DES SOLDATS SAOUDIENS TUES A NAJRANE ET AU MOINS 25 TERRORISTES TUES A TAEZ

  • Par
  • Le 22/11/2016
  • Commentaires (0)
  • Dans YEMEN

Yémen : plusieurs soldats saoudiens tués à Najrane et plus de 25 miliciens de la coalition tués à Taez

 Depuis 8 heures  22 novembre 2016

midi5

 Monde arabe - Yémen

Plusieurs soldats saoudiens ont été tués et blessés lundi suite à de violents affrontements ayant abouti à la conquête par les combattants de l’armée yéménite et d’Ansarullah  de deux nouvelles bases militaires à Najrane (sud de l’Arabie).

Selon une source militaire citée par la chaine yéménite AlMassirah, les forces yéménites ont pris le contrôle de deux bases saoudiennes au nord de Chabaka à Najrane (sud de l’Arabie).

Et d’ajouter: Les combattants de l’armée et d’Ansarullah ont conquis ces deux bases, malgré les raids intensifs de l’aviation saoudienne visant à entraver la progression des forces yéménites vers Najrane.

Cette nouvelle opération entre dans le cadre de la riposte des forces yéménites à la violation par la coalition saoudo-US de l’accord du cessez-le-feu signé à Mascate. Lundi, l’aviation de la coalition a mené 5 raids contre les régions d’Atfin et Amara à Saada (nord).

Deux bombardements saoudo-US ont également visé une station électrique dans la région côtière de Hodeida.

Plus de 25 miliciens de la coalition tués à Taez

Entre-temps, les soldats de l’armée yéménite et d’Ansarullah ont tué plus de 25 miliciens de la coalition dont des commandants, lors d’opérations à Taez, (centre ouest).

Toujours à Taez, les forces yéménites ont également repris le contrôle des bases  où s’étaient infiltrés, ces derniers jours, les mercenaires.

Selon une source militaire citée par AlMassirah, plus de 100 mercenaires de la coalition ont été tués et des dizaines d’autres blessés suite aux affrontements qui ont opposé ces deux derniers jours ces miliciens aux forces yéménites dans la région de Jahmaliya, à Taez.

Un chef d’Ansarullah rejette toute amélioration des relations avec les USA

Mohammed al-HouthiAu niveau politique, le chef du Comité révolutionnaire suprême a subordonné l’établissement de tout cessez-le-feu et le lancement d’un processus du dialogue politique à la cessation de l’agression saoudienne et à la fin du blocus afin d’empêcher les effusions de sang au Yémen.

Mohammad-Ali Al-Houthi a fait allusion à l’accord de Mascate et au plan de John Kerry pour dire que les forces nationales yéménites accueilleraient favorablement toute initiative de sortie de crise par le dialogue ou toute proposition destinée à mettre un terme à l’occupation et au blocus imposés par les Saoudiens aux Yéménites, rapporte l’agence iranienne Tasnim, citée par PressTV.

Le chef du Comité révolutionnaire suprême du Yémen a pourtant rejeté toute amélioration des relations entre les groupes nationaux yéménites et le gouvernement américain.

« Les États-Unis sont à l’origine du massacre des Yéménites. Ce sont eux qui soutiennent et dirigent l’agression contre ce pays. Dialoguer avec ce pays serait dialoguer avec l’ennemi. Entamer un dialogue avec les USA ne disculpe pas pour autant le gouvernement américain pour les atrocités commises. Pour cette raison, nous allons revisiter la position à prendre envers eux», a-t-il précisé.

Il a estimé que le changement de cap de Washington à l’égard du Yémen était dû à la résistance des Yéménites, à la progression des forces yéménites et des comités populaires.

Pour rappel, le secrétaire d’État américain John Kerry a annoncé samedi dernier à Abu Dhabi que l’Arabie saoudite et Ansarallah s’entendaient à appliquer la trêve à partir du 17 novembre dans tout le Yémen. Mais quelques heures après cet accord, l’Arabie saoudite a violé la trêve.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/109437


 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire