ANSARULLAH ACCUSE ET S’INDIGNE A PROPOS DU TRAVAIL DE L’EMISSAIRE DE L’ONU

  • Par
  • Le 26/10/2016
  • Commentaires (0)
  • Dans YEMEN

Yémen: Ansarullah exprime son «indignation à propos du travail» de l’émissaire onusien

Le médiateur de l'Onu au Yémen a annoncé mardi avoir présenté aux responsables du mouvement d’Ansarullah un plan de paix global, doté d'un calendrier, qui «bénéficie d'un soutien international sans précédent» pour mettre fin à 19 mois de guerre.

Yémen: Ansarullah exprime son «indignation à propos du travail» de l'émissaire onusien

Cependant, lors d'une rencontre à Sanaa, Ansarullah a violemment critiqué l'Onu et son médiateur, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, exprimant son «indignation à propos du travail» de l'émissaire onusien et dénonçant «le comportement irresponsable des Nations unies face aux crimes de l'agression» saoudienne.

S'adressant à la presse à l'aéroport de Sanaa au terme d'une visite de 48 heures, le médiateur de l'Onu a indiqué avoir soumis à Ansarullah et ses alliés «un plan de paix».

Ce plan «comporte des étapes claires et un calendrier pour des mesures de sécurité et politiques à mettre en œuvre en vue d'un règlement global» de la crise au Yémen, a-t-il ajouté.

La coalition arabe sous commandement saoudien mène depuis mars 2015 une offensive au Yémen, où elle a fait un grand nombre de victimes civiles, et causé une catastrophe humanitaire dans ce pays pauvre.

«La poursuite de la guerre ne servira personne. La solution ne peut être que politique», a martelé Ould Cheikh Ahmed, en invitant les belligérants à «faire des concessions pour sortir de la crise».

Il a tenu à souligner que son plan de paix «bénéficie d'un soutien international sans précédent», mais sans donner de détails.

Sur leur site sabanews.net, Ansarullah a confirmé avoir obtenu du médiateur ce plan de paix, présenté par lui comme «une base de discussions sur la table des négociations».

Ces négociations sont dans l'impasse depuis leur arrêt le 6 août après plus de trois mois de discussions infructueuses à Koweït, sous l'égide de l'Onu.

Une trêve de 72 heures, initiée par le médiateur de l'Onu et violée dès son entrée en vigueur jeudi dernier, n'a pu être prolongée malgré l'insistance de ce dernier.

Complices des tueries des Yéménites

D'ailleurs, les Nations unies ont été prises à partie mardi par des centaines de manifestants en colère, qui ont protesté devant l'hôtel où logeait le médiateur avant son départ de la capitale.

«Dégage, dégage!», ont scandé les manifestants à l'adresse de Ould Cheikh Ahmed qu'ils ont accusé d'être «de connivence avec les Al-Saoud», la famille régnante en Arabie saoudite.

«L'Onu et le Conseil de sécurité sont complices des tueries des Yéménites», pouvait-on lire sur l'une des banderoles agitées par les manifestants. Ces derniers ont arboré des photos de victimes du carnage du 8 octobre à Sanaa, où plus de 140 personnes ont péri dans des raids aériens de la coalition lancés «par erreur» contre une cérémonie funéraire.

«Les Yéménites sont massacrés et nous tenons l'Onu pour responsable des pratiques de l'Arabie saoudite, des Etats-Unis et d'Israël», ont lancé des protestataires, encadrés à distance par des civils en armes qui ont bloqué tous les accès du secteur où se tenait la manifestation.

Source : agences et rédaction

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20633&cid=304#.WBD4CvmLQ2w


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire