAOUDIENNE EN DEBANDADE

Attaque aux missiles et drones simultanés: l'armée saoudienne en débandade

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Deux bases militaires saoudiennes bombardées par Ansarallah. (Photo d'illustration)

Ansarallah a pris pour cible deux importantes bases militaires de l’Arabie saoudite à Maarib par quatre attaques simultanées aux missiles et de drones. 

Trois explosions de puissante intensité ont secoué, jeudi soir, une base militaire contrôlée par la coalition saoudienne, selon des sources locales dans la province de Maarib.

Le site d’information Al-Khabar Al-Yemeni a rapporté que trois puissantes explosions avaient secoué la base militaire de Tadavin contrôlée par les mercenaires saoudiens. Des sources locales ont confié au site que les explosions étaient dues à une attaque au missile ou une attaque de drone. 

L’armée yéménite et les Comités populaires n’ont pas encore réagi à cet incident dont le bilan des victimes reste encore inconnu. 

Selon des sources officieuses, les explosions auraient touché la cellule d’opération, la tour de contrôle et le dépôt d’armes de la base. 

Lire aussi : Yémen: Maarib, là où Riyad et Cie capituleront

Des médias proches de l’Arabie saoudite ont rapporté que les unités de missiles et de drones d’Ansarallah avaient lancé quatre attaques simultanées contre les bases militaires de Tadavin et de Sahn al-Jin, au nord de Maarib. 

Ces attaques traduisent un nouveau modus operandi d’Ansarallah contre la coalition saoudienne.    

Avant ces explosions, des avions de combat saoudiens ont bombardé des régions contrôlées par Ansarallah dans la province de Maarib. 

L’armée yéménite et les Comités populaire liés à Ansarallah ont repris le contrôle de grandes parties de la province de Maarib pendant les derniers mois et ils sont à deux pas de s’infiltrer dans la ville de Maarib où sont largement présents les éléments du parti al-Islah, le soutien principal du gouvernement démissionnaire du Yémen. 

NOUVEL AMBASSADEUR IRANIEN AU YEMEN : L’OBJECTIF DE L’IRAN EST DE LEGITIMER LE GOUVERNEMENT DE SALUT PUBLIC SUR LA SCENE NATIONALE ET INTERNATIONALE

 

L’ambassadeur iranien à Sanaa: l’objectif de Téhéran…

 
Ambassade d'Iran à Sanaa
Ambassade d'Iran à Sanaa
Rédaction du site

Le nouvel ambassadeur d’Iran au Yémen est arrivé à Sanaa, a annoncé samedi 17 octobre le ministère iranien des Affaires étrangères.

« Hassan Eyrlou, l’ambassadeur extraordinaire de la République islamique d’Iran au Yémen, est arrivé à Sanaa », a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh dans un entretien avec l’agence Fars.

« Il présentera ses lettres de créance à Mehdi al-Machat, président du Conseil politique suprême du Yémen et à Hisham Charaf Abdollah, ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Salut national yéménite », a ajouté M. Khatibzadeh.

Le nouveau pas franchi par l’Iran s’inscrit dans le cadre de légitimer le gouvernement de Salut national yéménite sur la scène régionale et internationale.

Le développement des relations diplomatiques entre Téhéran et le gouvernement de Salut national yéménite prouvera qu’Ansarallah ne peut pas être éliminé des évolutions de la région. En même temps, l’initiative iranienne peut être le début d’une voie pour que le gouvernement de Salut national soit reconnu par d’autres pays de la région.

Bien entendu, la décision de l’Iran d’envoyer un ambassadeur à Sanaa affectera également la dimension interne des développements au Yémen.

Non seulement l’envoi de l’ambassadeur de la République islamique à Sanaa aide Ansarullah à avoir le dessus sur tout, mais encore il pourrait être porteur d’un message sérieux aux agresseurs qui ont tenté de ramener au pouvoir le gouvernement illégitime de Mansour Hadi.

Bien que la décision de Téhéran fasse l’objet d’une réaction négative du courant lié au gouvernement démissionnaire de Hadi et à la coalition d’agression saoudo-émiratie, toutefois, cette décision, tout en créant l’unité à Sanaa, sera considérée comme un soutien fort aux groupes de résistance pour qu’ils poursuivent leur chemin.

Sur le terrain, malgré toutes les tentatives de l’axe occidental et arabo-israélien visant à éliminer la Résistance et à démembrer le Yémen, l’armée yéménite et Ansarullah ont réussi à faire capoter leurs complots et à prendre les devants dans les domaines offensif et défensif.

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/1907028

 

ANSARALLAH : LE COUP DIPLOMATIQUE IRANIEN

L'ambassadeur iranien à Sanaa: l'objectif de Téhéran...

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants d'Ansarallah à Sanaa, septembre 2019. ©AFP

Le nouvel ambassadeur d’Iran au Yémen est arrivé à Sanaa, a annoncé samedi le ministère iranien des Affaires étrangères.

« Hassan Eyrlou, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République islamique d’Iran au Yémen, est arrivé à Sanaa », a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh dans un entretien avec l’agence Fars. « Il présentera ses lettres de créance à Mehdi al-Machat, président du Conseil politique suprême du Yémen et à Hisham Charaf Abdollah, ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Salut national yéménite », a ajouté M. Khatibzadeh.

Le nouveau pas franchi par la RII s’inscrit dans le cadre de légitimer le gouvernement de Salut national yéménite sur la scène régionale et internationale. La réalité est que le mouvement Ansarallah a pris d’initiatives aussi bien sur le terrain de combat que sur le plan politique.

Aujourd’hui, malgré toutes les tentatives de l’axe occidental/arabe/hébreu visant à éliminer la Résistance et à démembrer le Yémen, Ansarallah a réussi à faire capoter leurs complots et à prendre les devants dans les domaines offensif et défensif.

Vendredi dernier, Ansarallah a réalisé une percée majeure contre la coalition saoudienne dans ce qu’on appelle « le plus grand échange de prisonniers » et a réussi à libérer 680 de ses combattants en échange de 400 mercenaires affiliés au gouvernement de Mansour Hadi.

Cela est intervenu alors qu’au cours de ces deux dernières années, l’armée yéménite et les Comités populaires ont pu prendre le dessus sur le champ de bataille en développant des systèmes de missiles et de drones et en imposant de lourds dégâts aux ennemis saoudiens.

Maintenant, le développement des relations diplomatiques entre Téhéran et le gouvernement de Salut national yéménite prouvera une autre page de la réalité de terrain, et c’est qu’Ansarallah ne peut pas être éliminé des évolutions de la région. En même temps, l’initiative iranienne peut être le début d’une voir pour que le gouvernement de Salut national soit reconnu par d’autres pays de la région.

Bien entendu, la décision de l’Iran d’envoyer un ambassadeur à Sanaa affectera également la dimension interne des développements au Yémen.

Non seulement l’envoi de l’ambassadeur de la République islamique à Sanaa aide Ansarallah à avoir le dessus sur tout, mais encore il pourrait être porteur d’un message sérieux aux agresseurs qui ont tenté de ramener au pouvoir le gouvernement illégitime de Mansour Hadi.

Bien que la décision de Téhéran fasse l’objet d’une réaction négative du courant lié au gouvernement démissionnaire de Hadi et à la coalition d’agression saoudo-émiratie, toutefois, cette décision, tout en créant l’unité à Sanaa, sera considérée comme un soutien fort aux groupes de résistance pour qu’ils poursuivent leur chemin.

LA RESISTANCE YEMENITE BRISE ET HUMILIE LES USA

Etat yéménite renaît de ses cendres; Ansarallah a poussé l'Empire à se prosterner....

 
 

Des détenus membres d'Ansarallah arrivent à l’aéroport de Sanaa, le 15 octobre 2020. ©AFP

Ce qui vient de se produire au Yémen est inouï : 2 officiers US contre 200 combattants d'Ansarallah ou ce qui revient au même, en cinq ans de combat contre une coalition de 17 pays occidentaux qui pour la plupart passent pour des puissances militaires, l'Amérique s'est placée au même rang qu'Ansarallah. Certes les calcules électoralistes du candidat Trump n'y ont pas été étrangers mais au-delà de ces calcules, il y a un fait indéniable, la victoire militaire d'Ansarallah. Il y a quelques jours des sources d’informations ont fait état de tentatives américaines de reconstituer les lignes de combats au sud de l'Arabie saoudite, et ce, sous l’auspice des américains ; Des commandants US seraient ainsi sur le point de former quelques 1.800 mercenaires soudanais nouvellement recrutés pour empêcher la chute de Maarib. Mais la donne est-elle réversible ? Peu probable.

« Des milliers de militaires saoudiens et de mercenaires soudanais sont détenus par Ansarallah », a déclaré Abdel Qader al-Morteza, chef du Comité national pour les affaires des prisonniers du gouvernement de Salut à Sanaa. Lors d’une interview, accordée le samedi 17 octobre à la chaîne de télévision al-Massira, Abdel Qader al-Morteza a exprimé comment Ansarallah impose désormais sa loi aux Américains et à Riyad : "l’équipe de négociateurs de Sanaa n’a pas accepté de conclure un accord sur l'échange de prisonniers tant que la partie saoudienne n'avait pas accepté d'être présente à la table du dialogue. C’est ainsi que les Saoudiens ont été contraints par leurs maîtres américains de s'humilier et de rejoindre les négociations », a-t-il réaffirmé . "À ce rythme, les Émirats finiront eux aussi par rallier la dynamique qu'Ansarallah a déclenché car les USA ont frapper à notre porte pour qu'on libère les ressortissants US". 

« Au fait, en cours de négociations pour la libération des prisonniers et juste avant que l'accord ne soit signé, Riyad a tenté une ultime démonstration de force en exigeant la mis en liberté de ses militaires avant toute officialisation, mais l’équipe de négociation de Sanaa a refusé net, parce qu'elle avait de multiples cartes gagnantes en faveur de ses propres prisonniers : ses capacités militaires d'abord et puis ses capacités diplomatiques. Quelques 4.700 combattants yéménites, détenus par les Saoudiens, ont jusqu’ici été libérés et on est heureux d'annoncer qu'ils gagneront aussitôt le front de Maarib et de Hudaydah.
« Le gouvernement de Salut national et le gouvernement démissionnaire du Yémen ont accompli, pendant les derniers jours, des parties d’une opération d’envergure d’échange de 1.081 prisonniers », a-t-il expliqué. 

"Les temps sont durs pour Riyad et ses protecteurs britannique, américain et otaiens. et on sent cette réalité à travers les agissements de Martin Griffitz. Au fait Ansarallah est à deux pas de la ville de Maarib dont la reprise lui ouvrira les portes des grands sites pétroliers qu'occupent depuis des années les pétroliers saoudiens, américains et anglais. Que Maarib rallie géographiquement l'axe Saada-Sanaa, c'est là une carte qui inversera de fond en comble la donne au profit de la Résistance. D'où ces concessions anglosaxone à l'endroit d'Ansarallah qui s'accompagne d'une nette marche arrière de Riyad. Même le Soudan n'est plus trop enclin à rester dans ce bourbier et les propos d'Ansarallah au sujet des prisonniers soudanais fait écho à ce blocage. la "coalition" est totalement déchiquetée sur le front sud saoudien dont le ciel est exposé aux missiles de la Résistance. Une fois Maarib libéré, USA/OTAN/Riyad n'auraient d'autre choix que de lever le blocus, sinon le pétrolifère Maarib servira de tremplin à la Résistance qui projette déjà de libérer Aden et de se trouver nez à nez avec Israël à Socotra".

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/17/636581/Yemen-Ansarallah-Arabie-saoudite-Emirats-
 

L'ARABIE SAOUDITE SAIGNE DANS LE SUD YEMEN

Les USA s’ingèrent dans les affaires du Yémen (Ansarallah)

 
 

Des combattants d'Ansarallah. (Photo d'archives)

Ansarallah a repoussé une offensive d’envergure des mercenaires à la solde de Riyad dans la province d’Ad Dali' au sud du Yémen. 
Selon la chaîne de télévision Al-Mayadeen, les forces de l’armée yéménite et les combattants des Comités populaires liés à Ansarallah ont repoussé, ce dimanche 18 octobre, une vaste offensive des mercenaires pro-Hadi, à la solde de Riyad, contre la région de Maris dans la province d’Ad Dali ». 
Lors de cette contre-attaque qui a duré des heures, des dizaines de mercenaires ont été tués ou blessés. 

Par ailleurs, le président du Conseil politique suprême du Yémen, Mohammed Ali al-Houthi, a déclaré que les courriels de Hillary Clinton avaient prouvé que les États-Unis exerçaient une ingérence directe dans les affaires du Yémen. 

Lire aussi: Comment Ansarallah a poussé les USA à faire libérer ses prisonniers

Dans un tweet publié sur son compte officiel, Mohammed Ali al-Houthi a écrit : « les courriels de Hillary Clinton font preuve de quatre réalités : premièrement, les personnalités révolutionnaires de partis sont nommées et écartées par les Américains. Deuxièmement, les révolutionnaires d’Ansarallah bénéficient du soutien du peuple yéménite. Troisièmement, les plans proposés par certains partis sont en réalité planifiés par les Américains. Et quatrièmement, la révolution de vos enfants dans le mouvement Ansarallah a renversé les partisans des États-Unis et a déjoué leurs desseins. »

Et de continuer : « Les courriels de Hillary Clinton montrent comment les États-Unis s’ingèrent directement dans les affaires intérieures du Yémen et montrent aussi comment les mercenaires poursuivent leurs agissements pour faire réaliser les objectifs que les colonialistes leur ont fixés. Les mercenaires ont détruit le pays pour qu’ils soient payés par les États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et leurs alliés, et cela au prix du sang des Yéménites. Ces pays ont donc commis des crimes de guerre ». 

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/18/636689/Yemen-Arabie-saoudite-Ansarallah-Etats-Unis-

 

LE PENTAGONE MIS ECHEC ET MAT PAR LA RESISTANCE YEMENITE

Comment Ansarallah a poussé les USA à faire libérer ses prisonniers

 
 

Des prisonniers yéménites libérés, à leur arrivée le 15 octobre 2020, à l'aéroport de Sanaa. ©AFP

Selon la chaîne d’information yéménite Al-Masirah, Yahya Saree, le porte-parole des forces armées yéménites, a déclaré ce jeudi 15 octobre après le début du processus de retour des prisonniers yéménites que cette initiative était un grand succès humain, politique et militaire.

Yahya Saree a déclaré à Al-Masirah que la réalisation de ce processus était le résultat des grandes démarches menées par Abdel Malek al-Houthi, le leader du mouvement yéménite d’Ansarallah.

Il a fait savoir que certains des prisonniers libérés ce jeudi ont été retenus captifs par l'ennemi pendant près de cinq ans, et qu’ils n’avaient pas bénéficié des services semblables à ceux fournis aux prisonniers ennemis.

Félicitant les familles des prisonniers libérés, le général Yahyaa Saree a souligné qu'Ansarallah ferait de son mieux pour libérer tous les détenus des prisons de l’ennemi.

«Actuellement, la coalition d'agression saoudienne est préoccupée par des agissements militaires à Maarib, ce qui met la pression sur l'ennemi dans le processus des négociations », a-t-il également ajouté.

Le général Saree a également souligné que les forces yéménites étaient parfaitement prêtes pour une opération de grande envergure si l'ennemi ne s'engageait pas à respecter le cessez-le feu.

Mohammed Ali al-Houthi, le président du Comité suprême de la Révolution, a déclaré que l'administration Trump avait retardé le processus d’échange de prisonniers de plus de deux ans afin de s'en servir au profit des présidentielles.

Selon l'agence de presse Fars News, Mohammed Ali al-Houthi a déclaré à propos de l'échange de deux prisonniers américains devant 240 citoyens yéménites que les Américains emprisonnés au Yémen n'étaient pas des citoyens ordinaires. Ils avaient été arrêtés pour des actes suspects au Yémen, a-t-il annoncé au Washington Post

Al-Houthi a ajouté que l'administration Trump avait délibérément retardé le processus d’échange de prisonniers jusqu'aux présidentielles alors que la question d’échange avait été soulevée quelques mois plus tôt par Oman.

Le responsable yéménite a déclaré que l'objectif des Américains était de discréditer le peuple yéménite, et de poursuivre également leurs intérêts lors des présidentielles à venir.

Le gouvernement de salut national yéménite a annoncé ce mercredi 14 octobre que 240 citoyens yéménites assiégés à Oman en raison du sabotage de la coalition saoudienne ont pu rentrer dans leur pays en échange de la libération de deux Américains et de la remise d'un corps.

 

470 DETENUS YEMENITES DE RETOUR AU PAYS. ILS FONT ETAT DE TORTURES, DE LIQUIDATION ET DE TRAFIC D’ORGANES

470 détenus yéménites sont retournés au pays : ils font état de torture et de liquidation et de trafic d’organes

 
 Depuis 48 minutes  15 octobre 2020
 

Quatre avions transportant les prisonniers yéménites, des civils, des militaires de l’armée et combattants d’Ansarullah chez la coalition arabe ont atterri ce jeudi 15 octobre à l’aéroport de Sanaa dans une ambiance de fête. Un cinquième devrait arriver le vendredi, et ce dans le cadre de l’accord d’échanges des détenus qui a été finalisé en Suisse le mois passé entre le gouvernement de Sanaa et celui d’Abed Rabbo Mansour Hadi, sous le parrainage des Nations Unies, pour échanger 1081 combattants d’Ansarullah et miliciens de la coalition arabe.

Dans le cadre de la première phase de l’accord, les quatre avions ont apporté 470 détenus. En même temps, deux avions de la Croix rouge internationale sont arrivés à Sanaa pour transporter 250 combattants pro Hadi. Dont  15 saoudiens, 4 soudanais et le frère du président démissionnaire contesté.
Le vendredi, un cinquième avion devra apporter 200 combattants houthis qui seront échangés contre 251 miliciens.

Le premier avion transportant 116 combattants est arrivé depuis la ville yéménite occupée Hadramaout, tandis que les deux autres depuis l’aéroport saoudien d’Abha.

Le porte-parole d’Ansarullah Mohamad Abdel Salam a indiqué que des combattants yéménites revenants sont des blessés qui avaient été envoyés hors du Yémen pour les faire soigner. Mais ils sont restés bloqués à Oman en raison du refus de la coalition.
Certains détenus yéménites sont des civils qui ont été capturés dans les zones frontalières yéménites avec l’Arabie saoudite et d’autres des pêcheurs qui ont été attrapés au large de la mer, rapporte le site web de la télévision iranienne arabophone al-Alam.

Le vice-ministre de l’information du gouvernement de Sanaa a accusé les autorités pénitentiaires de la coalition d’avoir liquidé certains détenus et de les avoir dépouillés de leurs organes pour les revendre.

Interrogés par les médias, des détenus ont assuré avoir été victimes de toutes sortes de tortures physiques et morales durant leur détention. Certains détenus sont revenus handicapés.

Selon Al-Masirah, la télévision d’Ansarullah, une délégation officielle du bureau du chef d’Ansarullah Abdel Malek Badreddine al-Houthi faisait partie de l’accueil populaire réservé aux détenus à l’aéroport de Sanaa. Dont le membre du bureau politique Mohamad Ali Al-Houthi et un certain nombre de ministres du gouvernement de Sanaa.

Le membre du bureau politique d’Ansarullah Ali Al-Qahoum a révélé que les pays de la coalition arabe avaient en vain tenté de faire capoter l’accord.

http://french.almanar.com.lb/1901088

 

YEMEN : CONCESSION US A ANSARALLAH

Les USA libèrent 200 prisonniers de la Résistance yéménite

 
 

Des combattants blessés d'Ansarallah à l'aéroport de Sanaa en décembre 2018. ©Wall Street Journal/Archives

Deux Américains arrêtés par Ansarallah ont été libérés par le mouvement yéménite ce mercredi en échange du retour au Yémen de plus de 200 combattants d’Ansarallah qui se trouvaient à Oman.

Un avion de la l’armée de l’air du sultanat d’Oman transportant les deux Américains et le cadavre d’un troisième a décollé de la capitale yéménite Sanaa quelques heures après avoir ramené les combattants d’Ansarallah après des années passées à Oman.

L'accord a garanti la liberté de Sandra Loli, que le quotidien Wall Street Journal présente comme une activiste humanitaire américaine qui a été arrêtée par Ansarallah il y a environ un an, et aussi la libération de Mikael Gidada, que le journal présente comme un homme d’affaires américain détenu pendant plus d'un an. L’accord prévoyait également le retour des restes de Bilal Fateen, un troisième Américain mort au Yémen.

Les responsables américains n’ont fourni que des informations limitées sur les trois Américains, mais ont déclaré qu’ils travaillaient de toute urgence pour conclure l’accord car la santé de Mme Loli était en déclin. L’accord comprenait également la livraison d'une aide médicale au Yémen.

Les responsables saoudiens ont déclaré qu’ils soutenaient à contrecœur l’accord des Américains avec le mouvement de Résistance yéménite, qui, selon eux, permettrait à des dizaines de militants entraînés sur des drones et des missiles avancés de retourner dans la zone de combat. M. Patel a déclaré que les États-Unis s'efforçaient de garantir que les Houthis rentrant au Yémen ne présentent pas de risque majeur.

Mohammed Ali al-Houthi, membre du conseil politique d’Ansarallah, a déclaré mercredi que les Américains avaient été détenus pour avoir participé à des activités suspectes au Yémen.

« Il y a beaucoup d’Américains qui visitent le Yémen et ils y travaillent en toute sécurité, mais si ce n'étaient que des citoyens qui n’étaient pas impliqués dans des actes suspects ou des violations de la loi, ils ne seront soumis à rien », a-t-il dit.

Avec le soutien des États-Unis, l’Arabie saoudite et ses alliés ont mené une guerre vieille de cinq ans contre le Yémen. Les Nations unies ont tenté à plusieurs reprises de négocier la fin de la guerre au Yémen, qui, selon l'organisme international, est le pays de la pire crise humanitaire au monde.

Le soutien américain à la guerre au Yémen est devenu une question importante à Washington où Donald Trump a opposé son veto à une résolution bipartite l’année dernière qui cherchait à mettre fin au soutien américain à la coalition militaire saoudienne.

Les législateurs américains des deux parties ont critiqué le gouvernement de Trump pour avoir fourni à l’Arabie saoudite et à ses alliés des armes, des renseignements et d’autres soutiens militaires pour le combat au Yémen, où les frappes aériennes de la coalition ont tué des milliers de civils.