AVEC DES MISSILES D'UNE PORTEE DE 1200 KM LA RESISTANCE YEMENITE DOMINE LA MER ROUGE

tourtaux-jacques Par Le 03/04/2021 0

Dans YEMEN

Avec des missiles de 1200 km de portée Ansarullah domine la mer Rouge

 Depuis 8 heures  3 avril 2021

Missiles yéménites

Missiles yéménites

 Monde arabe - Yémen

 

Rédaction du site

Un groupe de réflexion américain s’est penché sur la puissance des missiles et des drones du Yémen, sans manquer d’appeler le gouvernement Biden à utiliser tous les moyens possibles pour empêcher le mouvement de résistance yéménite Ansarullah de gagner plus de pouvoir.

Dans un article sur le pouvoir des Yéménites, The Washington Institute for Near East Policy a écrit que cette capacité est une menace sérieuse pour le régime sioniste et les intérêts américains dans la région.

Dans cet article, signé Michael Knights, Ansarullah a été qualifié de « Hezbollah du Sud » et l’auteur tente d’examiner les effets des missiles et des drones yéménites sur les intérêts américains dans la région.

Selon l’analyste américain, les États-Unis devraient considérer les « Houthis » (Ansarullah) comme des acteurs capables de mener la guerre au-delà des frontières du Yémen.

Selon The Washington Institute for Near East Policy, le 25 mars, Ansarullah a attaqué l’Arabie saoudite avec dix-huit drones et huit missiles balistiques, et frappé des cibles énergétiques dans la province d’Al-Charqiya, riche en pétrole (à environ 900 milles des points de lancement) et la côte de la mer Rouge.

« De telles attaques avec une occurrence hebdomadaire soulignent la présence d’une industrie mature d’assemblage de missiles/drones dans les zones contrôlées par les Houthis du Yémen, préfigurant de nouvelles augmentations de portée qui pourraient permettre aux Houthis d’atteindre de nouvelles cibles s’ils le souhaitent – peut-être Israël », poursuit l’article.

Selon Michael Knights, le nombre de lancements de missiles et d’opérations de drones a considérablement augmenté le mois dernier.

Pas moins de 70 missiles et drones de divers types ont été tirés sur l’Arabie saoudite. (24 drones Samad-3, 25 drones Qassef K2, 17 missiles Badr, trois missiles Burkan 3 et un missile de croisière Quds-2), tandis qu’un total de 25 missiles et drones ont été tirés en février.

« Les Houthis cibleront Israël, et les diplomates et responsables américains devraient réfléchir attentivement à cette question après la guerre actuelle au Yémen », a écrit Michael Knights.

Juste avant le 12 mars, les Houthis ont présenté un certain nombre de nouveaux systèmes et variantes lors d’une exposition d’armes à Sanaa. Ces révélations et d’autres indiquent que les prochaines étapes des capacités de frappe des Houthis comprendront probablement les suivantes:

Augmentation de la précision des roquettes d’artillerie

Les roquettes d’artillerie d’Ansarullah ont progressé de Badr-1 (non guidé), à Badr-1P et Badr-F (guidé avec une erreur circulaire supposée probable de 3 mètres), à de nouvelles variantes appelées Sair, Qasim et Nakal.

Les Houthis semblent se concentrer sur la précision des missiles à moyenne portée lors de leurs futures attaques, et si la précision et la portée des missiles augmentent légèrement, la base aérienne saoudienne de Khamis Mushait sera fermée en tant que plaque tournante aérienne pour les forces pro-Hadi à Ma’rib (nord).

Utilisation des drones de combat (UCAV) Sammad-4

Une variante de l’UCAV larguant des bombes Sammad comme celle présentée lors de l’exposition permettrait aux Houthis d’utiliser un seul drone pour des attaques répétées contre une grande variété de cibles de la mer Rouge, y compris des navires et des systèmes de défense aérienne.

Utilisation de drones d’attaque delta-wing et de missiles de croisière Quds-2

Aux mains des Houthis, une arme d’une portée de 600 milles améliorerait leurs capacités de frappe contre des cibles côtières de la mer Rouge et peut-être dans certaines parties de Riyad.

Le missile de croisière Quds-2 a également été dévoilé lors de l’exposition et sera probablement bientôt plus nombreux au Yémen, menaçant davantage les cibles en mer Rouge.

Développement potentiel de Burkan-4

L’une des options pour les Yéménites d’augmenter leur puissance est probablement de développer le missile Burkan et de dévoiler le Burkan-4. Ainsi, l’avancée en avant de la gamme Burkan-2H (650 miles) à Burkan-3 (900 miles) représente une augmentation inquiétante de 38%.

Eilat, à la pointe sud « d’Israël », est à seulement 1 100 miles de certaines zones de lancement des Houthis, et le reste d’Israël (ainsi que diverses parties de l’Égypte et de la Jordanie) est à moins de 1 250 milles.

En d’autres termes, avec une augmentation de la portée supplémentaire de seulement 20%, les missiles houthis (ou drones Sammad) seraient capables de frapper Israël – ce qui pourrait expliquer pourquoi certaines des défenses antimissiles surchargées des États-Unis se redéploient déjà pour faire face au Yémen.

Les évolutions politiques après la guerre yéménite

Dans la deuxième partie de son article, Michael Knights du Washington Institute for Near Eastern Policy a écrit que la domination des forces de Sanaa sur Ma’rib en tant que centre énergétique du Yémen signifierait une victoire pratique dans la guerre.

Même sans Ma’rib, ils contrôlent maintenant la capitale, deux grands ports de la mer Rouge et la plupart des zones habitées.

Ainsi, une victoire ou un match nul ferait des Houthis un nouveau «Hezbollah du sud» en mer Rouge, reflétant la position du Hezbollah libanais sur la Méditerranée, avec un arsenal croissant de missiles balistiques, de missiles de croisière et de drones capables de menacer le canal de Suez, le détroit de Bab el-Mandab, les États arabes du golfe Persique, les États de la mer Rouge et peut-être même Israël.

L’article précise ensuite que pour contrer « cette menace » pendant le reste de la guerre et par la suite, les États-Unis devraient prendre les mesures suivantes :

La domination des forces yéménites sur Ma’rib n’est pas dans l’intérêt des États-Unis; en s’emparant de Ma’rib, les Houthis pourraient cibler l’est et le sud du Yémen et lancer des attaques, et les États-Unis doivent utiliser divers moyens, afin d’éviter qu’une telle chose ne se produise.

L’auteur de l’article a cité des sanctions et des saisies de biens, des opérations médiatiques, un soutien logistique aux forces de la coalition saoudienne à Ma’rib et la collecte de renseignements sur le terrain comme options pour les États-Unis.

Il a en outre suggéré que le gouvernement américain intensifie son siège sur les forces yéménites. Les États-Unis et leurs partenaires devraient intensifier leurs efforts pour cartographier les réseaux d’achat de missiles et de drones et les exposer à des opérations cinétiques, cybernétiques, financières et de lutte contre la contrebande.

Il prétend que le sud-est du Yémen et Oman sont les principaux sites d’importation, ils devraient donc faire l’objet d’un examen minutieux.

Par ailleurs, tout accord de paix international et l’allégement des sanctions doivent être conditionnés à la destruction entière de la puissance balistique yéménite.

Michael Knights propose ensuite de créer des réseaux d’alerte précoce partagés en mer Rouge.

« Compte tenu de la menace croissante que fait peser l’émergence du « Hezbollah méridional » sur l’Arabie saoudite, l’Égypte, Israël et la Jordanie, Washington devrait convoquer une réunion à huis clos de ce quatuor de sécurité de la mer Rouge et élaborer des plans à moyen terme pour une coopération défensive orientée vers le sud », a-t-il indiqué.

énites

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/2038797

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire