YEMEN

YEMEN

YEMEN : ANSARALLAH ABAT UN AVION SAOUDIEN

 

Le couloir aérien Arabie saoudite-Aden, coupé? les chasseurs US/Israël/golfiens risquent désormais leur peau!

Wednesday, 24 February 2021 1:54 PM  [ Last Update: Wednesday, 24 February 2021 1:55 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La DCA d'Ansarallah atteint la province de Maarib.(Archives)

C'est loin d'être un simple hasard : quelques heures après l'annonce du prochain déploiement des batteries de missiles Patriot "grecs" en Arabie saoudite où les Etats-Unis ont déclaré zone militaire toute la côte ouest à savoir le port pétrolier de Yanbu, ainsi que les localités de Taëz et de Tabouk, juste en face du Port- Soudan où les Russes viennent de s'offrir leur première base navale en mer rouge, un avion de la "coalition" vient d'être abattu dans le ciel de Maarib au nord du Yémen où la guerre de libération vient d'entrer dans la phase finale. D'intenses combats se poursuivent en effet sur le front est à Sirwah où la Résistance continue à avancer pour venir à bout de l'armée saoudienne, de ses conseillers occidentaux et de ses mercenaires à Asdas, village stratégique situé à l'est de Maarib.

Les

Maarib sur le point de tomber...

Le fait qu'un avion de reconnaissance saoudien ait été abattu dans le ciel de Maarib n'augure de bon pour Riyad et l'axe US/OTAN qui devrait, tout raison garder, voir le signe de l'extension de la DCA yéménite au-dela de Sanaa et de Sadaa à savoir dans le ciel de Maarib. C'est d'autant "plus mauvais"e comme évolution que les tribus de Maarib continuent à se dissocier des rangs saoudiens, et à rallier les rangs d'Ansarallah et que la chute imminente de la province pétrolifère, revient de facto à couper la voie terrestre entre l'Arabie d'une part et les régions occupés du sud y compris Aden de l'autre et de ne laisser à la coalition d'occupation qu'une seule et unique voie d'accès aux ports stratégiques du sud du Yémen que la liaison terrestre transitant via la province de Mahra. 

Que se passe-t-il au juste? Puisqu'une fois Maarib libérée, il ne restera plus aux Américains et consouert, la liaiosn aérienne, et bien il se passe que la route aérienne ne seraient plus trop sûre, Ansarallah ayant parfaitement la possibilité de placer une bulle de DCA à Maarib et de viser les avions de la coalition dans le ciel de cette province, l'espace aérien du sud saoudien, à Jizan, à Najran et à Assir, ayant déjà passé sous le feu des missiles sol-air et des drones d'Ansarallah, comme l'a déjà prouvé la série d'attaques aux drones et missiles récente visant l'aéroport d'Abha et de Khamis Mushait.

Lire plus : MBS: Maarib m'a tué...

Al Khabar al Yemeni affirme que l'avion de reconnaissance de la coalition a été intercepté et abattu, alors qu'il se trouvait en mission de collecte d'information visant les positions d'Ansarallah sur le front de Sanaa, ce qui veut plus clairement que la DCA yéménite a opéré sur fond de renseignement transmis depuis les radars basés à Sanana. les forces yéménites sont-elles sur le point créer un réseau de défense aérienne entre Sanaa, Sadaa et Maarib? Possible. Ce mercredi, le service de sécurité et de renseignement yéménite a diffusé une partie des aveux des "espions" à la solde des services occidentaux, qui ont agi surtout dans l'objectif de saboter la défense aérienne yéménite. La chaîne Al-Masirah a diffusé, mardi 23 février, la vidéo des aveux de ces désormais ex-agents en collusion direct avec  "trois officiers américains et britanniques".

Ansarallah: le ciel de Maarib sous contrôle

Ansarallah: le ciel de Maarib sous contrôle

Ansarallah a abattu un drone d’espionnage saoudien en plein vol dans le ciel de Maarib.

La deuxième audition de ces espions s'est déroulé mardi devant le tribunal spécial de Sanaa. Quel a été le modus operandi des officiers de renseignement anglosaxone?. "La chaine Al Masirah souligne que des officiers des services de renseignement américains avaient d'abord recruté des espions dans les zones contrôlées par Ansarallah avant de les mettre en relation avec des agents de renseignement britanniques, rencontrés à l'aéroport d'al-Ghaydah dans la province d'al-Mahra. Cet même aéroporté transformée depuis deux ans par Riyad en une base aérienne et que l'ambassadeur américain avait visité au mois de décembre lors d'une visite-éclair qui avait surpris plus d'un an : " en effet les Amériains et les Britanniques avaient peur que les missiles sol-air d'Ansarallah étendent leur champ d'action et qu'ils parviennent à couvrir la totalité du ciel du nord yéménite: " Ils nous ont demandé donc à traquer les bases de DCA, des batteries de missiles antimissiles d'Ansarallah, affirment ces espions dans leurs aveux.

Message secret US à Ansarallah !

Message secret US à Ansarallah !

Un membre du Conseil politique suprême a révélé lundi soir que le groupe avait reçu un message secret des Américains au sujet de la paix.

Al Masirah ajoute :" Les espions ont avoué avoir envoyé des informations sur les positions militaires et les installations civiles et économiques du Yémen au service de renseignement britannique pour 300 dollars par mois. Les membres de la cellule espion ont aussi  reçu une formation militaire nécessaire après avoir rejoint un bataillon de missions spéciales sous le commandement d'un dénommé Fayez Al-Muntasir. 

Les trois officiers de renseignement US/britannique qui recrutaient des agents à Sanaa et à Sadaa./Al Alam

Ce bataillon avait été créé pour recruter les jeunes des provinces du nord (Saada et Sanaa) et d'en faire des agents de liaison du MIT et de la CIA. Leur mission consistait surtout à localiser et à détruire l'emplacement des systèmes de défense aérienne, des drones d'Ansarallah, suivant le mode d'opération déjà utilisé en Syrie et en Irak, par les terroristes de Daech. D'ailleurs l'appel à la mobilisation général anti ANsarallah qu'a lancé ces derniers jours Daech puis al Qaïda s'inscrit dans ce même sens, les terroristes servant surtout à la CIA et à MI6 de prétexte à maintenir leur présence dans le nord du Yémen. N’empêche que le démantèlement de ce vaste réseau d'espions pro US/pro British est une méga déculottée, la route aérienne reliant l'Arabie saoudite au sud du Yémen étant totalement exposés à la puissance balistique de la Résistance". 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/24/645949/La-DCA-yemenite-visee-par-USA-GB

YEMEN : COUP D’ETAT A MAARIB. LES TRIBUS SE RALLIENT AU MOUVEMENT DE RESISTANCE ANSARALLAH

Les tribus larguent Riyad, se rallient à Ansarallah

Tuesday, 23 February 2021 6:42 PM  [ Last Update: Tuesday, 23 February 2021 6:41 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les tribus de Maarib rejoignent Ansarallah. (Photo d'illustration)

Les tribus, en tant que principal pilier de la société yéménite, jouent un rôle majeur dans les conflits. Mais à Maarib, les tribus n’agissent pas au profit de la coalition d’agression saoudienne. 
Alors que les forces de l’armée yéménite et les combattants des Comités populaires se trouvent à une dizaine de kilomètres de Maarib, les tribus de cette ville stratégique signent les unes après les autres, des accords de paix avec le gouvernement de Sanaa pour se retirer de la guerre. 

Lire aussi: Des officiers saoudiens capturés à Maarib

Dans ce droit fil, le quotidien libanais Al-Akhbar écrit : « La province de Maarib est devenue une véritable scène de coup d’État contre l’Arabie saoudite. Six ans après le jour où les miliciens pro-Riyad ont pris le contrôle de la province de Maarib, les tribus ne veulent plus obéir à la coalition d’agression saoudienne et signent des accords de paix avec l’armée et Ansarallah. Voici un coup dur pour l’Arabie saoudite qui comptait sur son influence historique à travers la province de Maarib. »

Lire aussi: Maarib, là où l’US Army, la Royale Army et les armées annexes ont perdu (Débat)

Al-Akhbar ajoute : « En septembre 2020, le gouvernement de Sanaa a réussi à signer un accord de paix avec la tribu Morad qui contrôle une importante partie de la province de Maarib. Cet accord a largement favorisé la percée de l’armée et d’Ansarallah vers Maarib. »

Lire aussi: Mas libéré, Ansarallah domine Maarib, est-il en « connexion avec la Russie ?

« Des conflits sont actuellement en cours dans les territoires contrôlés par la tribu Obeida qui s’étendent depuis la banlieue de Maarib jusqu’à Wadi Obeida, Safer et al-Rawik, non loin de la frontière de l’Arabie saoudite ». « Le gouvernement de Sanaa a déjà activé tous ses canaux de communication pour signer un accord de paix avec la tribu Obeida », indique aussi Al-Akhbar. 

Ansarallah aura la peau de MBS!

Ansarallah aura la peau de MBS !

 »Les tribus de Maarib nous ont trahis. Ansarallah avance à grands pas "

« Des sources concordantes ont révélé que le gouvernement de Sanaa avait déjà réussi à signer des accords de paix avec un certain nombre de dirigeants de la tribu Obeida, mais la conclusion de ces accords n’a pas été annoncée par crainte de menace contre la vie des signataires. Dans le même temps, le gouvernement de Sanaa essaie de contacter les dirigeants d’autres tribus de Maarib via les chefs d’Obeida avec qui il a conclu des accords de paix. »

Lire aussi: Officiers saoudiens et occidentaux en fuite, Maarib à la portée d’Ansarallah

Al-Akhbar continue : « En effet, le gouvernement de salut national est arrivé à tourner toutes les équations au détriment de la coalition d’agression yéménite et du gouvernement démissionnaire de Mansour Hadi. Le feu vert des tribus de Maarib à Sanaa puise son origine dans les erreurs commises pendant les six dernières années par le parti al-Islah, proche des Frères musulmans, qui a mis la main sur les revenus de la province de Maarib à coup de force et d’armes, ce qui n’a pas du tout plu aux tribus de cette province. Pire encore, les miliciens d’al-Islah ont écrasé, par des chars, les domiciles des familles appartenant à la tribu al-Achraf fin 2019 avant d’incendier leurs fermes. En 2020, un groupe du parti d’al-Islah a massacré des membres de la tribu Al-Sabiaan dont un certain nombre de dirigeants de cette tribu. »

Israël: la mer Rouge s'embrase!

Israël : la mer Rouge s’embrase !

« Dans la foulée, la coalition d’agression saoudienne a récemment augmenté la pression sur les tribus de Maarib surtout les dirigeants des tribus qui ont signé un accord de paix avec le gouvernement de Sanaa. Il y a deux semaines, des chasseurs de l’aviation saoudienne ont bombardé la tribu de Mohammed Ali Taïman dans la région d’al-Zor pour avoir conclu un accord de paix avec le gouvernement de Sanaa. » 
Al-Akhbar indique : « Les responsables du gouvernement de Sanaa ont jusqu’ici contacté des centaines d’officiers et de dirigeants du gouvernement démissionnaire de Mansour Hadi. Le résultat ? Un certain nombre d’entre eux ont rejoint les rangs de Sanaa, ce qui a suscité une forte division chez les miliciens pro-saoudiens. Vendredi soir, une brigade de l’infanterie 117 a rejoint les forces de Sanaa ». 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/23/645911/Yemen-Arabie-saoudite-Ansarallah-Maarib-tribu

GUERRE AU YEMEN : SOUTIEN MEURTRIER DE MACRON A L'ARABIE SAOUDITE

Guerre au Yémen : le soutien meurtrier de la France à l’Arabie saoudite

 Depuis 1 jour  22 février 2021

Des enfants victimes des bombardements saoudiens contre le Yémen

Des enfants victimes des bombardements saoudiens contre le Yémen

 Monde arabe - Spécial notre site - Yémen

 

Rédaction du site

Le site français l’humanité a publié, le vendredi 19 février, un article condamnant le soutien meurtrier de la France a l’Arabie saoudite dans sa guerre contre le Yémen.

Alors que les États-Unis et l’Italie ont annoncé la suspension de leurs livraisons d’armes à Riyad, Paris reste muet et fait la sourde oreille aux demandes d’arrêt de cette coopération. Comme si l’argent n’avait pas l’odeur des cadavres yéménites, s’indigne l’auteur de cet article.

L’ONG italienne le Réseau pour la paix et le désarmement s’en félicitait. Cette décision du gouvernement italien « met un terme une fois pour toutes à la possibilité que des milliers d’engins explosifs fabriqués en Italie puissent toucher des structures civiles, faire des victimes parmi la population ou puissent contribuer à aggraver la situation humanitaire déjà grave dans ce pays ». Et d’ajouter : « Le seul arrêt de la fourniture de missiles et bombes aériennes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis ne peut pas faire cesser la guerre au Yémen et soulager les souffrances d’une population épuisée par le conflit, la famine et les maladies, mais constitue un pas nécessaire pour créer les préconditions à la paix. »

En France, au moment où le gouvernement joue la grande muette, les ONG évoquent la « complicité de la France » dans les violations qui ont été commises au Yémen, à la lumière de la poursuite de la vente d’armes par Paris à l’Arabie saoudite.

Le quotidien Humanité cite dans ce contexte, Benoit Muracciole, chef de l’ONG Action sécurité éthique républicaine (Aser).

Les ONG confirment qu’elles ont examiné les rapports des experts des Nations Unies, qui ont fait état de possibles crimes de guerre au Yémen.

Pour sa part, l’ONG Disclose a divulgué un document gouvernemental interne révélant le mécontentement d’une partie du conseil gouvernemental à l’égard du renforcement du contrôle démocratique sur les exportations d’armes.

Il convient de rappeler que des dizaines de milliers de Yéménites ont été tués depuis mars 2015, suite à la guerre lancée par la coalition, dirigée par l’Arabie saoudite. Cette guerre a également provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU. 80 % de la population a un besoin urgent d’aide humanitaire.

Sources:  Humanité + AlQuds al-Arabi

https://french.almanar.com.lb/2013871

YEMEN : DEBUT DU PROCES DES ESPIONS RECRUTES PAR LA CIA ET LES RENSEIGNEMENTS BRITANNIQUES

Yémen: Procès des espions recrutés par les renseignements US et britanniques

 Depuis 4 heures  23 février 2021

Procès à Sanaa des espions recrutés par la CIA et les services de renseignement britanniques des espions yéménites recrutés par la CIA et les services de renseignement britanniques

Procès à Sanaa des espions recrutés par la CIA et les services de renseignement britanniques des espions yéménites recrutés par la CIA et les services de renseignement britanniques

 Monde arabe - Spécial notre site - Yémen

 

Rédaction du site

Le tribunal pénal de première instance, à Sanaa, a ouvert le procès des espions recrutés par la CIA et les services de renseignement britanniques.

L’agence de presse Saba a déclaré, le lundi 22 février, que le tribunal avait dévoilé des preuves confirmant le rôle direct des USA et du Royaume Uni dans le recrutement de ces agents pour qu’ils commettent des actes de sabotage sur le territoire de la République du Yémen.

Et d’ajouter : les accusés ont avoué avoir exécuté les missions recommandées par le chef des services de renseignements britannique. Ce dernier est installé dans une base militaire établie par les pays de la coalition saoudo-émiratie, dans l’aéroport d’Al-Ghaydah dans la province d’Al-Mahra.

Saba a en outre précisé qu’elle publierait, ce mardi 23 février, les aveux des espions en question.

 

Source: Traduit à partir d'AlMasirah

https://french.almanar.com.lb/2014564

YEMEN : LE CHEF DE LA RESISTANCE AL-HOUTHI DECLARE QUE LE PEUPLE YEMENITE NE VEUT ETRE SOUS LA TUTELLE D’AUCUN PAYS

Sayed al-Houthi: Le peuple yéménite ne veut être sous la tutelle de personne

Sayed al-Houthi: Le peuple yéménite ne veut être sous la tutelle de personne

folder_openMoyen Orient access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec Saba

Le chef du mouvement d’Ansarullah yéménite, sayed Abdel-Malek Badreddin al-Houthi, a souligné vendredi que les opérations militaires à Marib, Jawf et dans d'autres provinces s'inscrivent dans le contexte de la confrontation contre les forces armées de la coalition de l'agression US-saoudienne.

Il a ajouté que «la plupart des habitants de Ma'rib se battent aux côtés de l'armée et des comités populaires».

«Très peu d’habitants de Marib se battent sous le commandement d’un officier saoudien et tentent d’imposer le contrôle saoudien dans le cadre de la loyauté envers l’Amérique et de la normalisation avec Israël», a déclaré Sayyed Al-Houthi.

Sayed al-Houthi a fait ces déclarations lors de son discours télévisé de vendredi, à l'occasion du premier vendredi du mois de Rajab, célébré chaque année au Yémen.

Il a confirmé que «la lutte contre les ennemis et leurs mercenaires vise à préserver l’identité islamique des Yéménites, à maintenir leur rejet de toute hégémonie et à souligner que personne ne peut justifier les accords de normalisation avec «Israël».»

Sayed al-Houthi a indiqué qu'avant la Révolution du 21 septembre, il y avait une tutelle étrangère, principalement par les États-Unis d'Amérique.

Le chef a expliqué que «nous, en tant que peuple yéménite et nation islamique, cherchons à nous débarrasser de l'obligation de suivre l'Amérique et Israël».

Il a souligné que le peuple yéménite ne veut pas être sous la tutelle de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, des États-Unis, d'Israël ou de tout autre pays étranger.

«Les Yéménites sont des peuples libres et leur identité de foi leur impose le devoir de rechercher leur indépendance», a-t-il ajouté.

Sayyed al-Houthi a en outre souligné qu'Israël et les États-Unis d'Amérique sont «les deux faces d'une même médaille, et la priorité de l'Amérique est d'autonomiser Israël dans la région et de renforcer également son contrôle et sa suprématie, en plus de lui permettre d'être le leader de ce qu’ils appellent le Moyen-Orient. »

«L'hégémonie est un mépris et une insulte envers notre peuple, et ceux qui ont accepté cette tutelle, l'ont promue et l'ont soutenue lorsque notre peuple l'a rejetée, a soutenu l'agression et se bat aujourd'hui aux côtés des étrangers», a-t-il déclaré.

Sayyed Abdul-Malik al-Houthi a exhorté l’armée yéménite et les comités populaires à continuer de faire face à l’agression menée par les Saoudiens, appelant les États ennemis à arrêter la guerre et à mettre fin au blocus du Yémen.

https://french.alahednews.com.lb/38792/304

LA RESISTANCE A VAINCU LA DCA SAOUDIENNE

La défense aérienne saoudienne est vulnérable face aux attaques de la Résistance irakienne et yéménite

Saturday, 20 February 2021 5:31 PM  [ Last Update: Saturday, 20 February 2021 5:31 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La défense aérienne saoudienne est vulnérable face aux attaques de la Résistance irakienne et yéménite. (Photo d'illustration)

Un journal américain a écrit que les récentes attaques de la Résistance irakienne et yéménite contre l’Arabie saoudite avaient mis au grand jour la faiblesse et la vulnérabilité des systèmes de défense saoudiens.

Le Wall Street Journal s’est penché dans un article, sur les opérations couronnées de succès des forces de résistance yéménite et irakienne contre l’Arabie saoudite, sans manquer de reconnaître la faiblesse et l’échec des systèmes de défense saoudiens.

« Alors que l’administration du président américain Joe Biden reconsidère l’approche régionale de Washington, les groupes de résistance au Yémen et en Irak profitent des fissures créées dans les systèmes de défense saoudiens et lancent des “attaques de haute précision” contre le régime saoudien », souligne le WSJ.

En allusion à une frappe de drones piégés par un groupe irakien sur un bâtiment royal en Arabie saoudite le 23 janvier dernier, l’auteur de l’article a indiqué : « Cette attaque met en évidence la complexité croissante des dangers auxquels le Royaume d’Arabie saoudite est confronté et montre que cela ne se limite pas aux drones, mais inclut également les missiles balistiques et de croisière. »

Missiles

Missiles

 Œil pour œil, dent pour dent, la Résistance irakienne fait son baptême de feu de puissance balistique... Riyad, la première cible

Le Wall Street Journal a précisé que « la coalition saoudienne a déclaré dans un communiqué que l’armée faisait face à une frappe aérienne, mais des sources bien informées ont déclaré que les drones avaient effectivement pénétré et traversé la défense aérienne saoudienne, et que l’un d’eux était tombé près de la porte d’entrée du palais Al-Yamamah ». « Une piste d’atterrissage près du palais a également été prise pour cible », selon la même source.

L’article, dont la traduction en arabe a été publiée sur le site d’information Al-Hurra, fait également allusion aux attaques de l’armée yéménite et d’Ansarallah contre les frontières Sud de l’Arabie saoudite, ainsi qu’aux frappes balistiques et de drones contre les aéroports de Djeddah et d’Abha. « Toutes ces opérations interviennent alors que la coalition saoudienne prétend les intercepter toutes », ajoute l’article.

L'Arabie frappée en plein cœur!

L’Arabie frappée en plein cœur !

Le Wall Street Journal a écrit ensuite que ces nouveaux développements montraient les limites de la défense saoudienne et l’ampleur de l’accès de ses ennemis à celle-ci.

Malgré l’amélioration des capacités militaires de l’Arabie saoudite au cours des dernières années, les anciens et actuels responsables américains affirment que l’Arabie saoudite a encore un long chemin à parcourir pour mieux intégrer les radars, les batteries des systèmes Patriot, les défenses aériennes à courte portée et les avions F-15 dans un système de défense efficace, note l’auteur de l’article du WSJ.

Les responsables américains reconnaissent qu’en dépit des engagements du Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi de contrôler les frappes de drones depuis l’Irak au fin fond du territoire saoudien, il est difficile d’arrêter les attaques des groupes de résistance irakiens qui constituent toujours une menace pour la sécurité de l’Arabie saoudite

Le Wall Street Journal a ensuite évoqué l’attaque aux missiles de la semaine dernière contre la coalition américaine dans le nord de l’Irak, attaque lors de laquelle un sous-traitant non américain a été tué et plusieurs autres individus, dont des Américains ont été blessés.

Irak: la bazooka anti-US sort!

Irak : la bazooka anti-US sort!

« Il semble que cette attaque soit une épreuve précoce pour l’administration Biden, qui tente de mettre fin à la guerre civile au Yémen en coupant des milliards de dollars de ventes d’armes à Riyad et en retirant les Houthis de la liste des organisations terroristes étrangères mardi dernier. »

« Mais d’un autre côté, Biden s’est également engagé à soutenir l’Arabie saoudite, principal allié US au Moyen-Orient et le plus grand client d’armes des États-Unis pour défendre son territoire », conclut l’article.

Irak: 5e convoi US attaqué

Irak: 5e convoi US attaqué

Un cinquième convoi logistique de troupes américaines en Irak a été visé en ce vendredi 22 janvier.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/20/645684/Irak-Y%C3%A9men-Ansarallah-R%C3%A9sistance-drones-Abha-missiles

AL-HOUTHI, CHEF DE LA RESISTANCE YEMENITE : LA PRIORITE DES USA EST D’IMPOSER « ISRAËL » COMME LEADER DE LA REGION

Al-Houthi : la priorité de Washington est d’imposer ‘Israël’ comme leader de la région

 Depuis 10 heures  20 février 2021

abdel_malek_alhouthi

 Monde arabe - Spécial notre site - Yémen

 

Rédaction du site

Le leader du mouvement yéménite Ansarullah, Abdel-Malik Al-Houthi, a assuré la priorité de Washington est de consolider la position d’Israël afin qu’il en devienne le leader au Moyen-Orient.

« Le peuple yéménite lutte pour être indépendant des Etats-Unis et d’Israël car ils constituent une menace l’identité religieuse de son pays. Et c’est selon lui la raison pour laquelle il est victime de l’offensive », a-t-il déclaré le vendredi 19 février lors d’une cérémonie religieuse du premier vendredi du mois de Rajab, a rapporté le site web de la télévision yéménite al-Masirah..

« Quoique disent ceux qui ont normalisé avec l’entité sioniste pour justifier leur acte, ce ne sont que de faibles justifications. L’offensive contre notre peuple s’inscrit dans le cadre de la volonté de le combattre parce qu’il veut se débarrasser de la dépendance aux ennemis de la Oumma et de leur tutelle »

Il a ajouté : « Avant la révolution du 21 septembre, il y avait une tutelle étrangère sur le pays. Elle était menée par les Etats-Unis. Les Etats-Unis et Israël sont la face et pile d’une même pièce de monnaie »

Selon Houthi, la priorité de Washington est de consolider la position d’Israël et d’imposer son pouvoir et sa supériorité dans la région afin qu’il en devienne le leader au Moyen-Orient.

« Ceux qui ont imposé leur tutelle sur le peuple yéménite avant le 21 septembre étaient sans aucune clémence avec lui. La tutelle est un mépris et une humiliation de notre peuple. Ceux qui consenti la tutelle et l’ont propagée lorsque notre peuple l’a refusée soutiennent l’offensive et combattent aujourd’hui dans les rangs des étrangers », a-t-il poursuivi.

« Les ennemis ont voulu imposer leur contrôle sur nous. Ils veulent nous inculquer notre manière de vivre. Or nous sommes un peuple qui a sa propre identité religieuse. Nous voulons nous libérer de l’hégémonie américaine et de leurs laquais… Nous n’acceptons la tutelle ni de l’Arabie saoudite, ni des Emirats, ni des USA ni d’Israël ni d’aucun pays étranger.  Nous sommes libres et notre identité nous impose d’œuvrer pour réaliser notre indépendance ».

Selon lui, les batailles à Ma’rib, Al-Jawf, Al-Bayda, Ta’izz et la côte, et dans toutes les directions, sont des batailles destinées à contrer l’agresseur qui combat contre notre peuple. »

Ces batailles ne sont pas contre les habitants de ces provinces, lesquels sont nos partenaires dans l’identité religieuse, a-t-il fait remarquer, soulignant que « quelques personnes à Ma’rib ont consenti de combattre sous le commandement d’un officier saoudien et qui tentent d’imposer le contrôle saoudien dans le cadre de leur loyauté envers les Etats-Unis et de la normalisation avec Israël ».

«Toutes les opérations militaires sont une riposte à l’agression que les autres ont commencé contre nous, a-t-il souligné».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2012782

LA VISION AMERICAINE DE BIDEN A L’EGARD DU YEMEN : PAS D’EXCLUSION DE L’ARABIE SAOUDITE

La vision américaine à l’égard du dossier yéménite: pas d’exclusion de l’Arabie saoudite

La vision américaine à l’égard du dossier yéménite: pas d’exclusion de l’Arabie saoudite

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 26 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Le président américain Joe Biden, a annoncé la cessation de l'acheminement des armes et des équipements logistiques à la coalition du Golfe dirigée par l'Arabie saoudite, dans sa guerre contre le Yémen.

Il a également nommé Tim Linder King comme émissaire spécial. Un fait qui pave la voie au placement de ce dossier sur le chemin de la solution politique, arrivant selon la vision américaine, à pousser vers l'appel des parties du conflit à mener des négociations et à assurer l'environnement propice au lancement d'un dialogue calme, en voie d'établir une équation qui instaure la paix et stabilité au Yémen, à la suite de six ans de guerre.

A partir de ces faits, on peut expliquer l'élimination du mouvement Ansarullah de ladite liste américaine du terrorisme, ce mouvement étant le représentant de l'opposition au gouvernement illégitime présidé par le président dont le mandat avait expiré, Abed Rabbo Mansour Hadi. Un mouvement qui doit assister à la conférence des parties essentielles qui possèdent la décision yéménite au niveau du gouvernement, du peuple et des institutions.

Dans le cadre de l'analyse politique réaliste, certains pourraient estimer que Biden planche sur l'affaire yéménite par engagement dans l'application de ses promesses électorales, tout en harmonisant son action avec l'opinion publique américaine qui attribue à Mohammad Ben Salmane la responsabilité du meurtre de Jamal Khashoggi et qui ressent la haine à l'égard du régime saoudien, en dépit des campagnes médiatiques menées par ce régime pour améliorer son image terne. De surcroit, les initiatives visant à enterrer la doctrine wahhabite et ses pratiques dans le royaume en brisant plusieurs tabous religieux et l'organisation des festivités imitant l'occident, ont été vaines.

Ces analystes prévoient que Biden oeuvrera pour imposer un substitut à Ben Salmane, dont les mains sont teintées du sang de Khashoggi et qui assume la responsabilité de la catastrophe humanitaire en cours dans le Yémen.

Par contre, plusieurs autres données aux mains des responsables américains et saoudiens, aboutissent à une autre version de l'analyse, selon laquelle les points suivants:

-L'Arabie est le meilleur allié des Etats-Unis

En effet, Le contexte historique des relations américano-saoudiennes a toujours été coordonné pour maintenir les intérêts américains à la tête des priorités stratégiques selon l'équation du pétrole ou des sources de l'Energie en contrepartie de la sécurité, en dépit de certaines périodes de tensions temporaires. Ainsi, on ne peut croire que Washington ait renoncé à cette équation durant le mandat de Biden, surtout que l'Arabie éprouve aujourd'hui le besoin du soutien américain plus que jamais, en raison de la politique insensée de Donald Trump à l'égard des pays de la région et du surplus de force qui a poussé Mohammad Ben Salmane à agir avec témérité à l'égard de plusieurs dossiers délicats, ce qui a placé les pays du Golfe, notamment l'Arabie saoudite, dans un état critique dans les relations avec les pays du voisinage.

Par ailleurs, Washington ne trouvera pas mieux que Riyad comme allié permanent depuis les années 40 du siècle dernier, pour lui constituer une base arabe avancée dans le cœur du monde, aux côtés d'Israël

-Les incendies saoudiens se poursuivent au Yémen

L'annonce américaine ne signifie point de mettre fin à la guerre. Le régime saoudien, ni Mohammed Ben Salmane comme gouverneur du royaume, ne peuvent renoncer facilement à réaliser leurs objectifs politiques et leurs ambitions économiques et commerciales au Yémen. Même si le processus des négociations est ancré, Riyad poursuivra son soutien militaire et logistique aux forces qu'elle exploite pour maintenir les tensions et garantir la poursuite de l'hémorragie politique et économique du peuple yéménite. En effet, permettre aux Houthis de construire un système de gouvernance est suicidaire pour l'Arabie saoudite, puisque tout régime dirigé par les Houthis sera hostile aux politiques saoudiennes ou au minimum non en harmonie avec les politiques saoudiennes ou des pays du Golfe, ni avec les Américains et l'occident en général.

-Biden sauve Riyad de l'impasse de la guerre au Yémen

Biden a assuré la sortie de Riyad de l'impasse de la guerre et de l'usure financière dans le conflit yéménite. Il a affirmé dans ce contexte que l'Arabie (avec ou sans Ben Salmane), était et demeure un partenaire stratégique dans la guerre contre ledit terrorisme dans le monde" et que les Etats-Unis sont engagés dans la défense du royaume. Par-là, Riyad sera satisfaite de sortir du bourbier yéménite sous la couverture américaine. De fait, le royaume n'a réalisé aucun de ses objectifs sur le terrain yéménite. Ben Slamane considèrera que la cessation de la guerre pourrait constituer une chance de laquelle il profitera dans le règlement politique et compensera ses pertes et revers. Il entreprendra de consolider son rôle dans les négociations afin de couper la voie à toute exploitation future par les Emirats dans tout accord.

-La Chine puis la Russie, en tête des priorités de Biden

L'escalade verbale de Biden contre l'Arabie et son renoncement à contacter ses responsables, pourrait signifier qu'il s'est placé comme adversaire de Riyad. Cependant la politique pragmatique adoptée par cet, et le classement de ses priorités étrangères, le pousseraient à éteindre les foyer des tensions dans le monde, évitant tout glissement dans des dossiers qui entravent ses efforts pour régler la grand problème existentiel, illustré dans l'énorme défi chinois. En effet, Biden a toujours affirmé que la Chine est en tête de ses priorités, notant qu'il œuvre pour former une coalition mondiale qui ramène l'Europe dans le giron américain face au dragon chinois et par la suite la Russie.

Le Yémen, porte de la solution nucléaire iranienne

L'administration américaine estime que calmer le front yéménite donnera à Biden la possibilité d'entamer le règlement du dossier nucléaire iranien. Il espère ouvrir deux processus indépendants: le premier sur la solution politique au Yémen, suivi des préparatifs intérieurs, politiques et économiques et de l'entrée américaine directe sous le titre des aides humanitaires et économiques.

Le deuxième consiste à attirer l'Iran à une nouvelle conférence sur le nucléaire, après avoir éloigné le dossier yéménite comme carte de négociation aux mains de l'Iran.

On n'exclut pas le fait que les décisions américaines sur le Yémen, notamment l'annulation du classement d'Ansarrullah comme groupe terroriste, expriment de bonnes intentions qui rassurent Téhéran et l'encouragent à répondre aux invitations américaines et européennes et confirment le sérieux de Biden dans la recherche d'une solution radicale de la crise nucléaire, surtout que Washington et Téhéran ont plusieurs affaires plus importantes que le Yémen et qu'il est impossible de régler un problème dans la Moyen Orient si l'Iran détient les armes nucléaires.

De ce qui précède, on peut déduire certaines facettes de la vision américaine sur le règlement du dossier yéménite, mais ce fait ne signifie pas que les faits progresseront ainsi. Ni la partie yéménite, ni la partie iranienne n'ont confiance en la position américaine, que le président soit républicain imprudent comme Trump ou démocrate manipulateur comme Biden. N'oublions par que la guerre contre le Yémen a commencé durant le mandat du démocrate «pacifique» Barak Obama. Quant à l'Arabie saoudite, Ben Salmane sera un outil docile dans la main du nouveau mandat américain, d'autant plus qu'il est déjà conscient du danger d'être exclu du pouvoir, et donc il sera prêt cette fois, non seulement à vider les caisses du royaume et ses biens, mais à béatifier tout le royaume en faveur des Américains si ce sera nécessaire, en échange de son maintien au pouvoir. Un fait des plus probables.

https://french.alahednews.com.lb/38796/304

LES FORCES YEMENITES A LA PORTE DE LA VILLE DE MA'REB

Les forces yéménites à la porte de la ville de Ma’reb. Griffiths emboite le pas aux USA

 Depuis 11 heures  19 février 2021

Une réunion présidée par le ministre yéménite de l'Intérieur, le général Abdul Karim Amir al-Din Al-Houthi.

Une réunion présidée par le ministre yéménite de l'Intérieur, le général Abdul Karim Amir al-Din Al-Houthi.

 Monde arabe - Spécial notre site - Yémen

 

Rédaction du site

Les forces yéménites sont désormais à la porte de la ville de Ma’reb, chef-lieu de la province pétrolière du même nom, située au nord du Yémen.  Une vidéo publiée par la télévision yéménite AlMasirah montre des soldats de l’armée yéménite et d’Ansarullah joyeux d’avoir libéré plusieurs pans de cette province et pris le contrôle du barrage stratégique de Ma’reb à l’aide des tribus de la province.

Le barrage, d’une superficie de 30 km2 et d’une capacité de 400 millions mètres cubes a été libéré alors que la coalition saoudienne, soutenu par les Occidentaux, ont bombardé cette zone plus de 11 fois en 48 heures.

 

Il convient de noter que les soldats de l’armée et d’Ansarullah y combattent non seulement les mercenaires de la coalition mais aussi des centaines d’éléments du groupe takfiriste Daesh- dépêchés par l’Arabie- vers Ma’rib, afin de ralentir sa chute.

Daesh a officiellement annoncé dans un communiqué, publié le mercredi 17 février, que ses éléments participent désormais aux batailles de Ma’reb coude-à-coude avec les mercenaires de la coalition saoudienne, prouvant une fois de plus qui sponsorise réellement le terrorisme.

Réunion sur Ma’reb

Entre-temps, le ministre yéménite de l’Intérieur, le général Abdul Karim Amir al-Din Al-Houthi, a présidé, jeudi 18 février, une réunion élargie avec les dirigeants du ministère de l’Intérieur pour discuter des derniers développements a Ma’reb.

Le général Al-Houthi a ordonné le redoublement des efforts en matière de sécurité dans les zones libérées dans cette province.

Il a recommandé aux forces armées de « préserver le rythme des victoires militaires en réalisant des succès en matière de sécurité.  Et de garantir la sécurité des citoyens, la protection de leur vie, la préservation de leurs biens et l’établissement du calme dans les zones libérées ».

Pour M.AlHouthi, « il faut face aux complots de l’agression (coalition saoudienne) et de ses mercenaires qui cherchent à semer le chaos et à menacer la vie des citoyens ».

« L’attaque sur Ma’rib doit cesser », implore l’émissaire de l’ONU

Face à l’avancée des forces yéménites, l’émissaire de l’ONU pour le Yémen s’est, une nouvelle fois, aligné aux côtés des forces de l’invasion et de leurs mercenaires.

L’attaque sur la ville de Ma’reb par les forces yéménites « doit cesser », a affirmé jeudi 18 février au Conseil de sécurité de l’ONU, Martin Griffiths.

Selon lui, la bataille de libération de cette province « met en danger des millions de civils » et « la recherche d’un gain territorial par la force menace les perspectives du processus de paix ».

Mardi, Tim Lenderking, émissaire des États-Unis pour le Yémen, avait lui aussi exhorté Ansarullah (houthis) à « mettre fin à son  avancée».

 

Sources: AlMasirah + PressTV + AFP

https://french.almanar.com.lb/2012287

YEMEN : LES RATS AMERICAINS QUITTENT LE NAVIRE

Les Émirats démantèlent leur base en Érythrée

Thursday, 18 February 2021 7:20 PM  [ Last Update: Thursday, 18 February 2021 7:20 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des combattants yéménites. (Archives)

Loin de se laisser tromper par la nouvelle approche de la Maison-Blanche vis-à-vis de la guerre au Yémen, les combattants d’Ansarallah poursuivent inlassablement leur avancée vers Maarib. Mais les conditions ne s’annoncent pas prometteuses pour le camp adverse.

Les Émirats arabes unis ont, quant à eux, investi des millions de dollars dans le développement d’un port et d’une piste d’aéroport ainsi que d’autres infrastructures sur une base militaire établie par les colonialistes italiens dans les années 1930 dans la ville d’Érythrée surplombant la mer Rouge. Elle est utilisée depuis septembre 2015 pour le transport d’armes et le transfert de troupes vers le Yémen.

Selon les experts de l’ONU, les EAU y avaient auparavant déployé divers véhicules de guerre, notamment des chars et des véhicules blindés, ainsi que des hélicoptères d’attaque et des drones. Les casernes y ont également été construites pour accueillir les troupes émiraties, yéménites et soudanaises avant d’être transférées à Aden à bord du navire SWIFT-1.

Lire aussi : Samad-3, Qassef K2 à l’affût des avions de chasse US/Israël

En outre, la base possède l’un des meilleurs hôpitaux de campagne du Moyen-Orient pour soigner les soldats blessés, a déclaré Michael Knights, membre du Washington Institute for Near-East Policy, après avoir effectué une étude sur la base d’Assab. Le rapport qui en ressort révèle que la base a été utilisée pour détenir des prisonniers détenus par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au cours de la guerre au Yémen. 

Cependant, suite à l’annonce du retrait des forces émiraties de Yémen en été 2019, le pays du golfe Persique a commencé à retirer ses équipements de la base et ira jusqu’à détruire de nouvelles installations, a rapporté l’AP, le 18 février.

Les images prises par Planet Labs montrent des travailleurs démolir des installations qui semblent être des casernes près du port. Plus loin au nord du port se trouvent des munitions et du matériel probablement en attente de chargement.

La démolition est intervenue, selon l’AP, après que des insurgés de la région du Tigré en Éthiopie ont accusé Abou Dhabi d’avoir bombardé en novembre leurs positions avec des drones ayant décollé depuis la base. 

Côté saoudien, six ans après le début de la guerre contre le Yémen, le monde s’éloigne de plus en plus aujourd’hui de l’Arabie saoudite et même des États-Unis ; son principal allié. Accusant l’administration Trump d’avoir soutenu Riyad dans le massacre des Yéménites, les responsables américains tentent maintenant de s’acquitter du soutien au régime sioniste en tant que véritable chef et principal bénéficiaire de la guerre au Yémen.

S’étant vu accorder un délai de six ans, l’Arabie saoudite est toutefois incapable non seulement d’emporter la victoire contre les combattants d’Ansarallah, mais de garantir les intérêts de Washington au détroit de Bab el-Mandeb ni d’assurer la sécurité d’Israël, peut-on lire sur le site de la chaîne de télévision yéménite Al-Masirah.

Le président américain Joe Biden a déclaré que la guerre avait trop duré, l’invasion du Yémen ayant commencé en mars 2015 pendant le mandat du démocrate Obama. Elle a conduit à la vente d’armement sans calcul à Riyad, mais n’a jamais apporté les résultats escomptés, dont le retour des ambassadeurs américain et saoudien à Sanaa prévu dans les deux premières semaines suivant le déclenchement des conflits.

Pire, les armes américaines ont perdu leur réputation mondiale : suite à de multiples frappes d’Ansarallah, les installations pétrolières saoudiennes ont subi des dégâts considérables en dépit du déploiement des systèmes antimissiles venus des États-Unis.

Formée il y a six ans avec un fort soutien américain et occidental, la coalition saoudienne défend aujourd’hui ses derniers bastions dans l’est du Yémen. La situation s’étant aggravée depuis 2020, elle ne cesse de perdre des zones sous son contrôle.

Lire aussi : Les USA vont-ils liquider le pion MBS ...

Face à toutes ces frustrations, les démocrates américains, nouvellement entrés à la Maison-Blanche, rusent en prônant l’arrêt de la vente d’armes à Riyad et en retirant Ansarallah de leur liste noire pour ralentir l’avancée de l’armée yéménite vers Maarib. À vrai dire, ils cherchent à gagner du temps pour refaire leurs calculs et remédier à la confusion au sein de la coalition sous leur commandement. 

La nomination de Timothy Lenderking comme envoyé américain au Yémen, ainsi que la nouvelle de la nomination d’un coordinateur international avec la citoyenneté américaine pour les affaires humanitaires au Yémen, montre clairement l’intention de Washington de transformer la guerre militaire en guerre économique. Promouvoir la fin de l’agression contre le Yémen en échange de la fin des opérations militaires, sans aborder la question du siège ni assouplir les restrictions imposées à Sanaa, n’est rien d’autre qu’un canular à l’américaine dont Ansarallah s’est bien rendu compte.

La bataille de Maarib s’approche du quartier général de la coalition saoudienne dans le camp de Tadawin, au nord de la ville, alors que les offensives de l’armée yéménite s’intensifient. Il existe également des informations confirmées selon lesquelles le QG des opérations aériennes de la coalition saoudienne a été transféré à al-Wadiah à Hadhramaut, dans le sud de l’Arabie saoudite.

Ansarallah : le barrage de Maarib tombe!

Ansarallah : le barrage de Maarib tombe!

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/18/645569/Les-Emirats-demantelent-leur-base-en-Erythree