YEMEN

YEMEN

AL-HOUTHI, LE CHEF D'ANSARULLAH DECLARE QUE BIDEN SE PRESENTE COMME UN AGNEAU AMICAL ALORS QU’IL EST PARTENAIRE DAnS L’AGRESSION CONTRE LE YEMEN

Al-Houthi : Biden se présente comme un agneau. Il est partenaire dans l’agression

 Depuis 3 heures  18 février 2021

mohamad_ali_alhouthi

 Monde arabe - Spécial notre site - Yémen

 

Rédaction du site

Le membre du Conseil politique suprême du Yémen, Muhammad Ali Al-Houthi, a vu que le président américain Joe Biden se présente comme un agneau amical, comme si son pays n’avait aucun lien avec ce qui se passait au Yémen.

Al-Houthi a déclaré que Biden était un partenaire dans l’agression contre le Yémen, soulignant que si Washington et les pays d’agression veulent qu’il y ait des mesures pratiques, alors ils devraient commencer par arrêter l’agression et mettre fin au siège.

Selon lui, il ne peut jamais y avoir de solution à la tragédie humaine de la manière poursuivie par l’administration américaine.

Après son investiture, le président américain Joe Biden a annoncé la cessation du soutien américain à la guerre au Yémen et avoir demandé à son équipe pour le Moyen-Orient de travailler pour un cessez-le-feu pour fournir une aide humanitaire et un dialogue ouvert.

Mais il a par la suite demandé au gouvernement de Sanaa d’arrêter en premier les hostilités, ce que ce dernier refuse réclamant que c’est à la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite avec le soutien des puissances occidentales d’arrêter en premier son agression contre le pays.

Le mardi 16 février, l’organisation Ansarullah a été retirée de la liste américaine des organisations terroristes.
Le lendemain, le ministre des Affaires étrangères Anthony Blinken a déclaré: «Son pays redouble ses efforts diplomatiques pour mettre fin à l’horrible guerre au Yémen», notant que l’horrible guerre au Yémen a contribué à créer la pire crise humanitaire au monde.

Sanaa a aussi refusé les demandes américaines de stopper son avancée vers la ville stratégique de Ma’reb que ses forces formées des unités de l’armée et des forces d’Ansarullah sont sur le point de conquérir  des forces du président démissionnaire contesté Abed Rabbo Mansour Hadi, l’allié de l’Arabie soaudite.

Source: Médias

    

https://french.almanar.com.lb/2011418

YEMEN : BIDEN QUI PREND SES DESIRS POUR DES REALITES APPELLE ANSARULLAH A CESSER SA PROGRESSION VERS MA'REB. REACTION D'ANSARULLAH

Washington appelle Ansarullah à cesser sa progression vers Ma’reb. Abdel Salam réagit

 Depuis 10 heures  17 février 2021

Le Département d'État américain

Le Département d'État américain

 Monde arabe - Spécial notre site - Yémen

Rédaction du site

Le Département d’État américain a exhorté, le mardi 16 février  les forces populaires d’Ansarullah (Houthis) à cesser leur progression vers la province stratégique de Ma’reb, au centre du Yémen.

« Washington exhorte les Houthis à cesser leur avancée dans la province de Marib, mettre fin à leurs actions militaires, et à reprendre les négociations », lit-on dans le communiqué du porte-parole du Département d’État américain, Ned Price, cité par l’agence turque Anadolu.

La même source a fustigé l’offensive d’Ansarullah visant à libérer la province de Ma’reb des mercenaires saoudiens, prétendant que leur avancée vers cette région située à 120 kilomètres à l’est de la capitale Sanaa est l’œuvre d’une milice qui n’est pas sérieusement attachée à la paix.

Le porte-parole du département d’État américain a également indiqué qu’il n’y aura pas de solution militaire au Yémen et qu’il était temps de mettre fin au conflit dans ce pays.

«Si les Houthis étaient sérieux au sujet d’un règlement politique négocié, ils doivent cesser toutes les avancées militaires dans les villes et s’abstenir de toute autre action déstabilisante et potentiellement meurtrière, y compris les attaques transfrontalières contre l’Arabie saoudite», poursuit-il.

Price a ajouté que les Houthis doivent s’engager de manière constructive au processus politique dirigé par l’ONU et à participer sérieusement aux efforts diplomatiques déployés par l’envoyé spécial américain au Yémen, Timothy Lenderking.

Réaction d’Ansarullah

En réaction, le porte-parole d’Ansarullah, Mohammad Abdel Salam, a réitéré que « c’est l’agresseur qui doit mettre un terme à son agression et à son blocus. Nous sommes prêts à traiter cette question de manière positive », rapporte la télévision yéménite AlMasirah.

« C’est nous qui appelons à une action politique constructive et réussie après l’arrêt global de l’agression et la levée du blocus », a-t-il ajouté, soulignant « qu’aucun processus politique ne pourra réussir sous le feu et le siège ».

Il convient de noter que l’armée yéménite et Ansarullah ont intensifié, ces derniers temps, leurs opérations contre l’Arabie saoudite par le biais de drones et de missiles balistiques, en riposte aux agressions quotidiennes et à l’embargo imposé par Ryad contre le peuple yéménite.

La guerre saoudienne contre le Yémen, lancée depuis mars 2015, a coûté la vie à 233. 000 personnes, tandis que 80% de la population d’environ 30 millions de personnes dépend de l’aide pour survivre dans la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations Unies.

https://french.almanar.com.lb/2010318

L'ARABIE FRAPPEE EN PLEIN COEUR PAR LA RESISTANCE YEMENITE

Frappes au drone simultanée contre Abha et Djeddah; les nouveaux Patriot de McKenzie ont perdu le pari

Une image satellite du port de Djeddah. (Illustration)US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le sprinte final à Maarib: sur fond d'avancées fulgurantes d'Ansarallah qui vient de libérer le sud-ouest de la ville, la cinquième frappe au drone simultanée contre l'aéroport d'Abha au sud du royaume vient avoir lieu. Décidément, les drones et Qassef K2 font sensation, si on y ajoute à cette cinquième attaque à l'essaim, cet autre raid, là encore, au drone contre le port stratégique de Djeddah. La dernière attaque contre ce port stratégique qui alimente l'Europe en pétrole, a eu lieu le 19 novembre 2020, date à laquelle Netanahu et Ben Salamne s'étaient donnés rendez vous à Noem pour fêter leurs retrouvailles.

Dans la foulée des pétroliers ont été attaqués, mais ces raids, Ansarallah ne les pas revendiqués. N'empêche qu'en l'espace de quelques jours Djeddah est devenu un port fantôme, les sociétés britanniques et américaines l'ayant quitté même si Riyad a remis à sa Majesté Elizabeth et à son armée royale la mission de protéger les sites énergétiques. Peu après l'arrivée de Biden à la MAison Blanche, le général McKenzie, chef du CentCom a débarqué sur la côte ouest saoudienne en annonçant une militarisation de Yanbu, de Taef et de Tabouk, avec en filigrane le déploiement des batteries de missiles Patriot supplémentaire sur la côte ouest. Le raid au drone de lundi 15 février prouve que ce renforcement de DCA sur la côte ouest n'a pas été de grand recours et que les ports saoudiens sont autant exposés qu'avant, les missiles de croisière-drone  de la Résistance étant à la fois capable de brouiller les radars et ultra précis dans leur ciblage. 

Ce lundi, le porte-parole des forces armées yéménites, le général de brigade Yahya Saree, a annoncé la reprise des opérations de l'unité de drones yéménites contre les aéroports d'Abha et puis pour a première fois depuis le 19 novembre, contre le port de Djeddah. Selon le site d'information Al-Mayadeen, il a ajouté que l'opération avait été menée dans le cadre d'une "réponse légale" à l'escalade de l'agression militaire et du siège contre le Yémen que Riyad revendique éhontément et que les USA soutiennent, cachés sous un dehors pacifiste.

Samad 2 et Samad 3 tout comme Qassef K2 ont été de la partie pour cette attaque d'envergure qui répond à l'annonce ce lundi de la Maiosn Blanche comme quoi " le déblacklistage d'Ansarallah ne signifie pas que les Etats-Unis renonceraient à faire pression sur les Houthis". Et bien en Mer Rouge, ce n'est pas l'Amérique ou Riyad et alliés qui sont à mêmes de faire pression mais bien la Résistance. Ce lundi,  Ansarallah a pris le contrôle total du camp de Coufal, l'une des plus importantes bases de l'armée saoudienne à Maarib, faisant monter d'un cran la débandade dans les rangs saoudiens dans cette province.  dont la coalition saoudienne a pris le contrôle.

Lire plus:  Double attaque au drone contre l'aéroport d'Abha au sud saoudien

Le gouverneur de Maarib, Ali Muhammad Taiman, a effectué ce dimanche, une visite d'inspection au camp de Coufal, à Maarib, située dans le nord-ouest du Yémen. D'intenses affrontements ont eu lieu samedi soir les combattants de la Résistance yéménite aux mercenaires à la solde du régime saoudien dans la périphérie de la base de Coufal.

 

De puissantes explosions secouent toujours Maarib alors que les combattants yéménites conquièrent les fronts l'un après l'autre, Riyad jugeant visiblement perdu Maarib mais cherchant désespéramment à en ralentir la chute. Début d'après midi, c'est la localité de Al Zour toujours située dans l'ouest de Maarib qui est tombée, Ansarallah l'ayant repris sans accroc. Le gouvernement de salut national à Sanaa a assuré aux habitants de la ville de Maarib que les opérations de ses forces, dont les avant-gardes ont atteint les portes ouest et est de la ville au cours des deux derniers jours, ne viseront pas les civils, et seront limités à ceux qui sont utilisés militairement avec la coalition d'agression. 

Sur le terrain, les affrontements se sont intensifiés entre les deux parties aux combats dans l'est de Sirwah. Sur le front de Sahn al-Jin, à l'ouest de Maarib, les forces de Sanaa ont réussi à prendre le contrôle de la région de Hamajra après avoir sécurisé le village d'al-Zour. L'armée et Ansarallah ont fait une progression vers la région d'al-Dashush au cours des deux derniers jours, au milieu d'une résistance violente et désespérée des forces de Hadi, qui ont été encerclés dans la zone de Dashush entre le point Shaher et Hama al-Siddiq. Sur les fronts nord du désert de Maarib, les forces de Sanaa ont réussi à imposer leur contrôle sur Qarn al-Sayari, Umm Laffa et les sites de Juffair sur le front d'al-Alam.

Lire plus:  Importance stratégique de la libération de Maarib

Et la confusion est totale dans le camp d'en face : l'aviation de la coalition d'agression saoudienne a fait une bavure et massacré des dizaines de forces pro-Hadi, ayant déplacé la salle d'opération conjointe de la coalition de Maarib au point de contrôle d'al-Wadiah à Hadramaout. Le gouvernement démissionnaire de Hadi qui a jeté tout son poids militaire à Maarib, a poussé un certain nombre de camps avec toutes ses forces de Shabwa, Hadramaout, Abyan et Taëz à Maarib, et son sort est scellé. Riyad a envoyé Al Qaida appuyer Hadi... en vain.

YEMEN : EN CHIFFRES LES CRIMES DE GUERRE SAOUDO-AMERICAINS

INFOGRAPHIES

Yémen: en chiffres, les crimes de guerre saoudo-américains

Yémen: en chiffres, les crimes de guerre saoudo-américainsfolder_openINFOGRAPHIES access_timedepuis 2 mois

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Yémen: en chiffres, les crimes de guerre saoudo-américains

 

arabie yemen guerre

https://french.alahednews.com.lb/37815/297

LES LECONS A TIRER DE LA GUERRE YEMENITE

Comment MBS a perdu son crédit auprès du monde musulman?

Sunday, 14 February 2021 7:29 PM  [ Last Update: Sunday, 14 February 2021 7:29 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Mohammed ben Salmane, le prince héritier de l'Arabie saoudite. (Photo d'archives)

L’aéroport international d’Abha a été de nouveau frappé par les forces yéménites. 
Le porte-parole des forces armées yéménites, le général Yahya Saree, a déclaré dimanche 14 février que les combattants yéménites avaient attaqué l’aéroport international d’Abha en Arabie saoudite en réponse aux raids aériens saoudiens et au blocus du Yémen par la coalition d’agression dirigée par Riyad. 
L’aéroport saoudien a été frappé par deux drones de type Sammad-2 et Sammad-3.
Six ans après son déclenchement, la guerre du Yémen est porteuse de nombreuses leçons stratégiques, militaires et politiques, indique le site web Al-Quds al-Arabi. 

Lire aussi: Ansrallah ne se contentera pas de « dissuader » Israël, il l’engloutira...

« La guerre du Yémen semble vivre ses dernières phases en raison des capacités accrues des Yéménites de prendre pour cible le territoire saoudien ainsi qu’à la décision de Washington de mettre un terme sur son soutien à la coalition d’agression saoudienne, mais avant qu’elle ne prenne fin, il convient d’en tirer des leçons. Comment un pays riche aux immenses ressources militaires s’est vu incapable non seulement de remporter la guerre, mais de protéger son espace aérien et sa terre ? », indique l’article. 

Pourquoi MBS refuse de se rendre?

Pourquoi MBS refuse de se rendre ?

Al-Quds al-Arabi continue : « Les résultats de la guerre du Yémen sont à l’inverse de ce que les Saoudiens souhaitaient, d’autant plus qu’ils ont été discrédités aux yeux de la population mondiale pour avoir attaqué son voisin du sud. Mais ce qui préoccupe Riyad est la puissance en pleine croissance des Houthis yéménites. Le budget militaire de l’Arabie saoudite est passé à 70 milliards de dollars en 2019, ce qui plaçait ce pays au troisième rang après les États-Unis et la Chine. Autrement dit, l’Arabie saoudite dépense près de 10% de ses revenus pour le secteur militaire alors qu’un pays comme la France n’en dépense que moins de 2%.

Lire aussi : Après Maarib, MBS perdra le port pétrolier de Jizan

Or, la guerre du Yémen a prouvé que même un budget de 70 milliards de dollars peut ne pas fonctionner et c’est une chose sans précédent dans l’histoire du militarisme du monde ».
Comment un budget aussi faramineux peut-il se montrer inefficace ?

Qods-2: Riyad de l'après-Djeddah?

Qods-2 : Riyad de l’après-Djeddah ?

Loin d’être prêt à accepter sa défaite au Yémen, MBS compte toujours sur le faux soutien US.

Al-Quds al-Arabi répond : « Les achats d’armes de Riyad se font beaucoup entendre sur les médias. Cependant, les équipements militaires dont disposent les Saoudiens restent bien limités et ne reflètent pas leur remarquable budget militaire. L’Arabie saoudite est dépourvue d’un système de défense antiaérienne efficace et elle a du mal à subvenir à ses besoins en armements après le refus de l’Union européenne et ensuite des États-Unis de lui vendre des armes. Alors que le budget militaire de l’Arabie saoudite est supérieur à celui de tous les pays arabes et africains, ses capacités militaires sont pourtant inférieures par rapport au Maroc, à l’Algérie ou à l’Égypte ». 

Nuée de drones sur Riyad

Nuée de drones sur Riyad

Riyad frappée à coup de drones et de missiles ? Quelque 300 raids saoudiens menés ces derniers jours contre Hudaydah, tout comme les derniers agissements de la « coalition » à Maarib 

Et d’ajouter : « Pour se protéger face aux attaques au missile et au drone des Yéménites, Riyad a fait appel aux experts américains, britanniques et français. Le Pentagone est allé plus loin en envoyant des experts en Arabie saoudite pour identifier les endroits où les missiles doivent être tirés, mais aucun succès n’a été réalisé. Pire encore, les Saoudiens ne savaient pas comment utiliser les batteries de Patriot et les États-Unis ont été obligés d’y envoyer une autre équipe d’experts militaires ». 

Lire aussi: Les USA forcés à reconnaître la puissance balistique yéménite en mer Rouge

Selon Al-Quds al-Arabi, « l’inefficacité des Patriot, considérés comme l’un des systèmes de défense antiaérienne les plus sophistiqués du monde, face aux missiles balistiques yéménites reste une grande surprise dans l’histoire militaire du monde ». 
Dans la foulée, le quotidien américain The New York Times a publié un article le 5 décembre 2017 sur l’échec des batteries de Patriot : « Le fait que Patriot n’a pas réussi à empêcher les missiles yéménites d’atteindre l’aéroport militaire Khaled est un événement préoccupant pour la sécurité nationale des États-Unis. Pour détruire un simple missile yéménite, il faut sept missiles Patriot. Qu’est-ce qui se passera en cas du déclenchement d’une guerre opposant l’Iran à l’Arabie saoudite ou aux États-Unis ? »

Maarib: MBS appelle au secours al-Qaïda

Maarib : MBS appelle au secours al-Qaïda

Al-Quds al-Arabi s’est ensuite attardé sur les quatre leçons à tirer de la guerre du Yémen :
Premièrement, Mohammed ben Salmane n’a pas pu s’imposer comme leader sunnite du monde arabe, car sa guerre a semé le chaos chez la communauté sunnite.    
Deuxièmement, la guerre a révélé la vulnérabilité du secteur militaire saoudien et prouvé que l’Arabie saoudite n’était pas aussi puissante que l’Iran et le Pakistan, voire l’Égypte. Elle a toujours besoin des Américains, des Britanniques ou des Français pour pouvoir se défendre
Troisièmement, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont reconnus par le monde entier comme étant des pays qui ont commis des crimes contre l’humanité. 
Et quatrièmement, les missiles ont prouvé, une fois de plus, qu’ils étaient en mesure de modifier les équations dans une quelconque guerre et que le rôle des avions de combat avait été déjà restreint. C’est pourquoi la plupart des pays du monde cherchent à développer leurs capacités balistiques afin de renforcer leur puissance de dissuasion. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/14/645255/Yemen-Arabie-saoudite-missile-MBS-guerre-Etats-Unis-Patriot-

YEMEN : 2e ATTAQUE AUX DRONES CONTRE L’AEROPORT SAOUDIEN D’ABHA ET LA B.A. DE KHAMIS MCHEIT. LA MALNUTRITION MENACE PRES DE 2,3 MILLIONS D’ENFANTS

Yémen : De nouvelles attaques aux drones contre l’aéroport saoudien d’Abha et la base de Khamis Mcheit. Rapport accablant des agences onusiennes

 Depuis 3 heures  13 février 2021

Drone yéménite de type Qasef

Drone yéménite de type Qasef

 Monde arabe - Spécial notre site - Yémen

 

Rédaction du site

L’armée de l’air yéménite a mené, le vendredi 12 février, des opérations contre des cibles militaires cruciales dans l’aéroport saoudien d’Abha et la base aérienne de Khamis Mcheit, à la frontière avec le Yémen.

« Trois drones de type Qasef-2K ont atteint leurs cibles avec précision », a indiqué le porte-parole de l’armée yéménite Yehya Sarii, cité par la télévision AlMasirah.

Et de réitérer : « ces attaques constituent une riposte à l’agression et au blocus » menée par la coalition saoudo-emirati-US contre le Yémen.

Il s’agit de la 2ème attaque contre la base saoudienne de Khamis Mcheit en moins de 24 heures. Jeudi, un nouveau missile balistique, dont le type n’a pas été dévoilé, a été tiré contre cette base stratégique, située dans la province saoudienne d’Asir (sud).

L’aérodrome des avions militaires dans l’aéroport d’Abha a également été bombardé, le 10 février, par quatre drones de type Qasef-2k.

Les enfants vont souffrir de malnutrition en 2021, avertit l’ONU

famine

400.000 enfants yéménites souffrent de malnutrition aiguë sévère

Entre-temps, des agences onusiennes ont averti que la moitié des enfants de moins de cinq ans vont souffrir de malnutrition en 2021 dans le Yémen dévasté par la guerre dirigée par l’Arabie, et des centaines de milliers d’entre eux pourraient en mourir faute d’assistance humanitaire suffisante.

La guerre dirigée par l’Arabie contre ce pays de la péninsule arabique, pauvre mais à la géographie stratégique, l’a déjà plongé dans la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU, avec des dizaines de milliers de morts, des millions de déplacés et une population au bord de la famine.

Malnutrition aiguë

« La malnutrition aiguë menace la moitié des enfants de moins de cinq ans au Yémen en 2021 », soit près de 2,3 millions d’enfants, ont prévenu l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Parmi eux, 400.000 devraient souffrir de malnutrition aiguë sévère et pourraient mourir s’ils ne reçoivent pas un traitement urgent », ont-elles averti dans un communiqué commun, soit une hausse de 22% par rapport à 2020.

1,2 million de femmes également

Par ailleurs, environ 1,2 million de femmes enceintes ou allaitantes devraient souffrir elles aussi de malnutrition aiguë en 2021, ont souligné les quatre agences de l’ONU, citées par l’AFP.

Selon elles, les niveaux de malnutrition aiguë sévère sont parmi les plus élevés enregistrés au Yémen depuis le début de la guerre saoudo-émirati-US lancée en 2015.

En 2020, le plan d’intervention humanitaire pour ce pays n’a reçu que 1,9 milliard de dollars sur les 3,4 milliards nécessaires, ont fait remarquer les agences onusiennes.

https://french.almanar.com.lb/2008360

YEMEN : ANSARALLAH DEBLACKLISTE, « ISRAEL » PANIQUE!

Les USA forcés de reconnaître la puissance balistique yéménite en mer Rouge... Israël panique

Friday, 12 February 2021 4:34 PM  [ Last Update: Friday, 12 February 2021 4:37 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des missiles d'Ansarallah. ©Al-Thawra/Archives

Le colonel sioniste à la retraite déclare qu'une possible victoire des Yéménites représenterait une menace stratégique pour Israël, appelant donc Tel-Aviv à soutenir la coalition saoudienne. Et, ce alors que le porte-parole du département d'État américain Ned Price a déclaré jeudi soir que le président américain Joe Biden avait informé le Congrès de son intention de lever l'embargo contre Ansarallah, et de prétendre que Washington souhaitait réduire le bilan de la catastrophe humanitaire au Yémen.

Dans une note publiée le 11 février, Eran Lerman, ancien directeur adjoint du Conseil de sécurité israélien et vice-président de l'Institut d'études stratégiques à Qods, a indiqué que ni le régime sioniste ni son allié américain n’avaient intérêt à laisser à ce que les forces du gouvernement de Sanaa [affiliées au mouvement populaire Ansarallah] dominent tout ou une grande partie du Yémen.

Lire aussi : Et si la guerre contre le Yémen ne visait qu'à faire démembrer l'Arabie

Les problèmes humanitaires au Yémen, estime-t-il, ne doivent pas amener les régimes israélien et américain à ignorer les menaces stratégiques de la victoire de l'armée yéménite et des Comités populaires (Ansarallah) contre leurs intérêts.

En allusion aux frappes tactiques et stratégiques contre l’Arabie saoudite, il a souligné que Tel-Aviv devrait fournir des consultations à la coalition saoudienne et la soutenir directement ou indirectement dans le cadre du Commandement central américain au Moyen-Orient (CentCom).

Lire aussi : Britanniques et Américains en débandade à Maarib..

“Les Saoudiens et les Émiratis auront bientôt des différends sur la manière de gérer la guerre qu’ils mènent contre le Yémen”, a-t-il noté en suggérant qu’Israël devrait sauter sur l’occasion pour s’y faire une place via l’envoi des munitions et un soutien au niveau de renseignement.

Le colonel à la retraite a appelé Tel-Aviv à faire preuve de détermination pour empêcher la victoire d’Ansarallah par un moyen quelconque, rappelant que les Comités populaires du Yémen n’ont jamais caché leur aversion pour le régime sioniste.

Saluant la prise de position belliqueuse de la France par rapport au programme nucléaire de l’Iran, l’ancien colonel israélien a écrit que le soutien américain aux alliés traditionnels et une nouvelle volonté d'affronter l'Iran devraient faire partie de la nouvelle politique régionale de Washington. Il est allé jusqu’à appeler l’administration de Biden à s'abstenir de prendre des décisions qui affaiblissent ses alliés, alors que le 22 janvier, le département d'État a annoncé qu'il reconsidérerait la décision d’inscrire Ansarullah sur sa liste noire. 

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Sanaa, Hicham Charaf, a adressé un message aux Saoudiens et aux Américains : « Lorsque vous cessez de frapper notre pays, nous aussi, nous cesserons de tirer des missiles et de piloter des drones vers votre pays. »

Lire aussi : Nouveau missile de la Résistance frappe le territoire saoudien

La déclaration tombe après que les combattants d’Ansarallah ont pris mercredi 10 février pour cible avec quatre drones Qassef et Samad 3 et avec la précision qu'on leur connaît, le hangar des avions de combat saoudiens sur l’aéroport international d’Abha, dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite, aéroport transformé en base aérienne.

Ansarallah a revendiqué la responsabilité de l'attaque et le général Yahya Saree a précisé que la Résistance yéménite avait utilisé quatre drones chargés de bombes. 

« L’aéroport d’Abha est utilisé à des fins militaires pour bombarder le peuple yéménite; et le régime saoudien a ignoré tous nos avertissements précédents », a-t-il martelé. « Cette attaque intervient en guise de représailles aux bombardements aériens continus et au blocus brutal de notre pays », a ajouté Yahya Saree, notant qu’Ansarallah considère l'aéroport comme une cible militaire et non civile.

Essaim de drones frappe l'Arabie!

Essaim de drones frappe l'Arabie!

Avancée fulgurante pour reconquérir le coeur de Maarib.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/12/645115/Yemen-Arabie-saoudite-Ansarallah-Israel-USA

ATTAQUE AUX DRONES DE LA RESISTANCE YEMENITE CONTRE LES BASES MILITAIRES SAOUDIENNES

Yémen: Attaque de drones contre les bases militaires saoudiennes Friday, 12 February 2021 7:35 PM  [ Last Update: Friday, 12 February 2021 9:16 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo) Les bases militaires saoudiennes sont la cible des attaques de drones d'Ansarallah. (Archives)

L'armée yéménite a annoncé le succès de son opération de drones contre les positions militaires saoudiennes dans le sud-ouest du pays, en riposte à l’agression de la coalition saoudienne contre le Yémen et les civils yéménites.

Le porte-parole des forces armées yéménites, Yahya Saree, a déclaré que l'unité d'UAV avait pris pour cible trois aéroports et une base militaire saoudienne en déployant trois drones.

L'unité UAV a réussi à cibler des positions militaires sensibles à l'aéroport international d'Abha et à la base aérienne du roi Khalid à Khamis Mus
hait avec trois drones", a écrit ce vendredi 12 février le brigadier général Yahya Saree sur son compte Twitter. 

Yaya Saree a noté que les drones déployés étaient de type «Qasef-2k» et avaient atteint les cibles avec précision. Qasef-2k est un drone kamikaze à longue portée.

Saree a souligné que l'opération avait eu lieu à des moments différents aujourd'hui en réponse à l'escalade des frappes aériennes au Yémen et à l'intensification du siège qui, imposé par la coalition saoudienne, a mis les civils yéménites en proie à la famine.

Cette semaine, l’armée yéménite a mené plusieurs opérations de représailles contre la base aérienne du roi Khalid et l'aéroport d’Abha dont le hangar abrite des chasseurs déployés pour le bombardement du Yémen.

Situés dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite, la base aérienne du roi Khalid à Khamis Mushait et l’aérodrome d’Abha, figurent parmi un nombre d’aérodromes et de hangars militaires qu’a établis l’Arabie saoudite au cours de ces dernières années pour stationner des chasseurs et stocker des munitions utilisés lors des frappes sur le Yémen.

Se réservant le droit de répondre à toute agression contre le peuple yéménite, l'armée yéménite et les combattants d’Ansarallah considèrent les attaques aux drones et aux missiles comme légitimes. Ils insistent sur le fait que les opérations ne prendront fin que lorsque le siège contre le Yémen sera levé et que la coalition d’agression dirigée par Riyad aura mis un terme à la guerre contre les civils innocents.

Infligeant de lourds dégâts à l’Arabie saoudite, les attaques des forces armées yéménites se poursuivent alors qu'un colonel sioniste à la retraite prévient qu'une victoire d’Ansarallah dans cette guerre représente une grande menace contre les intérêts de Tel-Aviv et de Washington.

Lire aussi : Nouveau missile de la Resistance frappe le territoire saoudien

La mise en garde de l’ancien responsable militaire saoudien intervient alors que le département d’État américain a parlé, plus d’une fois ces dernières semaines, d’une suspension de la vente d’armements à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis et d’une révision des transactions d’armements avec ces pays. Et cela en plus de l’annonce, un peu plus tôt, du retrait d'Ansarallah de la liste noire.

Lire aussi : Britanniques et Américains en débandade à Maarib..

La guerre contre le Yémen a été lancée avec le feu vert du démocrate Barak Obama. Pour quelle raison convaincante (!) alors Biden à l'époque l’adjoint de ce même Obama, va-t-il décider de la fin de la guerre aujourd’hui ? À cela s’ajoutent de nouvelles bases militaires américaines dressées au Yémen, à Mahra, à Hadramout, et sur les îles de Mion et de Socotra soit tout ce qu'il permet pour avoir une vue sur le détroit de Bab el-Mandeb. 

Ansarallah: USA, échec et mat...

Ansarallah: USA, échec et mat...

La Résistance yéménite, en position de force, pose ses propres conditions pour une fin de guerre proposée par les saoudo-américains.

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/12/645136/Yemen-Ansarallah-attaque-drone-Arabie-saoudite

 

YEMEN : ANSARULLAH BIENTOT RETIRE DE LA LISTE TERRORISTE US MAIS TROIS DE SES DIRIGEANTS RESTERONT SANCTIONNES

Ansarullah bientôt retiré de la liste terroriste US. Mais 3 chefs resteront sanctionnés

 Depuis 2 heures  12 février 2021

blinken1

 Monde arabe - Yémen

 

Rédaction du site

Les États-Unis ne considéreront plus le mouvement yéménite Ansarullah comme une organisation terroriste à compter du 16 février, a annoncé vendredi le secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

Dans un communiqué, le chef de la diplomatie américaine a déclaré que Washington continuerait néanmoins de «surveiller attentivement» les activités de l’organisation Ansarullah du Yémen et travaillait «activement» à identifier des individus en vue de sanctions ciblées, en particulier les responsables d’attaques contre des navires de commerce en mer Rouge et de tirs de missiles contre l’Arabie saoudite.

La désignation du mouvement Houthi comme organisation terroriste avait été l’une des dernières décisions de l’administration de Donald Trump.

Son successeur, Joe Biden, a annoncé le 4 février dernier la fin du soutien des États-Unis à la campagne militaire contre les Houthis lancée en 2015 au Yémen par une coalition sous commandement saoudien, jugeant que cette guerre devait cesser.

Selon les Nations unies, ce conflit, qui a fait des dizaines de milliers de morts, dont beaucoup de civils, est à l’origine de la plus grave crise humanitaire actuelle au monde, avec 80% de la population ayant besoin d’aide et des millions de personnes confrontées à la famine.

Selon beaucoup d’experts et de gouvernements, la décision de l’administration Trump faisait craindre que les sanctions imposées aux Houthis en vertu de la désignation du groupe comme terroriste entravent l’acheminement de l’aide humanitaire.

«Cette décision est une reconnaissance de la situation humanitaire désespérée du Yémen», a déclaré Antony Blinken dans son communiqué.

Trois chefs houthis toujours sanctionnés

Cependant, a ajouté le secrétaire d’État, les États-Unis maintiendront des sanctions contre trois dirigeants du mouvement soutenu par l’Iran, Abdel Malik al Houthi, Abd al Khalek Badr al Houthi et Abdoullah Yahya al Hakim.

«Les actions d’Ansarullah et son intransigeance prolongent ce conflit et ont un lourd tribut humanitaire», a-t-il déploré.

Source: Avec Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2007678

YEMEN : POURQUOI ANSARALLAH A FRAPPE ABHA?

Les F-16 US visés à Abha ?

Thursday, 11 February 2021 7:12 PM  [ Last Update: Thursday, 11 February 2021 7:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des missiles et des drones sont exposés dans une exposition à un endroit non identifié au Yémen. Photo publiée par le bureau de presse des Houthis, le 9 juillet 2019. ©Harbi Press

Il va falloir qu'un de ces quatre, le ministre saoudien des A.E., Farhan, au lieu de débiter des insanités contre l'Iran, prenne son courage à deux mains et demande aux Yankees de ne plus prendre le méga royaume pétrolier et gardien des lieux saints de l'islam pour la queue de la poire ! D'ailleurs ce jeudi 11 février a été le meilleur moment : au secrétaire d'État US Blinken qui l'avait appelé au téléphone pour lui manifester sa sympathie après la toute dernière attaque au drone simultané de la Résistance yéménite visant l'aéroport d'Abha tout en promettant de "renforcer la DCA saoudienne", Farhan aurait dû conseiller de se taire. Pourquoi ? Depuis le septembre 2019 date à laquelle la raffinerie d'Abqaiq à l'est du royaume a été prise pour cible jusqu'à novembre 2020 où un seul missile Qods-2 a mis hors service port et terminal pétrolier stratégique de Djeddah, pas une seule fois la DCA made in US de l'Arabie dit Patriot n'a correctement fonctionné. Que Blinken vienne encore en vanter les vertus, histoire d'en vendre encore au royaume, c'est que Riyad ne mérite même plus un minimum de respect protocolaire aux yeux des Américains. Et bien ce manque de respect, ce mépris envers arabes et musulmans, si Riyad s'y conforme pour cause de vassalité, Ansarallah lui le punit.

Mercredi, les combattants d’Ansarallah ont pris pour cible de quatre drone Qassef et Samad 3 et avec la précision qu'on leur connait le hangar des avions de combat saoudiens sur l’aéroport international d’Abha, dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite, aéroport transformé en base aérienne.

Riyad visée: la «furtivité» d'Ansarallah?

Riyad visée: la «furtivité» d'Ansarallah?

Le missile Qods a distrait les radars des Patriot

Ansarallah a revendiqué la responsabilité de l'attaque et le général Yahya Saree a précisé que la Résistance yéménite avait utilisé quatre drones chargés de bombes. 

« L’aéroport d’Abha est utilisé à des fins militaires pour bombarder le peuple yéménite. Et le régime saoudien a ignoré tous nos avertissements précédents. Ce ciblage intervient en guise de représailles aux bombardements aériens continus et au blocus brutal de notre pays », a-t-il martelé, notant qu’Ansarallah considère l'aéroport comme une cible militaire et non civile.

Essaim de drones frappe l'Arabie!

Essaim de drones frappe l'Arabie!

Avancée fulgurante pour reconquérir le coeur de Maarib.

Mais pourquoi une frappe en pleine manœuvre de séduction US à l'adresse d'Ansarallah ?

Lire plus : Yémen : Ansarallah progresse, MBS attend un miracle

Une source yéménite de haut rang a déclaré à Rai al-Youm que l’attaque contre l'aéroport d'Abha s'explique par plusieurs raisons : cette frappe a été menée en représailles aux raids aériens des avions de guerre de la coalition saoudienne contre les combattants de la Résistance yéménite qui continuent à avancer à Maarib où se trouvent les principaux champs pétrolifères yéménites.

Et puis, situé à 120 kilomètres au nord de la frontière avec le Yémen, l’aéroport d’Abha est reconverti en une base militaire, base d’où des F-16 de Biden le pacifique continuent de décoller pour larguer leurs bombes sur le Yémen.

Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Sanaa, Hicham Charaf, a adressé un message aux Saoudiens et aux Américains : « Lorsque vous cessez de frapper notre pays, nous aussi, nous cesserons de tirer des missiles et de piloter des drones vers votre pays. »

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/11/645035/Pourquoi-Ansarallah-a-frappe-Abha-